Archives de Catégorie: Sortir

Suivre la Coupe du monde de foot à Chiang Mai et en Thaïlande (FIFA Russie 2018)

Ça y est ! Le grand raout mondial a commencé; le ballon rond sera dans toutes les discussions un mois durant. Il monopolisera les chaînes télévisuelles. On vous donne ici le regard asiatique (mais francophone) de l’événement. Avec en prime les chaînes TV où voir la Coupe du monde en Thaïlande et les endroits où vibrer à Chiang Mai (à Bangkok aussi, pour les francophones). En commençant par un bref historique du parcours de l’équipe nationale de Thaïlande, royaume où populaire est le football. Une popularité partagée en Europe et en Russie, ce qui influence d’ailleurs négativement les nuitées au Pays du Sourire.

Equipes asiatiques en lice. Une participation menue

Arabie Saoudite (67e, #KSA), Australie (36e, #AUS), Japon (61e, #JPN), République de Corée, soit la Corée du Sud (57e, #KOR) et République Islamique d’Iran (37e, #IRN). Ce sont là les 5 pays de la zone Asie qualifiés pour cette compétition sportive mondiale (entre parenthèses, leur classement FIFA) ! On n’écrira pas que les équipes du sud-est asiatique se sont illustrées puisque aucune d’entre elles n’a passé le cap des éliminatoires! La Thaïlande ne disputera donc pas la Coupe du Monde cette année, hélas, trois fois hélas (elle ne l’a d’ailleurs jamais disputée !). En revanche, il se murmure qu’une Coupe du Monde pourrait enfin être organisée en Asie du Sud-Est; on parle ici de la FIFA World Cup 2034.

Quid de l’équipe nationale de Thaïlande ?

Malgré tout, le football est un sport très populaire en Thaïlande. Vous pouvez le constater en observant les maillots vendus par milliers sur les marchés, en regardant la TV et ses nombreuses retransmissions sportives ou encore en vous penchant sur les paris sportifs, véritable fléau en Thaïlande qui véhicule beaucoup d’argent. Cependant, aucun club national ne s’est encore distingué au niveau international. Buriram est le plus connu d’entre eux; il trône d’ailleurs à la première place de la Thai Premier League. Ici au royaume, ce sont les clubs anglais qui sont vénérés – parfois propriété de milliardaires thaïlandais. Les liens footballistiques entre les deux royaumes sont étroits; pour preuve la récente rencontre ici à Chiang Mai avec des sommités de la Premier League anglaise. Un événement qui aura permis à plus de 70 jeunes thaïlandais chanceux de participer à un stage de foot en leur présence. Mais il est vrai que la planète foot ne s’intéresse à la Thaïlande qu’à titre anecdotique : soit pour parler de l’originalité des terrains (un terrain flottant dans la province maritime de Phang Nga ou encore un terrain non rectangulaire sur des immeubles à Bangkok), soit encore pour révéler des scandales comme l’exploitation de jeunes joueurs africains (en savoir plus dans cet article). Il y a cependant des transferts heureux. Il est intéressant de lire l’aventure siamoise vécue par Christian Kouakou :

C’est pour cela que vous avez accepté d’aller à Muanghtong United, en Thaïlande ?

Oui. Un agent m’a proposé cette solution et franchement, j’ai vite accepté. Il y a pas mal de gens qui m’ont dit que je faisais une connerie, que j’allais m’enterrer, que revenir en Europe serait compliqué. Mais pour moi, c’était au contraire un bon tremplin. Le championnat thaïlandais, c’est pas si mal. Je savais que j’allais jouer et c’était à moi de saisir ma chance, en marquant des buts (36 au total, ndlr). Et ça a marché ! J’avais dix-huit ans, et je me retrouve titulaire dans un des meilleurs clubs du pays. En plus, niveau climat, la Thaïlande, c’est plus proche de la Côte d’Ivoire que de Bruxelles. Vraiment, je me suis éclaté. C’est un jeu assez technique. Les Thaïlandais ne sont pas très grands, mais vifs, rapides, pas mal balle au pied. Et ce qu’il y avait de sympa, c’est que je croisais pas mal d’Africains. Dans mon équipe, j’avais un Ivoirien, un Guinéen. En plus, j’ai eu des entraîneurs qui parlaient français : un Belge (René Desaeyere, ndlr), un Portugais (Henrique Calisto, ndlr). On jouait les Coupes d’Asie : je suis allé en Chine, au Vietnam, au Japon, en Syrie avant que ça pète… Vraiment, ça m’a fait du bien, ce séjour de deux ans en Thaïlande.

Extrait de l’interview de Christian Kouakou à So Foot.

FIFARussia2018FATCoverFB

L’Association de Football de Thaïlande (FAT) est plus que centenaire; elle a été fondée en 1916, rejoignant la FIFA en 1925. Sur 206 équipes reconnues par la FIFA, l’équipe nationale de Thaïlande se situe à l’heure actuelle au 122e rang du classement mondial FIFA/Coca-Cola. Aucune victoire n’a pu être fêtée lors de ses trois derniers matchs amicaux : emmenée par l’entraîneur Milovan Rajevac, la sélection nationale siamoise a du se contenter d’un match nul contre le Gabon et deux défaites, contre la Chine et la Slovaquie ! C’est dire qu’une qualification pour le Mondial relevait de l’exploit pour Les Éléphants de Guerre, surnom des joueurs siamois (ช้างศึก, Chansuk en thaïlandais); à ce jour, la Thaïlande n’a d’ailleurs jamais réussi à se qualifier. La compétition préliminaire de la Confédération Asiatique de Football délivre 4,5 places pour disputer la phase finale de la Coupe du Monde. Aussi, son parcours lors des éliminatoires de cette coupe du monde en Asie fut ardu, la route de la Russie s’étant malheureusement arrêtée au 3e tour. Sur 10 matchs, elle n’en aura gagné aucun ! Avec 2 matchs nuls (2 à 2 contre l’Australie et 1 à 1 contre les Emirats Arabes Unis) et 8 défaites (contre ces deux pays, de même que l’Arabie Saoudite, le Japon et l’Irak), l’élimination ne pouvait être évitée. N’en déplaise à Kawin Thamsatchanan, gardien de l’équipe et capitaine, connu peut-être de nos amis belges car il a été portier à Louvain lors de la saison 2017-2018. A notre connaissance, aucun joueur thaïlandais ne foulera les pelouses russes.


Leur coreligionnaires féminines font meilleure figure. FIFARussia2018Russia2018France2019ช้างศึกLa Thaïlande a en effet validé son ticket pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™ en réalisant sa meilleure performance en Coupe d’Asie Féminine de l’AFC depuis plus de 30 ans et en se qualifiant pour son deuxième rendez-vous mondial d’affilée. La Thaïlande, l’une des nations asiatiques pionnières en matière de football féminin, a atteint la finale de la Coupe d’Asie Féminine de l’AFC à quatre reprises, remportant même le titre en 1983. Pourtant, sa percée sur l’échiquier mondial n’est survenue qu’il y a quatre ans, avec la qualification pour la Coupe du Monde 2015 au Canada.
Toutefois, comme dans nombre d’autres pays, le football féminin thaïlandais peine pour l’heure à attirer les investisseurs. On souhaite donc à cette équipe nationale féminine le plus beau des parcours sportifs l’année prochaine en France. Place pour l’heure au Mondial 2018, la Coupe du Monde de foot (des hommes donc).

LIENS UTILES

Coupe du Monde

– FIFA Russia 2018 (site officiel) sur le web et sur Facebook.

– La FIFA sur le web, sur Facebook, sur Twitter et Instagram. Avec son canal YouTube, FIFA TV.

Foot en Thaïlande

– FAT – Football Association of Thailand (web / Facebook / Twitter, contenu bien souvent en langue thaïlandais uniquement).

Page Facebook des Eléphants de Guerre, l’équipe nationale de foot.

– Site de référence du foot thaïlandais avec moult résultats : ThaiFootball.com.

– Et d’autres pages Facebook (les trois premières ont l’avantage d’être en anglais) : Thai League FootballTHAI Premier League StuffsThailand Football, หลุดเดี่ยวLIVE Thai League & Football Thailand, ThaiFootBall, ฟุตบอลไทย Thaifootball (I Love Football Thai) et enfin Thai-football.

Les sources incontournables d’information sportive (en français) :

– EuroSport (web / Facebook)
– BeIn (web / Facebook)
– L’Équipe (web / Facebook)
– TF1 (web / Facebook)
– France Télévision (web / Facebook)
– Et les sites spécialisés tels que France Football ou So Foot


Les équipes francophones (européennes)

FRANCE – BELGIQUE – SUISSE. A défaut de pouvoir supporter l’équipe nationale de Thaïlande, les francophones que vous êtes soutiendront sans nul doute leur propre équipe nationale, à savoir la France, la Belgique ou encore la Suisse. Mentionnons ici d’autres équipes francophones, venues du continent africain et elles aussi qualifiées pour ce Mondial : le Maroc (41e, #MAR) et la Tunisie (21e, #TUN), sans oublier le Sénégal (27e, #SEN), et l’Égypte (45e, #EGY), dans une moindre mesure linguistique.

Nous ne vous parlerons pas ici de vos équipes nationales francophones favorites : vous en savez sur elles sans doute bien plus que nous ! Contentons-nous d’un très bref résumé, vous indiquant les liens utiles et le calendrier des matchs.

Honneur à la Belgique, meilleure équipe classée puisque on retrouve les Diables Rouges au 3e rang mondial FIFA ! Sponsorisés par Adidas, ils affronteront dès lundi 18 juin le Panama (55e, #PAN), la Tunisie (21e, #TUN) le samedi 23 juin et l’Angleterre (12e, #ENG) le vendredi 29 juin. Heure des matchs selon le fuseau horaire thaïlandais :

FIFA2018Belgique

Les LiveBlogs de la FIFA : Belgique-Panama / Belgique-Tunisie / Angleterre-Belgique

La Belgique sur le net :

  • L’Équipe nationale (Facebook, pas d’autre page officielle dédiée à notre connaissance / Instagram / Twitter / web / FIFA / Wikipedia).
  • Union Royale Belge des Sociétés de Football-Association (Facebook / web).
  • RTBF Sport (web / Facebook).
  • RTBF La 1ère (web / Facebook)
  • Hashtags : au hashtag officiel #BEL (complété des trois lettres de l’équipe adverse) doit s’ajouter le hashtag de ralliement du peuple belge, multilingue, #RedTogether (qui ressemble étrangement à la maxime de la dictature militaire ayant pris le pouvoir en Thaïlande, Strong Together !), sans oublier #BelgianRedDevils, #RedDevils ou encore #DiablesRouges.

FIFA2018SuisseASF

Vient ensuite l’étonnante Suisse. Classée au 6e rang mondial par la FIFA, la petite Suisse n’a plus peur des compétitions internationales. Ses joueurs, tous internationaux, se montrent intrépides et ils pourraient bien surprendre plus d’une équipe adverse… Les fans helvétiques de l’équipe nationale devront s’accrocher pour rester debout jusqu’à 3 heures du matin : leur matchs préférés débutent tous après minuit, à 1h exactement ! Entrée en matière fracassante puisque les coéquipiers du capitaine Stephan Lichtsteiner affronteront dès dimanche soir 17 juin le… Brésil (2e, #BRA), puis la Serbie (34e, #SRB) le vendredi soir 22 juin et enfin le Costa Rica (23e, #CRC) le mercredi soir 27 juin. Hop Suisse ! Ou alors Ole! Ole! tel que le proclame la chanson officielle. Heure des matchs selon le fuseau horaire thaïlandais :

FIFA2018SuisseLes LiveBlogs de la FIFA : Brésil-Suisse / Serbie-Suisse / Suisse-Costa Rica


La Suisse sur le net :

  • L’Équipe nationale (Facebook, pas d’autre page officielle dédiée à notre connaissance / Instagram / Twitter (où l’allemand règne en maître) / web / FIFA / Wikipedia).
  • ASF – Association Suisse de Football (Facebook / web).
  • RTS Sport (web / Facebook).
  • RTS La 1ère (web / Facebook)
  • Hashtags : le hashtag officiel #SUI est à compléter des trois lettres de l’équipe adverse. Cependant, s’agissant d’un pays quadrilingue, les hashtags sont variés : #HoppSchwiiz, #HopSuisse, #ForzaSvizzera et le romanche #HopSvizra.

FIFA2018FranceFFF

La France ferme la marche avec son 7e rang au classement FIFA. Emmenés par un «bleu» qui ne l’est plus – on parle bien sûr de Didier Deschamps, le sélectionneur national – Les Bleus rééditeront-ils leur exploit de 1998 qui avait vu la bande à Zizou ravir le titre mondial ? On en aura une premier aperçu dès samedi 16 juin avec leur première rencontre : ce sera contre l’Australie (36e, #AUS). Puis le redoutable Pérou (11e, #PER) le jeudi 21 juin et, pour terminer ce premier tour, le Danemark (12e, #DEN) le 26 juin 2018. Heure des matchs selon le fuseau horaire thaïlandais :

FIFA2018France

Les LiveBlogs de la FIFA : France-Australie / France-Pérou / Danemark-France

La France sur le net :

  • L’Équipe nationale (Facebook / web (un site pris d’assaut, à défaut celui-ci) / FFF TV la chaîne officielle / Instagram / Twitter / Application iOS & Androïd / FIFA / Wikipedia).
  • FFF – Fédération Française de Football (Facebook / web).
  • France TV Sport (web / Facebook).
  • Radio France, sur ses nombreux canaux (web / pas de page Facebook dédiée au sport, sauf erreur). Mais les autres radios sont là : Europe 1, RTL et RMC Sport, de même que France Inter.
  • Hashtags : le hashtag FIFA officiel #FRA (complété des trois lettres de l’équipe adverse) est talonné par celui officiel de l’équipe, #FiersdetreBleus. On lui préfère #AllezLesBleus ou encore le plus ramassé #LesBleus.

