Khru Bawong à Lamphun. Exhumation d’un moine qui a quitté son écorce terrestre

Certains reprochent à la Thaïlande son explosion touristique. Il est vrai que les attractions du royaume, fort nombreuses et variées, attirent les touristes par millions, toujours plus d’année en année¹. Bangkok est d’ailleurs une des villes les plus visitées au monde, si ce n’est la plus visitée². Chiang Mai attire également moult touristes parmi lesquels beaucoup de Chinois (nous consacrerons un jour un article à cet intéressant sujet). Malgré cette affluence, il est fort aisé de se balader en des contrées où le touriste se fait plus rare : Chiang Mai De-ci De-là s’escrime à vous faire connaître des lieux et des fêtes qui devraient titiller votre curiosité. Et l’événement annuel dont il est question aujourd’hui, un événement religieux exceptionnel, en fait indubitablement partie.

RobeChangingCeremonyKhruBawong2018Photo3

© Facebook

« Quitter son écorce terrestre », voilà une bien belle expression pour parler de la mort, qui est vue bien différemment selon que l’on soit chrétien, bouddhiste ou encore agnostique ! Kruba Chaiyawongsa, un moine bouddhiste devenu célèbre dans la région, appelé plus communément Khru Bawong, a donc « quitté son écorce terrestre » en l’an 2000. Mais son corps, qui ne s’est point décomposé et est donc momifié, fait l’objet d’un culte des plus étonnants. Ainsi, chaque année, les dévots procèdent à une cérémonie de changement de sa robe monastique. Cela se passe à Baan Phra Bat Huai Tom, dans le district de Li (sous-district de Na Sai), dans la province voisine de Lamphun, au sud de Chiang Mai (à 2h30 de route). Du 15 au 17 mai, les disciples de Luang Pu Khru Bawong, avec l’aide de nombreux moines et des villageois de la région, sont en fête; ils invoquent le corps de feu ce moine vénéré en se remémorant son enseignement. Le 16 mai a lieu le défilé et le 17 est le jour solennel où se déroule le changement de la robe monastique. Participez à cette cérémonie religieuse plus avec piété qu’avec curiosité (et soyez vêtu dignement).

RobeChangingCeremonyKhruBawong2018Cover

Programme des festivités :

Mardi 15 mai 2018 :

  • 06h00 : offrandes matutinales aux moines;
  • 09h00 : réunion des moines au temple;
  • 10h30 : prières;
  • 11h00 : repas pris en commun avec les moines et les novices;
  • 19h00 : prières avec sermon.

Mercredi 16 mai 2018 :

  • 06h00 : offrandes matutinales aux moines;

  • 09h00 : réunion des moines au temple;
  • 10h30 : prières;
  • 11h00 : repas pris en commun avec les moines et les novices;
  • 14h00 : grande procession autour du village;
  • 19h00 : prières avec sermon.

Jeudi 17 mai 2018 :

  • 06h00 : offrandes matutinales aux moines;
  • 09h00 : réunion des moines au temple;
  • 13h00 : changement de la robe monastique de Khru Bawong avec procession, suivi d’une cérémonie où les fidèles peuvent apposer des feuilles d’or sur son corps.
  • 19h00 : prières finales avec sermon.

Les conseils de notre reporter sur le terrain

De Chiang Mai, pour vous rendre dans le district de Li, privilégiez l’ancienne route Chiang Mai-Lamphun (route no 106). Après Pasang, elle devient vallonée, bordée de chaînes montagneuses de part et d’autre (en transports publics, passage obligé par la gare routière de Lamphun depuis laquelle un song thaew vous amènera à Li où vous devrez négocier pour vous rendre jusqu’au temple, à 5 kilomètres de là). Comptez 2h30 de route (bien plus par les transports publics). On vous conseille de passer la nuit sur place, ce qui vous permettra de vivre et la procession du 16 mai et celle du 17 mai où le corps est transporté. Le meilleur établissement doit être le récent Baan Paylin Resort; il est moderne et confortable, offrant une très belle vue sur les montagnes depuis le balcon de votre chambre (attention, réservation anticipée obligatoire car il affichait complet durant cet événement annuel). Autres attractions bouddhistes à visiter sur place : en bordure de route, vous ne pourrez manquer le site du Wat Mon Luang Sa (วัดมณหลวงษา) et ses divers éléments architecturaux éparpillés. De même que le Monument des Trois Moines (Three Kruba Monument, อนุสาวรีย์สามครูบา), au cœur de Li. Tout proche, deux autres temples valent le détour : le Phrathat Ha Duang (วัดพระธาตุห้าดวง) et ses deux imposantes portes, et, juste à côté, le Wat Phra That Duang Diao. Et bien sûr le magnifique chedi doré, le Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai (พระมหาธาตุเจดีย์ศรีเวียงชัย), qui correspond à l’attraction immanquable du district de Li. Ceux qui s’intéressent aux conditions de vie des Karens peuplant la région ne manqueront pas de faire un saut au Ban Huai Tom Royal Project (ศูนย์พัฒนาโครงการหลวงพระบาทห้วยต้ม), qui offre des opportunités professionnelles aux membres de cette minorité ethnique venue de Birmanie. Il y a également à l’est le lac Doi Tao (à sec durant la saison sèche) et plus au sud le parc national Mae Ping mais pour visiter pleinement ces deux derniers sites il vous faudra alors plus de temps à disposition !

Vous serez sans nul doute émerveillé par l’écrin où repose le corps momifié de Khru Bawong. Le bâtiment où les dévots viennent se recueillir recèle de très belles sculptures blanches sur les hauteurs. Sous le regard d’une statue du Bouddha, le corps du moine lui-même est protégé par une sorte de catafalque vitrifié, déposé sur un socle immense où l’argent brille, le tout dans un environnement protégé (et sous air conditionné).

