Archives d’Auteur : cmdecidela

5 décembre en Thaïlande. Commémoration de l’Anniversaire du Roi Bhumibol Adulyadej

Le 5 décembre 2018, comme tous les 5 décembre, c’est jour férié dans toute la Thaïlande ! Cette journée correspond à la date de naissance du défunt roi Bhumibol le Grand, un jour férié maintenu malgré la disparition de ce roi bien-aimé. Comme l’an dernier, le Premier ministre de la junte au pouvoir, le général Prayut Chan-o-cha, a d’ailleurs invité tous les Thaïlandais à lui rendre hommage. C’est la raison pour laquelle vous verrez plus de personnes vêtues de jaune ce mercredi, couleur du jour de naissance du roi, un dimanche.

Un jour férié

S’agissant d’un jour chômé, il faut compter avec les fermetures habituelles (tous les bureaux étatiques, certains musées, les banques et assurances – mais pas les centres commerciaux, etc.). La vente d’alcool n’est pas prohibée.


Commémorations à Chiang Mai

À notre connaissance, ici à Chiang Mai, pas de grande commémoration officielle comme l’année dernière au parc royal Rajapruek (ou Royal Flora). C’est dommage car il faut bien avouer que ces cérémonies aux chandelles sont toujours très émouvantes. Ce fût notamment le cas de l’événement ayant attiré énormément de monde quelques semaines après la disparition du monarque. On parle ici de l’immense manifestation organisée le 5 décembre 2016 où l’émotion était à son comble. Le Royal Flora organise cependant quelques activités mais qui n’attireront au premier chef que les personnes thaïlandaises (ce sont des expositions et des ateliers en lien avec son engagement dans l’agriculture, voir ci-dessous). Petit clin d’œil de la nature : un phénomène solaire se déroule là-bas tous les jours de 16h50 à 17h10, et ce jusqu’au 10 décembre (on vous en reparle très bientôt). Notez que toute commune ou presque en Thaïlande commémorera officiellement l’événement¹, mais rien de transcendant à Chiang Mai, ou du moins rien de public qui puisse intéresser le touriste ou l’expatrié.

D’autres événements sont annoncés, entre autres :

  • La Banque du Sang de la Croix-Rouge attend votre don sanguin le mercredi 5 décembre 2018, de 9h à 15h30, en son siège sis à Chiang Mai (ภาคบริการโลหิตแห่งชาติที่ 10 จังหวัดเชียงใหม่). Action compassionnelle ô combien méritoire en souvenir du roi. En savoir plus.
  • L’ambiance sera plus festive au centre commercial Central Festival puisque l’université Payap vos y invite afin d’écouter son big band de jazz. Vous savez que feu le roi Bhumibol était un excellent musicien, s’adonnant notamment au saxophone; il a composé des morceaux et le big band les jouera en direct. Une exposition s’y déroule et cela a lieu à l’étage 1, soit le rez-de-chaussée de centre (เซ็นทรัลเฟสติวัล เชียงใหม่), les lundi 3, mardi 4 et mercredi 5 décembre 2018. En savoir plus.
  • Autre événement, et non des moindres : la grande cérémonie matinale d’offrandes aux moines bouddhistes qu’organise le gouvernement de la province de Chiang Mai. Vous pourrez y assister, et pourquoi pas offrir vous aussi de la nourriture aux moines, ce mercredi 5 décembre 2018, à 6h30 au grand centre d’exposition et de congrès, le CMECC, au nord de la ville (Chiang Mai International Convention and Exhibition Center, ศูนย์ประชุมและแสดงสินค้านานาชาติ เชียงใหม่).

Grande parade internationale « We Love the King »

Ce sera là l’événement public marquant de ce mercredi 5 décembre 2018 : la grande parade internationale « We Love the King ». Un défilé qui prend de l’ampleur, impliquant, au fil des ans – nous en sommes à la 7e édition – des centaines d’intervenants et pas moins de badauds. Initiée par la communauté étrangère de Chiang Mai, l’événement fédère une communauté hétéroclite allant des écoles internationales aux divers consulats étrangers, en passant par les associations d’expatriés. Les Thaïlandais ne sont pas insensibles à cette marque d’affection vis-à-vis d’un roi, le défunt Bhumibol, qu’ils appréciaient. Et cela donne un spectacle de toute beauté ! La manifestation honore le présent roi, Sa Majesté  Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun, Rama X, non sans oublier bien entendu de commémorer la mémoire de feu Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej le Grand, de même d’avoir une pensée pour dame son épouse, Sa Majesté la Reine Sirikit.

WeLoveTheKingParade2018CoverFBEvent

La parade débute mercredi à 15h sur la place Tha Pae (ลานอเนกประสงค์ ประตูท่าแพ). Elle arrivera à 17h sur la place des Trois Rois (พระบรมราชานุสาวรีย์สามกษัตริย์), au cœur de la cité fortifiée. Une place où des concerts seront donnés en soirée (jusqu’à 21h). Vous pourrez également suivre une exposition sur la vie et les œuvres du défunt roi Bhumibol. Pour y avoir participé l’année dernière, c’est un événement unique auquel nous vous conseillons vivement de vous joindre (il est demandé, à défaut d’une tenue correcte, de revêtir l’habit traditionnel de votre lieu d’origine). Peut-être verrez-vous les participants mardi déjà puisqu’une répétition sera donnée l’après-midi.

Organisateur : We Love King Club (International). Évènement FB.


La Fête des Pères thaïlandais

Ce roi était considéré comme le Père de la Nation, c’est donc aussi la Fête des Pères en Thaïlande (une fête pour l’heure maintenue à cette date malgré l’accession au trône de son fils, Rama X, né, lui, un dimanche 28 juillet). L’avenir nous dira si les pères thaïlandais continueront à être fêtés ce 5 décembre – ce qui est fort probable tant Bhumibol était aimé de son peuple.

AnniversaireBhumibol2018MontageOffres

© Facebook

En attendant, on le signale avec quelques réticences, mais sachez que ce mercredi 5 décembre les pères ont accès gratuit au Night Safari (เชียงใหม่ไนท์ซาฟารี), sans doute le plus beau zoo de Chiang Mai (évidemment, l’idée est d’y aller avec ses rejetons, qui eux paieront). Autre bonne nouvelle, mais qui ne concernent que les pères thaïlandais, l’accès à tous les parcs nationaux est gratuit aujourd’hui ! Rappelons ici que c’est le roi Rama IX qui a été l’instigateur de la création des nombreux parcs nationaux thaïlandais.

Toujours est-il que Google célèbre régulièrement cette Fête des Pères thaïlandais à sa manière, avec un sympathique doodle, celui de 2018  (avec en dessous, celui de 2017) 😄

AnniversaireBhumibol2018DoodleFêteDesPères

AnniversaireBhumibol2017Doodle.gif


La Journée mondiale des Sols 2018 #JMS

JournéeMondialeDesSolsSignalons encore que ce 5 décembre correspond à la Journée mondiale des Sols dont le thème cette année est « Pollution des sols : soyez la solution« . #StopSoilPollution, autrement dit mettre fin à la pollution des sols, tel est l’objectif de cette Journée mondiale des sols mais aussi pendant toute l’année. La qualité des sols pour l’agriculture, une problématique qui était chère au défunt roi, lui qui a tant œuvré pour instaurer une économie d’autosuffisance respectant et la nature et ses habitants (les membres des minorités ethniques, nombreuses ici au nord, lui en sont encore fort reconnaissants). Un article du journal L’Express nous le rappelle.

C’est avec beaucoup de reconnaissance – on laisse la fierté aux Thaïlandais qui, en l’espèce, la méritent – que nous avons appris que le choix du 5 décembre pour fixer cette Journée mondiale n’est pas un hasard : c’est justement en l’honneur du défunt roi que cette date – son anniversaire – a été choisie ! La communauté mondiale, à travers la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, salue ainsi l’engagement du roi Bhumibol pour les communautés agricoles, souvent bafouées, dont l’existence-même dépend de l’agriculture et donc de la qualité des sols.

Cette journée est très populaire dans les campagnes du royaume. Sur cette page Facebook sont répertoriées toutes les initiatives organisées, et elles sont nombreuses. Ainsi dans la région de Chiang Mai, c’est un séminaire de trois jours qui se déroule au Bureau du district de Mae Chaem du 3 au 5 décembre 2018, avec exposition à la clef.

WorldSoilDay2018CoverTHMontage.jpeg

La Journée mondiale des Sols sur le net #JMS #WSD

Site web officiel (sous l’égide de la FAO; page Facebook et site web)
Page Facebook officielle (sous l’égide de l’IUSS – Union internationale des sciences du sol; page Facebook et site web)
Évènement FB officiel

Journée des Sols en Thaïlande
Page Facebook officielle (World Soil Day วันดินโลก)
Évènement FB officiel (งานมหกรรมวันดินโลกปี 2561 « World Soil Day 2018 »)

La brève vidéo ci-dessous dresse l’historique de cette journée pour laquelle le défunt roi de Thaïlande a joué un roi essentiel.

Et si besoin était, ce film d’animation vous permet de prendre conscience de la réalité des ressources en sols dans le monde, couvrant les questions de dégradation, d’urbanisation, d’accaparement des terres et de surexploitation ; le film offre des options pour rendre notre façon de gérer nos sols plus durable.


AnniversaireBhumibol2017Bhumibol2

© Facebook

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué officiel de l’Office du Tourisme de Thaïlande (TAT) quant à la commémoration de l’Anniversaire du Roi Bhumibol Adulyadej : « Le 5 décembre demeure un jour férié en Thaïlande en l’honneur de l’anniversaire de naissance du défunt Roi Bhumibol Adulyadej. À cette date la fête des Pères est également célébrée car le souverain était affectueusement considéré comme le « père de la nation ».
De son vivant, son anniversaire a toujours été une journée de fête nationale. Toutes les provinces du pays le célébraient à travers de belles festivités animées de feux d’artifice, de cérémonies aux chandelles ou encore de concerts de musique. Si les événements commémoratifs sont susceptibles d’être plus modérés dans les années à venir, il n’en reste pas moins que le 5 décembre restera un jour où les Thaïlandais continueront à rendre hommage à leur souverain bien aimé. À Bangkok, la tradition voulant que l’avenue Ratchadamnoen et les environs du Grand Palais soient somptueusement illuminés pour l’occasion sera perpétuée. Le Roi Bhumibol Adulyadej était un photographe et un marin passionné, mais également un musicien renommé. Saxophoniste et clarinettiste accompli, son penchant pour le jazz l’a amené à composer ses propres œuvres. Cet amour du défunt roi pour la musique a inspiré la série de concerts gratuits « Concert in the Park », qui se dérouleront au Lumphini Park à Bangkok.
Le souverain a accédé au trône et est devenu Rama IX, le neuvième roi de la dynastie Chakri, en 1946 alors qu’il n’avait que 18 ans. Afin de permettre au jeune monarque de compléter son éducation, le couronnement fut retardé jusqu’en 1950. Il épousa la reine Sirikit le 28 avril 1950 et son couronnement eut lieu une semaine plus tard, le 5 mai. Le roi Bhumibol et la reine Sirikit ont mis en place de nombreux projets royaux et œuvré pour améliorer la vie des populations rurales à travers la Thaïlande. La compassion du couple et la longévité de leur règne les ont conduits à être perçus affectueusement par de nombreux Thaïlandais comme le « père et la mère de la nation ». C’est pourquoi tout comme l’anniversaire du roi marque également la célébration de la fête des Pères, l’anniversaire de la reine, le 12 août, est considéré comme le jour de la fête des Mères. »

AnniversaireBhumibol2017Bhumibol3

De son vivant, son anniversaire a toujours été une journée de fête nationale. Toutes les provinces du pays le célébraient à travers de belles festivités animées de feux d’artifice, de cérémonies aux chandelles ou encore de concerts de musique.

Bandeau 1


Celles et ceux désirant en savoir plus sur feu le roi Bhumibol Adulyadej pourront commencer par lire la fiche que lui consacre Wikipedia. La monarchie thaïlandaise est présente sur le web (c’est un site officiel, en anglais, quelque peu austère). Il y a également des pages Facebook panégyriques, à l’image de celles-ci : King Bhumibol The Great, Information Center for King Rama 9Nous aimons le roi Bhumibol Adulyadej – Rama IX (en thaïlandais) et Thai Royal Family News. Ou encore ce musée virtuel : 89 years of King Rama IX.

Le Roi Bhumidol et la famille royale de Thaïlande à LausanneLes férus de lecture plongeront avec délice dans l’ouvrage Le Roi Bhumidol et la famille royale de Thaïlande à Lausanne. Un livre qui révèle pour la première fois les souvenirs professionnels de Cléon C. Séraïdaris, précepteur particulier de Leurs Majestés les Rois Rama VIII et Rama IX durant leurs études en Suisse, qui resta pendant vingt-six ans au service de la Famille Royale. C’est pour répondre au voeu de S.M. le Roi Bhumibol de faire connaître la carrière de son précepteur auprès de la Famille Royale en Suisse que le fils de ce dernier publie cet ouvrage, quinze ans après la disparition de son père. Par discrétion et loyauté, Cléon C. Séraïdaris n’avait pas révélé ces épisodes historiques, estimant être astreint à un devoir de réserve. Ces pages n’auraient donc jamais vu le jour sans la suggestion du Roi qui, lors d’une audience privée, encouragea l’auteur à éditer ce recueil (il en existe deux autres versions, en anglais et en langue thaïlandaise). Un témoignage unique, abondamment illustré de photographies et de documents issus des archives familiales de l’auteur, un point de vue intimiste et familial, une part de l’Histoire du Royaume de Thaïlande.


Vous pouvez revoir ci-dessous la gigantesque cérémonie d’hommage organisée l’année dernière au pont Bhumibol qui enjambe le fleuve Chao Phraya (Bhumibol Bridge) à Bangkok, quelques semaines après la disparition du roi bien-aimé.


¹ Se référer à cet article (en thaï).

Crédit photographique de l’image à la une : © Facebook (source inconnue).
Mise à jour le 05.12.2018.