Voir la coupe du Monde en Thaïlande

FIFA2018FAThailand.jpg

… à la télévision

Les Thaïlandais sont plutôt chanceux ! Sept sociétés privées et entreprises d’Etat se sont associées pour acheter les droits de diffusion de la Coupe du Monde de football 2018 en Thaïlande. On ne résiste pas à vous communiquer les bienfaiteurs : il s’agit de King Power International (la société gérant les magasins hors taxes des aéroports, propriétaire de l’équipe anglaise de Premier League Leicester City), CP All (un conglomérat propriétaire de True Visions et, notamment, des… 7 Eleven, hé oui, ou encore des Makro), Thai Beverage (la bière Chang, c’est à eux, de même que la série des restaurants Oishi), PTT (vous connaissez sans doute leur station d’essence), Gulf Energy Development (un groupe énergétique), Bangkok Mass Transit System (BTS, le métro aérien de Bangkok) et enfin Government Lottery Office (le bureau de la Loterie Nationale). S’y sont d’autres entreprises : Kasikorn Bank (une des grandes banques du pays, semblable au Crédit Agricole), Bangchak Corporation (une compagnie pétrolière) et Carabao dang connu pour leur boisson énergétique éponyme (concurrent du Red Bull qui a inondé le monde). Les droits de diffusion ont coûté environ 1,3 milliard de bahts, soit environ 44 millions de US$, payés par les investisseurs à parts égales.

Les matchs en direct sont diffusés sur trois chaînes de télévision gratuites,  » […] afin que le peuple thaïlandais puisse regarder les matches en direct ». Sachez encore que tous les matches de la Coupe du monde sont retransmis en Thaïlande en direct – et gratuitement – depuis la phase finale de 1990. Les Thaïlandais amateurs de football – ou amateurs de paris sportifs, ce peut être les mêmes 😏 – pourront donc voir tous les matchs de la Coupe du monde 2018 (ou 2561 pour eux si l’on se réfère au calendrier bouddhique thaïlandais), et ce gratuitement. Ces trois chaînes sont les suivantes :

  1. True 4U 24 : diffusion des matchs en direct sur ce lien ou encore sur TrueVisions Anywhere (en choisissant le canal 24 une fois inscrit via Facebook mais le module semble inopérant) / web / Facebook.
  2. Amarin TV – appartenant à la famille multimillionaire Sirivadanabhakdi : diffusion des matchs en direct / web et l’adresse dédiée WorldCupActivity qui ne semble hélas pas réussir à répondre à la très forte demande / Facebook.
  3. Channel 5 – une des deux chaînes de l’Armée Royale Thaïlandaise : diffusion des matchs en direct / web / Facebook.

Et True a eu la bonne idée de résumer tout cela (cf. tableau ci-dessous), ce qui permettra à celles et ceux d’entre vous qui seront devant un poste TV de trouver le bon canal (la première colonne représente le jour). L’approximation étant au Thaïlandais ce que la précision est au Suisse, ne soyez pas étonné de lire Spian (au lieu de Spain), Protugal (au lieu de Portugal), Polan (et non Poland) ou encore Switzer Land (au lieu de Switzerland) mais enfin l’essentiel y est :

FIFA2018TrueTVmontage

Une fois le 1er tour terminé, vous pourrez alors vous rabattre sur ce tableau récapitulatif pour connaître les heures et les canaux TV de diffusion. Mais True Visions a tout résumé sur cette page web 😏 Channel 5 a, elle aussi, magnifiquement bien résumé le calendrier des matchs sur cette page-là (un Suisse y travaille-t-il ? 😂). Last but not least, en allant sur la page d’un match en particulier sur le site officiel de la FIFA, s’affiche tout en haut à gauche une icône « visionner » qui vous communique la chaîne diffusant le match dans le pays où vous vous trouvez ! Merci la FIFA 🙏🏼

Si les commentaires en thaïlandais vous semblent rébarbatifs, n’hésitez pas à brancher en fond sonore votre radio préférée (elles diffusent pratiquement toutes sur le net sans restriction de droits aucune), ce qui vous permettra de suivre la partie dans de bonnes conditions avec un commentaire dans votre langue maternelle.

… sur internet

Les trois chaînes thaïlandaises qui ont acheté les droits de diffusion émettent également sur internet (et donc sur mobile). On vous redonne ci-dessous les liens vous permettant de regarder aisément les matchs en direct sur le web :

Vous l’aurez compris, les commentaires sont forcément en thaïlandais. Et un test effectué aujourd’hui-même (sur Amarin TV) démontre qu’il peut y avoir saturation. À voir à l’usage…

Hélas l’écrasante majorité des sites des grandes chaînes permettant de visionner les matchs de foot, à l’instar de TF1, oblige à utiliser un VPN, ceci même pour les extraits ! La FIFA multimilliardaire a la main lourde contre les fraudeurs qui n’osent de ce fait ouvrir les vannes d’une diffusion tous azimuts. Certains ont opté pour la solution Molotov, avec VPN donc, ce qui permet des replays à l’heure qu’il vous convient. D’autres préfèrent payer des abonnements puisque des solutions légales sont proposées un peu partout (exemple avec BeIn en version française).

Quant à capter un flux sur internet, c’est la jungle ! Nous refusons ici de faire la promotion de sites plus obscurs les uns que les autres (avec des liens menant on ne sait où). Toutefois, des sites arrivent encore à vous proposer de manière simple des chaînes en direct sur internet (en version gratuite, avec de la publicité et sans replay). Sans passer par un VPN donc ! On apprécie ces 3 offres (quoique nous puissions subodorer leur illégalité) :

  • FilmOn (choisissez simplement « French TV » dans la colonne de gauche)
  • FirstOneTV
  • LiveTV (spécialisé dans la diffusion d’événement sportifs en direct, un site un peu plus compliqué à utiliser que les deux précédents)

Télérama nous offre un tableau récapitulatif qui devient dès lors intéressant pour qui capte TF1 et BeIn ici en Thaïlande (donc en utilisant un VPN ou en passant par l’un des trois sites susmentionnés). Remarquez que la FIFA offre elle aussi un tableau de tous les matchs, avec mention du diffuseur (en haut à droite où l’on n’y a d’ailleurs pas trouvé la Thaïlande, ce qui est pour le moins étrange). Et rappelons également l’icône « visionner »   qui s’affiche tout en haut à gauche de la page d’un match en particulier sur le site officiel de la FIFA.


Le Mondial à Chiang Mai (et à Bangkok)

FIFA2018Photo2ChiangmaiNewsRecadrée

Les stades des différentes villes russes accueillant les matchs de la Coupe du Monde sont plutôt plaisants. Mais nous sommes à Chiang Mai (où quelques figaros proposent des coupes originales) et non en Russie. Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour voir les matchs du Mondial 2018 ici dans la Rose du Nord, selon vos envies : à la maison bien au frais devant sa TV (si l’air est climatisé) , dans les bars sportifs offrant parfois des écrans larges (bars sportifs, c’est un oxymore !) . On y croise beaucoup d’expatriés alcoolisés au premier rang desquels des Français et des Anglais. Ou encore, et c’est notre conseil, les centres commerciaux qui offrent des animations particulières, avec bien entendu des marchés où vous pourrez vous sustenter (souvent sponsorisés par des marques de bière). Mais nous sommes loin des fan zones avec écran géant et folle animation car, devons-nous le rappeler, la Thaïlande n’est pas qualifiée.

Pour ce qui est de votre chaumière, suivez les conseils ci-dessus quant aux diverses possibilités pour profiter d’une diffusion télévisuelle optimale.

En matière de bars – un monde qui nous est quelque peu étranger, avouons-le – il y a l’embarras du choix. Lâchons tout de même des noms où les francophones risquent d’être présents :

  • On commence par un nouveau bar-restaurant sur Loy Kroh, la sulfureuse rue de Chiang Mai, le French Connection (l’inauguration aura lieu le samedi 16 juin).
  • Le Franco-Thaï est un restaurant bien implanté (il offre une cuisine française depuis de nombreuses années).
  • Le Barfly, tenu par Christian, reçoit les habitués (il se trouve aux alentours de Moon Muang Rd Lane 1).
  • Les amateurs du ballon rond se retrouvent au Sheryle’s Sport Bar; une vingtaine de Français sont attendus .
  • Autre ‘sport bar’ attirant la clientèle anglophone, le My Place Lounge qui offre 4 grands écrans HDTV avec commentaires en anglais (sur Loy Kroh lui aussi).
  • Un bar sportif vient d’ouvrir chez Ugo, sympathique monégasque qui tient un restaurant qui ne désemplit pas. Il s’agit du Renegade Sports Bar avec un grand choix de bières (il se trouve derrière le resto, entrée par le stade de boxe Thapae).

FIFA2018TawangCoverOn rappelle ici que, tenant compte du décalage horaire, le début des matchs se fait entre 17h et 2h du matin. C’est dire que la plupart des adresses habituelles des nuits chiangmaiennes offriront la possibilité de voir les matchs, sauf ceux commençant à 1h du matin et au-delà (soit tous les matchs de la Suisse et le dernier du 1er tour pour la Belgique). Les restaurateurs n’ont en effet pas reçu d’autorisation d’aller au-delà de l’heure légale de fermeture (peut-être que cette position sera assouplie pour les matchs de fin de tournoi…). Ceci dit, la Thaïlande étant pays conciliant, les patrons de bar font entrer leur clientèle jusqu’à minuit, fermant alors leur troquet… avec les clients à l’intérieur qui peuvent ainsi jouir du spectacle jusqu’au petit matin ! Ecueils à surmonter : la qualité de diffusion et surtout la langue du commentaire qui appauvrit l’expérience (sauf à comprendre le thaïlandais, obvie). Du côté de Nimman, le quartier branché, on vous conseille fortement le Tawang Mahason, ici; ce sera pour vous une expérience mémorable, l’ambiance étant des plus locales. Il y a d’autres lieux du même acabit à l’image du tout proche Infinity Club et ses hôtesses sportives, du Maldives Old School, lui aussi par là, ou bien encore le WarmUp Cafe, sur Nimman Rd. Difficile d’être exhaustif sauf à y passer des heures ! Néanmoins, il ne faut aucun doute que les « zones à bar » seront animées, à savoir la route Loy Kroh bien sûr, le Night Bazaar (ici et ), le nord du quartier Santitham ou encore les bars autour du JJ Market. N’hésitez pas à flâner dans les rues de Chiang Mai. Vous y trouverez peut-être des endroits originaux à l’image du เตี๋ยวขี้เมา, un bar/resto typique qui projette les matchs sur la façade d’une maison de l’autre côté de la route !

Il y a des milliers d’expatriés ici dans la Rose du Nord, parmi lesquels des experts ès football. Jean-Philippe en fait partie, lui qui vit au royaume depuis plus de 20 ans. Une partie de son temps libre est consacrée à l’entraînement d’une équipe de jeunes joueurs. Il nous livre son pronostic (sachant qu’il est Français) :

Une finale France-Espagne se terminant par un match nul, 1 à 1, avec la victoire de la France aux pénaltys. Précédée des demi-finales : France-Brésil (1 à 1, victoire de la France toujours aux pénaltys) et Espagne-Allemagne (avec une large victoire de l’Espagne). 😏

Selon lui, la meilleure équipe asiatique est le Japon, haut la main (et l’extraordinaire résultat contre la Colombie semble lui donner raison).

Donnons rendez-vous à Jean-Philippe le lundi 16 juillet au petit matin, au lendemain de la finale, afin de voir si ses pronostics tiennent la route 

FIFARussia2018MallsMontage2

Le Mondial de foot à Chiang Mai, ce sera aussi dans les populaires centres commerciaux :

  • Au Central Festival tout d’abord (เซ็นทรัลเฟสติวัล เชียงใหม่), sur la route de contournement no 11, au nord-ouest de la ville. Un événement soutenu par la marque Chang (bières et eaux), un des sponsors officiels ici en Thaïlande .
  • Au One Nimman, nouvel écrin commercial à l’ouest de la ville, qui vous accueille de 17h à minuit. C’est la ravissante place centrale qui a été aménagée à cette occasion mais avouons que l’écran – de moins de 3 mètres de diagonale – est petiot.
  • Egalement au The Wall, non loin du MAYA, nouveau centre architecturellement fort réussi. Hélas, peu, très peu d’ambiance les premiers soirs. Et un écran de moins de 2 mètres de diagonale, petit petit 😦
  • Ajouter à ces trois adresses le Joy Market, sis au Think Park, entre les centres commerciaux MAYA et One Nimman. L’exiguïté de la zone aménagée apporte un brin de chaude ambiance. Seul reproche à formuler : l’écran, placé trop bas, nous offre à admirer les têtes des autres spectateurs au lieu de celles des joueurs sur le terrain !

Enfin, oubliez la zone aménagée au sein du marché NightOut (entre The Wall et MAYA) : l’écran, riquiqui, est de piètre qualité. Dans tous ces endroits cependant, l’ambiance n’est de loin pas celle des grands rendez-vous sportifs drainant les foules; les Thaïlandais sont plutôt calmes et comme leur équipe ne joue pas…

On termine avec des adresses à Bangkok : Le Petit Journal vous dévoile 5 lieux francophones pour vivre le Mondial de foot dans la capitale siamoise alors que ThaïlandeFR vous livre une liste de 8 bars où regarder la Coupe du Monde 2018 dans la cité des Anges. Chock dee !


Les pronostics de « Madame Soleil » et des cochons du Hidden Park

Qui des cochons du Hidden Park  – qui ont pronostiqué correctement la Russie comme gagnante du match d’ouverture (vidéo ci-dessous) – ou des requins du zoo de Chiang Mai – qui eux se sont lourdement trompés en pronostiquant vainqueur l’Arabie Saoudite – fera donc les meilleurs pronostics ? Feront-ils mieux que Newton, le perroquet d’Eurosport (il s’est lui aussi trompé) ? Paul le Poulpe, qui avait fait sensation lors du Championnat d’Europe 2008 et de la Coupe du monde 2010 attend son digne successeur 🤣


Réseaux sociaux – De quelques hashtags

Aux hashtags spécifiques indiqués dans notre article, s’ajoutent bien entendu les hashtags officiels ou non liés à l’événement en lui-même. En vrac : #Russia2018 #Russie2018 #FIFA #FIFA2018 #FIFA18 #CDM2018 #WorldCup #WorldCup2018 #WC2018 #FIFAWorldCup #CoupeDuMonde #CoupeDuMonde2018. Et en thaïlandais : #ตบอลฟีฟ่า2018. Sans oublier la mascotte, #Zabivaka

Vous aurez sans nul doute téléchargé l’application mobile qui vous convient le mieux. Au niveau sportif, c’est sans surprise que celle de la FIFA trône à la première place du classement. Lisez donc les conseils des fins limiers de l’App Store ou du Google Play.

