‘Wan Khru’ – Les professeurs à l’honneur tous les 16 janvier en Thaïlande

wankhru2019 - photo dollar88design

© Facebook – Dollar88design

Vous ne devriez rien remarquer de spécial en vous promenant dans les rues du royaume ce 16 janvier, sauf à vous perdre dans une école. La probabilité qu’elle soit officiellement fermée est grande puisque toutes les écoles publiques donnent congé ce jour-là pour célébrer le wan khru (วันครู en thaï), la Journée des Professeurs, plus exactement la Journée des Enseignants, un jour où tout(e) un(e) chacun(e) en Thaïlande se remémore ses enseignants chéris (et si d’aventure le 16 janvier tombe sur un week-end, c’est le vendredi précédent qui est retenu). Ceci quelques jours seulement après que tout le pays ait célébré la Journée des Enfants.

3 journées différentes en hommage aux enseignants

Une telle fête peut surprendre tant en France, en Suisse qu’en Belgique, puisque ces pays francophones européens ne connaissent pratiquement pas cette célébration. L’UNESCO, de son côté, a fixé la Journée Mondiale des Enseignants (JME) au 5 octobre de chaque année.

Et cette journée du 16 janvier ne doit pas être confondue avec la Journée d’appréciation des enseignants, qui a généralement lieu au début de la nouvelle année scolaire, en juin ou juillet, un jeudi. Une fête qui permet aux élèves thaïlandais de montrer leur respect envers leurs maîtres; les jeunes exécutent alors une cérémonie d’hommages wai khru. Quel que soit le domaine d’enseignement, les Thaïlandais vouent un très grand respect à leurs maîtres. Pratiquement toutes les corporations, comme les masseuses et masseurs traditionnel(les), célèbrent aussi leur wai khru, démontrant ainsi leur dévotion. C’est par exemple le cas des sportifs apprenant la boxe thaïlandaise, la fameuse muay thai, sujet déjà abordé dans cet article. Et lorsque ce sont des étudiants en arts qui rendent hommage, cela donne une cérémonie plutôt spectaculaire. Si vous avez l’occasion de voir une telle cérémonie, vous en garderez un très beau souvenir. Rien de cela ce 16 janvier puisque les cérémonies se font en privé, entre enseignants, dans les établissements scolaires.

RÉCAPITULONS :
► 16 janvier : Journée nationale thaïlandaise des Professeurs
► 5 octobre : Journée Mondiale des Enseignants (JME)
► Jour non fixe (la rentrée pour les établissements scolaires, un jeudi) : Journée d’appréciation des enseignants


Origine de la Journée nationale thaïlandaise des Enseignants

wankhru2019 - doogle google

Google a consacré son Doodle du jour à la Journée des Enseignants, célébrée tous les 16 janvier donc. Adoptée comme Journée des Professeurs par une résolution du gouvernement le 21 novembre 1956, la première Journée des Enseignants a eu lieu en 1957 (cela fait donc plus de 60 ans qu’elle existe). Pourquoi avoir choisi le 16 janvier ? C’est parce que le 16 janvier 1945 (2488 selon l’ère bouddhiste) a été promulgué la loi sur les enseignants (date qui correspond à sa publication dans la Gazette Royale). Une loi entrée en vigueur 60 jours plus tard.

C’est une journée où les enseignants se réunissent entre eux pour se souvenir de leurs propres professeurs. Les temps forts du jour comprennent des activités religieuses, une cérémonie de respect envers les enseignants et des activités visant à renforcer l’unité entre les enseignants. Il faut savoir qu’en Thaïlande, tout au long d’une vie, les élèves maintiennent une relation emplie de gratitude envers leurs maitres. Faites-vous une idée des cérémonies en visionnant cette vidéo tournée à Chiang Mai.

Peu ou prou de commémorations publiques ou officielles aujourd’hui. En revanche, le Premier ministre a pour habitude, dans sa déclaration officielle, d’émettre une devise. Et celle de cette année 2019 a pour but de sensibiliser les enseignants à devenir un modèle pour les élèves, à s’engager pour leur développement personnel et le renforcement de leurs capacités, et à suivre les changements mondiaux et sociaux. Le général Prayut Chan-o-cha réitère ensuite son soutien moral à tous les enseignants et au personnel éducatif qui œuvre avec force et dévouement² (déclaration officielle).

« Bons enseignants, bons élèves, développement vers la technologie « 
Devise de la Journée nationale des Enseignants 2019


Où l’on retrouve feu le roi Bhumibol le Grand….

wankhru2019 - cléon séraidaris photo 77ppp

M. Cleon C. Seraidaris © Facebook – 77PPP

La soumission au maître est concept d’origine brahmanique. Pour un bouddhiste thaïlandais, elle renvoie au maître suprême, Bouddha lui-même. Plus proche dans le temps, un maître respecté des Thaïlandais est M. Cleon C. Seraidaris, précepteur particulier des deux précédents rois, Leurs Majestés Rama IX (Bhumibol le Grand) et Rama VIII, son grand frère. D’origine grecque, c’est lui qui a supervisé leur éducation à Lausanne, en Suisse. Et à ce titre, il est très respecté par le peuple siamois.