12GoAsia - Général 1

Publicités

Un temple où repose un Bouddha couché à l’ombre des ombrelles… du Lanna bien sûr

Voilà une excursion réalisable à l’année mais qui prendra une saveur particulière en l’effectuant durant l’événement dont il est question. C’est le détour idéal pour qui se rend au village des ombrelles de Bosang ou encore aux sources chaudes de San Kamphaeng. Ici au nord, la période festive du Yi Peng – le Festival des Lanternes Célestes – se déroulant peu ou prou en même temps que le Loy KratongLe Festival des Lumières – ressemble un peu aux veillées de Noël occidentales. Toutes proportions gardées, les nuits se rafraîchissent et les rues se parent de mille lanternes qui illuminent les bâtiments, au premier rang desquels les nombreux temples.

Amazing Lanna Umbrella 2018 Wat Phranon Mee Pukha Photo John Huang 2

Crédit : John Huang

Les lanternes, โคม en thaï (khom) sont un des arts artisanaux du Lanna, du nom de l’ancien royaume du nord. Et les artisans du sous-district de Wat Ket, sur la rive gauche de la rivière Ping, se frottent les mains en ce moment : c’est bien ici qu’elles sont réalisées et tout le monde ou presque en achète. Vous en trouverez de toutes les tailles – de la plus petite à l’immense lanterne – de différentes formes – souvent octogonales  – et aussi de toutes les couleurs. Les lanternes de couleur crème sont les plus élégantes. Et les responsables communaux les utilisent pour créer de magnifiques décorations sur les places publiques. On vous invite à vous promener à l’intérieur et aux alentours de la cité fortifiée – « le carré » que nous appelons erronément « la vieille ville » – pour admirer le spectacle qui devient enchanteur à la tombée du jour (album-photo).

Amazing Lanna Umbrella 2018 Wat Phranon Mee Pukha Photo John Huang

Crédit : John Huang

La place des Trois Rois (พระบรมราชานุสาวรีย์สามกษัตริย์), au cœur de la cité, en est le plus bel exemple, de même les portes de la ville (Pratu Tha Pae, Pratu Chang Phuak…) mais beaucoup de temples sont à l’avenant, comme le Wat Lok Molee (วัดโลกโมฬี), ouvert en soirée, tout comme le Wat Jed Lin (วัดเจ็ดลิน) où est psalmodié le sermon Tang Tham Luang. Sans oublier les centres commerciaux qui s’embellissent eux aussi afin d’attirer le chaland. Certaines villes en ont fait des festivals à part entière, à l’image du Festival des 100’000 Lanternes du Lanna, à Lamphun.

Autre élément prégnant de la culture du Lanna, l’ombrelle, ร่ม en thaï (rom), plus communément จ้อง (chong) dans la langue du nord. Vous avez sans nul doute déjà entendu parlé du village des ombrelles de Bosang (บ่อสร้าง, parfois orthographié Bor Sang), à l’est de Chiang Mai, qui organise chaque année un ravissant Festival des Ombrelles. Et bien un temple bouddhiste de la région, le Wat Phra Pan (วัดพระป้าน), que les locaux appellent aussi Wat Phranon Mee Pukha (วัดพระนอนแม่ปู๋คา), a eu la bonne idée de mettre en valeur les ombrelles et le travail artisanal des artisans du cru, au sein même du temple.


Exposition en plein air d’ombrelles du Lanna

Aussi, du 23 octobre 2018 au 15 janvier 2019, de 6h à 22h, vous aurez l’occasion d’assister à une exposition, pittoresque, que nous pourrions traduire par « Incroyables ombrelles artisanales du Lanna » (มหัศจรรย์จ้องล้านนา). Il est dit qu’il y en a mille… Elles égaient joliment le site religieux.

Amazing Lanna Umbrella 2018 Wat Phranon Mee Pukha Cover

Elle se déroule à même le temple, ce qui l’enjolive agréablement. Et pour y être allé un dimanche après-midi, nous pouvons vous confirmer que l’événement attire la population et rend le lieu fort animé (avec, sans surprise, quelques stands de nourriture locale). Il faut dire que des blogueurs ont pris des clichés avenants (les photos de cet article en sont). Cette manifestation vise plusieurs buts : elle est organisée en hommage à la grande statue du Bouddha couché, certes moins imposante que celle du Wat Pho à Bangkok. Elle se veut une vitrine du savoir-faire artisanal local en dévoilant le mode de vie des gens du quartier. Le tourisme généré permet de préserver cette tradition dont les gens du Lanna sont fiers. L’exposition tend à attirer les bonnes fortunes sur ses visiteurs. In fine, le temple a pour but de récolter des fonds afin de continuer le projet architectural du sanctuaire de Kruba Srivichai.

Pour en savoir plus sur la production d’ombrelles

Amazing Lanna Umbrella 2018 Wat Phranon Mee Pukha Photo Marco 2

© Chiang Mai Deci-Delà

Le Wat Phranon Mee Pukha est un temple de quartier rural. C’est sa grande statue du Bouddha couché, très vénérée, située à l’intérieur du bâtiment, qui en fait un lieu de pèlerinage. Il y a des curiosités, certaines humoristiques, que nous ne dévoilerons point afin d’en préserver la surprise. Mais ce temple transpire tout l’art du Lanna avec son immanquable statue de Phra Upakut, occupé à préserver le dharma et dont le retour nocturne est attendu régulièrement.

L’endroit a été récemment remodelé : des dons ont permis la création d’un sanctuaire à la mémoire du moine le plus vénéré du nord thaïlandais, Kruba Srivichai, grand défenseur de la culture du Lanna (alors que la langue thaï était imposée par le Siam, lui se faisait un malin plaisir à enseigner dans la langue du nord). On doit à celui-ci la création de l’ancienne route qui mène au temple perché sur le Doi Suthep, la montagne tutélaire de la ville de Chiang Mai. Nous consacrerons un jour un article plus fouillé à cette éminente figure religieuse du Lanna. En attendant, vous pouvez jeter un œil aux grands panneaux qui ont été posés là (certes, les explications sont en langue thaï…). Et admirer la grande statue à son effigie, immanquable, à l’entrée du temple.

Rien ne vous empêche de visiter ce temple en dehors du festival en question qui, rappelons-le, dure jusqu’au 15 janvier 2019. Le seul sanctuaire dédié à Kruba Srivichai, avec sa grande statue, vaut le déplacement, de même que le Bouddha couché et les autres curiosités que nous taisons. Mais alors vous vous retrouverez à visiter un temple de campagne, relativement calme, ce qui sied d’ailleurs aux moines qui méditent car tel est leur vocation. Durant le festival, un choix cornélien devra être effectué de votre part :  visiter l’exposition de jour ou de nuit, où l’ambiance est tout autre (fermeture à 22h).

En transport public, les song thaew blancs, camionnettes locales distinctives de la ville, qui partent du marché Warorot, au bord de la rivière Ping (plus ou moins ici), en direction de San Kamphaeng, vous déposeront au bord de la route 1006 pour THB 40.-. De là, vous devrez marcher un peu plus d’un kilomètre vers le nord pour atteindre le temple, une quinzaine de minutes en empruntant cette route villageoise. Rebelote pour rentrer à Chiang Mai.

Emplacement du Wat Phra Pan (วัดพระป้าน, ou Wat Phranon Mee Pukha, วัดพระนอนแม่ปู๋คา).
Page Facebook du temple (pas mise à jour, l’ancienne page a été laissée à l’abandon), de l’organisation religieuse qui y est reliée (animée aléatoirement) et enfin de Nan Louang, un moine qui est plutôt actif. Vous pourrez voir des photos récentes sur la page FB du lieu, sur Instagram et sur Twitter (hashtag #วัดพระนอนแม่ปูคา).

Exposition « Incroyables ombrelles artisanales du Lanna » (มหัศจรรย์จ้องล้านนา), du 23 octobre 2018 au 15 janvier 2019, de 6h à 22h.


Autres attractions dans la région

Et comme bien souvent, Chiang Mai révèle ses charmes quand on visite ses alentours. C’est pourquoi on vous conseille de rayonner dans la région, la demi-journée et même la journée entière, en louant un scooter ou une voiture, ou en privatisant un song thaew. On vous dévoile quelques adresses dont certaines de derrière les fagots, fruit des déambulations de nos reporters sur le terrain 😏

Umbrella Making Centre Photo Recadrée

© Facebook – Umbrella Making Centre

VILLAGE DES OMBRELLES. Vous vous situez donc à l’est de Chiang Mai et la région a beaucoup à offrir. Cet article ne se veut nullement exhaustif mais a pour ambition de rendre votre visite mémorable à travers quelques autres arrêts et visites. L’exposition des ombrelles complète bien évidemment à merveille la visite d’un centre de fabrication des ombrelles. Ils sont concentrés dans le village de Bosang, que vous avez dépassés si vous vous trouvez au Wat Phra Pan. Le centre communautaire le plus visité est le Umbrella Making Centre (en anglais dans le texte). Qui se compose d’une zone de fabrication à l’arrière, d’une petite exposition et d’une grande zone de vente. L’entrée est bien entendu gratuite. On regrette quelque peu que les artistes se concentrent sur la réalisation de coques pour téléphones portables mais cela répond là à une forte demande et leur travail est d’excellente facture. Autre centre artisanal tout aussi touristique, le Saa Paper and Umbrella Handicraft Center (ศูนย์หัตถกรรมกระดาษสาและร่ม), quelques centaines de mètres avant. On vous a déjà parlé des ombrelles dans cet article-ci.
Umbrella Making Centre. Ouvert tous les jours de 8h30 à 17h. Page Facebook et site web.
Saa Paper and Umbrella Handicraft Center. Ouvert tous les jours de 8h30 à 17h30. Page Facebook et site web (avec une boutique en ligne).
Avis TripAdvisor sur le village des ombrelles de Bosang (à lire les avis, nous constatons hélas que peu s’y rendent de la manière que nous préconisons).

PARC AQUATIQUE. Si vous êtes en famille avec des enfants, ceux-ci seront emballés par les diverses surprises que vous verrez à l’intérieur du temple et que nous ne voulons pas vous dévoiler. Vos enfants n’auront pas manqué de repérer le parc aquatique pratiquement attenant, le Tube Trek, qui correspond à un grand parc aux normes internationales (avec des prix d’entrée qui le sont tout autant).
Tube Trek water park. Ouvert de 11h à 18h30, fermé le mercredi. Page Facebook, site web et avis TripAdvisor.

TubeTrek Montage

MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN. Les parents cultivés seront plus intéressés, eux, par ce qui est un musée de calibre mondial dans le domaine de l’art contemporain, ouvert en 2016. On parle bien sûr du très beau MAIIAM (พิพิธภัณฑ์ศิลปะร่วมสมัยใหม่เอี่ยม). Fruit d’un collectionneur franco-thaï argenté. On vous en parle régulièrement sur notre page Facebook, continuant de mettre en avant ses expositions et autres animations. Ce bijou muséal se trouve à deux pas du temple. Le miroitement de la devanture vous met directement dans l’ambiance et vous attire irrésistiblement…

MAIIAM PhotoMAIIAM – musée d’art contemporain. Ouvert de 10h à 18h, fermé le mardi. Page Facebooksite web et avis TripAdvisor.

MUSÉE D’ART. Dans le même registre, à savoir l’art, un art local qui a su nous emballer, vous avez également une adresse ignorée de tous, ou presque, et qui pourtant vaut vraiment le déplacement. Il s’agit du Chiangmai Art Museum. C’est au milieu des rizières que ce musée a été construit. Une très belle salle d’exposition a su nous captiver le jour de notre visite. Mais surtout, c’est le contact avec les artistes présents en résidence qui nous revient à l’esprit (il faut dire que nous étions accompagnés d’une Thaïlandaise de Chiang Mai, ce qui nous a permis de discuter aisément avec eux). Nous ne doutons pas cependant que l’endroit vous plaira autant qu’à nous. Un sympathique café s’y trouve, le Naive Cafe.
Chiangmai Art Museum. Horaires d’ouverture inconnus. Page Facebook (aucun site web à notre connaissance).

CAFÉ. À seulement 1,5 km du temple, ne manquez pas de boire un verre au Mai Jai Dum, un café créé dans un paisible écrin de verdure. Les arbres environnants vous transmettront leur force naturelle. Le logo – un chien, maa étant le terme familier pour dire chien – vous rappellera peut-être quelque chose puisqu’en fait, Mai Jai Dum est une distillerie de spiritueux inventive bien connue à Chiang Mai.
Mai Jai Dum House. Ouvert tous les jours de 8h à 18h. Page Facebook et site web (vente des produits de la maison mais tout est en thaï).

Maa Jai Du Cover FB recadrée


SOURCES CHAUDES. Il y a mille raisons de se rendre aux sources chaudes de San Kamphaeng (hot springs en anglais, น้ำพุร้อนสันกำแพง อ.แม่ออน). La première c’est que les journées sont généralement chaudes à Chiang Mai et les sources chaudes – paradoxalement – sont un espace des plus rafraîchissants (on parle bien sûr de l’ombrage du parc et non de la températures de l’eau). Ensuite, visiter cette attraction, c’est rencontrer une ambiance thaïlandaise typique, avec les familles qui prennent du bon temps, surtout le dimanche et les jours fériés. Une autre raison qui vaut le déplacement, c’est que vous verrez les locaux s’adonner à une activités culinaire des plus étonnantes : ils… Non ! Mieux vaut ne pas vous la dévoiler. Vous la découvrirez ainsi sur place – elle est pratiquement identique dans toutes les sources chaudes du royaume – et l’étonnement sera vôtre comme il a été nôtre. Pour cela, il faut vous rendre tout en haut, là où jaillissent les sources. On vous donne tout de même un indice : observez bien la sculpture à l’entrée du parc…

C’est un endroit où vous apprécierez vous faire masser (les pieds). De notre point de vue, il n’est pas utile d’utiliser l’espace « piscine » et les services ad hoc, un espace payant – qui singe les sources occidentales. Passer un moment avec les locaux les pieds dans l’eau – chaude, bouillante même – et effectuer la même activité culinaire qu’eux – celle-là même que nous ne voulons pas vous dévoiler – est pour nous la meilleure des choses à réaliser en ce lieu qui vous laissera un agréable souvenir.
Ouvert tous les jours de 7h à 19h (billets vendus jusqu’à 18h). Plusieurs pages Facebook : celle des sources chaudes, de même que celles liées au onsenici et , site web du onsen et avis TripAdvisor.