Google y va de son inévitable Doodle quotidien.

FIFARussia2018ThaiFootballCoverFB

© Facebook

Mais comme tout événement sportif d’envergure, la Coupe du Monde (une vitrine à 10 milliards pour la Russie), c’est aussi son lot de paris, légaux et moins légaux (et le Thaïlandais est plutôt joueur…). Moins risqué, et gratuit qui plus est, Gavroche organise un concours. A la clef : des abonnements gratuits à ce magazine francophone, le plus ancien de Thaïlande.

In fine, qui n’a pas connu les albums Panini qui vous permettaient de collectionner les images de tous les joueurs du Mondial ? Ils existent toujours et font encore la joie des jeunes et moins jeunes. Panini s’est associé à la FIFA pour vous offrir un jeu sous la forme d’un album virtuel. Bonne chance à vous.

Et pour nos amis italiens, lo sapete già, la Nazionale italiana non partecipa a questa gara mondiale 😢

FIFA2018Mascotte.jpg

Puisse être Zabivaka de bon augure ! Ce loup, qui irradie la bonne humeur, la séduction et la confiance, est la mascotte officielle de la Coupe du Monde. Son nom signifie “celui qui marque » en russe.

Au fait, si vous n’aimez pas le foot, sachez que vous n’êtes pas seul : feu Pierre Desproges criait déjà « À mort le foot » ! 


Ces joutes sportives, véritable communion religieuse, sont aussi l’occasion d’enrichir votre bibliothèque ! Nous avons sélectionné trois ouvrages de circonstance :

  • L’Histoire officielle de la Coupe du monde de la FIFA. La Coupe du monde de football est devenue le rendez-vous incontournable des fans de foot, celui où l’élite du ballon rond se retrouve pour en découdre un mois durant avant de s’incliner devant le pays champion : Brésil, Italie, Allemagne, Argentine, Uruguay mais aussi France, Espagne, Angleterre ont inscrit leur nom au palmarès. Les exploits de Pelé, Zidane, Maradona et autres Iniesta sont donc relatés et mis en perspectives dans ce livre événement proposé par la FIFA elle-même, qui a ouvert grand les portes de ses archives iconographiques à l’éditeur Marabout pour offrir un livre haut en couleur et agrémenté d’interviews exclusives des champions du monde les plus célèbres (Beckenbauer, Zidane, etc). 304 pages de bonheur pour tout fou de foot.
  • BUT ! Ils ont marqué en finale de Coupe du Monde de la FIFA. Que ressent un buteur lorsqu’il marque en finale de Coupe du Monde ? Quels souvenirs garde-t-il de ce moment unique ? Quelles conditions étaient réunies pour que le miracle s’accomplisse ? Ils sont peu nombreux à pouvoir répondre à ces questions. Depuis les débuts de la Coupe du Monde de la FIFATM en 1930, seuls 58 joueurs ont réalisé l’exploit de marquer un but lors de la finale. Vingt-neuf sont encore en vie aujourd’hui. Au cours de six ans de recherches, Michael Donald a retrouvé, interviewé et photographié chaque membre de ce panthéon exclusif.
    « Seules trois personnes ont fait taire le Maracanã : le pape, Frank Sinatra et moi. » Alcides Ghiggia
    « Quand les gens revoient mon but, ils voient le centre et me demandent : “Comment as-tu fait pour sauter si haut ?” […] Je réponds alors : “C’est Dieu. Il m’a pris dans ses mains et m’a élevé pour que je marque ce but.” » Pelé
    « J’étais libéré. Un but et j’étais transformé. On peut parler de l’ensemble d’une carrière, mais marquer deux buts en finale de Coupe du Monde et gagner, je ne crois pas que beaucoup de joueurs puissent s’en vanter. » Zinédine Zidane
  • Fifa Coupe du monde 2018 : Le guide officiel. Un guide détaillé permettant de tout savoir sur le plus grand rendez-vous footballistique au monde. Il se destine aux adolescents.

D’autres livres s’adressent particulièrement aux enfants : Le Guide Junior (dès 6 ans), un Livre d’activités ou encore un Livre de coloriage (à partir de 3 ans), histoire de faire participer toute la famille à l’événement.

Sinon, la sélection des éditeurs eux-mêmes comprend beaucoup d’autres ouvrages. On vous laisse en prendre connaissance.

Mais hélas, FIFA rime également avec scandale. Et les livres dénonçant les excès et dérapages de cette instance sportive sont là pour le rappeler. N’en citons que deux : Le scandale de la FIFA, par Andrew Jennings, un journaliste d’investigation écossais, connu pour ses enquêtes sur la corruption à la FIFA et au comité des jeux olympiques. Un livre qui est le fruit de quinze années de travail et qui a mené à l’arrestation de plusieurs dirigeants de la FIFA ! Plus ancien, Carton rouge ! Les dessous troublants de la FIFA, un livre choc, totalement explosif, qui avant même sa parution en 2006 a provoqué la colère de la FIFA et de son président, Joseph « Sepp » Blatter. Lesquels ont tenté d’obtenir son interdiction. En vain. Où l’on découvre le sens de la famille, le goût du secret, du pouvoir et de l’argent du président ayant succédé au tout aussi sulfureux Joào Havelange…

Tous ces livres sont livrables par Amazon, en Thaïlande aussi.


On se quitte avec le clip officiel de cette cérémonie sportive en souhaitant bien évidemment que la meilleure équipe gagne (et ce ne sera pas l’Italie) !

 


Sources principales (non citées ci-dessus) : FIFA.com, Bangkok Post, SportsPro
Image à la Une (recadrée) : Oil – Concept : WorldCup2018 – Modèle : เจนจิรา แก่นอินทร์ – Photographe : Petchy Saosri © Cup E
Mise à jour le 20.06.2018

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Pèlerinage annuel nocturne du Doi Suthep

C’est du Doi Suthep que l’on peut embrasser du regard toute la Rose du Nord !

WalkUpDoiSuthep2017CoverFB

© CM108.com

Evoquer Chiang Mai, c’est forcément parler du Doi Suthep, montagne tutélaire de la ville. Un sommet qui tire son nom de Sudeva Rishi, qui, touché par la grâce du Bouddha, se convertit et devint moine, menant une vie d’ermite, passant son temps à méditer dans une grotte au sommet de la montagne qui prit ainsi son nom : Suthep. Doi, en langue locale, signifie montagne. Les parents de Sudeva Rishi sont d’ailleurs fêtés dans un spectaculaire festival annuel qui voit la mise à mort d’un buffle : Pu Sae et Ya Sae. Le jour du Vesak – pleine lune du 8e mois lunaire – commémore simultanément trois événements importants de la vie du Bouddha : sa naissance, son illumination et le nibbana, son extinction. C’est à l’occasion de cette fête commémorative, la plus importante pour les bouddhistes, qu’a lieu le fameux pèlerinage nocturne du Doi Suthep, cher au cœur des habitants de Chiang Mai (il est dit que nous en somme à la 647e édition). Une expérience, si vous deviez vous aussi la réaliser, que nous vous promettons inoubliable 😌

Le Wat Phrathat Doi Suthep Rat Wora Wihan (en thaïlandais วัดพระธาตุดอยสุเทพราชวรวิหาร), appelé plus simplement Wat Prathat Doi Suthep est le temple qui se trouve sur le premier des deux sommets (le second étant le Doi Pui, le tout formant un parc national). C’est sans nul doute le temple bouddhiste le plus vénéré en Thaïlande du Nord. La route du temple a été ouverte le 30 avril 1935, permettant aux automobiles d’y accéder. Elle a été construite par une armée de volontaires sous l’égide du moine rénovateur Khruba Srivichai, un moine tout aussi vénéré que le temple.

Le pèlerinage annuel dont il est question ici emprunte donc cette route de 11 kilomètres. Pour rejoindre le sommet, situé à 1676 mètres, il vous faudra compter entre 3 et 4 heures de marche depuis le pied de la montagne. Une fois le temple en vue, il y a encore 306 marches d’escalier à grimper pour atteindre la pagode. Une ascension qui début au sanctuaire de Khruba Srivichai, peu après le zoo de Chiang Mai. Comme le rappelle l’abbé responsable du temple, c’est un événement ouvert à tous, au premier rang desquels les bouddhistes bien entendu. Il est demandé d’être vêtu de blanc. Et, s’agissant d’un rite religieux, c’est une attitude respectueuse qui est attendue de vous. L’édition 2017 a vu affluer près de 55’000 participants; certains d’entre eux marchent tenant entre leur mains une chandelle. Il y a également moult stands (cf. la carte ci-dessous) où vous pourrez vous reposer et où vous attendent des moines : ils vous mettront un bracelet en coton autour du poignet, vous gratifiant d’une bénédiction. Cette affluence, avec son lot de boissons gratuites et d’encas ingurgités tout au long du parcours, gère beaucoup de déchets (27 tonnes l’année dernière). Les autorités ne manquent d’ailleurs pas de donner des consignes écologiques (hélas peu respectées). C’est dire que les volontaires sont les bienvenus pour prêter main forte aux organisateurs. Notez que les étudiants de l’Université de Chiang Mai (CMU) effectuent eux aussi une telle ascension mais à une autre période, à l’ouverture de l’année académique.WalkUpDoiSuthep2017Photo5

Les festivités à proprement parler commencent par l’arrivée de l’eau lustrale à l’aéroport de Chiang Mai, en provenance de Bangkok, cadeau de Sa Majesté le roi. Une parade en voiture amène cette eau bénite au temple du Doi Suthep. Cela s’est déroulé le 23 mai 2018. Que vous ayez l’intention ou non d’effectuer l’ascension nocturne en compagnie des locaux, ne manquez pas le fabuleux spectacle donné le soir-même au sanctuaire de Khruba Srivichai – le 28 mai donc. Les autres jours de l’année, on vous invite à effectuer la visite matutinale du tempe du Doi Sthep en compagnie d’un ancien moine, un circuit exclusif proposé par le Swiss-Lanna Lodge. A moins que vous ne préfériez être parmi les hordes touristiques qui affluent en journée, causant d’importants dégâts à l’écosystème de ce parc naturel.

WalkUpDoiSuthep2017Ceremony.JPG

Quoi qu’il en soit, voici le programme 2018 du pèlerinage annuel du Doi Suthep à l’occasion du jour du Vesak :

Dimanche 27.05.2018, après 16h (probablement vers 18h) : procession d’un char illuminé par des lanternes traditionnelles (typiques du Lanna), du Wat Upakut au Wat Phra Sing, au coeur de la cité historique, le long de la route Thapae.

Lundi soir 28.05.2018 (14e jour du 8e mois lunaire).
Joignez-vous aux pèlerins en marchant de nuit les 11 km du pied du mont Suthep au temple bouddhiste éponyme. Le départ se fait au sanctuaire de Khruba Srivichai (juste après le zoo). Le but est d’arriver tôt le matin au temple afin d’y effectuer trois circumambulations en guise de mérite, sans oublier l’aumône matutinale aux moines. Programme du pèlerinage nocturne du Doi Suthep :
• 18h30 : cérémonie d’ouverture au monument de Khruba Srivichai, aux pieds de la montagne.
• 19h09 : cérémonie religieuse en présence de 9 moines.
• Puis : show historique qui s’annonce haut en couleurs.
• 19h59 : procession colorée vers le temple du Doi Suthep.
• A 1h du matin, cérémonie religieuse (dépôt de l’eau sacrée au sanctuaire du Wat Phrathat Doi Suthep).

Mardi 29.05.2018 (15e jour du 8e mois lunaire, le jour du Visakha Bucha à proprement parler, วันวิสาขบูชา), au temple.
• 06h30 : cérémonie religieuse avec offrande matutinale aux moines (ตักบาตร, dtàk bàat), à ne pas manquer.
• 17h30 : cérémonie de clôture avec l’eau lustrale royale. Fin à 17h45.
Cette journée verra des bénévoles se consacrer au nettoyage de la route d’accès !

Au dernières nouvelles, courageux seront les pèlerins de cette édition 2018, la 647e donc, car une nuit pluvieuse est annoncée.

La légende de l’Éléphant blanc du Doi Suthep (© Wikipédia)
Selon la légende, un moine de Sukhothai du nom de Sumanathera a vu en rêve un dieu lui dire d’aller rechercher une relique à Pang Cha. Sumanathera s’est rendu sur place et y a trouvé un os, que beaucoup pensent être un os de l’épaule de Bouddha. La relique a montré des pouvoirs magiques, elle a rougeoyé, elle pouvait disparaître, se déplacer et se dupliquer. Sumanathera l’a apportée au roi de Sukhothai, le Dharmmaraja.

Le Dharmmaraja a fait des offrandes et une cérémonie pour l’arrivée de Sumanathera. Cependant, la relique n’a alors montré aucune caractéristique anormale et le roi, doutant de son authenticité, a dit à Sumanathera qu’il pouvait la garder.

Cependant, le Roi Nu Naone du royaume de Lanna a entendu parler de la relique et offert au moine de la prendre. En 1368, avec la permission de Dharmmaraja, Sumanathera a apporté la relique à l’actuelle Lamphun, au nord de la Thaïlande. La relique s’est apparemment dédoublée, une pièce étant de la même taille, l’autre plus petite que l’original. Le morceau le plus petit a été enchâssé au temple à Suandok et l’autre a été placée par le roi sur le dos d’un éléphant blanc qui a été libéré dans la jungle. L’éléphant a escaladé Doi Suthep, alors appelé Doi Aoy Chang (montagne d’éléphant de sucre), et a gémi trois fois avant de mourir. Ceci a été interprété comme un signe et le Roi Nu Naone a ordonné la construction d’un temple à l’emplacement de sa mort.

