Archives des étiquettes : fleurs

Féerie de chrysanthèmes à Samoeng

C’est à une bucolique virée florale que l’on vous convie. Une contrée ignorée du tourisme de masse où les seuls visiteurs sont locaux. Un endroit qui vous permettra de respirer le bon air de la montagne car Samoeng est une région montueuse aux multiples vallées encaissées. Mais avant de vous dévoiler où se trouvent précisément ces champs de chrysanthèmes qui attirent Thaïlandaises et Thaïlandais, un peu d’histoire et de géographie vous sont imposées.

Photo Toto 4 light

© Chiang Mai De-ci De-là

De la Chine au Japon – Une plante asiatique

S’intéresser au chrysanthème – un nom de genre qui vient du grec et signifie «fleur d’or» – c’est voyager en Chine, d’où la plante est originaire, et au Japon, où les fleurs sont considérées propices à la longévité et à la jeunesse éternelle. En Chine, le chrysanthème vivace fait partie des Quatre nobles plantes, associées au Quatre gentilshommes du confucianisme – qui en symbolisent des vertus – de même qu’aux quatre saisons. Au Japon, le Festival du chrysanthème est l’un des cinq festivals anciens et sacrés de l’empire. On doit la première description botanique du chrysanthème au botaniste provençal Thomas d’Audibert de Ramatuelle. En 1792, il a pu analyser une plante ramenée de Chine par le navigateur marseillais Blancard, sous le nom de « camomille à grandes fleurs ».

Au chrysanthème   题菊花 

Au vent d’ouest glacial, vous êtes florissant dans mon jardin   飒飒西风满院栽
Votre parfum n’attire nul papillon frileux 蕊寒香冷蝶难来。
Si je deviens un jour maître du printemps   他年我若为青帝,
Je vous inviterai à vous épanouir avec la fleur du pêcher   报与桃花一处开。

Ode au chrysanthème, célèbre poème chinois à la gloire du chrysanthème, œuvre de Huang Chao (黄巢), farouche chef d’une jacquerie paysanne contre la dynastie Tang

Le Chrysanthème des fleuristes – Chrysanthemum ×grandiflorum ou Chrysanthemum ×morifolium – est une plante ornementale appelée également Chrysanthème d’automne. Et c’est justement à la fin de la saison des pluies, vers mi-octobre ici au nord de la Thaïlande, que cette plante vivace offre sa floraison aux yeux émerveillés. Au fil des siècles, à force d’hybridations, ce sont des milliers de cultivars différents qui existent maintenant de par le monde. Inutile de regarder la fleur pour savoir à quoi l’on a à faire car c’est principalement en regardant les feuilles, caduques, que l’on saura s’il s’agit d’un chrysanthème !


Et en Thaïlande

Photo Toto 5 light

© Chiang Mai De-ci De-là

Dans la région de Samoeng, c’est une variété à fleurs simples qui est cultivée – généralement jaunes ou blanches; elles ont une allure de marguerites. Vous savez déjà que dok (ดอก en thaï) signifie fleur; la fleur de chrysanthème est appelée dok kek huai (ดอกเก๊กฮวย).

Le chrysanthème a longtemps été utilisé comme plante médicinale pour traiter les maladies respiratoires, la fièvre, les règles difficiles et les flatulences. Il est également comestible, les jeunes pousses et les pétales étant consommés frais dans des salades ou cuits dans des gâteaux alors que les fleurs séchées servent à produire tisanes et liqueurs. Attention, de nombreuses personnes réagissent négativement à la sève du chrysanthème, développant une dermatite de contact après une exposition prolongée à la plante. Les chrysanthèmes sont d’ailleurs considérés comme toxiques pour de nombreux animaux.

Une fleur aux nombreuses vertus cependant. Ainsi de ce site médical thaïlandais qui ne lui en trouve pas moins de 26 ! Les Thaïlandais apprécient la fleur de chrysanthème pour deux raisons principales : une fois séchée, elle se conserve longtemps. Qui plus est, elle permet de composer un breuvage qui se boit chaud ou froid, le thé de chrysanthème, une boisson rafraîchissante lorsque l’on a soif.