Le Roi Bhumidol et la famille royale de Thaïlande à LausanneLes férus de lecture plongeront avec délice dans l’ouvrage Le Roi Bhumibol et la famille royale de Thaïlande à Lausanne. Ce livre révèle pour la première fois les souvenirs de M. Séraïdaris, lui qui resta pendant vingt-six ans au service de la famille royale. C’est pour répondre au vœu de S.M. le roi Bhumibol de faire connaître la carrière de son précepteur que le fils de ce dernier a publié cet ouvrage, quinze ans après la disparition de son père. Par discrétion et loyauté, Cléon C. Séraïdaris n’avait pas révélé ces épisodes historiques, estimant être astreint à un devoir de réserve. Ces pages n’auraient donc jamais vu le jour sans la suggestion du roi qui, lors d’une audience privée, encouragea l’auteur à éditer ce recueil (il en existe deux autres éditions, en anglais et en langue thaï). Un témoignage unique, abondamment illustré de photographies et de documents issus des archives familiales de l’auteur, un point de vue intimiste et familial, une part de l’histoire du royaume de Thaïlande.

Sur le sujet, lisez donc l’intéressant article du journal helvétique Le Temps : À Bangkok, le deuil du «Suisse» de la famille royale. Ou encore le compte-rendu (en anglais) d’un lecteur de l’édition thaï. L’École nouvelle de la Suisse romande, à Lausanne, où le roi Bhumibol avait étudié de 1935 à 1945, reçoit régulièrement des professeurs thaïlandais en immersion. Le quotidien local 24 Heures nous le rappelle dans cet article.


WanKhru2019 - Photo Montage.jpeg

© Facebook (Wunpen Thapsongkror/Ana Sainab Salaeh/Nui Luckana)

Être enseignant en Thaïlande

Comme la langue peut représenter un obstacle difficilement surmontable pour entrer en contact avec un enseignant thaïlandais, il est d’autant plus intéressant de lire le témoignage de Mme Ruenrudee Tingsa, enseignante à Sisaket, dans le Nord-Est, région appelée l’Isaan. Et elle le fait en français : Une journée d’un prof à la thaïlandaise. Un quotidien qui n’est pas rose pour tous les enseignants. Lisez l’article du journal Le Monde sur le calvaire des enseignants face à la guerre dans l’extrême sud thaïlandais.

Quoi qu’il en soit, le système éducatif thaïlandais ne brille pas par ses résultats ! La Thaïlande, malgré sa richesse (comparée aux pays limitrophes), est bien souvent lanterne rouge dans les comparaisons internationales en matière d’éducation, hélas, trois fois hélas. Nous avons déjà effleuré ce sujet dans cet article (paragraphe De la qualité du système éducatif siamois). En 2013, le Courrier International titrait, reprenant un article d’un quotidien de Singapour – pays au système éducatif reconnu : Thaïlande. Mauvaise note pour le système éducatif. Il n’y a hélas aucune amélioration en vue, pour l’heure. Si vous désirez connaître le système éducatif de la Thaïlande, on vous invite vivement à lire la brève fiche documentaire Thaïlande réalisée à l’occasion du colloque « L’éducation en Asie en 2014 : quels enjeux mondiaux ? » organisé par la Revue internationale d’éducation de Sèvres.

Notons avec satisfaction que le français est malgré tout langue appréciée au royaume. En plus des cours donnés par l’Alliance Française, quelques facultés universitaires l’enseignent. Il existe même une Association thaïlandaise des Professeurs de français (ATPF), association créée il y a plus de 40 ans (site web). L’on vous en a déjà parlé sur notre page Facebook. Et l’on vous invite à aimer la page FB Oui je parle français en Thaïlande.

Les expatriés francophones aiment à venir enseigner leur langue maternelle en Thaïlande. Lisez le témoignage d’Antoine, 32 ans, prof en Thaïlande pour 1566 euros par mois. Des enseignants qui ont créé le C.E.F. Thaïlande – Collectif d’Enseignants Francophones, un réseau d’entraide d’animateurs, d’assistants de langue, de lecteurs, de professeurs francophones en Thaïlande (site web et groupe Facebook).

On se quitte avec cette émouvante vidéo¹ qui illustre à merveille le thème de cette journée (les réalisateurs thaïlandais sont passés maîtres quand il s’agit de toucher la corde sensible) :


¹ Si dite vidéo vous a plu, en voici trois autres offertes en prime, tout aussi émouvantes (pas besoin de comprendre le thaï ou l’anglais pour être touché) : la première, la seconde et enfin la troisième. Et puisque vous êtes arrivé en fin d’article, un cadeau bonus pour vous : cette Journée nationale des Enseignants inspire également les coquins qui publient des clichés érotiques ce jour-là…
² Notez que quelques mois après son putsch, la junte au pouvoir a drastiquement augmenté le salaire des professeurs d’université.

Sources rédactionnelles : WikipédiaMama Lisa’s World et Learn Thai with Mod
Source photographique de l’image à la Une : © Facebook. Mise à jour le 17.01.2019.

12GoAsia - Général 1

Publicités

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s