Encore un conseil exclusif de Chiang Mai De-ci De-là : si vous êtes arrivé jusque là – vous êtes à plus de 40 km de la ville de Chiang Mai – alors vous ne devez en aucun cas manquer de visiter, même brièvement, le magnifique temple situé non loin (à quelque 2,3 kilomètres pour être précis), le Wat Doi Phoothi Yaan (วัดดอยโพธิญาณ, à ne pas confondre avec le temple encore plus proche, le Wat Bo Nam Un, วัดบ่อน้ำอุ่น). Ce temple au milieu de nulle part – on parle donc bien du Wat Doi Phoothi Yaan – est un véritable chef-d’œuvre caché dans la nature. Au moment où nous y sommes passés, il était encore en construction (ou plutôt en rénovation). Et croyez-nous : vous serez fort impressionné de ce que vous allez admirer là… Nous pourrions vous donner d’autres conseils, comme la belle grotte de Mae On toute proche mais l’objet principal de cet art est de visiter l’exposition d’ombrelles (à défaut le temple qui l’abrite). On reviendra donc sur la visite de cette partie de Chiang Mai (on parle de la province)…


ARCHITECTURE LANNA. Toujours dans cette partie de Chiang Mai, ne manquez pas de faire un arrêt au Dhara Devi, puisque vous passerez pratiquement devant. C’est l’un des fleurons hôteliers de la Rose du Nord. Vous ne pourrez pas accéder à l’intérieur – c’est là une adresse exclusive réservée à sa seule clientèle. Mais l’extérieur vaut à lui seul le déplacement. L’originalité du resort, c’est d’avoir implanté des anciennes structures architecturales du Lanna (Thaïlande, Birmanie et Laos). Il y a par exemple à l’intérieur un véritable palais birman (que nous avons eu l’occasion de visiter grâce aux connexions d’un moine d’une famille respectable de Chiang Mai). Ne manquez pas de visiter l’ancien marché – kad en langue locale (le kham muang, คำเมือง) alors que le terme thaï est talat – sur votre droite en rentrant, où est maintenant exploité un tea-room/boulangerie (les prix sont certes européens mais la qualité et le service le sont aussi). L’allée d’entrée est fastueuse et le splendide bâtiment qui fait office de réception vous donnera une idée de ce dont profite la clientèle huppée. Ne manquez pas de visiter le bâtiment octogonale, à droite une fois passé l’impressionnante porte d’entrée. Jetez également un œil du côté du restaurant Le Grand Lanna, sur votre gauche à l’entrée, l’un des meilleurs de Chiang Mai (et aux prix pas excessifs).
Complexe hôtelier de luxe Dhara Dhevi. Si vous n’avez pas les moyens de réserver (sur Booking.com), lisez au moins les avis de TripAdvisor… Visite de l’entrée du site hôtelier en tout temps. Page Facebook et site web.

Dhara Dhevi Cover FB

RESTAURANT. Meena Rice Based Cuisine (ร้านอาหารมีนา). C’est là notre adresse préférée dans le coin. Nous l’avions découverte dès son ouverture et son succès nous ravit, d’autant que le touriste est denrée rare. Une cuisine thaïlandaise inventive et raffinée à des prix locaux. Les recettes proviennent de la famille – lui vient du sud et elle est une fille du Lanna. Vous mangez sous d’anciennes maisons en bois de type Lanna dans un cadre exquis. Nous savons avec certitude que vous en repartirez émerveillé. Ne nous remerciez pas, c’est tout naturel.
Meena Rice Based Cuisine. Ouvert de 10h à 17h, fermé le mercredi. Page Facebook et avis TripAdvisor.

Meena Rice Based Cuisine - Cover FB

พรรณี กาละแมกะทิสด Logo FBMARCHÉ et BONBONS. Meena se trouve dans la même rue où est organisé tous les week-ends le marché Cham Chaa (ฉำฉา). Il faut dire que le propriétaire du restaurant est l’instigateur du marché. On adore son ambiance nonchalante et c’est là un rendez-vous à ne pas manquer si vous prévoyez votre sortie samedi ou dimanche. Le Bus Pizza ne manquera pas de vous étonner. Si vous avez l’occasion de voir ouvert l’atelier de bonbons à la noix de coco de marque พรรณี (c’est le bâtiment bleu sur votre droite à l’entrée du soï), n’hésitez pas à y entrer. L’on vous montrera alors comment sont confectionnées ces sucreries et vous pourrez en acheter (on les trouve en ville au marché Warorot). À noter encore que la période du Loy Kratong est l’occasion pour la communauté locale qui anime ce marché, Loang Him Kao (โหล่งฮิมคาว), d’agrandir le lieu et d’y organiser le marché Ton Yon. Beaucoup plus de stands à cette occasion, avec diverses animations (ateliers et accompagnement musical). Cette année, il a lieu du 22 au 25 novembre 2018, de 10h à la tombée de la nuit..
Marché du week-end Cham Chaa. Ouvert tous les samedis (de 9h à 14h) et dimanches (de 9h à 15h). Page Facebook.

ฉำฉา market Photo

© Facebook – ฉำฉา market

CAFÉ avec vue sur les RIZIÈRES. On vous livre encore une de nos autres perles : allez donc boire un café au Chiang Mai Rice Life. Créé par le fils du propriétaire qui a étudié en Australie, ce café vous donne une très belle vue sur les rizières de la société (il faut évidemment y être avant la récolte qui se fait généralement en novembre).
Chiang Mai Rice Life. Ouvert tous les jours de 9h à 18h. Page Facebook.

Chiangmai Rice Life Montage.jpeg

ATELIER DE CÉLADON. Et comme l’on est dans une partie de Chiang Mai où l’artisanat est roi, profitez-en pour visitez par exemple l’un des trois ateliers de céladon les plus réputés de Chiang Mai, Baan Celadon. Le céladon, un type de céramique fort prisé en Chine comme en Corée, a ce coloris typique vert pâle du jade, la pierre sacrée (il peut aussi être bleu-gris translucide). L’atelier, qui se visite, est en retrait par rapport à la zone de vente. Vous y verrez de petites mains à l’œuvre où patience et dextérité se conjuguent. Quand on vous disait que le Lanna possédait de bons artisans.
Baan Celadon. Ouvert tous les jours de 8h30 à 17h30. Page Facebook, site web et avis TripAdvisor.Baan Celadon Cover FB

C’est muni de toutes ces bonnes adresses que vous ne manquerez pas d’observer une singularité propre à cette route, la 1006 donc. Regardez bien les les panneaux routiers… C’est une étrange 3e langue qui y figure, en plus du thaï et de l’anglais. Ce n’est pas du chinois, non. C’est une langue que seuls les érudits maîtrisent, souvent de vieux moines. C’est l’ancienne langue du Lanna. Il vous sera difficile de trouver un habitant qui sache la déchiffrer. Mais cet aspect démontre la volonté des autorités de préserver la culture qui est la leur, celle du Lanna. Et les ombrelles dont il est question ici participent de cette indispensable héritage culturel dont nous saluons la préservation et que nous vous invitons à découvrir pour être, vous aussi, charmé par la richesse du Lanna. Sawat dee jao (สวัสดีเจ้า).

Bandeau 1


Nos conseils d’itinéraire

On vous l’a dit en guise d’entame, si vous avez prévu de vous rendre au village des ombrelles de Bosang ou encore aux sources chaudes de San Kamphaeng, la visite de l’exposition en plein air des ombrelles du Wat Phranon Mee Pukha se doit impérativement d’être effectuée, du moins jusqu’au 15 janvier 2019.

Voici nos conseils d’itinéraire (aller-retour depuis Chiang Mai) pour une balade réussie :

  • Sur une demi-journée, vous pouvez vous arrêter au Dhara Dhevi puis poursuivre vers le village des ombrelles de Bosang pour arriver enfin au Wat Phranon Mee Pukha et profiter de l’exposition. Repos mérité au café Mai Jai Dum. La visite du musée d’art contemporain MAIIAM peut clore cette sortie.
  • Disposant d’une journée, votre choix sera plus vaste. En partant vers 10h, visite du Dhara Dhevi puis en route pour le village des ombrelles de Bosang. Revenez ensuite vers le Baan Celadon et aller déjeuner (dîner diront les Helvètes) au Meena Rice Based Cuisine. Le café peut se prendre au Chiang Mai Rice Life avant de rejoindre le Wat Phranon Mee Pukha et son exposition d’ombrelles. Vous terminerez la journée en choisissant votre attraction en fonction de vos intérêts.
  • La variante nocturne permet de visiter une ou plusieurs des attractions susmentionnées dans l’après-midi, selon vos intérêts, pour terminer au Wat Phranon Mee Pukha, dont l’exposition ferme à 22h.
  • Et enfin, le week-end, ne manquez pas le marché Cham Chaa !

Booking.com San Kamphaeng

Vous pourriez également être tenté par une nuit sur place, à l’extérieur de Chiang Mai donc, ce qui est la meilleure des manières d’apprivoiser l’endroit, dans une ambiance champêtre. Si vous êtes véhiculé, aucun souci pour vous. A défaut, les minibus blancs (song thaew) relient abondamment la ville, du moins en journée. Et Grab sera votre ami. En ce cas, réservez votre hôtel sur Booking.com ou consultez les avis de TripAdvisor sur les meilleurs établissements. Ce dernier vous fournira également d’autres conseils quant aux attractions et activités du coin, en plus des nôtres.

Quels que soient nos conseils, on vous rappelle que le plaisir du voyage est amplifié lorsque l’on se laisse bercer par la grâce de l’inattendu.

TripAdvisor San Kamphaeng


¹Notez que les Anglo-Saxons transcrivent Loy Krathong (avec h) pour le terme thaïlandais ลอยกระทง et Yee Peng pour le terme thaïlandais ยี่เป็ง.

S’agissant d’un article pratique, les données peuvent varier au fil du temps (horaires, liens…). N’hésitez pas à nous signaler toute modification en laissant un commentaire. Merci.

Source de l’image à la Une : © Facebook – สะพายกล้องท่องเที่ยว กับ มาเรีย ณ ไกลบ้าน (@MarianaKlaiBaanTrip). Mise à jour le 25.11.2018.

12GoAsia - Général 1

Loy Kratong/Yi Peng Festival 2018 à Lamphun, non loin de Chiang Mai

Un Festival des Lanternes du Lanna dès le 1er novembre avec une belle cérémonie d’ouverture le 16 du mois. Deux lâchers géants de lanternes célestes (les 22 et 23 novembre). Une soirée festive du Loy Kratong (avec une belle parade) le 22 novembre, précédée d’un Loy Kratong propre à la communauté Tai Lüe le 19 novembre. Un marché à l’ancienne au bord de la rivière. Et encore une ancienne cérémonie dont personne ne vous a encore parlée, le Loy Kamod. Sans oublier le Yi Peng des Taï Lüe et… un lâcher massif de lanternes célestes supplémentaire aux abords d’un pont ferroviaire. Voilà ce que vous propose Haripunchai, appelée Lamphun de nos jours (ลำพูน). On vous livre tous les détails de ces riches cérémonies culturelles pour toutes celles et tous ceux qui seront dans la région de Chiang Mai. Récapitulation des événement à ne pas manquer en fin d’article.

Lamphun est la plus ancienne ville du Nord, appelée jadis Haripunchai

Soyez audacieux et vivez une Fête des Lumières originale non loin de Chiang Mai ! Vous savez que dans tout le Lanna, du nom de l’ancien royaume du nord de la Thaïlande, le Loy Kratong¹ et le Yi Peng¹ se confondent et se célèbrent ensemble dans maint villes et villages lors de la 12e pleine lune de l’année lunaire (thaïlandaise). L’écrasante majorité des touristes privilégie Chiang Mai, la capitale culturelle du Nord. Cependant, si vous recherchez un endroit à l’authentique ambiance, non infesté de hordes touristiques, allez sans hésitation à Lamphun, chef-lieu de la province éponyme (une ville qui compte moins de 20’000 habitants), à 30 km au sud de Chiang Mai (45 minutes de route au plus). C’est la plus ancienne ville du Nord siamois, appelée jadis Haripunchai, et les rares touristes qui s’y aventurent tombent sous le charme de sa population fort accueillante. Et cette année 2018 (2561 selon le calendrier bouddhique thaïlandais) vous gâte avec de nombreuses fêtes.


LoykrathongLamphun2018PhotoBaramateWannasai1.jpg

© Facebook – Baramate Wannasai

Festival des 100’000 Lanternes du Lanna

Le Festival des Lanternes du Lanna se tient du vendredi 16 au jeudi 22 novembre 2018. Ces quelques jours festifs à Lamphun vous apprendront à faire la différence entre les lanternes du Lanna (โคม, khom) les lanternes célestes, appelées โคมลอย (khomloy, terme thaï signifiant lanterne ascendante) et les lampions (ผางประทีป, pang prathip), sans oublier bien sûr les kratong (กระทง), petites embarcations déposées dans les rivières et autres surfaces aquatiques.

Les festivités commencent donc au début du mois de novembre avec, vendredi 16 novembre 2018, à 19h, la cérémonie d’ouverture du Festival des Lanternes du Lanna. Elle se déroule au magnifique Wat Phra That Haripunchai Woramahawihan (วัดพระธาตุหริภุญชัยวรมหาวิหาร), temple bouddhiste au cœur de la ville de Lamphun. Officiellement appelé โคมแสนดวงที่เมืองลำพูนมม, soit le Festival des 100’000 Lanternes (Lanna) à Lamphun. L’année dernière, il était fait mention de 33’000 lanternes – une des spécialités artisanales du Lanna. Nous ne les avons pas comptées mais une chose est sûre, elles seront toutes allumées en soirée. S’offrira alors à vous une mer de scintillements au pied de ce très vénéré chedi doré, frère siamois de celui trônant au haut du Doi Suthep, le temple éponyme à Chiang Mai. De quoi vous émerveiller (et faire de belles photos). La cérémonie d’ouverture est l’occasion d’admirer un spectacle folklorique coloré, avec notamment des danses traditionnelles du Lanna effectuées par des danseuses en habit traditionnel, un spectacle qui convoque la quintessence culturelle du Lanna et qui ne manquera de vous ravir.

LoykrathongLamphun2018Photoเชียงใหม่นิวส์ChiangMaiNewsMontage

© Facebook – เชียงใหม่นิวส์ Chiang Mai News (1 & 2)

Point d’orgue du festival, la Parade des Lanternes du mardi 20 novembre 2018, à 18h30, de la place Phra Nang Chama Devi (อนุสาวรีย์พระนางจามเทวี) au Wat Phra That Haripunchai Woramahawihan. Un défilé suivi d’un riche spectacle folklorique comme on les aime.