Photo Toto Montage

© Chiang Mai De-ci De-là

Les champs de chrysanthèmes de Samoeng

Dans une petite vallée perdue du district de Samoeng, à l’ouest de Chiang Mai, ce sont des centaines d’arbrisseaux qui ont été plantés sur les collines. Ainsi, le village de Baan Om Long (บ้านอมลอง, dans le sous-district de Mae Sap) attire de nombreux admirateurs. Les jeunes (et moins jeunes) Thaïlandaises adorent se faire photographier au milieu des cultures, simulant la cueillette. Des blogueurs régionaux ont popularisé l’endroit, en le photographiant sous ses meilleurs atours : @TheiywLaewHlaw, @IAmSeason9, คนขี้เล่า เหงาก็เที่ยว ou encore หมีบรื้น : The Wanderer Bear. C’est notamment grâce à ces photos que Baan Om Long est devenu très récemment populaire. Les couples y posent maintenant pour leurs photos de mariage. Le romantisme à la sauce thaïlandaise.

Sur place, durant la saison de la cueillette, les journaliers œuvrent sous une chaleur accablante, protégés par des parasols. Vous pourrez bien entendu déguster la boisson et acheter une galette de fleurs séchées (elle est vendue THB 100.-). À défaut, vous en trouverez au marché Warorot, à Chiang Mai donc, où les propriétaires agricoles écoulent principalement leur production.


Y aller

Difficile, voire impossible, d’emprunter un moyen de transport public pour visiter les diverses plantations. Vous devrez impérativement y aller avec votre propre véhicule (ou un véhicule loué), idéalement depuis Chiang Mai. Un deux-roues vous procurera plus de plaisir, obvie. Le site se trouve après la ville-même de Samoeng, à près d’une heure de route en direction de Wat Chan (donc à plus de 2 heures en partant de la Rose du Nord).

L’on peut combiner la visite avec la fameuse boucle de Chiang Mai – Samoeng – Mae Rim – Chiang Mai. Mais le faire en une journée est périple harassant ! Quoi qu’il en soit, vous emprunterez la magnifique route en lacets 1349, de très bonne qualité depuis Samoeng. Une route appréciée des bovidés qui s’y prélassent ! Attention à ne pas rater l’embranchement à droite, là où dite route se dédouble (vous y verrez plusieurs panneaux d’indication publicitaires). À partir de là, la route se détériore (nids de poules et gravier) mais reste sans autres praticable. Une fois arrivé, les premières plantations s’offrent à vous. N’hésitez cependant pas à suivre la route de campagne qui longe la petite rivière Om Long car la plus belle d’entre les plantations se trouve plus loin encore, après que la route asphaltée se transforme en piste (attention car s’il a plu ce sera alors fort glissant). Un habitant du lieu nous a dit que la piste rejoignait la route 4021; elle devrait donc être asphaltée dans le futur mais nous ne l’avons point empruntée jusqu’au bout (elle n’est point encore cartographiée).

Selon les indications des travailleurs agricoles recueillies sur place – qui sont dans leur écrasante majorité des travailleuses – la floraison ici à Samoeng a généralement lieu de mi-octobre à mi-novembre. Une fenêtre relativement étroite pour programmer votre visite dans la région.

On vous donne l’emplacement Google Maps (ทุ่งดอกเก็กฮวย อ.สะเมิง จ.เชียงใหม่) et la page Facebook d’une plantation (ไร่วังธาร-ดอกเก๊กฮวย, la dernière… et la plus belle). De notre point de vue, le site ne vaut pas un déplacement à lui tout seul depuis Chiang Mai ! Mais si vous le combinez avec d’autres attractions dans la région, votre journée en sera alors arc-en-ciélisée.

Photo Toto 7 light

© Chiang Mai De-ci De-là

Nous consacrerons prochainement un article plus complet à Samoeng, charmant district montagneux au pied du Doi Suthep, à l’ouest, où il fait bon dormir. Mais si vous deviez vous rendre à Baan Om Long pour profiter de cette féérie florale – et accessoirement jouir de routes montagneuses procurant moult plaisir en deux roues – ne manquez pas dans ce cas deux arrêts indispensables. Un tout petit peu plus loin, en continuation de la route 1349, des rizières en terrasse où est également cultivée de la stevia, exactement ici. Et sur la route en y venant, le Wat Phra That Doi Nok (พระธาตุดอยนก), que vous n’aurez pas manqué de voir sur votre droite, érigé sur une colline (le Mont Oiseau en traduction littérale, Doi Nok). Son sommet vous procurera une magnifique vue sur toute la vallée, dans un lieu forcément paisible s’agissant d’un temple. A toutes fins utiles, vous pouvez consulter l’offre hôtelière de Booking (attention, les établissements ne se trouvent pas toujours proches de Samoeng-même !) et lire les bons conseils de TripAdvisor en lien avec Samoeng.

