29 juillet, Journée nationale du thaï, la langue officielle de la Thaïlande

Vous ne le saviez sans doute pas… comme 85% des Thaïlandais eux-mêmes ! Depuis 1999, chaque 29 juillet est commémorée la Journée nationale du thaï, la langue officielle de la Thaïlande, comptant plus de soixante millions de locuteurs. En thaï : วัน ภาษา ไทย แห่ง ชาติ (wan phasa thai haeng chat), idiome que vous pouvez entendre au quotidien au contact de la population locale. Cette journée a pour but de stimuler les Thaïlandais quant à l’importance et la valeur de leur langue vernaculaire mais aussi afin qu’ils l’utilisent correctement. Le thaï étant considéré comme un trésor unique et précieux de la nation siamoise. Une langue nationale qui a plus de 700 ans, précieux héritage légué par leurs ancêtres.

Journée Nationale de la Langue Thaï.jpeg

En tant que touriste de passage, vous ne devriez rien voir des festivités qui se déroulent principalement dans les établissements scolaires. Ce jour-là, les professeurs demandent par exemple à leurs élèves de composer une poésie (voir en fin d’article). D’autres activités en lien avec la langue et la culturelle thaïlandaises sont organisées. Il y a même des établissements qui en profitent pour élire Miss Littérature Thaïlandaise ! Une belle occasion pour les étudiants de revêtir leur tenue traditionnelle siamoise (ou Lanna ici au nord).

Hommage au roi Bhumibol

Le 29 juillet 1962, feu Sa Majesté le roi Bhumibol le Grand a participé à un colloque organisé par la Faculté des arts de l’Université Chulalongkorn, à Bangkok, un colloque qui portait sur la problématique de l’utilisation des mots thaïlandais. A cette occasion, il a souligné l’importance d’utiliser des prononciations correctes et de préserver les dialectes locaux.

Précisons que la langue thaï officielle est celle des Thaïs siamois, vivant au centre du pays; dirigeant la nation, ce sont eux qui ont défini la norme linguistique et imposé leur variété linguistique à l’ensemble du pays (gouvernement, éducation, médias écrits). Les autres langues parlées sont considérées comme des langues sœurs. C’est notamment le cas du thaï du Nord, appelé aussi lanna ou kham muang. Ainsi et à titre d’exemple

  • อร่อยมาก (aroy mak), qui signifie délicieux (pour un repas), se dit ลำแต๊แต๊ (lum tae tae) ici au Nord;
  • ou encore le bonjour, สวัสดี ครับ (sawat dee khrap pour un homme) et สวัสดี ค่ะ (sawat dee kha pour une femme) se dira สวัสดี เจ้า (sawat dee jao) dans tout l’ancien royaume du Lanna.

C’est là la langue des Thaïs du Nord ou Muang, appelés également Yuan. Les locuteurs du Sud s’expriment différemment encore.

« Nous avons la chance d’avoir notre propre langue, une langue qu’il est souhaitable de maintenir. »
Extrait du discours prononcé par Bhumibol le Grand le 29 juillet 1962 à l’Université Chulalongkorn


Les tablettes de pierre du roi Ramkhamhaeng

Comme en Corée du Sud, on attribue à un roi la création du système d’écriture national. En Thaïlande, c’est donc le roi RamkhamhaengRama le Fort ou Rama le Téméraire – qui est considéré comme l’inventeur de l’alphabet thaï en 1283. Un alphabet qui comprend 44 consonnes et 37 voyelles (dont 15 simples). Le roi Ramkhamhaeng, qui a régné sur l’ancien royaume de Sukhothai de 1278 à 1298, est l’une des figures les plus importantes de l’histoire de la Thaïlande. Considéré comme un dirigeant bienveillant et sage, l’une de ses principales réalisations a été la compilation d’un système d’écriture et d’un nouvel alphabet thaïlandais qu’il a adapté à partir des différentes formes d’écriture khmère utilisées auparavant. C’est essentiellement le même que celui qui est utilisé aujourd’hui en Thaïlande. Appelé le ‘Père de la langue thaï‘, c’est également une figure importante dans l’établissement du bouddhisme Theravada en Thaïlande². Par ailleurs, en tant que troisième souverain de Sukhothai, utilisant en priorité la diplomatie plutôt que la guerre, il élargit habilement le royaume. Après sa mort, le déclin du royaume de Sukhothai fut rapide : en 1320, ce royaume, autrefois puissant, n’était plus que l’ombre de lui-même.