Deux cérémonies d’adoration sont organisées ensuite :

  • le mardi 20 novembre 2018, à 19h, en l’honneur du temple (cette cérémonie religieuse se déroule donc au même Wat Phra That Haripunchai Woramahawihan);
  • le mercredi 21 novembre 2018, à 19h également, en l’honneur cette fois-ci de Phra Nang Chama Devi, la reine qui fonda la cité. Cette seconde cérémonie se déroule sur la place qui porte son nom où vous pourrez voir une belle statue la représentant.

 


Loy Kratong – Le Festival des Lumières

Un festival suit l’autre. Ce qui nous amène au jeudi 22 novembre 2018, date à laquelle est fêtée le Loy Kratong à Lamphun. Au programme :

  • À 7h, cérémonie religieuse au Wat Phra That Haripunchai Woramahawihan (il y aura certainement là des offrandes matinales aux moines).
  • Dès 8h, concours des plus belles lanternes (โคมลอย, khomloy) et des plus beaux kratong (กระทง) dans l’enceinte du même temple.
  • À 19h, cérémonie d’ouverture du Festival des Lumières – le Loy Kratong – au Centre touristique provincial tout proche, au bord du canal (ศูนย์บริการนักท่องเที่ยวลำพูน).
  • Et à 20h, événement à ne pas manquer, la fameuse parade nocturne du Loy Kratong.

Il va de soi que la journée sera animée au temple-même et alentour. Vous pourrez vous sustenter dans les nombreux stands d’un marché à l’ancienne où la nourriture locale sera à l’honneur. Un concours photo y est par exemple organisé (et nul doute que les clichés seront formidables).


Festival des Lanternes Célestes et son lâcher massif

Simultanément, est organisé le Festival des Lanternes Célestes au Wat Doi Ti (à Pa Sak), petite colline non loin de la ville, surplombée par une immense statue de Kruba Srivichai, le moine le plus vénéré ici au nord de la Thaïlande. Elle se voit loin à la ronde et son menton est souvent le refuge de petites abeilles qui y bâtissent d’immenses ruches.

Ce festival se déroule les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018 et il inclut un lancer géant de lanternes célestes à 21h05, chacun des deux soirs. Le résultat s’annonce des plus féeriques. La soirée comprend une cérémonie bouddhiste, un marché kad nua à l’ancienne et un spectacle culturel avec danses traditionnelles du Lanna (les 750 places assises sont payantes). C’est la troisième édition de cet événement initié en 2016 – et l’on ne peut que vous conseiller d’y participer. D’autres lancers géants de lanternes célestes sont organisés dans la région de Chiang Mai.


Festival Yi Peng des Taï Lüe à Banthi

Si vous êtes abonné à notre page Facebook, vous savez que nous suivons assidûment les activités proposées par la communauté Taï Lüe de Banthi, district de la province de Lamphun, en vous invitant régulièrement à les rejoindre. Et il se trouve que les Taï Lüe organisent eux aussi leur Yi Peng. Rappelons que c’est une minorité ethnique venue du sud de la Chine et que la tradition du lancer des lanternes célestes vient… de Chine du Sud.

Loy Kratong 2018 - Banthi Photo Montage

Ainsi, le lundi 19 novembre 2018, de 17h à 22h, vous pourrez fêter avec eux le Festival Yi Peng, à Ban Mae Phi (บ้านแพะ), précisément ici (อุโบสถต้นมื่นบ้านแพะ), là-même où se déroule leur marché mensuel (kad bosot). C’est un sanctuaire sacré érigé au milieu des rizières, avec une chouette passerelle en bambou, le tout entouré des belles montagnes de Lamphun. A défaut de vous y rendre – et c’est bien dommage, avouons-le – jetez un œil sur la page Facebook du lieu des festivités.

Nous ne connaissons pas le détail de la soirée (événement FB) et c’est peut-être bien ainsi car quoi de mieux que de se laisser surprendre puis bercer par la grâce de l’inattendu ?


Land Mark Riverfront Market

Les hôtes se rendant à Lamphun sont décidément gâtés en cette période de Loy Kratong. Le Riverfront Market (กาดฮิมน้ำลำพูน, Kad  Him Nam Lamphun) est un ravissant marché à l’ancienne, à la manière Lanna. Ambiance locale garantie. Un marché de saison (temporaire donc), qui se tient le long du canal, tout près du temple Haripunchai. Organisé tous les week-ends du 3 novembre au 9 décembre 2018 (samedi et dimanche, de 10h à 20h), il aura également lieu jeudi 22, vendredi 23 et samedi 24 novembre 2018 (pas de marché dimanche 25). Evénement FB (กาดฮิมน้ำลำพูน) et page Facebook (กาดฮิมน้ำลำพูน). On vous en avait déjà parlé ici.

LandMarkRiverfrontMarketCoverFB.jpg

Vous ne manquerez évidemment pas de rendre visite aux marchands habituels installés dans le ravissant pont Tha Sing (สะพานท่าสิงห์), face à l’entrée du temple Haripunchai. Les produits régionaux règnent en maître, avec notamment les tissus et les produits alimentaires OTOP (attention, il ferme à la tombée du jour).


Et puisque vous êtes à Lamphun…

Nekoemon Cafe Photo Hallo Chiangmai

© Facebook – Hallo Chiangmai Magazine

Lamphun est notre adresse fétiche car pour qui s’y rend, l’authenticité du Lanna est au rendez-vous. Ici, point de tourisme de masse. On vous accueille avec intérêt, et toujours avec le sourire. Le temple du Doi Ti, du nom de la colline qui l’abrite, vaut le déplacement pour sa seule statue, immense. Il s’agit donc de Kruba Srivichai, le moine le plus vénéré du nord de la Thaïlande. De là-haut, belle est la vue sur la vallée et les montagnes qui l’entourent. Autres conseils de Huggy les Bons Tuyaux : allez donc manger dans ce qui est, pour nous, un des meilleurs restaurants de Lamphun, le Chef’s House qui vous offre une délicieuse cuisine thaïlandaise (page Facebook, emplacement, avis TripAdvisor). A moins que vous ne vous soyez arrêté au préalable au Nekoemon Cafe (cuisine « japonaise ») et son jardin enchanteur (page Facebook, emplacement) – il se trouve sur la route, entre Chiang Mai et Lamphun (avec un léger détour il est vrai).

TripAdvisor - LamphunLamphun a bien d’autres trésors touristiques à offrir à celles et ceux qui s’y aventurent; les conseils de notre partenaire TripAdvisor pourront vous êtres utiles, en matière de sites à visiter, d’activités à réaliser ou encore d’hébergement. On vous promet cependant de vous donner bientôt nos propres conseils.

Tenant compte des horaires des divers événements et de leur emplacement, il vous sera difficile – mais non impossible – d’utiliser des moyens de transport en commun pour rejoindre Lamphun depuis Chiang Mai (principalement en minivan depuis le marché Warorot ou alors en song thaew bleus). Et comme la distance n’est que de 30 kilomètres, le scooter de location est le moyen de transport idéal (attention au retour durant la nuit cependant). Si vous y allez à plusieurs, en famille par exemple, négociez avec un chauffeur de song thaew  le trajet aller-retour, comprenant l’attente.

Vu les dates des célébrations, rien ne vous empêche de participer au Loy Kratong de Lamphun la soirée du jeudi 22 novembre puis, le lendemain, vendredi 23 novembre 2018, au Loy Kratong de Chiang Mai ! Vous jouirez ainsi de deux festivals – similaires mais très différents (same same but different, une ritournelle souvent entendue en Thaïlande) – avec deux grandes parades ! Dès lors, dormir à Lamphun est option intelligente 😏 Réservez donc votre hôtel à Lamphun chez notre partenaire Booking.com.

Booking.com - Lamphun Votre hôtel


Loy Kratong au pont de Mae Tha

Lamphun est aussi connue pour abriter un très joli pont ferroviaire, construit en 1919, le fameux pont blanc de Mae Tha (สะพานขาวทาชมภู, sur la commune de Ta Pladuk dans la province de Lamphun donc). La construction métallique étant des plus photogéniques, beaucoup de jeunes mariés de la région s’y font photographier. Et c’est précisément cet endroit, à 30 minutes en voiture à l’est de la ville, qui abritera également une Fête de Loy Kratong, les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018, dès 17h. Une soirée romantique en perspective, très animée à en croire le programme :
⦿ Jeudi 22 : atelier de composition des kratong à 15h et concours de chant à 19h.
⦿ Vendredi 23 : une cérémonie religieuse du Thot Kathin à 18h, suivie d’un concours de beauté à 19h (Thida Loy Krathong, soit l’élection de la Miss Loy Kratong locale puis, selon ce qu’on nous promet, un mini lâcher géant de lanternes célestes à 20h30…. Qui vivra verra !

Page Facebook de la commune.

Loy Kratong 2018 - Mae Tha - Cover


Et encore une autre fête, Loy Kamod !

On termine ce tour d’horizon festif (et non exhaustif) par une fête du nom de Loy Kamod (ลอยโขมด), une fête ancienne qui se célèbre au Wat Kulamak (วัดรมณียาราม), à Ton Thong, au bord d’un bras de la rivière Ping, dans la province de Lamphun donc, à seulement 10 minutes au sud du chef-lieu. Elle a lieu ce mercredi 21 novembre, dès 18h30.

Peu sont les personnes à avoir entendu parler des kamod (โขมด) puisque même les quelques habitants de Chiang Mai à qui nous avons posé la question ne savaient pas de quoi il s’agit ! C’est en quelque sorte une hybridation entre un kratong et un radeau. Vous saurez en faire puisque des ateliers de confection des kamod sont organisés en journée dans ce village plus que centenaire (il a fêté ses 100 ans en 2017). Pour autant que vous maîtrisiez la langue thaï, lisez donc ces explications sur ces embarcations plus grandes que les kratong. Mais le mieux est encore de vous déplacer au village où vous serez accueilli avec intérêt. Une parade des kamod égaie la journée. Page Facebook.

 


RÉCAPITULATIF
Événements à ne pas manquer du côté de Lamphun

  • Vendredi 16.11.2018, à 18h30 : grande parade du Festival des 100’000 Lanternes du Lanna de la place Phra Nang Chama Devi (อนุสาวรีย์พระนางจามเทวี) au Wat Phra That Haripunchai Woramahawihan.
  • Vendredi 16.11.2018, à 19h : cérémonie d’ouverture de ce même festival au Wat Phra That Haripunchai Woramahawihan.
  • Lundi 19.11.2018, de 17h à 22h : Festival Yi Peng de la communauté des Taï Lüe à Ban Mae Phi (บ้านแพะ), précisément ici (อุโบสถต้นมื่นบ้านแพะ).
  • Mercredi 21.11.2018, dès 18h30 : Festival Loy Kamod (ลอยโขมด) au Wat Kulamak (วัดรมณียาราม), à Ton Thong.
  • Jeudi 22.11.2018, à 19h : cérémonie d’ouverture du Festival des Lumières – le Loy Kratong – au Centre touristique provincial de Lamphun (ศูนย์บริการนักท่องเที่ยวลำพูน).
  • Jeudi 22.11.2018, à 20h : parade nocturne du Loy Kratong à Lamphun.
  • Jeudi 22.11.2018, à 21h05 : premier lancer massif des lanternes dans le cadre du Festival des Lanternes Célestes au Wat Doi Ti (à Pa Sak).
  • Vendredi 23.11.2018, à 20h30 : (mini ?) lâcher géant de lanternes célestes dans le cadre du Loy Kratong au pont pont blanc de Mae Tha (สะพานขาวทาชมภู, à Ta Pladuk).
  • Vendredi 23.11.2018, à 21h05 : second lancer massif des lanternes célestes au Wat Doi Ti (à Pa Sak).

Peut-être n’aviez-vous encore jamais entendu parler de Lamphun avant de lire cet article. On espère que notre maigre contribution vous donne envie de visiter cette province à la riche culture, une culture typique du Lanna puisque Haripunchai en était son berceau. Sawat dee jao (สวัสดีเจ้า) ! C’est là le bonjour (comme l’au revoir) typique de la région, ce qui jadis est était le Lan Na (ล้านนา), le royaume du Nord. Bonne fête du Loy Kratong à vous.

Celles et ceux qui veulent se tenir informé(e)s des nombreux événements se déroulant dans cette province voisine que l’on apprécie au plus haut point liront avec attention la page Facebook @TeeNeeLamphunThailand (ที่นี่ลำพูน, ce qui signifie « Ici Lamphun »).

Nos autres articles en lien avec les festivals Yi Peng et Loy Kratong cette année :


¹Notez que les Anglo-Saxons transcrivent Loy Krathong (avec h) pour le terme thaïlandais ลอยกระทง et Yee Peng pour le terme thaïlandais ยี่เป็ง.

Crédit photographique de l’image à la Une : © Facebook – Chiang Mai News.
Mise à jour le 26.11.2018.

12GoAsia - Général 1

Les lâchers géants de lanternes célestes du Yi Peng 2018 à Chiang Mai

Pas moins de 8 lâchers géants de lanternes célestes, peut-être même 9 ! Voilà ce que vous offre le festival Yi Peng 2018 à Chiang Mai et alentour. Et oui, c’est bientôt l’heure du Loy Kratong¹. Les familles thaïlandaises – et les touristes à leur suite – déposeront comme chaque année leur kratong sur l’eau et lâcheront leur lanterne au ciel. Un spectacle qui enchante petits et grands. Vous savez déjà que la Fête des Lumières se déroulera à Chiang Mai du 20 au 23 novembre (programme officiel). Un programme festif avec, notamment un grand feu d’artifice, sans parler des autres spectacles culturels.

La carte de tous ces lâchers géants de lanternes célestes se trouve au bas de l’article

Cette fête originaire d’Inde est appelée « Fête des Lumières » en raison des bougies qui ornent les petites (et grandes) embarcations déposées sur les rivières et autres surfaces aquatiques. A Chiang Mai, le festival se confond avec une autre fête, venue de Chine beaucoup plus tardivement, le Yi Peng¹, où des lanternes célestes sont lancées au ciel, ornées elles aussi par une bougie. Et c’est la conjugaison de ces deux fêtes qui fait de Chiang Mai la ville où le Loy Kratong est le plus beau – peut-être avec Sukhothai.