SAMOENG SUR BOOKING ET SUR TRIPADVISOR

Montage-photo.jpeg

Rizières en terrasse et vue depuis le Doi Nok (© Chiang Mai De-ci De-là et Facebook – จิรัฏฐ์ รถแดง เที่ยวเชียงใหม่)

S’il vous est impossible de vous rendre sur place, Amazon vous livrera des fleurs de chrysanthème bio (elles proviennent cependant de Chine). Et si l’envie de cultiver cette plante devait naître en vous, vous pouvez acquérir des graines. La prochaine fois que vous boirez un thé de chrysanthème, vous saurez alors à quoi ressemble et l’arbrisseau et sa fleur. Que la santé, la longévité et la jeunesse éternelle vous accompagnent.

#ChampsChrysanthèmes #chrysanthème #Samoeng #MaeSap #BaanOmLong


Sources rédactionnelles : Wikipédia et Jardinier Paresseux. Source de l’image à la Une : © Facebook – The Wanderer Bear. Mise à jour le 09.11.2018

 

 

Publicités

Thai Sakura. Lorsque la Thaïlande du Nord se pare de rose

Chiang Mai en rose   Le rose embellit les publications Facebook au gré de la floraison des cerisiers (de mi-décembre au tout début de mois de février). C’est un des trois rituels annuels liés à la (toute relative) saison froide ici au nord de la Thaïlande : l’observation des cerisiers en fleur. Au même titre que la cueillette des fraises (si, si) et la visite du Doi Inthanon dans le brouillard avec parfois du givre.

CerisiersSuthatCmuone

© Facebook – SuthatCmuone

Prunus serrulata. C’est son nom savant. Une espèce de cerisier originaire d’Asie (Japon, Corée et Chine), arbre d’ornement prisé pour sa splendide floraison. En français, il est appelé cerisier du JaponIl en existe de nombreuses variétés et cultivars. Sa floraison abondante est un événement naturel spectaculaire. Les pétales de ces fleurs tombent, ou plutôt « se dispersent ». Et ne cherchez point les cerises : ses fleurs sont stériles; elles ne produisent donc pas de fruit ! Dans la région, cela donne ceci :

 


Sakura et caractère éphémère de la vie…

… éphémère comme la beauté ! Au japon, d’où sont originaires ces cerisiers, le caractère transitoire de la floraison du sakura – une impermanence chère aux bouddhistes – est utilisé depuis des siècles comme métaphore afin de souligner le caractère fugace de la beauté mais aussi de la vie. Le sakura sert ainsi à expliquer l’important concept esthétique japonais qu’est le mono no aware (« la sensibilité pour l’éphémère »). Chaque année, les Japonais se passionnent pour le sakura zensen, le front de floraison des cerisiers, du sud au nord de l’archipel. Et cette « contemplation des fleurs » (hanami en japonais) gagne peu à peu les Thaïlandais et les touristes de passage ici au nord de la Thaïlande. Qui sait si au fil des ans cette floraison n’inspirera pas les artistes siamois…

« Sous les cerisiers sont enterrés des cadavres ! »
Début proverbial d’une nouvelle de l’écrivain Motojirō Kajii à propos du hanami (1927)

Vous l’aurez deviné, cette activité est bien évidemment l’occasion de réaliser des selfies à n’en plus finir, clichés où le rose est roi.

SelfieMontage

© Facebook – KringNoon Lee & Korkiat Cnx


Mais aux yeux des Thaïlandais, la fleur de cerisier (ดอกพญาเสื่อโคร่ง) représente bien plus que le seul plaisir visuel que sa floraison procure. Elle est utilisée dans plusieurs desserts (ขนม, khanom), permet de créer de nouveaux macarons (มาการอง), est infusée pour donner une délicieuse boisson (ชาซากุระ). Et bien entendu employée dans la parfumerie (นำ้หอม). Un article nous le rappelle. Il va de soi que les fleuristes ne peuvent qu’être emballés par la joliesse de cette fleur, à l’image de Chong Ibss, designer floral.