Photo Kapook

© Kapook

Les tablettes de pierre. Une fois le nouveau système d’écriture développé, le roi ordonna l’érection de tablettes de pierre racontant l’histoire du royaume. Avec la chute de Sukhothai, ces stèles³ furent oubliées et ce jusqu’au 17 janvier 1833. C’est pourquoi le 17 janvier est devenu le Jour du roi Ramkhamhaeng en Thaïlande (qui n’est pas un jour férié contrairement au Jour du roi Chulalongkorn, Rama V). Le nom de Sukhothai se traduit par « Aube du bonheur » et l’une des citations les plus célèbres des inscriptions en pierre témoigne d’une terre prospère et libre : « Au temps du roi Ramkhamhaeng, cette terre de Sukhothai est florissante. Dans l’eau, il y a des poissons; dans les champs, il y a du riz. Le dirigeant ne prélève pas de taxe sur les voyageurs conduisant leurs bœufs sur le chemin du commerce et chevauchant leurs montures sur le chemin de la vente. Celui qui veut échanger des chevaux, les échange. Celui qui veut échanger de l’argent et de l’or les échange aussi…. »

La cloche du roi Ramkhamhaeng. Le roi Ramkhamhaeng a ordonné qu’une clochette soit suspendue à l’une des portes d’entrée de Sukhothai. Tout roturier ayant un grief était libre de sonner la cloche. Le roi en personne s’entretenait avec son sujet et, après avoir examiné le pour et le contre, il rendait un jugement équilibré et juste.

Affiche KapookStatues du roi. Les statues du roi Ramkhamhaeng le montrent souvent tenant une tablette de pierre. Associé à l’éducation, ce sont les élèves et les enseignants qui lui rendent en premier lieu hommage. La statue la plus célèbre du roi Ramkhamhaeng le Grand est située dans la zone centrale du parc historique de Sukhothai. En s’approchant de la statue, il y a une réplique de cloche que les visiteurs sont encouragés à sonner pour recevoir une bénédiction. Ce roi fait partie des Trois Rois représentés sur la place éponymes au coeur de la cité historique de Chiang Mai, avec les rois Mengrai et Ngam Meuang (Ramkhamhaeng est à droite). Si l’histoire du Siam vous passionne, ces lectures vous raviront : collection Que sais-je, Encyclopaedia Universalis ou encore en version BD.

Wikipédia nous brosse un rapide portrait de la langue thaï; les plus courageux se plongeront sur l’alphasyllabaire thaï (en thaï : อักษรไทย, àksǒn thai), système d’écriture complexe utilisé pour écrire la langue thaï. Un système dérivé du brahmi (brāhmī), famille des systèmes d’écriture brahmiques nés en Inde, dont on fait remonter l’existence jusqu’au IIIe siècle av. J.-C. Les inscriptions les mieux connues et les plus anciennes en brahmi sont les édits gravés de l’empereur Açoka (on peut en voir une copie sur le pilier à l’entrée du temple U-Mong ici à Chiang Mai, pilier surmonté d’une route représentant le Dharma, l’enseignement du Bouddha). Lecture plus engageante, Sarah nous conte son expérience quant à cette langue tonale. Une langue qu’un farang – un étranger¹ – peut parfaitement apprendre pour autant qu’il y mette de la bonne volonté­! La preuve en vidéo :


Puisque l’on parle de langue thaï, pourquoi ne pas vous lancer ? Celles et ceux prévoyant un voyage au Pays du Sourire pourront apprendre quelques mots et phrases afin d’entrer plus facilement en contact avec les autochtones. Les éditions Lonely Planet ont mis à jour leur Guide de conversation thaï (4e édition sortie en juin 2017). Pour une entrée en matière linguistique, la méthode Assimil a fait ses preuves. Trois ouvrages vous sont proposés : Thaï, un guide de conversation en 21 leçons, Le thaï, sa version proche dans la collection Sans Peine et enfin Le thaï de poche, collection Assimil Évasion (une découverte de la Thaïlande et son peuple à travers sa langue). Autre éditeur spécialisé – et lui aussi apprécié – Harrap’s : il vous propose en poche Parler le thaï en voyage, compagnon de voyage qui deviendra indispensable à ceux qui ne veulent plus parler avec les mains.