Et là où le spectacle est total c’est lors des lâchers géants qui donnent lieu à un moment féerique (cela se passe dès la 40e seconde) :

Cette année 2018, ce n’est donc pas moins de huit lâchers géants nocturnes qui auront lieu : cinq durant la soirée du jeudi 22 novembre et encore trois le soir du vendredi 23 novembre 2018. En composant cet article, après publication, nous avons appris qu’un 9e lâcher est programmé… À vous de voir si vous préférez vous promener en ville afin de vous imprégner de l’ambiance magique qui y régnera (on vous dévoilera tantôt les meilleurs endroits), si vous désirez privilégier le repas organisé (là aussi, une liste des événements vous sera donnée) ou alors si vous souhaitez prendre une part active à ces lâchers géants de lanternes célestes (repas inclus). Si vous optez pour cette dernière solution, vous trouverez tous les détails ci-dessous.

On vous rappelle cependant que la fête reste magnifique au cœur-même de la ville et que vous pourrez y lâcher votre propre lanterne; vous serez des milliers dans ce cas-là. Cette année, l’autorisation de le faire est donnée les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018, de 19h à 1h du matin. Ce qui, au demeurant, pose quelques problèmes (perturbation des vols aériens, déclenchement d’incendies et pollution de la nature). Certains profitent du spectacle féerique depuis les hauteurs et n’hésitent pas à monter au Doi Suthep, la montagne tutélaire de la ville, que ce soit depuis les divers points de vue ou alors au temple éponyme lui-même. Et c’est vrai que c’est une option digne d’intérêt car, de là-haut, beau est le spectacle de toutes les lanternes célestes… À vous de décider du lieu où vous fêterez le Loy Kratong 🏮 Place maintenant à l’énumération de tous les lâchers géants (nos conseils figurent en fin d’article).


LOY KRATONG 2018
à CHIANG MAI et alentour
8 (ou 9) lâchers géants des lanternes célestes
jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018


L’année dernière, ce sont aussi huit lâchers qui égayaient le ciel de la Rose du Nord sur sept sites différents. Cette année 2018 (ou 2561 si l’on se réfère au calendrier bouddhique thaïlandais), durant la Fête des Lumières, les huit lâchers géants auront lieu sur cinq sites seulement, peut-être même un 9e lancement sur un 6e site… Ainsi cette année, pas de grands lâchers spectaculaires au Royal Flora – Parc Royal Rajapruek (อุทยานหลวงราชพฤกษ์), ni d’ailleurs au Wat Ban Den (วัดเด่นสะหลีศรีเมืองแกน – วัดบ้านเด่น เชียงใหม่, à Mae Taeng) et encore moins au parc aquatique Tube Trek à San Kamphaeng. Voici les 5 sites qui organisent les lâchers géants de lanternes célestes cette année (les deux principaux sites ouverts au public n’attendent pas moins de 5000 participants chacun).


1. YEEPENG LANNA INTERNATIONAL FESTIVAL 2018

Lanna Dhutanka (Thudong Lanna Institute, ธุดงคสถานล้านนา), San Sai (Mae Jo).
Entrée : THB 5’200.- pour le billet Standard, THB 7’000.- la place Premium et même THB 13’000.- en VIP – SOLD OUT! L’événement est organisé à guichet fermé, tous les billets ayant été vendus depuis belle lurette.
De 17h à 21h; le lâcher géant est programmé pour 20h00.
On vous a déjà parlé de cet événement contesté (car contestable) et on vous déconseille de vous y rendre ! Le tout est en effet organisé par ce mouvement bouddhiste qui s’apparente à une secte. Rendons cependant à César ce qui appartient à César : ce sont eux qui ont lancé l’idée du lâcher géant de lanternes célestes ici à Chiang Mai ! En savoir plus.

YeePeng2017LannaDuthankaLogo


2. KHOMLOY CAD FESTIVAL 2018

Cowboy Army Riding Club, à Mae Rim (au nord de Chiang Mai, comptez une trentaine de minutes en voiture).

CADKhomloySkyLanternFestival2018MontagePhotos1
Entrée : THB 2’999.-/personne (enfants de 6 à 12 ans, THB 1’499.-; entrée gratuite pour les enfants de moins de 6 ans). Le prix comprend l’entrée, le repas Lanna (buffet avec spécialités du Nord) et les boissons non alcoolisées, le spectacle culturel, 2 lanternes célestes, 1 kratong, un cadeau-souvenir, sans parler du transfert. Les billets VIP à THB 3’999.-/personne (enfants, THB 1’999.-) donnent droit à la zone VIP avec place assise. Aucun billet n’est vendu sur place !
Les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018, de 17h à 22h; le lâcher géant est programmé pour 20h45.
Détails pour l’achat des billets : Swiss-Lanna Lodge (service en français).

CADKhomloySkyLanternFestival2018CoverFB.jpg
Khomloy (โคมลอย) signifie lanterne ascendante. C’est le nom qu’a choisi l’organisateur pour cet événement qui, avec le suivant, sera sans doute le lâcher géant de lanternes (payant) le plus populaire. Pour preuve, la soirée du jeudi 22 novembre 2018 se joue déjà à guichet fermé (5000 places ont été vendues !). Et pour celle du lendemain, vendredi 23 novembre 2018, plus de 2000 billets ont déjà été vendus (sur les 5000 au total). Celles et ceux n’ayant encore jamais vu de spectacles culturels du Lanna se régaleront. Le show CAD offert par ce même organisateur à la fin de l’année dernière nous avait enchantés. À noter que la composante religieuse (avec chants et méditation) requiert une tenue décente de votre part.


3. CHIANGMAI SKY LANTERN FESTIVAL 2018

Soit le Festival des Lanternes Célestes @ Northern Study Center, à Mae Rim (non loin du précédent, toujours au nord de Chiang Mai, à une trentaine de minutes en voiture).
Entrée : THB 3’999.-/personne (enfants de 100 à 120 cm : THB 1’999.-; entrée gratuite pour les petiots jusqu’à 100 cm). Le prix comprend l’entrée, le repas Lanna (buffet avec spécialités du Nord) et les boissons non alcoolisées, le spectacle culturel, 2 lanternes célestes, 1 kratong, un cadeau-souvenir, de même que le transfert (il n’est plus fait mention de l’assurance accidents). Les billets VIP à THB 5’999.-/personne (enfants, THB 4’499.-) donnent droit à la zone VIP avec place assise. Et là aussi aucun billet n’est vendu sur place !
Les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018, de 18h à 20h (transfert depuis le Mercure Hôtel); le lâcher géant est programmé pour 19h30.
Achat des billets auprès de diverses agences anglophones comme ThaiTabi, sur ThaiTicket Major (toujours en anglais) mais également au Swiss-Lanna Lodge (et là, le service est en français).

Sky Lantern Festival 2018 - Brochure Montage 2.jpeg
Comme l’événement précédent se joue à guichet fermé le premier soir, jeudi 22 novembre 2018, ce sera là votre meilleure possibilité si votre intention est de participer à un tel lancer en commun. Difficile de distinguer cet événement du précédent, le programme étant peu ou prou identique. On ne sait par conséquent où donc l’émotion sera la plus forte. Et là aussi, la composante religieuse (avec chants et méditation) implique une tenue décente. Notez que l’année dernière les trépieds et autres bâtons à selfie étaient bannis. Nous ne savons pas si cette interdiction est maintenue.


4. LANNA LANTERNS & CANDLE TRAYS FESTIVAL 2018

Soit le Festival des Lanternes et des Lampions Lanna. L’année dernière, la fête avait lieu au Wat Doi Saket tout proche. Cette année, c’est un bel écrin qui accueillera le festival puisqu’il s’agit d’un grand étang, Nong Bua Prachao Luang (หนองบัวพระเจ้าหลวง), une réserve naturelle à Choeng Doi. Comptez une quarantaine de minutes en voiture, vers l’est depuis le centre-ville de Chiang Mai).

Nong Bua Prachao Luang Cover FB

L’entrée est gratuite (parking payant). Vous devrez en revanche vous débrouiller pour rejoindre le site (merci Grab). Trois jours de liesse : mercredi 21, jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018. En revanche, le lancement en commun des lanternes ne se déroulera que le jeudi 22 novembre, à 20h30.

Programme du jeudi 22.11.2018 :
⦿ 18h : culte d’adoration Rattanatrai au Wat Pathum Sararam (วัดปทุมสราราม) en l’honneur des Trois Joyaux du bouddhisme que sont le bouddha historique, le dharma, soit son enseignement, et le sangha, la communauté bouddhiste.
⦿ 18h30 : entrez dans le labyrinthe pour adorer le Seigneur Bouddha
⦿ 19h30 : repas traditionnel au Kad Mua (marché Lanna à l’ancienne)
⦿ 20h00 : spectacle son & lumière
⦿ 20h30 : lancement en commun des lanternes célestes (soit le jeudi 22 seulement).

Page Facebook de la commune. Evénement FB.

C’est là qu’il faudra être si vous désirez être éloigné de la horde touristique occidentale qu’attire la Rose du Nord. L’étendue d’eau avec ses milliers de lampions rendra le lieu bucolique. Nous ne pouvons vous en dire plus car nous n’y avons encore jamais participé. Mais prendre part à ce festival est gage d’un contact garanti avec la population locale. Quoi qu’il en soit, Doi Saket (du nom de la colline où est érigé un temple bouddhiste) est un endroit que nous apprécions et qui devrait vous plaire. Profitez de l’après-midi pour visiter le très beau lac Mae Kuang Dam (เขื่อนแม่กวงอุดมธารา) et admirer le coucher de soleil depuis la colline du Wat Phra That Doi Saket (วัดพระธาตุดอยสะเก็ด).

Impressions de notre reporter sur le terrain (jeudi 22 novembre 2018) :

« Cette réserve naturelle est joliment décorée, les lanternes et plus encore les lampions posés sur l’eau créent une ambiance magique. C’est dire que le site en ravira plus d’un. Ici vous côtoierez les gens du lieu : j’y ai croisé moins de dix touristes occidentaux ! En revanche, quelques moines du temple attenant s’y promènent et profitent du spectacle. L’ambiance se rapproche des kermesses villageoises. Une grande scène permet de profiter de spectacles folkloriques, avec notamment des danses traditionnelles du Lanna. Un marché de nourriture est bien évidemment présent, une nourriture pas forcément très saine, avouons-le.
Ne manquez pas le labyrinthe en bambou, construit derrière le temple bouddhiste, où un moine psalmodiait devant une assemblée.
Dans les faits, aucun lancement géant de lanternes célestes ne s’est produit à 20h30 comme indiqué dans le programme ! La coordination y était absente. Ce qui n’empêchait nullement la magie des lanternes célestes d’opérer sous le regard d’une pleine lune. Les deux couples de touristes occidentaux à qui j’ai posé la question de savoir ce qu’ils pensaient de cette soirée ne regrettaient nullement le déplacement, enchantés par le spectacle authentique offert là.
La fête fut belle avec des centaines (des milliers ?) de lanternes illuminées s’élevant vers l’infini. »


5. LANTERN FESTIVAL 2018 – The Ancient of Lanna Culture

Wat Doi Ti, Doi Ti (Pa Sak, Lamphun)
Comme à Mae Rim, c’est bien deux lâchers géants qui sont organisés au pied de la statue du moine le plus vénéré du nord thaïlandais, feu Kruba Srivichai : jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018. Belle opportunité pour vous de vous y rendre si vous privilégiez Chiang Mai le vendredi 23 pour son immanquable défilé Yi Peng.
Entrée : THB 2’999.-/personne pour les zones B & C (THB 3’999.- en version VIP dans la zone A). Un prix qui inclut le transfert depuis Chiang Mai, le repas local avec une boisson aux herbes, deux lanternes et un souvenir.
De 17h30 à 21h30 (le transfert se fait depuis l’hôtel Imperial Mae Ping, en ville de Chiang Mai, à 16h). Le lâcher géant de lanternes célestes est programmé à 21h05.
Achat des billets auprès de diverses agences de voyage. A défaut, le Swiss-Lanna Lodge vous renseignera (en français, voir ci-dessous).

En fait, l’événement en tant que tel est gratuit. Seul l’accès à la zone comprenant 750 places assises est payant. Pas besoin d’acheter les billets à l’avance; en vous rendant sur les lieux de la fête, vous devriez pouvoir y accéder à moindre coût (sans toutefois qu’une place vous soit garantie). Mais rien de grave car le Yi Peng et Loy Kratong en ville de Lamphun est beau lui aussi. De toute manière, vous pourrez profiter du spectacle folklorique sans bourse délier (et surtout de la féerie du lâcher simultané des lanternes célestes qui illuminent ainsi un Kruba Srivichai impassible). On vous livre là notre adresse fétiche car pour qui se rend à Lamphun, l’authenticité du Lanna est assurée. Ici, point de tourisme de masse. On vous accueille avec intérêt, et toujours avec le sourire. Le temple du Doi Ti, du nom de la colline qui l’abrite, vaut le déplacement pour sa seule statue, immense. Il s’agit donc de Kruba Srivichai, le moine le plus vénéré du nord de la Thaïlande. De là-haut, belle est la vue sur la vallée et les montagnes qui l’entourent. Autres conseils de Huggy les Bon Tuyaux : allez donc manger dans ce qui est un des meilleurs restaurants de Lamphun, le Chef’s House qui vous offre une délicieuse cuisine thaïlandaise (page Facebook, emplacement, avis TripAdvisor). A moins que vous ne vous soyez arrêté au préalable au Nekoemon Cafe (cuisine « japonaise ») et son jardin enchanteur (page Facebook, emplacement) – il se trouve sur la route, entre Chiang Mai et Lamphun.


6. LOY KRATONG 2018 au pont de Mae Tha (Lamphun)

@ pont blanc de Mae Tha (สะพานขาวทาชมภู, commune de Ta Pladuk dans la province de Lamphun)
C’est cet événement-ci dont nous avons appris l’existence après la publication du présent article. La Fête du Loy Kratong, gratuite, aura lieu les jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018. L’endroit est bucolique et le pont blanc ajoute du romantisme au lieu. Programme des festivités :
⦿ Jeudi 22 : atelier de composition des kratong à 15h et concours de chant à 19h.
⦿ Vendredi 23 : une cérémonie religieuse du Thot Kathin à 18h, suivie d’un concours de beauté à 19h (Thida Loy Krathong, soit l’élection de la Miss Loy Kratong locale puis, selon ce qu’on nous promet, un lâcher géant de lanternes célestes à 20h30

Page Facebook de la commune.