Le cinéma, quant à lui, s’est déjà emparé du romantisme qu’inspire les lieux arc-en-ciélisés par cette beauté naturelle, tout éphémère soit-elle. Ainsi, la série TV Rak Nakara (รากนครา), tirée du roman d’amour de Piyaphon Sakkasem, a été tournée au Doi Inthanon, plus haut sommet de Thaïlande, qui cache en son sein quelques intéressants spots.

 


Les spots d’observation autour de Chiang Mai

Mais où donc ces merveilles florales se cachent-elles ?

CarteMontage

Khun Chang Kian (Doi Pui)

C’est le spot le plus proche de la Rose du Nord, à 30 kilomètres de Chiang Mai (comptez une heure de route montagneuse). Beaucoup s’en approchent en visitant le très vénéré – et très visité – temple bouddhiste du Doi Suthep. Mais peu s’y rendent, hélas, trois fois hélas. Il s’agit plus précisément du Centre de recherche et de formation agricole (สถานีวิจัยและศูนย์ฝึกอบรมเกษตรที่สูงขุนช่างเคี่ยน). Durant la floraison des cerisiers, vous pourrez profiter d’un petit marché tenu par les habitants du coin. Et goûter également aux délicieuses fraises produites dans la région. L’endroit se trouve au Doi Pui (c’est le nom de la montagne), en continuation du Doi Suthep, le sommet qui le précède, peu avant le village Hmong qui met fin à la route 1004, 1 kilomètre plus loin, Khun Chang Kian.

Ici, vous êtes en pays hmong, une des ethnies minoritaires de la région. Ne vous étonnez pas de voir de jeunes enfants habillés de manière traditionnelle. Nous vous recommandons vivement d’y aller. Avant ou après la visite des cerisiers, mais allez visiter ce village ! Vous y rencontrerez des Hmong affairés à la récolte et au séchage du café (en janvier, après la récolte), spécialité locale qu’il vous faudra goûter, forcément.

En revenant, vous ne manquerez pas le joli point de vue qu’offre le Doi Pui (à moins que vous ne l’ayez déjà aperçu sur la gauche en arrivant). En montant, on vous rend encore attentif à la bifurcation, quelque peu après le palais Bhuping :  à gauche le village touristique de Doi Pui et à droite le village Hmong de Baan Khun Chang. L’accès à tous les sites susmentionnés est gratuit.

Emplacement précis sur Google Maps et sur Facebook (ici, ici et ). Cette vue aérienne vous permet d’embrasser la magie du lieu :

On vous livre également plusieurs pages FB où cette magie opère à travers l’œil photographique de leur auteur : Paisan Tinnachatarak (qui nous régale une seconde fois ici), Top Chiangmaiแอ่วดีไหม?-แอ่วใหนดี?, พาเที่ยวแม่แจ่มChiang Mai News et enfin 100 Lanna News.

Pas moins de 3 spots de cerisiers au Doi Inthanon

Le Doi Inthanon (ดอยอินทนนท์ en thaïlandais), est particulier pour tout Thaïlandais qui se respecte : ses 2565 mètres représentent le plus haut sommet du pays. Il porte le nom d’un ancien prince du Lanna, Intha Witchayanon, le dernier roi de Chiang Mai, qui repose près du sommet. C’est là que vous admirerez les plus belles cascades de la Thaïlande du nord, ce qui en fait un site touristique populaire – Mae Ya en est la plus attrayante. L’Inthanon est une source de nombreux cours d’eau qui viennent alimenter la rivière Ping, tributaire de la Chao Phraya. Un parc national qui couvre un peu moins de 500 km2 protège des forêts de pins et de tecks. On y trouve des roses sauvages, notamment les « roses de mille-années ». Mais aujourd’hui, on vous en parle parce qu’il recèle pas moins de trois emplacements où vous pourrez y admirer des cerisiers en fleur (l’entrée peut être payante en fonction de l’endroit par où vous accèderez aux sites, THB 30.- pour les Thaïlandais, THB 300.- pour les touristes étrangers).

Khun Wang – Royal Project Development Center

A 82 km au sud-ouest de Chiang Mai (par la route 3035 puis 1013), soit plus de 2 heures de route. Situé au nord du parc national du Doi Inthanon, le Centre de développement Khunwang du Projet Royal (ศูนย์พัฒนาโครงการหลวงขุนวาง) vous permettra d’admirer de magnifiques cerisiers en fleur. Jugez-en par vous-même :

On vous livre un article avec photos. Emplacement précis sur Google Maps et sur Facebook (ici, ici et ).