Amazon Livres - Montage 1.jpeg

Pour un apprentissage plus approfondi, il y a des méthodes de langue. Attention, la langue thaïlandaise étant une langue tonale, nous estimons indispensable privilégier une méthode auditive, permettant d’entendre la langue. La Méthode de thaï de Gilles Delouche se décline ainsi en deux ouvrages accompagnés tous deux d’un CD audio : le volume 1  et le volume 2. Elle peut être complétée de la Pratique du thaï de Wanee Pooput et Michèle Conjeaud, elle aussi composée de deux ouvrages accompagnés d’un CD audio : volume 1 et volume 2. Nouveau venu sur la scène, M. Gael Eucat-Jones, professeur français en Thaïlande, nous propose deux ouvrages ma foi fort intéressants : Lire et écrire le thaï pas à pas et Grammaire et Syntaxe du Thaï.

Amazon Livres - Montage 2.jpeg

Quelle que soit la méthode choisie, il est impératif de vous exercer oralement. Soit avec vos connaissances thaïlandaises soit alors en venant ici en Thaïlande. Les Thaïlandaises et Thaïlandais sont toujours très sensibles au fait qu’un étranger prenne le peine d’apprendre leur langue nationale. Leurs sourires n’en seront que plus prononcés.


A l’occasion de cette Journée nationale de la langue thaï, les membres de l’ambassade américaine en Thaïlande ont essayé de prononcer du mieux qu’ils pouvaient diverses expressions. Et ça donne ceci. Une ambassade qui, comme de coutume, sait faire preuve de légèreté.

On se quitte avec cette sympathique vidéo de circonstance :

 

คุณค่าภาษาไทย

เป็นคนไทยต้องรักภาษาไทย
รักษาไว้ให้อยู่ได้เนานานหนอ
อย่าทำร้ายลายลักษณ์ที่ถักทอ
ที่แม่พ่ออนุรักษ์ตระหนักคุณ

ภาษาไทยนั้นเป็นภาษาชาติ
อย่าประมาทใช้ผิดให้เคืองขุ่น
ครูท่านสอนสั่งไว้เลยนะคุณ
ความว้าวุ่นแห่งภาษาจะมากม

ถ้าเมื่อใดไร้ภาษาที่มีอยู่
คงอดสูอายเขาไปทุกที่
และอาจสิ้นชาติไทยไปด้วยซี
เพราะวิถีชีวีที่เปลี่ยนไป

ภาษาไทยเป็นภาษาที่มีค่า
มากยิ่งกว่านพรัตน์เป็นไหน ไหน
มวลหมู่แก้วถึงมีค่ากว่าสิ่งใด
คงมีได้แค่เพียงค่าราคาเงิน

แต่คุณค่าของภาษามีสูงส่ง
ช่วยดำรงความเป็นชาติไม่ขัดเขิน
เพราะภาษาแสดงลักษณ์จำหลักเกิน
กว่าค่าเงินตรา…แต่สง่าอยู่ที่ใจ

เป็นคนไทยต้องรักภาษาไทย
รักษาให้อยู่นานนานจะได้ไหม
อย่าทำลายภาพลักษณ์ความเป็นไทย
โดยที่ไม่รู้ค่าภาษาเอย ฯ

Valeurs thaïlandaises, un poème composé par Arunothai Prapan


Sources rédactionnelles (que nous remercions) : DMC TV, Learn Thai with Mod et Thaizer Thailand (traduction libre).
Source photographique de l’image à la Une : Kapook.
Mise à jour le 05.08.2018

¹ Nous reviendrons sans nul doute un jour sur ce terme thaïlandais que certains considèrent comme péjoratif
² C’est là un aspect que certains historiens contestent
³ L’authenticité de la « stèle de Ramkhamhaeng » n’a jamais été établie* ! Pour en savoir plus, lire l’excellent ouvrage d’Eugénie Mérieau, Idées reçues sur la Thaïlande.

Publicités