Loy Kratong 2018 - Mae Tha - Cover

Booking.com - Chiang Mai


Quid du meilleur site ?

Où donc aller ? nous demanderez-vous. Rappelons ici que ces lâchers géants de lanternes célestes, tout émouvants soient-ils, ne sont qu’une partie du plaisir qu’offre le festival Yi Peng ici au nord. La féerie du Loy Kratong va bien au-delà du seul lâcher géant de lanternes. Vous vous en rendrez facilement compte en participant aux festivités (du 20 au 23 novembre 2018 à Chiang Mai, rappelons-le). Et en consultant le programme officiel, vous pouvez concilier et la fête en ville et un tel lâcher géant puisque ces derniers se déroulent tant le jeudi 22 que le vendredi 23 novembre 2018 (sachez que la parade immanquable du Yi Peng a lieu en ville de Chiang Mai le vendredi 23 novembre 2018, en soirée, ce qui est aussi le cas du feu d’artifice).

Loy Kratong - Photo Fortune Thailand travel 1

© Facebook – Fortune Thailand travel

NOTRE CONSEIL. De notre point de vue, si vous privilégiez la qualité artistique du spectacle folklorique proposé, optez alors pour le Khomloy CAD Festival 2018 (no 2), à Mae Rim. Si en revanche, vous êtes attiré par l’authenticité – à savoir un événement fait pour les locaux sans qu’il soit adapté aux goûts des touristiques occidentaux – allez donc du côté de Doi Ti, à Lamphun (no 5). Les prix de ces événements peuvent vous sembler prohibitifs. Mais recevoir 5000 participants ne s’improvise pas si l’on veut qu’ils repartent émerveillés (la ronde des camions durant les préparatifs les jours précédents nous a permis de prendre conscience de l’importance de l’organisation).

Ceci dit, nous ne vous cachons pas qu’au vu des préparatifs, c’est sans doute l’événement sis au lac Nong Bua qui nous attirent le plus cette année (no 4). Et croyez-nous, l’événement, gratuit,  sera populaire, dans au moins deux acceptions du terme.

Un tel lâcher géant est-il authentique – si tant est qu’on ait la même compréhension du mot ? Oui et non ! Non car l’idée première en revient à la secte bouddhiste Dhammakaya (c’est elle qui organise le lâcher géant mentionné au point 1 depuis quelques années maintenant). Non car historiquement, aucun lâcher géant n’est mentionné. Mais oui car, indépendamment des touristes qui apprécient le spectacle, les Thaïlandais eux-mêmes en sont friands. Ceci dit, c’est bel et bien dans un but touristique que ces événement sont organisés. Ce qui n’enlève en rien l’émotion qui sera vôtre au moment de lâcher votre lanterne en compagnie de milliers d’autres participants.


En un coup d’oeil, tous les lieux des lâchers géants (sans tenir compte de celui au pont de Mae Tha vendredi 23) :

Et en cadeau-bonus, voici le résumé des horaires des divers lâchers géants  😏

JEUDI 22.11.2018

3. Northern Study Center, à Mae Rim

19:30

1. Lanna Dhutanka, à San Sai (Mae Jo)

20:00

4. Nong Bua Prachao Luang à Choeng Doi (Doi Saket)

20:30

2. Cowboy Army Riding Club, à Mae Rim

20:45

5. Doi Ti, à Pa Sak (Lamphun)

21:05

VENDREDI 23.11.2018

3. Northern Study Center, à Mae Rim

19:30

2. Cowboy Army Riding Club, à Mae Rim

20:45

5. Doi Ti, à Pa Sak (Lamphun)

21:05

Loy Kratong - Photo Fortune Thailand travel 2

© Facebook – Fortune Thailand travel

Précisons encore pour les kiniao (les radins en thaï) que ces événement payants ne vous empêchent nullement de vous rendre aux abords et de profiter – gratuitement – du spectacle des lâchers de lanternes (de bien belles photos en perspective) 😏

Achat des billets

Si d’aventure vous auriez de la peine à obtenir un billet pour un des événements ci-dessus, contactez donc Mlle Toto, la jeune gérante du Swiss-Lanna Lodge, maison d’hôte francophone sise à Chiang Mai (notre partenaire privilégié). Elle pourra peut-être vous dégoter le ticket tant convoité. Son numéro de téléphone mobile : +66 83 566 2333 (iMessages/What’s App). Tous les détails des deux principaux lâchers géants sur leur site web : Khomloy CAD Festival 2018 (Cowboy Army Riding Club) et Sky Lantern Festival (Northern Study Center).

Bandeau 1

Que vous vous rendiez sur un des sites organisant un lâcher géant de lanternes célestes ou que vous lanciez votre lanterne illuminée en ville-même de Chiang Mai, n’oubliez pas d’émettre un vœu et, qui sait, peut-être alors se réalisera-t-il… Bon Yi Peng à vous tous.

LoyKratongPhotoKKDayShutterstock

Nos autres articles en lien avec les festivals Yi Peng et Loy Kratong cette année :


¹Notez que les Anglo-Saxons transcrivent Loy Krathong (avec h) pour le terme thaïlandais ลอยกระทง et Yee Peng pour le terme thaïlandais ยี่เป็ง.

Crédit photographique : John Shedrick. Mise à jour le 23.11.2018

12GoAsia - Général 1

Féerie de chrysanthèmes à Samoeng

C’est à une bucolique virée florale que l’on vous convie. Une contrée ignorée du tourisme de masse où les seuls visiteurs sont locaux. Un endroit qui vous permettra de respirer le bon air de la montagne car Samoeng est une région montueuse aux multiples vallées encaissées. Mais avant de vous dévoiler où se trouvent précisément ces champs de chrysanthèmes qui attirent Thaïlandaises et Thaïlandais, un peu d’histoire et de géographie vous sont imposées.

Photo Toto 4 light

© Chiang Mai De-ci De-là

De la Chine au Japon – Une plante asiatique

S’intéresser au chrysanthème – un nom de genre qui vient du grec et signifie «fleur d’or» – c’est voyager en Chine, d’où la plante est originaire, et au Japon, où les fleurs sont considérées propices à la longévité et à la jeunesse éternelle. En Chine, le chrysanthème vivace fait partie des Quatre nobles plantes, associées au Quatre gentilshommes du confucianisme – qui en symbolisent des vertus – de même qu’aux quatre saisons. Au Japon, le Festival du chrysanthème est l’un des cinq festivals anciens et sacrés de l’empire. On doit la première description botanique du chrysanthème au botaniste provençal Thomas d’Audibert de Ramatuelle. En 1792, il a pu analyser une plante ramenée de Chine par le navigateur marseillais Blancard, sous le nom de « camomille à grandes fleurs ».

Au chrysanthème   题菊花 

Au vent d’ouest glacial, vous êtes florissant dans mon jardin   飒飒西风满院栽
Votre parfum n’attire nul papillon frileux 蕊寒香冷蝶难来。
Si je deviens un jour maître du printemps   他年我若为青帝,
Je vous inviterai à vous épanouir avec la fleur du pêcher   报与桃花一处开。

Ode au chrysanthème, célèbre poème chinois à la gloire du chrysanthème, œuvre de Huang Chao (黄巢), farouche chef d’une jacquerie paysanne contre la dynastie Tang

Le Chrysanthème des fleuristes – Chrysanthemum ×grandiflorum ou Chrysanthemum ×morifolium – est une plante ornementale appelée également Chrysanthème d’automne. Et c’est justement à la fin de la saison des pluies, vers mi-octobre ici au nord de la Thaïlande, que cette plante vivace offre sa floraison aux yeux émerveillés. Au fil des siècles, à force d’hybridations, ce sont des milliers de cultivars différents qui existent maintenant de par le monde. Inutile de regarder la fleur pour savoir à quoi l’on a à faire car c’est principalement en regardant les feuilles, caduques, que l’on saura s’il s’agit d’un chrysanthème !


Et en Thaïlande

Photo Toto 5 light

© Chiang Mai De-ci De-là

Dans la région de Samoeng, c’est une variété à fleurs simples qui est cultivée – généralement jaunes ou blanches; elles ont une allure de marguerites. Vous savez déjà que dok (ดอก en thaï) signifie fleur; la fleur de chrysanthème est appelée dok kek huai (ดอกเก๊กฮวย).

Le chrysanthème a longtemps été utilisé comme plante médicinale pour traiter les maladies respiratoires, la fièvre, les règles difficiles et les flatulences. Il est également comestible, les jeunes pousses et les pétales étant consommés frais dans des salades ou cuits dans des gâteaux alors que les fleurs séchées servent à produire tisanes et liqueurs. Attention, de nombreuses personnes réagissent négativement à la sève du chrysanthème, développant une dermatite de contact après une exposition prolongée à la plante. Les chrysanthèmes sont d’ailleurs considérés comme toxiques pour de nombreux animaux.

Une fleur aux nombreuses vertus cependant. Ainsi de ce site médical thaïlandais qui ne lui en trouve pas moins de 26 ! Les Thaïlandais apprécient la fleur de chrysanthème pour deux raisons principales : une fois séchée, elle se conserve longtemps. Qui plus est, elle permet de composer un breuvage qui se boit chaud ou froid, le thé de chrysanthème, une boisson rafraîchissante lorsque l’on a soif.

Photo Toto Montage

© Chiang Mai De-ci De-là

Les champs de chrysanthèmes de Samoeng

Dans une petite vallée perdue du district de Samoeng, à l’ouest de Chiang Mai, ce sont des centaines d’arbrisseaux qui ont été plantés sur les collines. Ainsi, le village de Baan Om Long (บ้านอมลอง, dans le sous-district de Mae Sap) attire de nombreux admirateurs. Les jeunes (et moins jeunes) Thaïlandaises adorent se faire photographier au milieu des cultures, simulant la cueillette. Des blogueurs régionaux ont popularisé l’endroit, en le photographiant sous ses meilleurs atours : @TheiywLaewHlaw, @IAmSeason9, คนขี้เล่า เหงาก็เที่ยว ou encore หมีบรื้น : The Wanderer Bear. C’est notamment grâce à ces photos que Baan Om Long est devenu très récemment populaire. Les couples y posent maintenant pour leurs photos de mariage. Le romantisme à la sauce thaïlandaise.

Sur place, durant la saison de la cueillette, les journaliers œuvrent sous une chaleur accablante, protégés par des parasols. Vous pourrez bien entendu déguster la boisson et acheter une galette de fleurs séchées (elle est vendue THB 100.-). À défaut, vous en trouverez au marché Warorot, à Chiang Mai donc, où les propriétaires agricoles écoulent principalement leur production.


Y aller

Difficile, voire impossible, d’emprunter un moyen de transport public pour visiter les diverses plantations. Vous devrez impérativement y aller avec votre propre véhicule (ou un véhicule loué), idéalement depuis Chiang Mai. Un deux-roues vous procurera plus de plaisir, obvie. Le site se trouve après la ville-même de Samoeng, à près d’une heure de route en direction de Wat Chan (donc à plus de 2 heures en partant de la Rose du Nord).

L’on peut combiner la visite avec la fameuse boucle de Chiang Mai – Samoeng – Mae Rim – Chiang Mai. Mais le faire en une journée est périple harassant ! Quoi qu’il en soit, vous emprunterez la magnifique route en lacets 1349, de très bonne qualité depuis Samoeng. Une route appréciée des bovidés qui s’y prélassent ! Attention à ne pas rater l’embranchement à droite, là où dite route se dédouble (vous y verrez plusieurs panneaux d’indication publicitaires). À partir de là, la route se détériore (nids de poules et gravier) mais reste sans autres praticable. Une fois arrivé, les premières plantations s’offrent à vous. N’hésitez cependant pas à suivre la route de campagne qui longe la petite rivière Om Long car la plus belle d’entre les plantations se trouve plus loin encore, après que la route asphaltée se transforme en piste (attention car s’il a plu ce sera alors fort glissant). Un habitant du lieu nous a dit que la piste rejoignait la route 4021; elle devrait donc être asphaltée dans le futur mais nous ne l’avons point empruntée jusqu’au bout (elle n’est point encore cartographiée).

Selon les indications des travailleurs agricoles recueillies sur place – qui sont dans leur écrasante majorité des travailleuses – la floraison ici à Samoeng a généralement lieu de mi-octobre à mi-novembre. Une fenêtre relativement étroite pour programmer votre visite dans la région.

On vous donne l’emplacement Google Maps (ทุ่งดอกเก็กฮวย อ.สะเมิง จ.เชียงใหม่) et la page Facebook d’une plantation (ไร่วังธาร-ดอกเก๊กฮวย, la dernière… et la plus belle). De notre point de vue, le site ne vaut pas un déplacement à lui tout seul depuis Chiang Mai ! Mais si vous le combinez avec d’autres attractions dans la région, votre journée en sera alors arc-en-ciélisée.

Photo Toto 7 light

© Chiang Mai De-ci De-là

Nous consacrerons prochainement un article plus complet à Samoeng, charmant district montagneux au pied du Doi Suthep, à l’ouest, où il fait bon dormir. Mais si vous deviez vous rendre à Baan Om Long pour profiter de cette féérie florale – et accessoirement jouir de routes montagneuses procurant moult plaisir en deux roues – ne manquez pas dans ce cas deux arrêts indispensables. Un tout petit peu plus loin, en continuation de la route 1349, des rizières en terrasse où est également cultivée de la stevia, exactement ici. Et sur la route en y venant, le Wat Phra That Doi Nok (พระธาตุดอยนก), que vous n’aurez pas manqué de voir sur votre droite, érigé sur une colline (le Mont Oiseau en traduction littérale, Doi Nok). Son sommet vous procurera une magnifique vue sur toute la vallée, dans un lieu forcément paisible s’agissant d’un temple. A toutes fins utiles, vous pouvez consulter l’offre hôtelière de Booking (attention, les établissements ne se trouvent pas toujours proches de Samoeng-même !) et lire les bons conseils de TripAdvisor en lien avec Samoeng.