La procession du 15 mai part du Wat Phra Bat Huai Tom et fait le tour du village avec comme halte le Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai. Dès lors, vous pouvez très bien l’attendre dans ce dernier lieu. A moins que vous ne vouliez prendre part à dite procession qui dure plus de 2 heures. Bien que de nombreuses boissons (le plus souvent sucrées) soit distribuées sur l’entier du parcours, il vous faudra encore vous protéger du soleil tapant, à l’aide d’une ombrelle ou d’un couvre-chef (qui ne pas fournis sur place).


Khru Bawong parcourant les collines

Durant son existence, Luang Pu Kruba Wong a parcouru cette région vallonnée, abattant une quantité de kilomètres à pied et visitant beaucoup de villages des provinces de Lamphun, Tak, Mae Hong Son et Chiang Mai. Par conséquent, nombre d’habitants ont bénéficié de son enseignement (la région compte une importante communauté de Karens, une des nombreuses minorités ethniques du Nord thaïlandais). Jusqu’à ce qu’il s’établisse dans le temple du village de Baan Phra Bat Huai Tom, attirant de nombreux disciples. Lui-même végétarien, cet érudit insistait sur les méfaits de la consommation de viande, convertissant beaucoup de disciples au végétarisme (il faut savoir que nombre de temples bouddhistes en Thaïlande n’interdisent étonnamment pas de consommer de la viande). Khru Bawong a contribué à propager l’enseignement du bouddhisme, combattant l’ignorance (les habitants, très superstitieux, sont profondément attachés à l’animisme et croient à l’existence des pee, les fantômes). A travers cette commémoration annuelle, l’enseignement de Khru Bawong perdure.


Quid de la conservation des corps dans le bouddhisme ?

Il peut paraître fort étonnant qu’un corps humain se conserve ainsi au fils des ans, évitant tout signe de décomposition, sans qu’il y ait eu un processus manuel de momification (nous n’avons pas – encore – réussi à savoir si le corps de Khru Bawong a fait l’objet d’analyses médicales poussées). La chrétienté connait aussi ses corps qui subissent peu ou ne subissent pas de putréfaction, évitant le processus normal de décomposition après la mort. Un état touchant les saints et les béatifiés appelé incorruptibilité, mis au bénéfice de l’intervention divine et perçu par les fidèles comme un signe de sainteté. L’histoire du monachisme bouddhique nous apprend que des états spirituels supérieurs, atteints par une intense méditation, agissent sur la conservation des corps (ici en Russie, en Mongolie et bien sûr en Thaïlande); on retrouve parfois des moines momifiés à l’intérieur de statues (comme en Chine). C’est notamment le cas d’un état spirituel rare connu sous le nom de tukdam et réalisable après la mort. Au Japon par exemple, les Sokushinbutsu, des moines bouddhistes, suivaient jadis une longue pratique ascétique, les amenant à se momifier vivants – pratique interdite depuis. Ailleurs, d’autres observations font état d’un « corps arc-en-ciel » correspondant à l’état spirituel le plus élevé, proche de celui du Bouddha historique. La littérature et la tradition orale du bouddhisme font état de nombreux cas où la conscience, sous une forme subtile, voyage hors du corps grossier³. Vous pourrez donc vous-même observer les restes momifiés en vous rendant à cet événement. Exceptionnel, disions-nous. Et l’on vous rappelle de participer à cette cérémonie religieuse plus avec piété qu’avec curiosité (en étant vêtu dignement).


Liens

  • Emplacement du Wat Phra Bat Huai Tom sur Google Maps.
  • Page Facebook dédiée à Khru Bawong.
  • Page Facebook Je suis Karen (ฮา กะเหรี่ยง, une des pages de la communauté karenne, parmi d’autres).
  • Village to the World (présentation officielle du village par Amazing Thailand – l’Office national du tourisme thaïlandais, en anglais).
  • CM77 (site web d’une radio régionale, avec le programme complet mais tout est en thaïlandais).
  • La radio locale, Li Radio, sur Facebook et sur le web.

RobeChangingCeremonyKhruBawong2018PhotoChediSaPageFB

Le splendide Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai © Facebook – AnuKun..AR.boy

Que vous y alliez durant cette fête religieuse annuelle ou à un autre moment de l’année, vous ferez là un bien beau voyage dans une Thaïlande authentique, préservée du tourisme de masse, au contact d’une population campagnarde qui vous ravira. Un village à majorité karenne connu pour son tissage – il produit des textiles variés – et son argenterie (bagues, colliers), de même qu’une production coutelière. Magnifique est son chedi doré, le Chedi Phra Mahathat Si Wiang Chai (พระมหาธาตุเจดีย์ศรีเวียงชัย, photo ci-dessus), encore en construction, au milieu de la vallée (la procession y fait halte). Découvrez ici le village de Baan Phra Bat Huai Tom en vidéo :


Célébration 2018

(Mise à jour du 20 mai 2018). Plusieurs médias locaux ont consacré des articles à cet événement exceptionnel. A l’image de la chaîne de radio CM77. Et comme dit événement a été filmé, on vous en livre ci-dessous la vidéo en espérant qu’elle vous donne envie de mettre ce rendez-vous à votre agenda l’année prochaine :


¹ Top 20 des destinations touristiques et des pays émetteurs – Réseau Veille Tourisme
² Tourisme : Bangkok est la ville la plus visitée au monde en 2016 Mediaphore.com
³ Les états extra corporels dans le bouddhisme par Tsenshab Serkong Rinpotché – Study Buddhism

Crédit photographique de l’image à la Une : inconnu. Source : CM77.
Mise à jour de l’article le 20 mai 2018.

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s