WalkUpDoiSuthep2018CoverMontage

Recommandations des autorités du parc national Doi Suthep/Doi Puiet parcours du pèlerinage avec ses nombreux arrêts


On se quitte en vous dévoilant des images de la dernière édition du pèlerinage, celle de 2017 donc :


Source photographique de l’image à la Une : TAT et pour ce qui a trait au programme : Chiangmai News. Mise à jour le 02.06.2018

Festival Pu Sae Ya Sae – Mise à mort d’un buffle pour concilier les esprits

On raconte qu’ils voulaient manger le Bouddha…

PuSaeYaSaeFestivalMarco11Âmes sensibles, s’abstenir ! Chaque année ici à Chiang Mai, dès les premières lueurs du jour, durant la pleine lune du 7e mois lunaire*, se déroule un spectaculaire festival animiste, le Pu Sae Ya Sae (สืบสานประเพณีเลี้ยงดง). Un rituel, autrefois parrainé par le roi du Lanna, qui implique le sacrifice d’un buffle de couleur sombre, effectué par un chaman local, qui doit en manger la chair crue et boire son sang – ce qu’il fait généralement après qu’il ait émis un cri strident. Cette cérémonie a lieu dans une clairière boisée aux pieds du Doi Kham, une colline d’environ 15 km au sud-ouest de la ville, à Mae Hia (Canal Rd, non loin de Hang Dong). Mieux vaut s’y rendre tôt pour s’imprégner de l’ambiance locale, avant l’arrivée de quelques groupes de touristes ! Cette année, la cérémonie a lieu le lundi 28 mai 2018, dès 7h du matin. Il vous faudra par conséquent venir avec votre propre moyen de transport (en louant un scooter ou négociant un song thaew par exemple).

NB : il ne nous appartient pas de porter un jugement sur des pratiques locales séculaires; nous tenons cependant à vous préciser que la mise à mort du buffle a lieu durant la nuit, avant l’événement public, une fête qui n’en reste pas moins spectaculaire. La voici résumée en vidéo :

Citylife a réalisé une autre vidéo résumant le rituel (basée sur la cérémonie de 2017).


De l’importance des esprits protecteurs…

Le rituel animiste dont il est question aujourd’hui, peu connu et archaïque, provient du peuple Luas (ou Lawas), une des ethnies régionales jadis au coeur du royaume du Lanna. Les Luas sont les premiers habitants connus de Chiang Mai, avant même la colonisation siamoise de la région, et même mon, soit une période antérieure à l’introduction du bouddhisme dans le nord de la Thaïlande. Nous vous avons déjà parlé du Festival annuel de l’Inthakin qui découle lui aussi d’anciennes croyances de ce même peuple premier. Trois esprits sont ici impliqués, de même que six esprits inférieurs : grand-père Pu Sae, gardien du Doi Suthep, son épouse grand-mère Ya Sae, gardienne du Doi Kham, et leur fils Sudeva Rishi. Ogres cannibales à l’appétit insatiable pour la chair humaine et le sang, ils hantaient jadis la région. On sait peu de choses des Luas, bien que l’on pense qu’ils fussent des chasseurs de têtes comme les Wa de l’État Shan, auxquels ils sont liés. Leur anthropophagie est étroitement liée au rituel Pu Sae – Ya Sae tel qu’il est encore pratiqué aujourd’hui.

Selon une légende locale, le Bouddha, arrivé ici par une vision lors d’un de ses rêves, remarqua un silence inhabituel, comme si le village était inhabité; il en demanda la raison. Les villageois lui apprirent alors que deux géants, mari et femme habitant la montagne, viennent souvent au village et en attrapent ses habitants pour se nourrir. Ce qui expliquait le calme apparent du village. Le Bouddha, compatissant face à ces villageois sans défense, partit à la rencontre des deux géants. Cupides, Pu Sae et son épouse Ya Sae, de même que leur fils Sudeva Rishi, voulurent dévorer le Bouddha. Celui-ci, ayant pris conscience de leur plan, leur fit d’abord peur en posant son pied sur un rocher – où se trouve aujourd’hui le Wat Phra Buddha Bat Si Roi dans le district de Mae Rim. Puis le Bouddha leur adressa un sermon et prédit qu’il y aura bientôt beaucoup de moines dans cette région, les exhortant à ne plus manger la chair des êtres vivants. Sudeva Rishi, le fils du couple, touché par la grâce du Bouddha, se convertit et devint moine, s’abstenant à jamais de consommer de la viande de toute sorte. Plus tard, il se déshabilla pour mener la vie d’un ermite, passant son temps en méditation dans une grotte au sommet de la montagne qui prit ainsi son nom : Doi Suthep. Pu Sae et Ya Sae, de mauvaises grâces, acceptèrent eux aussi de ne plus manger de chair humaine mais demandèrent au Bouddha la permission de manger seulement deux buffles par an, un chacun, en compensation. Le Bouddha fut réticent à cette requête; il les bénit tout de même, leur dévoilant cinq préceptes, puis les quitta.

Et c’est depuis lors que les habitants vivant autour du Doi Kham pensent qu’ils doivent se concilier les deux esprits, considérés comme les gardiens de la montagne, et donc protecteurs de la forêt, en sacrifiant chaque année deux buffles. Une seconde cérémonie, tombée dans l’oubli, se déroulait dans la forêt aux pieds du Doi Suthep. Il s’agit ici d’apaiser ces deux esprits car, malgré leur promesse, la crainte d’un retour à leur vieilles habitudes cannibales est toujours présente. Le buffle sélectionné est abattu avant l’aube. Si l’animal, qui est tué avec un gros couteau par un boucher musulman, tombe parallèlement au ruisseau Mae Hiya, la pluie sera abondante. La tête, les os, la viande, les entrailles et le sang sont séparés et déposés sur une natte, sous le regard bienveillant d’une illustration du Bouddha suspendue à un arbre. Le chaman – qui peut être une femme, exalté par le lao khao (une liqueur blanche), est soudainement et violemment possédé par les deux esprits et se met à manger la chair crue extraite des entrailles du buffle et à boire son sang. Après un moment, le chaman s’effondre sur le sol. Les esprits le quittent, satisfaits. Ce qui permet aux gens qui vivent autour de la montagne d’être rassurés une année de plus. A travers ce rituel effectué au début de la saison des pluies, les habitants espèrent également des pluies abondantes permettant de bonnes récoltes, de même qu’une bonne santé durant l’année (une nouvelle année, Songkran, qui a commencé à mi-avril selon le calendrier thaïlandais).

PuSaeYaSaeFestival2018CoverMontage3

Déroulement de la cérémonie

Selon la légende, le vieux couple anthropophage, Pu Sae et Ya Sae, vivait donc sur les deux montagnes toutes proches, le Doi Suthep et le Doi Kham. Sachant que le Bouddha allait un jour y venir pour se reposer, les dieux védiques Brahma et Indra ont béni le village en apportant une pluie d’or et d’argent. Comme il pleuvait de l’or au village, le Bouddha a prédit que cet endroit s’appellera Doi Kham, ce qui signifie « Montagne d’or ». Et comme il pleuvait de l’argent plus au nord, la montagne a été appelée Doi Ngoen, ce qui signifie « Montagne d’argent » (renommée plus tard Doi Suthep).

PuSaeYaSaeFestivalMarco3

Le terrain rituel, aux abords de la forêt, est déjà prêt dès 6h du matin : le buffle abattu se trouve dans un espace sacré devant douze maisons des esprits. La cérémonie en tant que telle commence généralement peu après 8 heures avec une procession, agrémentée de musique et de danses. Les femmes du village déposent les offrandes prescrites aux esprits : bananes, maïs soufflé, peau de porc, riz gluant, canne à sucre, tabac et aussi de l’eau, de même que des bougies argentées et dorées. Il y a là six plateaux pour l’esprit de la terre et 23 énormes plateaux de feuilles de banane pour les maisons des esprits, chacun contenant des cigares et des noix de bétel. Au sud de la zone rituelle se trouve un sala destiné aux visiteurs qui peuvent voir le médium à l’œuvre, un villageois de la région qui sera bientôt possédé par l’esprit de Ya Sae. PuSaeYaSaeFestivalMarco10A 8h20, Ajarn Phromma, le maître rituel, arrive pour lire les textes sacrés qui appellent les esprits à résider dans les différentes maisons pendant que la musique traditionnelle agrémente la fête. Vers 9h, la bannière Phra Bot, amenée dans un cercueil noir, est hissée – c’est une représentation du Bouddha, flanqué de ses disciples, Sariputra et Moggallana. Neuf moines, reliés au Bouddha par une ficelle de coton blanc, récitent des incantations saintes en langue pali. Vers 9h30, le médium, possédé par l’esprit, se dirige vers le buffle pour se régaler de sa chair crue et de son sang. Vers 10h15, le médium va rendre hommage au Phra Bot.

Ajarn Kraisri Nimmanhaeminda, dont le récit de Pu Sae – Ya Sae a été publié dans le Journal of the Siam Society en 1967, soutient de manière convaincante que la présence de moines bouddhistes et du Phra Bot au sacrifice de buffle est destinée à convaincre les esprits des anciens cannibales que le Bouddha est toujours vivant et qu’ils devraient donc adhérer à leur vœu d’abstinence de chair humaine. Pour les apaiser davantage, on leur accorde leur dernier souhait – de la viande de buffle fraîche avec l’approbation du propriétaire de ce dernier.

PuSaeYaSaeFestivalMarco12

Plusieurs pèlerins demandent à l’homme possédé d’attacher une ficelle blanche autour de leur poignet afin de s’attirer chance et santé. D’autres participants à la fête profitent du passage du médium dans l’assistance pour lui demander les numéros gagnants de la loterie ! C’est vers 11h que prend fin la cérémonie (édition 2016 en vidéo).

Des rites ancestraux

PuSaeYaSaeFestivalMarco21Vous l’aurez compris, il s’agit là de rites ancestraux antérieurs au bouddhisme, ce dernier n’ayant aucune peine à intégrer les croyances animistes. Au même titre que le Festival de l’Inthakin, lui aussi découlant des croyances du peuple Lua, ou encore les rites visant à faire tomber la pluie à l’aide de fusées (fêtes que l’on retrouve au Xishuangbanna, au sud de la Chine, patrie des Dais), l’ensemble de ces fêtes font partie des rites de fertilité, les pluies assurant des récoltes abondantes (principalement de riz).

L’imbrication de rites chamaniques issus du peuple Lua avec des rites bouddhiste du peuple thaïlandais démontre à l’envi l’amalgame qui constitue le Nord thaïlandais, comprenant de nombreuses minorités ethniques. Les Luas et les Thaïlandais vivent ensemble depuis des siècles, partageant des terres et des traditions culturelles. Lorsque les Thaïs sont devenus dominants, ils n’ont pas cherché à éradiquer les rituels luas mais ont participé (en tant que bouddhistes) au rite (très non bouddhiste) du sacrifice de buffles pour adjurer les esprits :

Que le riz des Luas ne meure pas dans leur rizières
Que le riz des Thaïlandais ne se dessèche pas et ne meure pas dans leur rizières
Invocation du Festival Pu Sae Ya Sae

De toute évidence, la symbiose entre Lua et le nord de la Thaïlande est ancienne, étroite et fructueuse. Ainsi, les Luas sont toujours considérés et rappelés comme les ancêtres des Thaïlandais du Nord.

PuSaeYaSaeFestivalMarco22

Celles et ceux désirant approfondir le sujet liront avec intérêt le texte complet de la conférence qu’a donnée Reinhard Hohler le 13 septembre 2011 dans le cadre des réunions de l’INTG – Informal Northern Thai Group. Son titre en est Pu Sae -Ya Sae Spirit Worship: Highlighting the two sacred mountains of Chiang Mai. Ou encore l’article d’Andrew Forbes publié par CPA media, Pu Sae – Ya Sae – Guardian Spirits of Doi Suthep, agrémenté de quelques photos du rituel.

Nos lecteurs qui prendront la peine de participer à cette fête pourront, au retour, faire un détour par le Wat Doi Kham voisin, un charmant temple bouddhiste érigé sur la colline éponyme, qui abrite le grand Bouddha que vous aurez sans nul doute aperçu, un temple connu pour avoir fait gagner plusieurs dévots – ou crédules – à la loterie nationale (ce qui explique les offrandes fleuries qui affluent par milliers). Belle est la vue de là-haut. Ou encore passer l’après-midi au Royal Flora, un parc non dénué de charme (les plus jeunes voudront bien sûr faire trempette au Grand Canyon). On vous conseille également l’indispensable visite du temple tout proche Wat Intharawat (ou Wat Ton Kwen), témoin inestimable de l’architecture du Lanna. Et tout le monde de se retrouver au Brandnew Field Good, un café-restaurant en pleines rizières.

PuSaeYaSaeFestivalMontageFernFengFeng+Rugo

© Bai Fern Feng Feng + Marco Rugo


* à noter qu’il existe plusieurs calendriers lunaires, ce qui explique la différence des mois si vous les comparez à nos autres publications

Nous remercions les Guides Kohlidays pour le crédit de la photo à la Une.
Sources éditoriales (traduction libre avec adaptation) : Chiang Mai Best, Reinhard Hohler (Chiangmai Mail et INTG – Informal Northern Thai Group) et Andrew Forbes (CPA media – The Asia Experts).
Mise à jour le 31.05.2018.

Khru Bawong à Lamphun. Exhumation d’un moine qui a quitté son écorce terrestre

Certains reprochent à la Thaïlande son explosion touristique. Il est vrai que les attractions du royaume, fort nombreuses et variées, attirent les touristes par millions, toujours plus d’année en année¹. Bangkok est d’ailleurs une des villes les plus visitées au monde, si ce n’est la plus visitée². Chiang Mai attire également moult touristes parmi lesquels beaucoup de Chinois (nous consacrerons un jour un article à cet intéressant sujet). Malgré cette affluence, il est fort aisé de se balader en des contrées où le touriste se fait plus rare : Chiang Mai De-ci De-là s’escrime à vous faire connaître des lieux et des fêtes qui devraient titiller votre curiosité. Et l’événement annuel dont il est question aujourd’hui, un événement religieux exceptionnel, en fait indubitablement partie.