SAMOENG SUR BOOKING ET SUR TRIPADVISOR

Montage-photo.jpeg

Rizières en terrasse et vue depuis le Doi Nok (© Chiang Mai De-ci De-là et Facebook – จิรัฏฐ์ รถแดง เที่ยวเชียงใหม่)

S’il vous est impossible de vous rendre sur place, Amazon vous livrera des fleurs de chrysanthème bio (elles proviennent cependant de Chine). Et si l’envie de cultiver cette plante devait naître en vous, vous pouvez acquérir des graines. La prochaine fois que vous boirez un thé de chrysanthème, vous saurez alors à quoi ressemble et l’arbrisseau et sa fleur. Que la santé, la longévité et la jeunesse éternelle vous accompagnent.

#ChampsChrysanthèmes #chrysanthème #Samoeng #MaeSap #BaanOmLong


Sources rédactionnelles : Wikipédia et Jardinier Paresseux. Source de l’image à la Une : © Facebook – The Wanderer Bear. Mise à jour le 09.11.2018

 

 

Kathina 2018 – L’offrande de nouvelles robes aux moines

Dans toute la Thaïlande, au lendemain de la sortie de la retraite monastique (Ok Pansa), commence la période de Thod Khatin (ทอดกฐิน) ou Kathina. Elle dure un mois, jusqu’au Loy Kratong, à la fin du mois de novembre cette année. Thod Kathin est une cérémonie d’offrande de nouvelles robes aux moines; vous pourrez donc assister à des processions, toujours émouvantes et spectaculaires (les dates des cérémonies sont variables et dépendent de chaque temple). D’où donc vient cette tradition séculaire ? Comment se déroule-t-elle ? Quand a-t-elle lieu ? On répond à ces questions.

Kathina2018 - Illustration 2

Une tradition qui remonte au Bouddha

Kathina – nom sanscrit d’une sorte de cadre qui sert à tendre les tissus durant la couture – est une cérémonie religieuse observée dans les pays où le bouddhisme theravāda – la doctrine des Anciens – est implanté (tels la Birmanie, Sri Lanka, le Cambodge, le Laos et bien sûr la Thaïlande). Elle s’effectue durant le mois qui suit la fin de la retraite monastique annuelle (une retraite de trois mois lunaires qui se termine en octobre ou novembre). À cette occasion, les laïcs offrent aux moines une pièce de tissu qu’ils doivent transformer en une nuit en une robe monastique. D’autres dons utiles ainsi qu’un repas sont également offerts.

La tradition de kathina est attribuée au Bouddha lui-même. Il est question dans le canon pali d’un groupe de trente moines se rendant à Savatthi pour passer la saison des pluies auprès du Maître. N’ayant pu y parvenir à temps, ils s’arrêtèrent en chemin et se remirent en route dès la fin des trois mois obligatoires, sans égard à la pluie qui, elle, ne s’était pas arrêtée ; ils arrivèrent trempés à destination. Peut-être est-ce pour les réconforter que Gautama décida de renouveler leur garde-robe et de les dispenser temporairement de certaines règles. Une autre explication proposée est que le mois suivant la retraite était consacré à la préparation en commun de la garde-robe, et que certaines règles étaient relâchées pour faciliter ce travail. Bien que les dons des laïcs suffisent en général à satisfaire les besoins vestimentaires des moines, la tradition de la couture en commun a été maintenue car elle contribue à souder la communauté. La robe fabriquée en une nuit rappelle celle que Mahaprajapati Gautami, mère adoptive du Bouddha et doyenne des nonnes, tissa pour son fils.
Wikipédia

Kathina2018 - Illustration 1Les bikkhu – ou moines bouddhistes – sont soumis à 227 règles – ou préceptes. En s’y astreignant durant leur retraite de la saison des pluies, en plus de recevoir une part des dons de tissu faits au monastère, kathina leur donne l’occasion d’un allègement des règles (cinq de moins) pour une durée variable. Ils ne sont plus, par exemple, tenus d’avertir les autres moines de leurs sorties ni d’emmener les trois robes réglementaires dans tous leurs déplacements; ils peuvent accepter autant de dons vestimentaires qu’il leur sera fait, de même pour les dons alimentaires qui ne sont pas présentés dans les règles.


Déroulement de la cérémonie

Kathina constitue pour le monastère une journée spéciale au cours de laquelle les laïcs et parfois des moines ou nonnes d’autres communautés sont invités. Historiquement, les règles monastiques interdisaient formellement aux bonzes de solliciter un cadeau de tissu des laïcs; ils devaient en effet coudre leur robe avec des tissus récupérés. Mais cette coutume du don de robe est dorénavant solidement ancrée. La date de la cérémonie fait l’objet d’une réclame (souvent une banderole à l’entrée du temple avec en plus, de nos jours, une publication Facebook). Les différents temples de la région tiennent leurs kathina à des dates différentes. Comme lors de toutes les fêtes bouddhistes, certains dévots, pour s’acquérir plus de mérites, en profitent pour prononcer auprès de l’abbé le vœu d’observer huit préceptes (au lieu des cinq préceptes traditionnels). Si le temple est riche, les dons surnuméraires sont distribués aux pauvres.

Kathina2018 - Montage Photos Marco Rugo

© Chiang Mai Deci-Delà

En Thaïlande, la cérémonie se tient le plus souvent dans le monastère-même, soit au temple. Traditionnellement, la pièce de tissu est tout d’abord paradée (dans le village ou le quartier) et accompagnée d’un arbre à argent (ต้นกฐินเงิน, dtohn kathin ngern). Les pratiquants bouddhistes estiment que la personne ou le groupe qui organise ou parraine une procession kathina acquerra ainsi beaucoup de mérite (ทำบุญ, Tham Bun).

Le kathina ne peut être observé que par une communauté d’au moins cinq moines ayant passé les trois mois de retraite dans la même résidence. Ceux qui n’ont pas satisfait à ces conditions de présence en sont exclus. La pièce de tissu, d’environ trois mètres de long, est présentée à l’ensemble de la communauté – le sangha – qui l’offre solennellement à l’un d’entre eux, théoriquement le plus pauvre, le plus érudit ou le plus âgé. Le tissu est alors emporté et sera coupé, cousu et teint avant l’aube du lendemain par tous les moines ou un groupe désigné si la communauté est importante. Lorsque le vêtement, appelé mahakathina, est achevé, le récipiendaire l’étend symboliquement sur le cadre (le « kathina ») et appelle les autres pour approbation. Les participants à la cérémonie peuvent alors « déployer le cadre », c’est-à-dire bénéficier des assouplissements du règlement. À l’issue de la période autorisée appelée également kathina, ils doivent « replier le cadre » et suivre de nouveau l’intégralité des règles.

Outre la procession des laïcs, la cérémonie est faite de récitations de textes par les moines. Et puis ensuite il y a les dons qui sont effectués : don de nourriture plus particulièrement puisque le repas des moines doit être pris absolument avant le passage du soleil au zénith. Dans l’après midi, après le repas des moines, se déroule la cérémonie spécifique à cette journée.

Rappelons que les deux grandes cérémonies du bouddhisme theravadin sont la cérémonie de Vesak – qui célèbre l’illumination de Bouddha – et donc la cérémonie de kathina. Celles et ceux qui veulent en savoir plus liront avec intérêt la retranscription de l’émission TV Sagesses Bouddhistes qui avait été consacrée à cette cérémonie.

Que signifie le mot même de kathina ?
Kathina, à l’origine, veut dire dur, difficile. On ne voit pas très bien, a priori, la relation avec la cérémonie [kathina], qui n’a rien de difficile, mais, traditionnellement, on a deux étymologies possibles. On dit que le don de la robe – parce qu’il doit répondre à un certain nombre de règles très précises – est un don particulièrement difficile à accomplir, ou bien que les bénéfices qu’on en retire sont durs comme le diamant. Ce sont deux étymologies plutôt symboliques que réellement linguistiques.
Dominique Trotignon, Sagesses Bouddhistes


Bandeau 1

De quelques dates ici à Chiang Mai

Le kathina du temple local est un jour de fête pour tous et nous vous invitons à y participer afin d’expérimenter une cérémonie avec les locaux. Les dévots amenant les pièces de tissu parcourent souvent de nombreux kilomètres pour atteindre le temple désigné. En plus de l’aspect religieux, c’est aussi l’occasion de combiner sanouk, shopping et visites touristiques en un seul voyage prolongé.

ThodKathinPhotoCreditUnknow

Crédit photographique : inconnu

On vous livre ci-dessous quelques cérémonies qui ont lieu dans la province de Chiang Mai. La liste n’est évidemment pas exhaustive puisqu’il y a des centaines de temples qui organisent kathina ! Au surplus, consultez les publications plus fréquentes de notre page Facebook pour connaître les dates des cérémonies qu’organiseront d’autres temples de Chiang Mai et alentour tout au long des mois d’octobre et novembre. Le lien sur le nom du temple renvoie à Google Maps (on vous met également le nom du temple en écriture thaï afin que vous puissiez le montrer aux autochtones si vous ne deviez pas réussir à localiser le monastère). Cette liste sera complété au fil des jours…

Et si vous êtes ailleurs qu’au nord de la Thaïlande, sachez qu’un groupe Facebook répertorie moult autres cérémonies kathina à travers le royaume : รวบรวมงานกฐินทั่วไทย ปี2561 (évidemment, il vous faut connaître l’écriture thaï pour déchiffrer quelque chose).


Du côté de Chiang Dao, le Wat Thummuangna fête kathina le samedi 27 octobre 2018 (วัดพุทธพรหมปัญโญ, page Facebook

). Le lendemain, dimanche 28 octobre 2018, c’est au tour du Wat Tham Pakpiang (วัดถ้ำปากเปียง, page Facebook

). Pas d’autres indications pour ces deux événements.


Le temple au cœur de l’université de Chiang Mai, le Wat Fai Hin, a déjà eu ses festivités du kathina le 27 octobre dernier (วัดฝายหิน, reportage).

Le vendredi 2 novembre 2018, c’est le Wat Santitham, à Chiang Mai donc, qui débutera sa fête du kathina, sur deux jours, vendredi 2 et samedi 3 novembre (วัดสันติธรรม, programme). Un temple dont le chedi a été rénové grâce aux dons des fidèles. Cela commence donc vendredi avec Chunla Kathin (จุลกฐิน) par une cérémonie religieuse à 6h09 puis une cérémonie officielle dès 9h09, en présence du gouverneur de la province. Animations avec des danses traditionnelles et un marché (produits OTOP). La fête durera jusqu’en soirée avec une cérémonie religieuse à 19h et  un sermon à 20h – un moine très connu, Luang Pu Buaket Pathum Silo (หลวงปู่บัวเกตุ ปทุมสิโร), viendra de Mae Taeng – et probablement une autre cérémonie religieuse réunissant 60 moines à 21h. La musique traditionnelle du Lanna sera de la partie; vous y êtes cordialement invité. Le lendemain, samedi 3 novembre, offrande de nourriture aux moines à 7h30, suivie d’une cérémonie religieuse à 9h et de la cérémonie kathina à proprement parler à 9h30. Les moines mangeront ensemble à 11h. Pas moins de douze arbre à argent attendent les dons des dévots.

Kathina2018 - Wat Santitham Montage


Le Wat Jed Yod célébrera sa fête samedi 3 novembre, dès 10h (วัดเจ็ดยอด พระอารามหลวง, détails). N’hésitez pas à choisir cette fête-ci car la visite de ce temple d’inspiration hindoue n’est en rien comparable à celle des temples en ville; son parc est apaisant. Dommage que le spectacle khon de l’année dernière n’est pas réédité cette année-ci.


Même jour, samedi 3 novembre 2018, mais à Mae Taeng, au nord de Chiang Mai. C’est le Wat Nong Kai qui fête kathina (วัดหนองก๋าย, détails). Cérémonie religieuse avec 28 moines à 8h, prières à 9h39, offrande aux moines à 11h, repas en commun à midi et procession kathina à 13h.

Kathina2018 - Wat Nong Khai Cover


Plus près de Chiang Mai, toujours au nord du chef-lieu provincial, le Wat Pa Thep Khantikaram, à Mae Rim, célèbre kathina le dimanche 4 novembre 2018, de 8h à 12h30 (วัดป่าเทพขันติการาม, détails).

Kathina2018 - Wat Pa Thep Khantikaram Montage.jpeg


Le week-end du samedi 3 et dimanche 4 novembre 2018, grande cérémonie kathina auprès du temple royal Wat Phra That Si Chom Thong Worawihan, à Chom Thong, à une heure de route au sud-ouest. Temple royal oblige, la cérémonie est conduite par un dignitaire d’État au nom de S.M. le Rama X. Ce temple a pour habitude de diffuser en direct ses diverses cérémonies et kathina ne devrait pas faire exception : Live FB (วัดพระธาตุศรีจอมทองวรวิหาร, événement FB du 03.11, événement FB du 04.11). La cérémonie kathina en tant que telle se déroule dimanche à 15h.

Kathina2018 - Wat Chom Thong Cover


C’est ce même week-end, les samedi 3 et dimanche 4 novembre 2018 que le Wat Phra That Doi Saket, non loin de Chiang Mai, à l’est, a choisi pour son propre kathina. Samedi 3 novembre, une cérémonie religieuse se tiendra à 17h39, suivie à 18h39 par un spectacle de danse assuré par des étudiants. Le lendemain, dimanche 4 novembre, c’est à 8h39 que vous pourrez assister à la procession de kathina pour aboutir à la cérémonie à proprement dite à 9h39 où 29 moines y participeront (วัดพระธาตุดอยสะเก็ด, détails).

Kathina2018 - Wat Phra That Doi Saket Cover Montage


On nous signale d’autres cérémonies kathina la semaine suivante, sans que nous ayons beaucoup plus de renseignements supplémentaires :

  • Le jeudi 8 novembre 2018 au Wat Pa Thara Phirom, appelé également Wat Rim Ping car érigé au bord de la rivière éponyme (วัดป่าธาราภิรมย์ (วัดริมปิง)).
  • Le dimanche 11 novembre 2018 au Wat Si Arun, dans le district de San Pa Tong (วัดศรีอรุณ).
  • Le samedi 17 novembre 2018, de 8h à 16h, au Wat Tharathip Chaipradid, un centre de méditation vipassana (วัดธาราทิพย์ชัยประดิษฐ์ วิปัสสนา, événement FB, page Facebook).
  • Et enfin le dimanche 18 novembre 2018 au Wat Si Nawarat (ou Wat Thung Siao, วัดศรีนวรัฐ (วัดทุ่งเสี้ยว), détails).