PopoPinpinSi la splendeur des cerisiers en fleur vous ensorcelle, vous pourrez alors dormir au coeur de cette exubérante floraison. Au Popo Pinpin par exemple, géré par Khun Ou, de son vrai nom Waraporn Ariyasapwattana. Ses nombreuses publications FB devraient vous titiller (ici, ici, ici, ici et encore ).

Et ils sont nombreux les amateurs de la Rose du Nord à se rendre sur le site. Vous trouverez quelques magnifiques photographies par ici : Songkran Kaewkhamfu (Mypixs), Paisan TinnachatarakAew Dee Review et Chom Thong Chiang Mai. Par les nombreuses publications de cette dernière page FB, nous en avons sélectionnées deux : une première et une seconde.

Attention. la page Facebook non officielle du Centre royal de recherche agricole de Chiang Mai (ศูนย์วิจัยเกษตรหลวงเชียงใหม่) vous induira en erreur. Ce centre se trouve entre le parc royal Rajapruek et le Night Safari, non loin de Chiang Mai. Mais il ne recèle aucun cerisier (et donc encore moins de cerisier en fleurs). En faits, les images que dite page contient proviennent plus vraisemblablement du Khun Wang Royal Project Development Center.

Doi Pha Thung

Il s’agit d’une ferme où paissent des moutons (ผาตั้ง ดอยอินทนนท์ en thaïlandais). Toujours aux alentours du Doi Inthanon donc, dans le district de Chom Thong. Son nom ? Doi Pha Thung (ou Doi Pha Tang). Emplacement précis sur Google Maps et sur Facebook.

Paisan Tinnachatarak, animateur du Lanna Photo Club, nous livre de superbes photos : ici et . Mais ce n’est pas le seul, à l’instar de แอ่วดีไหม?-แอ่วใหนดี? ou encore Chom Thong Chiang Mai, et plutôt deux fois qu’une !

École de Ban Khun Klang

Un endroit moins fréquenté que les deux précédents. Emplacement sur Google Maps et sur Facebook. Les photos de Baag Klong vous en donneront une idée.

Vous l’aurez compris, autour de Chiang Mai, le parc national du Doi Inthanon tient la vedette en matière de floraison des cerisiers. Les deux pages Facebook indispensables pour profiter du spectacle sans bouger de chez soi sont celles-ci : celle du Doi Inthanon et celle du district de Chom Thong. Le mieux étant bien entendu de se rendre sur place 😏


Khun Mae Ya

A ne pas confondre avec la cascade de Mae Ya, sise au parc national du Doi Inthanon ! Khun Mae Ya, du côté de Pai, dans la province de Mae Hong Son. L’endroit se trouve à plus de 100 km de Chiang Mai (comptez plus de 2h30 de route en empruntant la route 107 puis la 1095 vers Pai). Il s’agit plus précisément du Bureau de gestion des bassins hydrographiques (หน่วยจัดการต้นน้ำขุนแม่ยะ). Emplacement sur Google Maps et sur Facebook. Et un article avec des photos. Mais la vidéo vous en dira plus :

Signalons également quelques cerisiers pour qui se rend à Pang Ung, dans cette même province voisine de Mae Hong Son, où une retenue d’eau forme un joli lac. C’est un endroit bucolique surnommé “la petite Suisse de Thaïlande” où les photographes aiment s’y rendre pour y prendre de romantiques clichés (et les vacanciers pour y camper).

JantiraNamwong.jpg

© Facebook – Jantira Namwong


Doi Mae Ta Man

Peut-être viendrez-vous ici pour les cerisiers en fleur. Mais c’est la vue somptueuse sur le Doi Chiang Dao, une montagne proche de la frontière birmane qui culmine à 2175 m d’altitude, qui attire les amateurs de nature. C’est le 3e plus haut sommet de Thaïlande. Imposante masse karstique, toujours sombre.

Emplacement sur Google Maps et sur Facebook. Et là aussi un article avec de jolies photos.


Parc national du Doi Ang Khang

Floralies ! C’est ici que les vrais passionnés de la floraison des cerisiers se retrouvent. A la station agricole royale du Doi Ang Khang (ดอยอ่างขาง, on vous rappelle que doi signifie montagne dans la langue du nord). Ils y dorment souvent la nuit, profitant ainsi d’émouvants levers de soleil. A 160 km au nord de Chiang Mai, à la frontière avec la Birmanie. Comptez plus de 3 heures de route par la route 107 puis la 1249 (les motards privilégieront la route 1178 puis la 1340).