RobeChangingCeremonyKhruBawong2018Photo3

© Facebook

« Quitter son écorce terrestre », voilà une bien belle expression pour parler de la mort, qui est vue bien différemment selon que l’on soit chrétien, bouddhiste ou encore agnostique ! Kruba Chaiyawongsa, un moine bouddhiste devenu célèbre dans la région, appelé plus communément Khru Bawong, a donc « quitté son écorce terrestre » en l’an 2000. Mais son corps, qui ne s’est point décomposé et est donc momifié, fait l’objet d’un culte des plus étonnants. Ainsi, chaque année, les dévots procèdent à une cérémonie de changement de sa robe monastique. Cela se passe à Baan Phra Bat Huai Tom, dans le district de Li (sous-district de Na Sai), dans la province voisine de Lamphun, au sud de Chiang Mai (à 2h30 de route). Du 15 au 17 mai, les disciples de Luang Pu Khru Bawong, avec l’aide de nombreux moines et des villageois de la région, sont en fête; ils invoquent le corps de feu ce moine vénéré en se remémorant son enseignement. Le 16 mai a lieu le défilé et le 17 est le jour solennel où se déroule le changement de la robe monastique. Participez à cette cérémonie religieuse plus avec piété qu’avec curiosité (et soyez vêtu dignement).

RobeChangingCeremonyKhruBawong2018Cover

Programme des festivités :

Mardi 15 mai 2018 :

  • 06h00 : offrandes matutinales aux moines;
  • 09h00 : réunion des moines au temple;
  • 10h30 : prières;
  • 11h00 : repas pris en commun avec les moines et les novices;
  • 19h00 : prières avec sermon.

Mercredi 16 mai 2018 :

  • 06h00 : offrandes matutinales aux moines;

  • 09h00 : réunion des moines au temple;
  • 10h30 : prières;
  • 11h00 : repas pris en commun avec les moines et les novices;
  • 14h00 : grande procession autour du village;
  • 19h00 : prières avec sermon.

Jeudi 17 mai 2018 :

  • 06h00 : offrandes matutinales aux moines;
  • 09h00 : réunion des moines au temple;
  • 13h00 : changement de la robe monastique de Khru Bawong avec procession, suivi d’une cérémonie où les fidèles peuvent apposer des feuilles d’or sur son corps.
  • 19h00 : prières finales avec sermon.

Les conseils de notre reporter sur le terrain

De Chiang Mai, pour vous rendre dans le district de Li, privilégiez l’ancienne route Chiang Mai-Lamphun (route no 106). Après Pasang, elle devient vallonée, bordée de chaînes montagneuses de part et d’autre (en transports publics, passage obligé par la gare routière de Lamphun depuis laquelle un song thaew vous amènera à Li où vous devrez négocier pour vous rendre jusqu’au temple, à 5 kilomètres de là). Comptez 2h30 de route (bien plus par les transports publics). On vous conseille de passer la nuit sur place, ce qui vous permettra de vivre et la procession du 16 mai et celle du 17 mai où le corps est transporté. Le meilleur établissement doit être le récent Baan Paylin Resort; il est moderne et confortable, offrant une très belle vue sur les montagnes depuis le balcon de votre chambre (attention, réservation anticipée obligatoire car il affichait complet durant cet événement annuel). Autres attractions bouddhistes à visiter sur place : en bordure de route, vous ne pourrez manquer le site du Wat Mon Luang Sa (วัดมณหลวงษา) et ses divers éléments architecturaux éparpillés. De même que le Monument des Trois Moines (Three Kruba Monument, อนุสาวรีย์สามครูบา), au cœur de Li. Tout proche, deux autres temples valent le détour : le Phrathat Ha Duang (วัดพระธาตุห้าดวง) et ses deux imposantes portes, et, juste à côté, le Wat Phra That Duang Diao. Et bien sûr le magnifique chedi doré, le Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai (พระมหาธาตุเจดีย์ศรีเวียงชัย), qui correspond à l’attraction immanquable du district de Li. Ceux qui s’intéressent aux conditions de vie des Karens peuplant la région ne manqueront pas de faire un saut au Ban Huai Tom Royal Project (ศูนย์พัฒนาโครงการหลวงพระบาทห้วยต้ม), qui offre des opportunités professionnelles aux membres de cette minorité ethnique venue de Birmanie. Il y a également à l’est le lac Doi Tao (à sec durant la saison sèche) et plus au sud le parc national Mae Ping mais pour visiter pleinement ces deux derniers sites il vous faudra alors plus de temps à disposition !

Vous serez sans nul doute émerveillé par l’écrin où repose le corps momifié de Khru Bawong. Le bâtiment où les dévots viennent se recueillir recèle de très belles sculptures blanches sur les hauteurs. Sous le regard d’une statue du Bouddha, le corps du moine lui-même est protégé par une sorte de catafalque vitrifié, déposé sur un socle immense où l’argent brille, le tout dans un environnement protégé (et sous air conditionné).

La procession du 15 mai part du Wat Phra Bat Huai Tom et fait le tour du village avec comme halte le Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai. Dès lors, vous pouvez très bien l’attendre dans ce dernier lieu. A moins que vous ne vouliez prendre part à dite procession qui dure plus de 2 heures. Bien que de nombreuses boissons (le plus souvent sucrées) soit distribuées sur l’entier du parcours, il vous faudra encore vous protéger du soleil tapant, à l’aide d’une ombrelle ou d’un couvre-chef (qui ne pas fournis sur place).


Khru Bawong parcourant les collines

Durant son existence, Luang Pu Kruba Wong a parcouru cette région vallonnée, abattant une quantité de kilomètres à pied et visitant beaucoup de villages des provinces de Lamphun, Tak, Mae Hong Son et Chiang Mai. Par conséquent, nombre d’habitants ont bénéficié de son enseignement (la région compte une importante communauté de Karens, une des nombreuses minorités ethniques du Nord thaïlandais). Jusqu’à ce qu’il s’établisse dans le temple du village de Baan Phra Bat Huai Tom, attirant de nombreux disciples. Lui-même végétarien, cet érudit insistait sur les méfaits de la consommation de viande, convertissant beaucoup de disciples au végétarisme (il faut savoir que nombre de temples bouddhistes en Thaïlande n’interdisent étonnamment pas de consommer de la viande). Khru Bawong a contribué à propager l’enseignement du bouddhisme, combattant l’ignorance (les habitants, très superstitieux, sont profondément attachés à l’animisme et croient à l’existence des pee, les fantômes). A travers cette commémoration annuelle, l’enseignement de Khru Bawong perdure.


Quid de la conservation des corps dans le bouddhisme ?

Il peut paraître fort étonnant qu’un corps humain se conserve ainsi au fils des ans, évitant tout signe de décomposition, sans qu’il y ait eu un processus manuel de momification (nous n’avons pas – encore – réussi à savoir si le corps de Khru Bawong a fait l’objet d’analyses médicales poussées). La chrétienté connait aussi ses corps qui subissent peu ou ne subissent pas de putréfaction, évitant le processus normal de décomposition après la mort. Un état touchant les saints et les béatifiés appelé incorruptibilité, mis au bénéfice de l’intervention divine et perçu par les fidèles comme un signe de sainteté. L’histoire du monachisme bouddhique nous apprend que des états spirituels supérieurs, atteints par une intense méditation, agissent sur la conservation des corps (ici en Russie, en Mongolie et bien sûr en Thaïlande); on retrouve parfois des moines momifiés à l’intérieur de statues (comme en Chine). C’est notamment le cas d’un état spirituel rare connu sous le nom de tukdam et réalisable après la mort. Au Japon par exemple, les Sokushinbutsu, des moines bouddhistes, suivaient jadis une longue pratique ascétique, les amenant à se momifier vivants – pratique interdite depuis. Ailleurs, d’autres observations font état d’un « corps arc-en-ciel » correspondant à l’état spirituel le plus élevé, proche de celui du Bouddha historique. La littérature et la tradition orale du bouddhisme font état de nombreux cas où la conscience, sous une forme subtile, voyage hors du corps grossier³. Vous pourrez donc vous-même observer les restes momifiés en vous rendant à cet événement. Exceptionnel, disions-nous. Et l’on vous rappelle de participer à cette cérémonie religieuse plus avec piété qu’avec curiosité (en étant vêtu dignement).


Liens

  • Emplacement du Wat Phra Bat Huai Tom sur Google Maps.
  • Page Facebook dédiée à Khru Bawong.
  • Page Facebook Je suis Karen (ฮา กะเหรี่ยง, une des pages de la communauté karenne, parmi d’autres).
  • Village to the World (présentation officielle du village par Amazing Thailand – l’Office national du tourisme thaïlandais, en anglais).
  • CM77 (site web d’une radio régionale, avec le programme complet mais tout est en thaïlandais).
  • La radio locale, Li Radio, sur Facebook et sur le web.

RobeChangingCeremonyKhruBawong2018PhotoChediSaPageFB

Le splendide Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai © Facebook – AnuKun..AR.boy

Que vous y alliez durant cette fête religieuse annuelle ou à un autre moment de l’année, vous ferez là un bien beau voyage dans une Thaïlande authentique, préservée du tourisme de masse, au contact d’une population campagnarde qui vous ravira. Un village à majorité karenne connu pour son tissage – il produit des textiles variés – et son argenterie (bagues, colliers), de même qu’une production coutelière. Magnifique est son chedi doré, le Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai (พระมหาธาตุเจดีย์ศรีเวียงชัย, photo ci-dessus), encore en construction, au milieu de la vallée (la procession y fait halte). Découvrez ici le village de Baan Phra Bat Huai Tom en vidéo :


Célébration 2018

(Mise à jour du 20 mai 2018). Plusieurs médias locaux ont consacré des articles à cet événement exceptionnel. A l’image de la chaîne de radio CM77. Et comme dit événement a été filmé, on vous en livre ci-dessous la vidéo en espérant qu’elle vous donne envie de mettre ce rendez-vous à votre agenda l’année prochaine :


¹ Top 20 des destinations touristiques et des pays émetteurs – Réseau Veille Tourisme
² Tourisme : Bangkok est la ville la plus visitée au monde en 2016 Mediaphore.com
³ Les états extra corporels dans le bouddhisme par Tsenshab Serkong Rinpotché – Study Buddhism

Crédit photographique de l’image à la Une : inconnu. Source : CM77.
Mise à jour de l’article le 20 mai 2018.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le Festival de l’Inthakin, pilier protecteur de Chiang Mai

Le Wat Chedi Luang, situé au cœur de la cité historique (วัดเจดีย์หลวง), est l’emblème de Chiang Mai. Son immense chedi endommagé est l’une des attractions touristiques les plus visitées de la ville. Nous conseillons d’ailleurs de s’y rendre en soirée, lorsque l’édifice est magnifiquement illuminé, et d’en faire la circumambulation par la gauche (le monument se situant alors sur votre droite), en découvrant avec surprise les divers éléments qui composent le site religieux. Et c’est justement cet écrin qui accueille l’une des grandes fêtes de la ville de Chiang Mai, le Festival de l’Inthakin. Ne manquez pas cette fête annuelle du pilier protecteur de Chiang Mai où la piété des dévots est palpable.

Chaque ville de Thaïlande possède son pilier protecteur. Appelé Inthakin, celui de Chiang Mai se trouve au Wat Chedi Luang. En thaïlandais, plusieurs autres appellations sont utilisées pour cette célébration d’origine brahmanique (บูชาเสาอินทขีล, Lak Mueang Festival, Sai Khan Dok ou encore Bucha Sao Inthakin). Dans le cadre de ce festival qui dure une semaine et qui voit les abords du temple, très animés, se parer des plus beaux atours, ne manquez pas les festivités carnavalesques en soirée (dès 17h) et surtout la grande parade, haute en couleurs, qui a lieu le premier jour.

Programme de l’Inthakin Festival 2018

Cette année, le festival de 8 jours se tient du 11 au 18 mai 2018, correspondant au douzième jour de la lune décroissante du sixième mois lunaire. C’est le premier jour qui est le plus animé. Au programme ce vendredi 11 mai 2018:
  • 9h09: cérémonie religieuse avec adoration d’une statue de Bouddha appelée Fon Saan Haa– littéralement cent milles gouttes de pluie – avec un cortège du Wat Chang Taem au Wat Chedi Luang. Cette statue sacrée est ensuite bénite avec de l’eau lustrale. Les participants à cette ancienne cérémonie en attendent une bonne santé pour eux-mêmes et des récoltes abondantes (espérant que la pluie tombe aux meilleures périodes; on parle ici principalement de riziculture).
  • 14h09: NE MANQUEZ PAS le cortège haut en couleurs dans la cité historique (« le carré ») de la place des Trois Rois au Wat Chedi Luang.
  • 16h : cérémonie d’ouverture
  • Dès 17h : animation des abords du temple avec spectacle folklorique (musique & danses traditionnelles), kermesse et marché animé; joignez-vous aux milliers d’autochtones qui rendent hommage à l’Inthakin, le pilier protecteur. Les moines psalmodient en soirée, bénissant les fidèles.
Habituellement payante, l’entrée est libre durant le festival. Tous les soirs, dès 17h, festivités carnavalesques en soirée avec kermesse et animations culturelles. Vous y trouverez des stands de nourriture locale à foison. Les habitants de Chiang Mai rendent hommage à l’Inthakin, le pilier protecteur de la ville, avec moult offrandes (fleurs, encens, bougies…) qu’ils placent dans chacun des vingt-huit bols disposés sur des nattes dans le temple. Joignez-vous à la population locale pour cette émouvante cérémonie où le but est d’accumuler des mérites à travers les offrandes au temple et les hommages rendus au Bouddha.
Attention : seuls les hommes peuvent accéder au saint des saints, le pilier protecteur en forme de phallus, sur votre gauche en entrant dans le temple; les femmes doivent se contenter de déposer leur offrandes à l’extérieur du sanctuaire.
Et le dernier jour, soit vendredi 18 mai, au Wat Chedi Luang, vous pourrez assister à la cérémonie Tham Boon Muang (bénédiction de la cité) dont le but est d’apaiser les esprits gardiens des douves et des portes de la ville, assurant par là la prospérité de la cité une année durant. Au programme ce jour-là :
  • 9h30 : cérémonie de clôture en présence de 108 moines;
  • 10h00 : aumônes et offrande de nourriture aux moines;
  • 12h30 : parade dans la cité historique(« le carré ») jusqu’au Wat Chang Taem (วัดช่างแต้ม) avec, à 13h09, adoration finale de Fon Saan Haa, la statue de Bouddha ô combien vénérée.