Kathina2018 - Wat Pa Thara Phirom + Wat Tarathip Chaipradit Montage

D’autres cérémonies sont au programme les jours suivants. On complètera très bientôt cet article… En attendant, pour qui s’intéresse au bouddhisme et veut en approfondir ses connaissances, on publie à nouveau ci-dessous nos conseils de lecture.


Pour aller plus loin – Conseils de lecture

Voici quelques ouvrages en lien avec le bouddhisme, une religion qui, sans être prosélyte, attire beaucoup de sympathisants occidentaux. On vous conseille ici quelques lectures introductives, omettant volontairement les ouvrages faisant référence à d’autres écoles du bouddhisme, telle le Véhicule du Diamant cher aux Tibétains ou le zen que pratiquent les Japonais.

Bouddhisme - Livres Montage 1.jpeg

Tout d’abord l’Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratique de Michel Henri Dufour, un auteur affilié à la tradition Theravâda de la forêt propre à la Thaïlande. Vous touchez là à l’enseignement de l’École des Anciens, l’essence du bouddhisme. Beaucoup de personnes sont venues au bouddhisme par la lecture de L’Enseignement du Bouddha – D’après les textes les plus anciens, best-seller de Walpola Rahula. Si vous optez pour une vision d’ensemble non dénuée d’humour, Le Bouddhisme Pour les Nuls est fait pour vous (version poche). Édition plus récente fort appréciée elle aussi, 50 notions clés sur le Bouddhisme pour les Nuls est l’œuvre de Marine Manouvrier, professeur au riche bagage académique. Un ouvrage clair et concis.

Il nous semble intéressant de savoir comment se vit le bouddhisme au quotidien. Et qui mieux que Fabrice Vidal sait transmettre et son expérience et ses connaissances ? Comment être bouddhiste ? C’est là le titre d’un livre que nous vous recommandons. Vous pourrez ensuite poursuivre avec le coffret Pratique de la méditation (il contient un livre, un CD audio et un DVD). Dans le 3e ouvrage présenté ici, Fabrice Midal nous parle de son expérience – ce que vingt-cinq ans de méditation lui ont appris. Un livre au très beau titre : Frappe le ciel, écoute le bruit.

Bouddhisme - Livres Montage 2

Ce sont là des références destinées aux personnes désirant s’initier au bouddhisme (et non pas à celles déjà versées dans la pratique). On se permet tout de même de vous rappeler que le propre du bouddhisme est la méditation. Vous pouvez lire tous les livres que vous voulez, votre connaissance du bouddhisme ne sera qu’intellectuelle. Or, l’essence-même du bouddhisme est d’oublier tout savoir et de pratiquer la méditation. Ceci afin d’atteindre l’Éveil.

Amazon Livre 12 - DvaravatiOn termine par un beau-livre, Dvaravati : Aux sources du bouddhisme en Thaïlande. Il s’agit du catalogue d’une ancienne et splendide exposition au musée Guimet, qui vous donne à admirer, en vous donnant quelques clefs explicatives, les œuvres bouddhistes de l’art Dvâravatî, une civilisation qui a perduré au nord de l’actuelle Thaïlande jusqu’à la conquête de Haripunchai par le roi Mengrai, fondateur de la ville de Chiang Mai, à la fin du XIIIe siècle.


Que ce soit durant une célébration particulière – comme ici kathina – ou alors au quotidien, n’hésitez pas à vous rendre dans les temples bouddhistes de Chiang Mai et d’ailleurs. Fête ou pas fête, il y règne toujours une ambiance particulière, certains temples étant porteurs d’une indéniable énergie tellurique.

#ThodKathin #Kathina #moine #RobeMonastique #bouddhisme #Bouddha


Bandeau 1


Sources rédactionnelles : Wikipédia et Sagesses Bouddhistes. Source de l’image à la Une : DMC TV. Mise à jour le 03.11.2018

12GoAsia - Général 1

Le zoo de Chiang Mai accueille les animaux du Dusit zoo de Bangkok, définitivement fermé

Si vous aviez prévu de visiter le Dusit zoo avec vos enfants, il va falloir changer vos plans. Le plus célèbre zoo de Thaïlande, véritable institution créée il y a 80 ans à Bangkok, a définitivement fermé le 30 septembre 2018 ! Un nouvel emplacement est prévu. Mais que vont devenir les centaines d’animaux du zoo ?


Quid des animaux ?

Zoo de Dusit The Standard FB

© Facebook – The Standard

A l’origine, ce zoo, le plus ancien de Thaïlande, était un jardin botanique, nommé Khao Din Wana, à l’usage privé de la famille royale. Un petit lac artificiel a été creusé là; la terre accumulée a formé un monticule et des arbres ont été plantés. D’où le nom du site, appelé affectueusement Khao Din par les habitants de Bangkok (Khao Din signifie « montagne de terre » et Wana peut être traduit par « forêt »). Ce n’est que depuis 1983 qu’il est devenu un zoo public sous le nom de Dusit (สวนสัตว์ดุสิต). Une attraction des plus populaires qui attirait plus de 2 millions de visiteurs par an.

Le nouvel emplacement, un terrain offert par le roi actuel, S.M. Rama X, dont la construction n’a pas encore commencé, est situé à Pathum Thani, la province au nord de la capitale. L’on nous promet une réalisation respectant les normes internationales en matière zoologique. Ne nous hasardons cependant pas à fixer une date d’ouverture… Ceci dit, les animaux en captivité jouiront d’un espace trois fois plus grand (300 rai, qui correspondent à 48 hectares). Mais que sont-ils donc devenus ?

Le Dusit zoo sur le web
On ne dira pas que les relations publiques du zoo de Dusit sont des plus actives sur leur site web. Rien ou presque au sujet de cette fermeture n’y figure ! Ils auraient pu profiter de cette pause pour continuer leur mission de manière virtuelle, en attendant l’ouverture du nouveau zoo. Que nenni ! Ne vous reste donc à consulter que leur encyclopédie animale ou encore les anciennes éditions de leur magazine (e-Book qui ne sont pas récents, en langue thaï de surcroît…).
Pour ce qui est de la page Facebook, elle continue a être animée.
Le zoo dispose de son compte Instagram, un site sur lequel on peut aussi admirer de belles photos avec le hashtag #DusitZoo.


Le zoo de Chiang Mai en guise de maison d’accueil

Ce sont tout de même près de 1600 animaux qui doivent être temporairement transférés dans d’autres zoos de Thaïlande – un transfert qui dure deux mois  : à Chonburi (qui accueille tous les volatiles), à Nakhon Ratchasima, à Ubon Ratchathani, à Khon Kaen, et bien sûr à Chiang Mai. Au pied du Doi Suthep, la Rose du Nord dispose d’un zoo connu mondialement pour abriter des pandas remis en prêt par la Chine. Son aquarium attire lui aussi beaucoup d’admirateurs. Et il y a bien entendu des éléphants, un des symboles de la Thaïlande.

Zoo de Chiang Mai Logo FB

© Facebook

Quels sont donc les animaux qui ont été transférés ces jours derniers au zoo de Chiang Mai ? En voici une liste, non exhaustive (communiqué de presse) : on retrouve le koala, appelé aussi le paresseux australien, un marsupial qu’on ne trouve qu’en Australie, le chat viverrin, une espèce en danger d’extinction, le jaguar, un félidé lui aussi menacé, le renard à oreilles de chauve-souris, la petite civette indienne ou encore le muntjac de Fea, du nom d’un zoologue italien, espèce locale du cerf aboyeur ou muntjac indien. Vous devriez donc pouvoir admirer tous ces animaux au zoo de Chiang Mai.

Ce vaste zoo, qui n’a pas moins de deux entrées, est une des attractions incontournables de la ville, surtout pour les familles avec enfants. Presque tous les touristes passent devant, sans forcément s’y arrêter, car il se trouve sur la route du Doi Suthep, la montagne tutélaire de la ville sur laquelle a été érigé le temple bouddhiste éponyme le plus vénéré du nord de la Thaïlande. Après leur visite du zoo, certains en sortent charmés, d’autres dépités par les conditions de vie des animaux qui y vivent. On vous laisse juge.

Le zoo de Chiang Mai sur le web
Quoi qu’il en soit, ce parc zoologique, ouvert tous les jours de 8h à 17h, organise souvent des activités et autres événements diversifiés. Il a bien entendu son site web (quadrilingue dont l’anglais) et sa page Facebook, régulièrement alimentée. De même que son compte YouTube et Instagram (le hashtag #ChiangmaiZoo permet de le visiter à bon compte). Emplacement Google Maps.

Bandeau 1


Conférences
régionale à Chiang Mai et mondiale à Bangkok

On peut bien sûr s’interroger sur le bien-fondé de l’existence-même des parcs zoologiques où les animaux, des êtres sensibles, sont confinés, certains diront incarcérés. Et les dérives sont nombreuses. Faut-il encore des zoos ? La question est légitime. Le bien-être animal est une cause émergeante et nous ne pouvons que nous en féliciter (d’ailleurs, une votation populaire fédérale a lieu en Suisse sur cette thématique). Une des problématiques – sans doute la plus essentielle – que soulève l’existence des parcs zoologiques est la suivante : indépendamment du plaisir que nous – êtres humains – pouvons retirer d’une visite au zoo, ces institutions servent-elles à la conservation des espèces animales¹ ?

SEAZA2018.jpg

Il n’est pas de notre ressort dans ce court article d’animer ce débat. Néanmoins, on en profite pour vous parler d’une conférence qui se tient ces jours-ci à Chiang Mai-même. Il s’agit de SEAZA 2018, soit la 26e Conférence annuelle de l’Association des institutions zoologiques de l’Asie du Sud-Est, institutions qui gèrent notamment les zoos et les aquariums géants dans cette région dont fait partie la Thaïlande. Un événement, organisé sous le patronage de S.M. le roi Maha Vajiralongkorn, qui se déroule du 28 octobre au 2 novembre 2018 à l’Empress Hotel; les participants iront visiter le Night Safari (lire plus bas).

Au programme de cette conférence : la gestion et la conception des zoos, la science au service de la gestion des parcs zoologiques, les programmes de réintroduction d’espèces animales, le bien-être animal et l’éthique, les soins vétérinaires ou encore la biodiversité. Espérons qu’il ne s’agisse pas là de vains mots et concepts ! Celles et ceux désirant en savoir plus peuvent consulter le site web créé à cette occasion (c’est en anglais, langue officielle de l’ASEAN). Et si vous lisez le thaï, le zoo de Chiang Mai en parle sur sa page Facebook, de même que le site d’information 100LannaNews (ร้อยเรื่องเมืองล้านนา).

SEAZA est une association régionale membre de l’Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA). Piquant télescopage de dates puisque cette conférence régionale était précédée d’une autre conférence, mondiale celle-là, qui s’est tenue à Bangkok.

WAZA est l’organisme unificateur de la communauté mondiale des zoos et aquariums, regroupant, en plus des institutions gérant les parcs, des associations, des organisations affiliées et des entreprises partenaires du monde entier, tous ensemble « Unis pour la Conservation ». La 73e Conférence annuelle de cet organisme s’est déroulée à Bangkok du 21 au 25 octobre dernier. Les participants ont abordé des problèmes mondiaux, s’attaquant à des questions clés. Ainsi, WAZA a accepté d’organiser un Congrès mondial sur les espèces pour faire face aux crises de leur conservation et de leur extinction. L’institution s’est engagée à suivre des lignes directrices pour une exploitation forestière durable. Elle a par ailleurs décerné divers prix et récompenses. Ce sont des orateurs de marque qui ont pris la parole tels que Jane Goodall, Messagère de la paix des Nations Unies, George Archibald, expert en grues (on parle bien sûr d’oiseaux), Kim Carstensen, directrice du Forest Stewardship Council, et Pilai Poonswad, conservationniste thaïlandais.

Les délégués ont également pris une décision audacieuse : l’accompagnement des autorités thaïlandaises dans la fermeture d’un zoo terrible, Pata, installé dans un centre commercial de Bangkok. 300 animaux parqués sur deux étages de l’immeuble de cette institution délabrée, parmi lesquels des espèces menacées telles qu’un gorille, un bonobo, un calao, un dragon de Komodo, entre aux chimpanzés et orang-outan. Vous pouvez lire la déclaration finale de WAZA2018.

Sur son site web, WAZA vous propose la visite d’un zoo virtuel (et là, pas besoin de billet d’entrée). WAZA sur Facebook (principalement en anglais) et sur le web (en français !).


Des zoos en Thaïlande

C’est un organisme gouvernemental qui gère les divers zoos publics du royaume : องค์การสวนสัตว์ ในพระบรมราชูปถัมภ์, en anglais le Zoological Park Organization of Thailand. Ces parcs sont au nombre de sept, sans compter l’Elephant Kingdom Project dans la province de Surin, dédié aux seuls pachydermes. Thailand Zoo dispose d’un site web et d’une page Facebook; il est présent sur YouTube. Une organisation qui dispose heureusement d’un Bureau de conservation et de recherche (สำนักอนุรักษ์ และวิจัย). Occasion de rappeler ici qu’il n’est pas aisé d’être activiste écologique au Pays du Sourire; l’exemple de Seub, qui s’est donné la mort, fatigué de combattre, est encore dans les mémoires des Thaïlandais sensibles à la protection de la nature.

Il y a également des zoos gérés par des entreprises privées, dont le but n’est pas philantropique, loin s’en faut. Outre Pata déjà cité, les plus connus d’entre eux sont le Night Safari et le controversé Tiger Kingdom ici à Chiang Mai, le Safari World à Bangkok ou encore le zoo de Phuket que beaucoup considèrent comme abominable (malgré le soutien officiel de l’Office du tourisme…). Ces institutions utilisent toutes le terme happiness dans leur communication mais il est permis de douter que le bonheur fasse partie du quotidien des animaux exploités en ces lieux…

#zoo #DusitZoo #WAZA2018 #SEAZA2018

12GoAsia - Général 1


¹ Une esquisse de réponse peut être trouvée dans le travail de mémoire présenté par Mme Violette Pouillard (Master en Sciences et Gestion de l’Environnement), Les zoos et la conservation des espèces – Le cas du zoo d’Anvers.

Sources rédactionnelles : zoo de Dusit, Bangkok Post (08.08.2018 & 24.08.2018), The Nation et Thai PBS. Source de l’image à la Une : © Dusit Zoo. Mise à jour le 01.11.2018.

« Entrées précédentes