L’emplacement sur Google Maps et sur Facebook. Un article avec des photos où le rose domine. Et enfin une vidéo où vous pourriez presque sentir l’odeur de ces fleurs :

Facebook regorge de sources photographiques sur cet endroit idyllique : Amazing Thailand, Chong Ibss ou encore I Am Season.


On vous récapitule tout cela :

Cerisiers en fleurs autour de Chiang Mai

NOM MONTAGNE PROVINCE EMPLACEMENT

DISTANCE

Khun Chang Kian Doi Pui Chiang Mai Google Maps

30 km

Khun Wang Doi Inthanon Chiang Mai Google Maps

82 km

Doi Pha Thung Doi Inthanon Chiang Mai Google Maps

94 km

Ban Khun Klang Doi Inthanon Chiang Mai Google Maps

92 km

Khun Mae Ya Mae Hong Son Google Maps

106 km

Doi Mae Ta Man Doi Mae Ta Man Chiang Mai Google Maps

84 km

Doi Ang Khang Doi Ang Khang Chiang Mai Google Maps

160 km


Et ailleurs en Thaïlande

Evidemment, Chiang Mai n’est pas la seule région du Nord a offrir ce somptueux spectacle floral !

La province voisine de Chiang Rai n’est pas en reste avec la route menant au Doi Pha Tang (ดอยผาตั้ง), district de Wiang Kaen. Jetez un oeil à cet article avec quelques photos et d’autres magnifiques clichés. Autres cerisiers en fleur du côté de Doi Mae Salong et au Doi Chang.

Plus près de Chiang Mai, il y a également le parc national de Khun Jae, plus précisément le district de Wiang Pa Pao, toujours dans la province de Chiang Rai, qui vous permet d’admirer des sakuras. En voici quelques photos et la page Facebook.

Les habitants de la province de Nan se rendent, eux, au parc national Khun Sathan. Et ceux de la province de Phayao doivent grimper pour admirer les cerisiers du Phi Chu Fah. Plus d’informations dans cet article en anglais.

Du côté de Lampang, il faut se rendre au parc national de Chae Son, au village de Paa Miang. Emplacement sur Google Maps et page Facebook. Quelques photos, toujours aussi belles.

Celles et ceux parcourant l’Isan pourront se rendre dans la province méconnue de Loei. Ici, la référence est le Phu Lom Lo (จุดชมวิว ภูลมโล), dans le district de Dan Sai (connu pour son Festival des Esprits, Phi Ta Khon). Emplacement sur Google Maps et sur Facebook. Avec les détails communiqués par l’Office du tourisme de Phitsanulok.

PhuLomLoTATPhotographSection.jpg

© Facebook – TAT Photograph Section

Pour les mordus, nous avons reproduit sur Google Maps l’itinéraire proposé par Nostra Maps (la carte à droite tout en haut de cet article où tout est écrit en thaïlandais). Cet itinéraire de 10 étapes inclut quelque autres spots dans la province de Chiang Rai. Vous en aurez pour plus de 25 heures de route en parcourant 1200 km ! Pour les mordus, disions-nous 😏


Les blogueurs en rose

Les blogueuses et les blogueurs s’en donnent à coeur joie durant cette floraison, aussi éphémère soit-elle. Ils restituent une ambiance ma foi des plus romantiques. Relevons le beau travail photographique de quelques-un(e)s d’entre eux :

Jira Traveler nous offre un superbe album-photo de divers spots que nous avons évoqués dans notre article.

Si cela ne devait pas vous suffire, vous pouvez rejoindre un groupe Facebook du nom de cette fleur en langue thaïlandaise (ชื่นชอบโลกสีชมพู « พญาเสือโคร่ง » qu’on pourrait traduire par “Tigre Royal”) : il y a là des photos de cerisiers à foison puisque dit groupe regroupe les amateurs  de cerisiers thaïlandais. Attention à l’overdose !

NamkarngRoongarune

© Facebook – Namkarng Roongarune

Hashtag

Vous en redemandez ? On vous livre encore le hashtag qui vous permettra de retrouver les meilleures publications et les plus belles photos de cerisiers en fleur (#ดอกพญาเสือโคร่ง) :


Y aller, ou pas ?

