15 juin – Journée de l’ASEAN contre la Dengue 🦟

La dengue continue d’affecter les communautés et les pays du monde entier, la région Asie-Pacifique étant parmi les plus touchées. C’est l’une des principales causes de décès chez les enfants et la moitié de la population est à risque. Dans les pays de l’ASEAN1, la dengue est la maladie la plus mortelle et celle qui se propage le plus rapidement parmi les autres maladies à transmission vectorielle. C’est la raison pour laquelle les ministres de la Santé de l’ASEAN, lors de leur 10e réunion le 22 juillet 2010 à Singapour, ont convenu de célébrer la Journée de l’ASEAN contre la Dengue le 15 juin de chaque année.

On parle aujourd’hui de cette Journée internationale, en évoquant spécifiquement l’épidémie qui sévit en Thaïlande, et vous donnant quelques éléments utiles afin de la combattre. Non sans vous rappeler qu’en tant que touriste ou expatrié, la prophylaxie est indispensable ! La lecture du dernier paragraphe est donc INDISPENSABLE pour qui veut fouler le sol du Pays du Sourire.

Publicités

Édition 2020 passée sous silence !

En cette année 2020, il semble que la pandémie du Covid-19 ait annihilé tous les efforts de communication de l’ASEAN quant à cette Journée. Nous ne trouvons peu ou prou aucune information qui y est liée ! Si ce n’est les comptes rendus de la conférence de presse du ministre thaïlandais de la Santé. Aucune nouvelle non plus de la part du Secrétariat de l’ASEAN à qui nous avons écrit…

À l’heure où le coronavirus est encore dans tous les esprits, on en oublie donc son cousin, le virus de la dengue, qui lui est un flavivirus. Endémique en Thaïlande, il fait des ravages avec l’actuelle saison des pluies. À fin mai, le département de lutte contre les maladies recensait déjà plus de 13 000 infections et, hélas, 10 morts à l’échelle nationale. La ville de Nakhon Ratchasima (appelée plus communément Korat) est la plus touchée avec déjà plus de 1 000 cas ! Si le Covid-19 achève les vieux, ce sont les jeunes qui sont le plus touchés par la dengue. Quels en sont les symptômes ? Forte fièvre, mal de tête, douleur musculaire, visage rouge, éruption cutanée, taches de saignement… Dans ce cas, mieux vaut consulter.

Heureusement et contrairement au coronavirus, il n’y a pas de transmission directe du virus de personne à personne. La « grippe tropicale » se transmet par la piqûre d’un moustique du genre Aedes. Pour le combattre, un seul mot : prophylaxie, valable aussi bien pour les habitants du pays que les touristes ou les expatriés.

Signalons tout de même une courte réunion en ligne mise sur pied lundi 15 juin 2020 par l’organisation indépendante ISNTD (voir ci-dessous) : De l’action régionale à la coopération mondiale au sujet de la dengue : célébrer les partenariats en matière de dengue dans le monde entier à l’occasion de la Journée de l’ASEAN contre la Dengue.

ASEAN Dengue Day
Le site web de l’ASEAN n’a pas été mis à jour après l’édition 2019…

ASEAN Dengue Day Thailand
La page Facebook n’a plus été mise à jour après l’édition 2016…

À défaut, retrouvez l’ASEAN (dont le pays hôte cette année 2020 est le Vietnam).
➥ sur le web (c’est en anglais puisque telle est la langue officielle de l’organisation)
➥ et sur Facebook

Les hashtags supposés sont les suivants : #ASEANDengueDay2020 #ADD2020 (il a d’ailleurs été conseillé d’utiliser les hashtags de l’année dernière !)


Édition 2019

En 2019, le thème retenu fut : « Mettre fin à la dengue commence par soi ». En tant que pays chef de file pour l’observation de la Journée de l’ASEAN contre la Dengue 2019, c’est le Myanmar qui avait proposé ce thème. Un thème lié à « L’appel à l’action de tous », l’un des quatre messages du plaidoyer sur la dengue qui ont fait l’objet d’un accord. La fin de la dengue doit commencer par soi, en tant qu’individu, pour aider à diffuser ce message de santé publique et à le mettre en pratique simultanément afin de réduire la dengue dans les pays concernés. La collaboration et les ressources collectives multisectorielles n’ont aucun d’impact lorsque les individus ne participent pas à la lutte contre la dengue. Les hashtags proposés sont les suivants : #ASEANDengueDay2019 #ADD2019 #EndDengueStartsWithMe #EndDengue #StartsWithMe.

Cependant, en Thaïlande, la Journée de la dengue de l’ASEAN a été célébrée le vendredi 14 juin 2019, par décision du ministère de la Santé Publique. Plusieurs activités ont été organisées dans tout le royaume. Au moment des célébrations, la dengue avait déjà touché plus de 22 000 personnes en Thaïlande, faisant 30 morts !