Notez que le huitième jour, il n’y a pas d’offrandes, seules les cérémonies de clôture ont lieu. Attention! S’agissant d’une fête religieuse célébrée dans un temple bouddhiste, une tenue adéquate est exigée (épaules couvertes et pantalon/jupe/robe où les genoux sont couverts).

Le Wat Chedi Luang (วัดเจดีย์หลวงวรวิหาร) sur Facebook (mise à jour aléatoire). L’excellent magazine gratuit Guidelines Travel a consacré un reportage à cette fête, avec de très belles photos (hélas en anglais seulement).

1296, date de la fondation de Chiang Mai

La ville de Chiang Mai a été fondée par le roi Mengrai le 12 avril 1296. A cette occasion, le pilier protecteur a été érigé à 4 heures du matin, une heure astrologiquement propice. C’est le Wat Sadue Muang (วัดอินทขีลสะดือเมือง, Temple du Cœur de la Ville, plus connu comme le Wat Inthakin), près du Monument des Trois Roi, qui abritait originellement le pilier. La ville a ensuite été occupée durant près de 200 ans par les Birmans, temps considérés comme difficiles. Les habitants de Chiang Mai croient que ces calamités sont survenues parce que leur ancêtres n’ont pas respecté les esprits protecteurs de la ville.

Ensuite de quoi, lorsque le prince Kawila réussit à vaincre le Myanmar et à rénover la ville en 1800, il accorda une attention particulière aux besoins des esprits protecteurs. Il a fait déplacer le pilier du Wat Inthakin, à l’abandon, au Wat Chedi Luang (l’actuel pilier date de juin 1893), construisant un pavillon spécial (Viharn Jaturamook) et plantant trois grands arbres alentour, des diptérocarpacées. Une croyance locale affirme que si l’arbre le plus proche du pavillon tombe, alors Chiang Mai tombera aussi !  Sachez encore que le pilier en question ne peut être vu à aucun autre moment de l’année.

Inthakin2018PhotoPanupongBoonruangMontage.jpeg

© Facebook – Panupong Boonruang (photo 1 & photo 2)


La légende de l’Inthakin

C’est Pra Mahaa Meun Wuttiyano du Wat Haw Wang, ici à Chiang Mai, qui nous la raconte.

La région était jadis le centre du royaume du Lanna, pays des Luas (ou Lawas, une des ethnies régionales). La ville était hantée par les mauvais esprits (les pee), cause des problèmes et des difficultés de son peuple. Le dieu Indra (Pra In en  thaïlandais, roi des dieux ou des devas) leur vint en aide en leur confiant trois puits magiques au centre de la ville : un puits d’or, un puits d’argent et un puits de cristal. Indra ordonna à neuf clans de prendre soin des puits magiques, trois clans par puits, et nomma la ville Nopaburi (nop ou นพ signifie neuf). Les Luas pouvaient puiser dans ces puits tout l’or, l’argent et le cristal qu’ils désiraient à condition de respecter les préceptes de vertu. En suivant ces préceptes, leur prospérité était assurée.

Mais cette fortune rendit envieux les habitants des villes alentour. Ces derniers fomentèrent une guerre à l’encontre de Nopaburi. Les habitants furent effrayés et demandèrent alors à un rishi – un saint homme – d’avertir le dieu Indra. Une fois informé, le dieu ordonna à deux géants de retirer du ciel le pilier Inthakin(Intha= Indra, kin= pilier) et de l’enfoncer dans la terre au centre de la ville de Nopaburi. Lorsque les troupes ennemies entrèrent dans la ville, par le pouvoir de l’Inthakin, elles furent transformées en marchands. Au lieu de combattre, ces marchands demandèrent au peuple Lua une part de richesse. Les Luas ont simplement averti les marchands qu’en suivant les préceptes de vertu et d’honnêteté du dieu Indra, fortune sera faite. Une partie des commerçant suivit ce chemin de vertu. Mais hélas, trois fois hélas, d’autres prirent un autre chemin, celui de l’avidité. Ce qui attisa la colère des deux géants qui retirèrent alors le pilier protecteur, le ramenant au ciel.

Ce retrait entraîna la disparition du pouvoir magique des trois puits. La population a commencé à souffrir. Ce fut à cette époque qu’un moine vénéré dans tout le royaume Lanna fit une prédiction funeste : dans quelques années, la ville serait dévastée ! Les Luas prirent peur quant à leur sombre avenir, implorant l’aide du moine. Ce dernier informa Indra qui conseilla alors aux Luas de fabriquer un grand wok en métal pour y mettre des figurines de tous les animaux par paires, de même les hommes et femmes de toutes les langues, et d’enterrer le tout, auréolé d’une réplique du pilier céleste, l’Inthakin. Les habitants devront venir adorer le pilier, tout en respectant les préceptes de vertu, ce qui apportera paix et prospérité à la ville. Et c’est ainsi qu’en suivant cette tradition, la ville n’a plus jamais connu de grande catastrophe jusqu’à aujourd’hui.


La vidéo ci-dessous vous dévoile l’ambiance nocturne de la fête :

In fine convoquons l’érudition de Jean de la Mainate, animateur de Merveilleuse Chiang Maï, un blog de référence, qui vous en dira encore plus sur le Festival de l’Inthakin, cette colonne représentant à ses yeux un pacte entre deux mondes, celui des hommes et celui des esprits.

Celles et ceux sachant lire le thaïlandais pourront également consulter une source de référence, le Centre d’Information du Nord thaïlandais de l’Université de Chiang Mai (CMU). Programme complet des festivités (toujours en thaïlandais).
On conclut ici en souhaitant la plus grande prospérité aux habitants de la ville de Chiang Mai, comptant sur eux pour rester vertueux.

Principale source éditoriale : Chiang Mai Best (traduction libre avec adaptation).

Crédit de la photo à la Une : Neona Neonana (source Facebook – ChiangMai Photo Club).

Bonne Année (thaïlandaise) ! Retour sur les festivités du Songkran 2018 à Chiang Mai

« Songkran – le Nouvel An thaïlandais – est un événement célébré sur plusieurs jours fériés dans tout le pays. Du 13 au 15 avril (avec de très légères variantes selon les régions) toute la Thaïlande est en fête, conjuguant à merveille anciennes traditions et plaisirs plus modernes et bruyants. Pour les touristes, c’est l’occasion unique d’assister à des rituels empreints de respect mais aussi de participer à de folles batailles d’eau dans les rues des villes et des villages. Pour les Thaïlandais, c’est le temps d’une belle réunion familiale où tous se rendent au temple pour faire des dons et de bonnes actions afin d’observer les traditions. Il ne fait aucun doute que c’est une superbe période pour être en Thaïlande où que ce soit. »

A cette entame rédigée par l’Office national du tourisme thaïlandais (la TAT, son sigle en anglais), nous serions tentés d’ajouter « et plus encore à Chiang Mai » ! Nous vous avons déjà parlé de Songkran mais maintenant que la fête est finie permettez que l’on vous propose quelques photos et vidéos afin que vous puissiez vous rendre compte de l’esprit qui règne durant cette période et de l’ambiance unique que vous offre Chiang Mai à cette occasion.

PhotoPop(cheminsepétillante)

© Facebook

Les jours précédant les festivités, beaucoup de Thaïlandais arborent une tenue allègre, les chemises bigarrées fleurissent dans les rues de la ville. La majorité d’entre eux profitent des jours de congé pour se retrouver en famille (un immense mouvement de population qui causent hélas beaucoup d’accidents). On nettoie à fond la maison, on s’offre des cadeaux, on procède aux ablutions pour marquer le respect aux anciens. On se rend également au temple pour y effectuer des circumambulations et y élever des pagodes de sable. C’est dire que Songkran ne doit surtout pas être résumé à cela :



 
Ici à Chiang Mai, c’est le 12 avril, jour de la création de la ville il y a 722 ans, que les festivités commencent réellement. Sur la place des Trois Rois, l’on rend ainsi hommage au roi Mengrai Le Grand (en thaïlandais : พ่อขุนมังราย, 1238-1317), fondateur du Lanna. C’est aux aurores qu’une cérémonie d’offrandes aux moines est organisée.

S’ensuivent des animations où les arts du Lanna sont à l’honneur – rappelons ici la richesse de cette culture, Chiang Mai étant considérée comme la capitale culturelle de la Thaïlande. Cette année, une magnifique danse traditionnelle – le fon leb ou danse des ongles – en a été le clou (vidéo dès la 12e minute, quelques photos ici et ) :



 
Le 13 avril marque le début du Songkran à proprement parler. C’est généralement à la Porte Tha Pae qu’une cérémonie d’offrande aux jeunes moines est organisée tôt le matin, suivie par une parade de Miss Ombrelles en vélo. Cette année, c’est sur cette même place que la cérémonie officielle a eu lieu (une cérémonie que vous pouvez revoir en vidéo). Une place très animée, avec moult stands et ateliers.

Autre événement qu’il ne faut en aucun cas manquer : la cérémonie religieuse organisée au Wat Phra Singh, temple le plus vénéré de la ville, au coeur de la cité historique (วัดพระสิงห์วรมหาวิหาร). Elle se déroule de 9h09 à 9h39 – les Thaïlandais savent être précis. La statue du Bouddha la plus vénérée de ce temple est transportée sur un chariot sacré; occasion unique de se rendre compte de la piété dont font preuve les dévots bouddhistes.

Et ce jour-là, le 13 avril donc, c’est le jour de la grande parade du Phra Buddha Singh qui s’étend tout l’après-midi de San Pha Koi au Wat Phra Singh, en passant par la route Tha Pae. De nombreux chars fleuris surmontés de diverses statues du Bouddha sont aspergés d’eau. La vidéo complète de l’événement ci-dessous (et quelques photos ).



 
Le lendemain, 14 avril, les batailles d’eau continuent d’animer toute la ville ! C’est le jour de la procession des branches sacrées de l’arbre de la Bodhi (kham salee) de l’Iron Bridge (pont en fer) jusqu’aux divers temples de la rue Thapae, durant l’après-midi.

Comme toute grande fête en Thaïlande, les concours de beauté font florès ! Et c’est ce jour-là qu’a lieu l’élection de Miss & Mister Songkran. Un Nouvel An auquel est naturellement conviée Miss Chiang Mai en invitée d’honneur. Vous pouvez revivre en vidéo cette soirée animée, avec danses et défilés. And the winner is… Onanong (no 10, อรอนงค์) est Miss Songkran 2018 et Thirawat (no 12, ฐิรวัฒน์) est, lui, Mister Songkran 2018 🤩


💦 En dehors des cérémonies officielles, beaucoup d’autres événement se tiennent au moment du Nouvel An thaïlandais. C’est notamment le cas du Songkran traditionnel qu’organise le Wat Mok Moli (วัดโลกโมฬี). Bel écrin qui vous permet d’approcher la culture authentique du Lanna (et dont la visite, durant le Songkran, nous parait indispensable).

Autre manifestation qu’on apprécie particulièrement pour son authenticité, et qui n’attire, à notre humble avis, que trop peu de personnes, habitants comme touristes, le Songkran Water Festival. Cette année, c’est le musée des Maisons traditionnelles du Lanna (Lanna Traditional House Museum, พิพิธภัณฑ์เรือนโบราณ) qui l’a accueillie. Au menu, des espaces dédiés (la cour khuang luang où des rites religieux sont effectués (comme le bain rituel du Bouddha de votre jour-anniversaire), un marché à l’ancienne kad mua, un pavillon de style Lanna où oeuvrent des artisans), de même que des spectacles avec danses traditionnelles et musique folklorique. En voici quelques photos. L’édition 2016, interrompue prématurément par la pluie et à laquelle nous avions participé, était somptueuse (la preuve en vidéo).

Le parc royal Rajapruek, qu’on appelle plus communément le Royal Flora, organise lui aussi chaque année des festivités durant le Songkran, réjouissances qui maintiennent vivantes les traditions du Lanna. Ainsi cette année, tout un chacun était invité à s’habiller de manière traditionnelle.


A Chiang Mai De-ci De-là, vous nous savez fervents de promotion culturelle. Mais avouons que la plupart des touristes qui viennent ici dans la Rose du Nord le font pour prendre part aux festivités des plus arrosées du Nouvel An. Pour eux, Songkran est surtout l’occasion de gigantesques batailles d’eau, dans la rue, durant les cortèges ou encore en des lieux organisés comme les centres commerciaux. Belle occasion de se rendre ainsi compte que les Thaïlandaises et Thaïlandais aiment faire la fête. Que disons-nous, adorent faire la fête 😆

 

Evidemment, Chiang Mai n’a en rien le monopole de la fête. C’est tout le royaume qui fête Songkran, le Nouvel an, villes comme villages. Comme par exemple à Lampang (vidéo ci-dessous) Phayao ou Lamphun, pour ne citer que ces cités du Nord thaïlandais.

Notre conseil pour votre prochain Songkran, à Chiang Mai ou ailleurs : ne programmez rien durant ces trois jours (et plus) de fête et laissez-vous porter par la grâce de l’inattendu, sans oublier au préalable de consulter le programme des festivités afin d’en profiter à fond. C’est ainsi que vous serez, vous aussi, emballé par cette fête unique en son genre qui restera sans doute comme l’un des plus beaux souvenirs de votre séjour en Thaïlande.