Alors, faut-il absolument se rendre là où les sakuras thaïlandais fleurissent ? Si vous en faites votre destination unique, vous risquez d’être quelque peu déçu : Chiang Mai et le nord de la Thaïlande n’est pas le Japon ! En revanche, si votre but est de faire une balade à la journée incluant d’autres attractions, alors les cerisiers en fleur et la dispersion de leur pétales égaieront joyeusement votre randonnée. Et vous en reviendrez apaisé, le sourire aux lèvres, les yeux plein « enrosés » 🤩

ParaneeChaipunya

© Facebook – Paranee Chaipunya

Crédit photographique de la photo d’entête : pex maechaem © Facebook
Dernière mise à jour : 30.01.2018

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le Royal Flora en fête

Nous ne saurions que trop vous recommander de mettre au programme la visite du parc royal Rajapruek (อุทยานหลวงราชพฤกษ์), à 12 km au sud-ouest de la ville de Chiang Mai (comptez 30 minutes pour l’atteindre). C’est une bouffée d’air frais bienvenue dans un splendide écrin de verdure. Avec plusieurs attractions alentour.

Ce parc de 80 hectares (c’est grand, très grand) vaut à lui seul le déplacement ! Il a été créé à l’occasion d’une exposition horticole internationale organisée en 2006 en l’honneur du précédent roi, feu Bhumibol le Grand.  Une exposition qui avait drainé près de 4 millions de visiteurs et que nous avons eu la joie et le plaisir de visiter en son temps. De nombreux pays y avaient alors érigé leur pavillons qui rivalisaient de beauté (florale), au rang desquels les pays reconnus pour leur art horticole comme le Japon, la Chine ou encore les Pays-Bas. Supervisée par le centre royal de recherche agricole de Mae Hia – celui-ci y continue ses recherches – il en reste donc un immense parc public qui se visite. Les deux attractions majeures sont la serre aux orchidées et le pavillon royal Ho Kham, splendide. Le parc royal Rajapruek est également appelé Royal Flora, du nom de l’exposition annuelle qui y est organisée. FloraFestival2017LogoFBRajapruek (ou Ratchaphruek, ต้นดอกราชพฤกษ์ en thaïlandais) correspond à l’arbre cassia fistula dont les noms communs sont le cassier, le faux séné ou encore le faux caroubier. Il produit de magnifiques fleurs jaunes; ce qui explique son autre nom populaire, la douche d’or. Sa fleur est de facto la fleur nationale de la Thaïlande. Et la couleur jaune correspond à la couleur du lundi en Thaïlande, jour-anniversaire du défunt roi Bhumibol.


FloraFestival2017CoverBEDO

Un parc en fête en cette fin janvier 2018

Si l’on vous parle aujourd’hui de ce parc, c’est qu’il vaut la peine de le visiter entre le jeudi 25 et le samedi 27 janvier 2018, période durant laquelle il sera particulièrement en fête :

  • Jeudi 25 janvier, de 9h30 à 16h : des ateliers vous en apprendront plus sur les qualité et les vertus des plantes, des herbes et autres essences de la région. Des produits utilisés dans la pharmacopée locale, notamment pour les massages, ô combien bienfaisants, utilisant des compresses chaudes aux herbes.
  • Du jeudi 25 au samedi 27 janvier, de 8h à 16h : le festival BEDO vous permettra de découvrir les produits agricoles de la région du Nord, des produits exclusivement biologiques. BEDO est l’acronyme du terme anglais de « Biodiversity-based Economy Development Office ». En clair, une économie biologique durable basée sur la biodiversité (site web et page Facebook). Au programme de ces trois jours : de nombreuses animations de sensibilisation à ce concept et des mini-concerts d’artistes locaux.
  • Du vendredi 26 au samedi 27 janvier, de 17h à 21h : Street Food FestivalFloraFestival2017CoverStreetFoodFestival  (événement Facebook). Ce sera la fête de la nourriture typique du nord de la Thaïlande avec des stands alimentaires et des food trucks. Deux soirées animées avec un impressionnant spectacle de feu et des mini-concerts d’artistes plus réputés, notamment des participants à l’émission TV Thailand Got Talent #5 (concept britannique repris en France sous le nom de La France a un incroyable talent).
  • Le samedi 27 janvier, de 9h à 17h : marché de fruits et légumes provenant des montagnes alentour; ce sont principalement les membres des minorités ethniques qui seront là. Faites-leur donc bon accueil.
  • Et enfin le dimanche 28 janvier, de 17h à 19h : spectacle musical de musique populaire nord-thaïlandaise (il devrait y avoir des danses traditionnelles).