SongkranMemoriesMontage

Songkran, une fête célébrée depuis bien longtemps – © Facebook

Il y a bien entendu d’autres raisons de venir à Chiang Mai, surtout si c’est votre première visite. Pour ce qui a trait à l’hébergement, notre conseil habituel : ne vous faites donc aucun souci. Comme toujours en Thaïlande, on trouve de quoi se loger. D’autant que Songkran marque la fin de la haute saison touristique. En revanche, si vous souhaitez résider à une adresse précise, mieux vaut réserver au préalable, les meilleurs établissements étant pris d’assaut.

💦 Sabaidee pee mai ! Bonne Année (thaïlandaise) à vous 😄


Image à la Une © Facebook – Chiangmai Maha Nakorn News

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Songkran 2561 – Le Nouvel An thaïlandais 2018 ici à Chiang Mai

Avec le Loy Kratong (la Fête des Lumières), Songkran (la Fête de l’Eau, สงกรานต์ en langue thaïlandaise) est sans nul doute la plus belle fête à vivre ici en Thaïlande. Il s’agit du Nouvel An siamois, célébré dans toute la Thaïlande (et au-delà). Cette année 2018 correspond à l’année 2561 du calendrier bouddhique siamois (+ 543 ans à ajouter au calendrier grégorien; facile à retenir 5-4-3, merci Objectif Thaïlande) mais pour des raisons pratiques, le passage à la nouvelle année se fait le 1er janvier comme l’année occidentale. Une fête ô combien arrosée… d’eau ! Il faut dire que c’est habituellement la période la plus chaude de l’année. Et c’est au nord de la Thaïlande que ce festival garde toute sa fraîche saveur, à Chiang Mai en particulier, où les festivités durent trois jours. Dès le début du mois d’avril, l’effervescence se manifeste d’abord avec l’habillement des habitants qui revêtent chemises et chemisiers festifs, fleuris et bigarrés. En tant que touriste de passage, il vous sera difficile d’assister aux diverses célébrations tant religieuses que familiales. La fête se résumera donc bien souvent pour vous aux batailles d’eau dans les rues.

En jetant un oeil sur le programme officiel (en thaïlandais, en anglais ou encore en mandarin), pas facile de savoir où et quand se déroulent les temps forts de la fête. D’autant qu’en parallèle ont lieu des festivités ignorées du programme officiel, à l’image du Water Festival Thailand, axé sur la tradition, des festivités au Royal Flora ou encore des fêtes organisées dans les temples comme le Wat Mok Moli. Où donc fêter Songkran ? On vous ici livre quelques pistes. Les nombres entre parenthèses renvoient à la numérotation de notre carte interactive sur Google Maps (version PDF). Notre page Facebook vous tient au courant de manière encore plus précise au fil des jours.

CarteSongkran2018ChiangMaiFRA

Points névralgiques et temps forts

C’est bien simple, tous les quartiers de la ville sont en fête, plus particulièrement les routes autour des douves de la cité historique («le carré») et la route Huay Kaew (9) ! Avec, comme points névralgiques et temps forts :

La place de la Porte Tha Pae (1). Cette place sera le coeur de la fête cette année avec de nombreux événements : offrandes aux jeunes moines vendredi de 6h à 8h suivies de la cérémonie d’ouverture à 8h09 avec une parade de Miss Ombrelle en vélo. Une cérémonie religieuse suit à 9h09 au Wat Phra Sing (convoi d’un Bouddha sacré). Vendredi, de 7h à 11h30, des concours sont organisées. Vous pourrez vous initier à divers arts du Lanna dans des ateliers tous les jours de 10h à 22h; des spectacles folkloriques (avec danses) s’y dérouleront. De même que des concours de beauté dès 19h. Animations aussi à la place des Trois Rois (2) avec, entre autres, des offrandes matinales aux moines, jeudi de 6h à 8h, et une cérémonie en honneur du roi Mengrai, fondateur de la ville, jeudi aussi de 6h à 10h30, avec une immanquable danse traditionnelle (fon leb).

Ne manquez surtout pas  3 grandes parades dont l’itinéraire est le suivant (l’épicentre sera la route Tha Pae (3) où elles passent toutes) :

  • entre Sanpakoi et le Wat Phra Singh, en passant par la route Tha Pae, procession des chars Phra Buddha Singh le vendredi 13 avril de 13h30 à 18h;
  • de l’Iron Bridge (pont en fer) jusqu’aux divers temples de la rue Thapae, procession des branches sacrés (kham salee) le samedi 14 avril, de 13h30 à 17h;
  • et la plus importante, la grande paradedu dimanche 15 avril, de 13h30 à 18h, de la Place des Trois Rois à la Maison du Gouverneur (pont Nawarat).

Songkran traditionnel Lanna

Songkran2018WaterFestivalCoverMontage

Celles et ceux qui recherchent l’authenticité du Songkran privilégieront ces autres endroits où la culture du Lanna est mise en avant.

LeMusée des Maisons Traditionnelles du Lanna (4), point de chute officiel du Water Festival Thailand cette année. Du 13 au 15 avril, de 11h à 22h, vous serez plongé au coeur de la culture du Lanna dans ce superbe emplacement. Vendredi à 16h : cérémonie d’ouverture avec un beau spectacle traditionnel; samedi à 18h45 : un show avec des artistes thaïlandais et dimanche à 18h30 : un défilé de mode avec de magnifiques costumes liés historique immanquable ayant pour thème le règne de Chao Dara Rasmi, une princesse renommée du Lanna. En savoir plus en cliquant ici.

Ne manquez pas de visiter les anciens temples bouddhistes où se déroulent des cérémonies religieuses, des bains rituels des statues du Bouddha, et d’originaux amas de sable avec des fanions typiques du Lanna. Comme par exemple le Wat Mok Moli (5), au nord-ouest de la cité historique, à l’extérieur des douves, où se tiendra un Songkran Traditionnel du 13 au 15 avril, de 18h à 21h, avec un marché « Kad Mua » qui vous permettra de goûter à une authentique cuisine du Lanna (programme).

Et enfin au parc royal Rajapruek (6),jusqu’au 30 avril, de 8h à 18h. Vous pourrez visiter le Royal Flora en habits traditionnels thaïlandais (un service de location est à votre disposition sur place). Découvrez ce qu’est réellement la tradition du Nouvel An Lanna dans une ambiance d’antan. Cet original événement a déjà fait l’objet d’un article complet. Jetez un oeil à quelques belles photos.


Animations dans les centres commerciaux

Songkran2018OneNimmanCoverLes centres commerciaux ne sont pas en reste; ici, ce sont la musique et le fun qui priment, généralement en soirée, avec de l’eau à profusion ! Relevons que les événements, qui attirent les jeunes, sont souvent sponsorisés par des marques de… bière. Elles en profitent pour faire leur promotion à l’image de ces trois vidéos-clips humoristiques (1, 2et 3). Mais dits centres mettent en place également des autels avec diverses statutes du Bouddha afin que tout un chacun – leur clients – puisse procéder à des bains rituels; certains érigent même des pagodes en sable où l’on plante des fanions typiques du Lanna, accompagnés de billets (de l’argent donc). C’est là une récupération commerciale des rites bouddhistes du Songkran. Vous pourrez voir ceci dans tous les centres commerciaux à l’image du One Nimman.

Songkran2018MallsMontage

  • Sans oublier la populaire Songkran Pool Party qu’organise Le Méridien (12) le vendredi 13 avril, de 15h à 22h. Deux autres établissements lui ont emboîté le pas. La piscine du Shangri-La (13) sera en effet elle aussi aussi en fête le même jour aux mêmes heures ! Et troisième pool party, mais d’un style différent, plus calme, au Rati Lanna (14) du 12 au 15 avril, de 13h à 18h.

Songkran2018PoolPartyMontage


Ambiance locale – Nos adresses

Les jeunes se retrouvent tous au Hom Bar (ฮอม บาร์, 15), où les festivités du Songkran ont lieu du 13 au 15 avril, de 18h à minuit. De même qu’au ChaCha Bar (ร้านชาชา, 16), samedi 14 avril, de 20h à minuit. Ambiance locale garantie ! Il va de soi que tous les autres lieux habituels de sortie nocturne seront de la partie pour animer le Songkran ! N’en citons que trois : The Edge (samedi 14 avril à 19h), le Warm Up (les vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 avril) et le Hard Rock Cafe, au coeur du Night Bazaar (vendredi 13 avril, de 10h à minuit).


Restaurants et marchés

Certains restaurateurs vous proposent des menus spéciaux durant Songkran, à l’image du U Nimman qui vous propose un buffet du 12 au 15 avril, de 17h à 22h.

Et comme toujours, les marchés piétonniers de nuit («Walking Street»), celui de la route Wualai (17) le samedi soir (14 avril) et celui au cœur de la cité historique (18) le dimanche soir (15 avril).


Aux alentours

Songkran2018LampangCover1Il est tout aussi original de fêter Songkran dans les villes proches comme Mae Rim, Doi Saket, San Kamphaeng, Mae Jo (programme), Chom Thong, Lamphun (programme) ou encore Lampang (du 9 au 13 avril dans cette dernière cité; programme). Le tourisme n’a pas encore dénaturé ces endroits à l’écart que nous vous recommandons chaudement.

C’est bien tout le royaume de Thaïlande qui fête Songkran. Sa Majesté le roi Rama X anticipe les festivités à Bangkok à l’occasion de la Journée de la dynastie Chakri, le 6 avril. Impossible ici de relater toutes les fêtes, elles se comptent en centaines ! On vous renvoie à l’article en anglais du blogueur Richard Barrow qui en recense quelques-unes (ou alors Thailandee pour une version francophone). Signalons en plus une action originale de soutien, celle menée par la fondation Mai Khao Marine Turtle, sise à Phuket (et qui coûte THB 5’000.- tout de même), où il s’agit de relâcher une tortue dans la mer à l’occasion du Nouvel An thaïlandais, cet animal marin représentant un signe de longévité dans la culture asiatique. Mais Songkran est également fêté par la diaspora siamoise dans beaucoup de pays (comme ici en Suisse allemande).


Fêter Songkran au jour le jour (à Chiang Mai donc) 💦

◉ Jeudi 12.04.2018 💦

Les festivités du Songkran débutent le vendredi 13 avril à proprement parler mais il y a déjà des célébrations ce jeudi 12 avril en lien avec la fondation de la ville de Chiang Mai, il y a 722 ans par le roi Mengrai. Elles se déroulent à la place des Trois Rois :
✺ De 6h à à 10h30, ce sera la traditionnelle cérémonie d’adoration du Roi Mengrai le Grand, fondateur de la ville, avec une cérémonie d’aumônes matinales aux moines entre 6h et 8h et une très belle danse traditionnelle fon leb à ne pas manquer. D’autres spectacles en lien avec la culture du Lanna sont donnés sur la place.
✺ De 10h09 à 11h39 à la Municipalité de Chiang Mai. Cérémonie rituelle en l’honneur de Kabillaphrom Almighty, la déité du Nouvel An thaïlandais.
✺ De 17h30 à 23h à la place des Trois Rois. Concours de création d’ornements de dévotion Lanna avec procession (à 17h30) et cérémonie de bain rituel.
La place des Trois Rois est donc l’endroit où il faudra être ce jeudi 12 avril, de 6h à 10h30.

◉ Vendredi 13.04.2018 💦

A NE PAS MANQUER : de 6h à 8h à la place de la Porte Tha Pae, cérémonie d’offrande aux jeunes moines, suivie par une parade de Miss Ombrelles en vélo. De 8h09 à 8h39 à cette même Porte Tha Pae se déroule la cérémonie officielle.
A NE PAS MANQUER : de 9h09 à 9h39 au Wat Phra Singh, cérémonie religieuse(la statue du Bouddha très vénérée de ce temple est transportée sur un charriot sacré).
✺ De 10h à 22h à la Porte Tha Pae, beaucoup d’activités culturelles Lanna avec spectacles et ateliers.
A NE PAS MANQUER : de 13h30 à 18h de San Pha Koi au Wat Phra Singh (en passant par la route Tha Pae). Grande parade du Phra Buddha Singh (nombreux chars fleuris surmontés de diverses statues du Bouddha).
✺ De 19h à minuit à la Porte Tha Pae, concours de beauté Miss & Mister Songkran.
✺ De plus, de 9h à 22h au Buddhasatharn (Buddhist’s Society, à côté du pont Nawarat). Cérémonie rituelle d’adoration des reliques de Bouddha, bain rituel de Phra Sirimangalajarn et construction de pagodes de sable.
N’oubliez pas le Songkran traditionnel qu’organise le Wat Mok Moli de 18h à 21h (วัดโลกโมฬี) et le merveilleux Water Festival Thailand au musée des Maisons traditionnelles du Lanna (CMU Lanna Traditional House Museum, พิพิธภัณฑ์เรือนโบราณ).

SongkranBolEauTATPhotograph

◉ Samedi 14.04.2018 💦

✺ De 10h à 22h à la Porte Tha Pae, beaucoup d’activités culturelles Lanna avec spectacles et ateliers.
✺ Le ‘Water Festival Thailand’ de 11h à 22h au Musée des Maisons Traditionnelles du Lanna.
A NE PAS MANQUER : la procession des branches sacrées de l’arbre de la Bodhi (kham salee) de l’Iron Bridge (pont en fer) jusqu’aux divers temples de la rue Thapae, de 13h30 à 17h.
A NE PAS MANQUER : la cérémonie d’ouverture du Songkran de style traditionnel au vieux temple Wat Lok Moli; elle se déroule à 16h et vous profiterez d’un spectacle typique des arts du Lanna avec notamment des danses folkloriques.
✺ A 18h45 : des artistes thaïlandais se produiront en spectacle au Water Festival Thailand.
✺ De 19h à minuit à la Porte Tha Pae, concours de beauté Miss & Mister Songkran (ce sont là les finales).
✺ Et enfin, n’omettez pas de visiter les vieux temples bouddhistes, joliment décorés durant ces festivités.
N’oubliez pas le Songkran traditionnel qu’organise le Wat Mok Moli de 18h à 21h (วัดโลกโมฬี) et le merveilleux Water Festival Thailand au musée des Maisons traditionnelles du Lanna (CMU Lanna Traditional House Museum, พิพิธภัณฑ์เรือนโบราณ).

◉ Dimanche 15.04.2018 💦

✺ De 10h à 22h à la Porte Tha Pae, beaucoup d’activités culturelles Lanna avec spectacles et ateliers.
✺ Le ‘Water Festival Thailand’ de 11h à 22h au Musée des Maisons Traditionnelles du Lanna.
A NE PAS MANQUER : une parade du Songkran (ce n’est pas là la grande parade) au @ Wat Lok Molee, à 10h.
A NE PAS MANQUER : la GRANDE PARADE (salutations aux ornements) de la place des Trois Rois à la Maison du Gouverneur (pont Nawarat), de 13h30 à 18h.
A NE PAS MANQUER : le spectacle (« sous le règne de la princesse Dara Rasmi ») au Water Festival Thailand, à 18h30.
✺ De 19h à 23h : concours de beauté des enfants sur la place de la Porte Tha Pae.
✺ Sans oublier, obvie, la visite des divers temples bouddhistes de la ville, très animés et joliment décorés en cette période festive.
N’oubliez pas le Songkran traditionnel qu’organise le Wat Mok Moli de 18h à 21h (วัดโลกโมฬี) et le merveilleux Water Festival Thailand au musée des Maisons traditionnelles du Lanna (CMU Lanna Traditional House Museum, พิพิธภัณฑ์เรือนโบราณ).

Songkran - Programme 2018 (CMdecidela)

Si, par malheur, vous ne pouviez assister aux festivités du Songkran, ne manquez alors pas la très belle cérémonie de culte aux ancêtres et à la famille royale du Lanna, une cérémonie annuelle qui a lieu tous les 17 avril au Wat Suan Dok. De même que la fête du bain rituel du Bouddha au Wat Haripunchai, sis à Lamphun, qui se déroule plus ou moins aux mêmes dates (avril/mai).


Songkran, une fête très codifiée

Jours fériés et fermetures. Cette année, du jeudi 12 au lundi 16 avril, ce ne sont pas moins de 5 jours fériés dont vont profiter les Thaïlandais. Les attractions touristiques habituelles restent ouvertes. En revanche, les musées nationaux ferment durant cette période, de même que les banques, les agences gouvernementales, Bureaux de l’Immigration inclus. Mais pas de souci, les centres commerciaux, eux, restent ouverts.

Songkran3DaysTHA

Que nous dit l’Office national du tourisme de Thaïlande (ONT/TAT) sur Songkran, le Nouvel An thaïlandais ? Il se déroule [généralement] sur trois jours (du 13 au 15 avril).
Le premier marque le début de la Nouvelle Année, le second célèbre la famille à travers tout le Royaume et le troisième rend hommage aux personnes âgéesSongkran est donc l’occasion de grandes réunions familiales où tous se rendent ensemble au temple pour procéder au rituel du bain des représentations de Bouddha avec de l’eau agrémentée d’une essence thaïlandaise. Ce mélange est également versé sur les mains des personnes âgées en marque de respect et pour demander leur bénédiction. La plupart des activités liées à Songkran impliquent l’eau car l’essence de cette fête est de se nettoyer et de se purifier avant de commencer la nouvelle année. Bien sûr, Songkran n’est pas complet sans joyeuses batailles d’eau auxquelles il est difficile de résister.

 

 

SongkranBolEauMais ardu cependant pour un touriste d’assister à ces divers rites qui se déroulent, pour certains, dans les foyers thaïlandais, foyers qui se nettoient à fond à cette occasion. C’est pourquoi on vous invite à observer les rites religieux effectués, souvent en famille, dans les temples bouddhistes (par exemple le Songkran traditionnel du Wat Lok Moli). Sans parler, bien entendu, des batailles d’eau dans les rues de la ville.

 

Il n’est pas certain qu’un touriste d’assister à ces divers rites qui se déroulent, pour certains, dans les foyers thaïlandais. Un foyer qui se nettoie à fond à cette occasion. C’est pourquoi on vous invite à observer les rites religieux effectués, souvent en famille, dans les temples bouddhistes (par exemple le Songkran traditionnel du Wat Lok Moli). Sans parler, bien entendu, des batailles d’eau dans les rues de la ville.

 


Songkran, l’envers du décor

#BalanceSongkran. Bien que les autorités font la promotion d’une fête sans alcool, les excès de ce dernier font partie de la fête, hélas, trois fois hélas. Ainsi, l’alcool aidant, beaucoup d’hommes profitent de ses épanchements publics en ayant des gestes déplacés, voire en s’adonnant à des abus sexuels de plus forte ampleur. Beaucoup de femmes en sont les victimes.

Accidents de la route. Songkran correspond aussi à une période noire – appelée Les Sept Jours Dangereux, un mythe à en croire les statistiques – que craint Bison Futé : c’est l’hécatombes sur les routes siamoises (et l’alcool y est souvent mêlé) ! Chaque année apporte son lot d’accidents, de blessés et de morts (mise à jour : selon le Comité national de la sécurité routière, cette année 2018, les 3724 accidents auront blessé 3’897 personnes et causé la mort de 418 autres; la province de Chiang Mai est d’ailleurs la plus touchée avec 142 blessés et 133 morts comme le relève le Bangkok Post). La Société de la Croix-Rouge thaïlandaise appelle d’ailleurs la population à donner son sang (à Chiang Mai, entre aux lieux de collecte, la Croix-Rouge sera présente à l’étage 3 du centre commercial Kad Suan Kaew, le 11 avril de midi à 19h, et l‘hôpital Maharaj Nakorn est ouvert tous les jours de 8h30 à 16h pour recueillir votre sang). Ci-dessous un clip de la Prévention routière :


L’importance de l’eau pour le peuple thaïlandais

Pourquoi les rivières et l’eau sont au cœur de la culture thaïlandaise ?

La nation thaïlandaise a grandi sur les rives de ses puissantes rivières. Pendant des siècles, les voies navigables du royaume ont fourni au peuple thaï riz et poissons, alimentées par les abondantes pluies de la mousson fertilisant la terre. Il n’est donc pas étonnant que tant de cérémonies et traditions locales soient basées sur l’eau, qu’ils s’agissent de rituels familiaux intimes ou de célébrations à travers tout le pays.

Les fêtes les plus importantes du calendrier thaï sont célébrées avec de l’eau. La plus connue est bien sûr la célébration du Nouvel An Thaï ou Songkran. Pendant trois jours, au cours du mois le plus chaud de l’année, le royaume accueille la plus grande fête de l’eau au monde. Chaque ville et village connait de frénétiques batailles d’eau auxquelles jeunes et vieux prennent part, un moyen de se rafraîchir et de se réunir. Les touristes apprécient la gaieté et l’ambiance de cette fête, qui est pour les populations locales un événement familial. Dans tout le pays, les gens se réunissent dans les maisons et les temples pour asperger d’eau sacrée les images du Bouddha, comme une forme de bain rituel. Dans la Thaïlande essentiellement rurale, c’est le temps des prières pour que des pluies abondantes arrosent les récoltes à venir. C’est aussi l’occasion de rendre hommage aux anciens de la famille. Durant ce qui est considéré comme le plus ancien rituel de Songkran, les personnes âgées barbouillent le visage et le cou des plus jeunes participants avec une poudre blanche parfumée appelée « dinso pong ». Si ce rituel a longtemps été supposé conjurer le mal, il a également l’avantage de protéger la peau du soleil et même de préserver des boutons, un remède populaire thaïlandais transmis de génération en génération.
Plus tard dans l’année vient Loi Kratong. Tenues à la pleine lune du 12ème mois lunaire, ces célébrations ont pour but de remercier les dieux de l’eau pour leur générosité au cours de l’année. Des kratongs, offrandes flottantes en fibre de bananier, ornées d’encens et d’orchidées, sont déposés sur tous les cours d’eau du royaume. Au gré du courant ils emportent les souhaits d’amour, de fortune et de succès des personnes qui les ont fabriqués. La charmante fête de Loi Kratong est célébrée de diverses manières. Dans la province occidentale de Tak, le festival est appelé Kratong Sai et les kratongs locaux sont faits d’écorce de noix de coco, abondantes dans la région mais aussi dans toute la Thaïlande, y compris dans les destinations balnéaires populaires de Ko Samui, Ko Phangan, Phuket et Ko Chang. Ces écorces de noix de coco sont remplies de cire et flottent sur la majestueuse rivière Ping qui arrose Tak. Dans le Nord à Chiang Mai, la fête de Loi Kratong, appelée Yi Peng, est célébrée par un lâcher de lanternes célestes dont les lumières se reflètent, telles milles chandelles, sur les canaux de la ville.
L’eau joue également un rôle dans certaines cérémonies thaïlandaises plus personnelles. Lors des mariages, elle est répandue sur les poignets des mariés pour bénir leur union. Aujourd’hui, des couples viennent du monde entier pour se dire « oui » en Thaïlande, et ils le font souvent en prenant part à des cérémonies traditionnelles.
Les vrais amateurs d’eau peuvent « se passer la corde au cou » sous les vagues, lors du fameux mariage sous-marin annuel célébré au large de la côte de Trang. Dans la province de Udon Thani, un autre mariage humide permet aux couples de flotter sur l’étonnante « mer de lotus rouges ». C’est de novembre à fin février que la floraison est la plus belle.
Bien sûr, les cours d’eau et les rivières de Thaïlande ont de tous temps façonné le paysage et l’histoire du royaume. Il en est ainsi pour le puissant fleuve Chao Phraya qui traverse Bangkok et est le plus important de l’histoire du pays. Trois des capitales de Thaïlande ont été érigées le long des rives du « fleuve des rois » : Ayutthaya (1351-1767) qui était à la fois un centre administratif et religieux, Thonburi (1767-1782), puis Bangkok, créée en 1782 et qui se développe encore là aujourd’hui.
Tandis que la Thaïlande s’est ouverte au monde, le Chao Phraya est devenu la porte d’entrée du royaume. Les commerçants et les ambassadeurs ont suivi l’exemple local et fait bâtir leurs maisons le long du fleuve. Aujourd’hui encore, des ambassades, des hôtels cinq étoiles et des sociétés en occupent les berges.
Bangkok s’est développée comme un réseau de canaux (khlongs) et les résidents locaux ont habité des bateaux ou des maisons sur pilotis au-dessus des eaux. Dans les années 1840, environ 90 % des habitants de la ville vivaient sur les canaux. Les théâtres, les magasins et les restaurants étaient des bateaux et les gens naviguaient de l’un à l’autre en petits canots à rame. De ce mode de vie aquatique, Bangkok a hérité le surnom de « Venise de l’Orient ».
De nos jours, le fleuve est toujours en pleine effervescence. Edifié sur les quais de l’ancienne East Asiatic Company, « Asiatique The Riverfront » est le lieu de shopping le plus populaire de ces dernières années. Il fourmille de visiteurs locaux et internationaux venus faire des courses, manger et profiter de l’atmosphère du bord du fleuve. Autre lieu, le Yodpiman River Walk , centre commercial créé dans un style colonial, restitue la gloire de l’ancien Siam. C’est l’endroit idéal pour observer le fleuve en tant que communauté. Le Chao Phraya c’est aussi le paisible petit parc de Suan Nagaraphirom près du Wat Pho, idéal pour réfléchir et se détendre, et même assister à la fête de Loi Kratong durant laquelle vous pouvez admirer les processions de bateaux illuminés.
Par dessous tout, le Chao Phraya est un fleuve royal. Il est le théâtre de l’un des plus beaux spectacles de la culture thaïlandaise : la cérémonie des barges royales. Plus de cinquante barges dorées sont manœuvrées majestueusement à la rame par 2 200 marins de la Marine royale thaïlandaise. Elles transportent des membres de la famille royale lors d’événements spéciaux comme la fin du carême bouddhique (Ok Phansa) où de nouvelles robes sont offertes aux moines. Il est très rare de pouvoir assister à ce merveilleux spectacle mais il suffit d’être un peu chanceux pour être à Bangkok s’il a lieu. Sinon, une visite au Musée des barges royales permet d’admirer ces superbes bateaux, pièces étonnantes de l’artisanat thaïlandais. Les barges royales furent commandées par le roi Rama I le Grand et les plus impressionnantes sont décorées de figures de proue tirées de la mythologie thaïlandaise.

A l’écart de Bangkok il existe de nombreuses communautés liées à l’eau. Les célèbres marchés flottants de Thaïlande restent populaires et sont une excellente façon d’interagir avec la population locale, de goûter la cuisine traditionnelle et de s’imprégner d’une atmosphère sans pareille. Certains marchés flottants, comme Amphawa dans la province de Samut Songkgram, encouragent les artistes et les artisans locaux à venir montrer leurs créations qui sont autant de souvenirs originaux à acheter tout en aidant à financer diverses organisations locales.

Les cours d’eau de Thaïlande sont vitaux pour tous, des rois aux roturiers, à toute personne d’autres conditions. Ils coulent à travers l’histoire du pays et ont nourri sa culture et ses traditions. Les touristes en quête de réelle thaïtude (thainess) doivent découvrir l’eau, l’âme véritable de la nation.

Ceci est l’histoire des voies navigables de Thaïlande, mais il y en a des milliers d’autres. Les touristes et voyageurs du monde entier sont invités à venir découvrir les nombreuses histoires étonnantes de l’Amazing Thailand.

Source : Office National du Tourisme de Thaïlande

Maintenant que vous en savez un peu plus sur Songkran, il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter une Bonne Année (สวัสดีปีใหม่ en thaïlandais, sawat dee pee mai) et une bonne journée de Songkran (สุขสันต์วันสงกรานต์, s̄uk̄hs̄ạnt̒ wạn s̄ngkrānt̒) 😄

Mise à jour : découvrez ce qu’a finalement été le Songkran 2018 en lisant notre article Bonne Année (thaïlandaise) ! Retour sur les festivités du Songkran 2018 à Chiang Mai.

HappySongkranCoverFB


Crédit de la photo à la Une : inconnu. Source : Thai Rat.
Mise à jour de l’article : 01.05.2018.

 

 

 

 

 

« Entrées précédentes