Flora Festival 2017

Le parc Rajapruek organise chaque année le Flora Festival durant la « saison froide » ici au nord de la Thaïlande (une fraîcheur toute relative). Ce festival, qui a débuté le 1er novembre 2017, se terminera le 28 février 2018. En plus de la splendide serre aux orchidées, qui vous permettra d’admirer de magnifiques specimens, ce sont des dizaines d’autres fleurs qui arc-en-ciéliseront votre visite. Jetez donc un oeil sur cet album-photo. Une explosion florale qui émerveillera votre regard. Un regard que vous ne manquerez pas de porter sur le somptueux Pavillon Royal Ho Kham.

Ouvert tous les jours de 8h à 18h (vendredi, samedi et dimanche, fermeture à 19h30).

En y allant ces jours (fin janvier 2018), vous devriez y voir de nombreux étudiant(e)s récemment diplômé(e)s de la CMU – l’Université de Chiang Mai – qui se font photographier là – ou qui se prennent en selfie, profitant de la richesse chromatique des champs de fleurs.

FloraFestival2017PhotoCongratulations


Attractions alentour

Le Royal Flora se trouve sur le chemin de la fameuse boucle de Samoeng, un road trip dont on vous parlera un jour. En y allant, ne manquez pas les attractions alentour, notamment :

  • Le Wat Intharawat (ou Wat Ton Kwen), l’un des plus beaux temples bouddhistes de la région, témoin inestimable de la splendeur de l’architecture du Lanna. S’y déroule régulièrement des événements haut en couleur. C’est ici.
  • Le Wat Doi Kham, connu pour avoir fait gagner des joueurs à la loterie nationale. Il est souvent très animé, les pratiquants bouddhistes venant y déposer des milliers de fleurs. Difficile de ne pas le voir avec son grand Bouddha blanc érigée sur la colline d’où la vue sur le parc Rajapruek, sur toute la vallée et plus loin encore est magnifique. C’est .
  • Le Brandnew Field Good. C’est l’adresse du moment où tout le monde se presse. Un café-restaurant en pleines rizières financé par une star thaïlandaise. La vue sur les montagnes y est belle (mais le service déplorable lors de notre premier passage). On vous en reparlera sans doute. Quoiqu’il en soit, l’endroit vous emballera.
  • Si vous vous arrêterez à l’adresse précédente, vous ne manquerez alors pas de grimper sur la colline où vous attend le Phrathat Ban Pong (พระธาตุบ้านปง). Ce n’est pas un temple à proprement parler – le temple se trouve aux pieds de la colline – mais un site tout de blanc, encore en construction, qui protège un chedi vieux de 600 ans. Beaucoup d’hommes d’affaires viennent ici y faire des offrandes afin que leur commerce soit florissant. Vous ne regretterez pas l’ascension, croyez-nous.
  • La Royal Project Kitchen vous permettra de vous restaurer. C’est un restaurant de qualité utilisant principalement les produits issus de la Fondation du Projet Royal, des produits bio (est-il promis). Il se trouve ici.
  • Sans parler de ce qui est le zoo le plus moderne de la région, le Night Safari, juste à côté (mais alors votre programme risque d’être un brin trop chargé).

Puisque nous parlons de fleurs, concluons en vous révélant la date de la prochaine Fête des Fleurs de Chiang Mai, un rendez-vous incontournable que vous offre la Rose du Nord : ce sera donc du vendredi 2 au dimanche 4 février 2018.


Données pratiques

Le Royal Flora, ouvert tous les jours de 8h à 18h (vendredi, samedi et dimanche, fermeture à 19h30) :

  • sur Facebook (c’est là leur page de référence où vous trouverez les dernières informations à jour, malheureusement en langue thaïlandaise seulement pour l’écrasante majorité des publications)
  • sur le web (hélas, leur site en langue anglaise ne semble plus être mis à jour)
  • et en réalité, à savoir son emplacement.
FloraFestival2017PhotoWeLoveToGo

© Facebook – WeLoveToGo

Source photographique de l’image à la Une : Facebook.

EnregistrerEnregistrer