Par ailleurs et dans ce cadre, un séminaire sur la dengue, 9e du nom, a été organisé à Singapour le 22 juin 2019. Belle opportunité pour nous de vous parler des lauréats des Prix Rolex 2019 qui ont consacré notamment un chercheur dans une maladie proche de la dengue ! Pendant près d’un siècle, Rolex a soutenu activement les explorateurs qui s’aventurent jusque dans les territoires les plus extrêmes de notre planète. Bravo donc à M. Brian Gitta. Créer une arme puissante pour lutter contre le paludisme, une maladie contractée par 220 millions de personnes chaque année, est le rêve de cet informaticien ougandais. Vous en saurez plus sur le site de Rolex.


La dengue en Thaïlande

Le fléau de la dengue est pris au sérieux en Thaïlande

L’Organisation Mondiale de la Santé estime que 50 à 100 millions de personnes sont infectées par le virus de la dengue chaque année dans le monde2. Tous les pays de l’ASEAN sont menacés par la dengue. C’est l’une des maladies les plus infectieuses qui hante l’Asie du Sud-Est depuis des décennies. Si le sujet vous intéresse et que vous lisez l’anglais, ne manquez alors pas de prendre connaissance de l’étude menée en 2014 par le Dr Kingston Rajiah, de l’Université Internationale de Médecine (IMU) et intitulée La dengue dans les pays de l’ASEAN : un simple bilan sur la prévalence et les approches actuelles.

Au royaume de Thaïlande, le nombre d’infections se comptant en dizaine de milliers annuellement, ce ne sont pas moins de neuf agences gouvernementales qui sont impliquées dans ce dur combat sanitaire, sous la houlette du ministère de la Santé Publique ! Des agences qui prennent part à l’alerte et au contrôle des épidémies de dengue dans les communautés, les maisons, les temples et les écoles, afin que ces lieux soient débarrassés des zones de reproduction des moustiques.

Les ravages de la dengue © Facebook – EventPass

Après une diminution des cas dans le monde entier durant la période 2017-2018, la Thaïlande, comme d’autres régions du globe, a connu une flambée d’infections en 2019. Une augmentation qui peut être attribuée au test de dépistage de la dengue appelé Dengue NS1, un test qui bien souvent détecte le virus même sans trop de symptômes. Au mitan de l’année, le pays a connu une augmentation stupéfiante du nombre de cas de dengue; en six mois seulement, la Thaïlande avait enregistré plus de 26 000 personnes infectées dont 41 en sont mortes. À comparer aux chiffres de l’année 2018 : pour un total de 14 900 infections, 19 décès ont été signalés. En 2016, la population a été secouée par le décès de l’acteur de Channel 3 Thrisadee « Por » Sahawong qui a succombé à la dengue alors que le pays n’avait compté que 18 000 cas environ tout au long de l’année, déplorant 16 décès, dont ce jeune acteur. Grâce à cette couverture médiatique, les Thaïlandais sont plus conscients de la maladie et de sa gravité.

Le professeur adjoint Dr Kriengsak Limkittikul, un expert en virologie du Département de pédiatrie tropicale de la faculté de médecine tropicale de l’université Mahidol, avait prédit la gravité de l’épidémie de l’année dernière. Il a ajouté : « La dengue a un schéma de flambée dans lequel une énorme épidémie se déclare généralement tous les deux ou trois ans ». Comme relevé plus haut, cette année 2020 ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices… Le Département thaïlandais du contrôle des maladies suit de manière continue l’évolution de l’épidémie.

Contrairement au paludisme – appelé également malaria – il faut savoir que la dengue reste une maladie des grandes villes, ce qui signifie qu’elle fait plus de ravages dans les populations urbaines que dans les quartiers ruraux. À Bangkok par exemple, une mégalopole pleine de gratte-ciel et de tours d’habitation, il est difficile de pulvériser efficacement de l’antimoustique.

Petit vocabulaire thaï (qu’il vaut mieux ne pas entendre !)

ไข้เลือดออก (khai lueat ok) correspond à une fièvre hémorragique, soit la fièvre typique de la dengue; le mot est constitué de ไข้ (khai) qui signifie fièvre, เลือด (lueat) qui correspond à sang et enfin ออก (ok) qui veut dire sortir. Un mot très imagé donc, traduit littéralement par le sang qui sort suite à une fièvre !
ยุง (yung), c’est le moustique et ยุงลาย (yung lai) plus spécifiquement l’Aedes aegypti, soit celui qui transmet la dengue (ลาย (lai) – signifiant rayé, zébré).
กันยุง (kan yung) signifie antimoustique; on dira plus précisément ครีมกันยุง (khrim kan yung) pour de la crème antimoustique, สเปรย์กันยุง (sapre kan yung) pour du spray antimoustique et enfin มุ้งกันยุง (mung kan yung) pour une moustiquaire.
ขบกัด (khop kat) s’utilisera pour dire que le moustique vous a piqué (piqûre).

Ajoutons encore les déboires d’un vaccin commercialisé en décembre 2016. Il promettait alors une efficacité d’environ 93% pour réduire la gravité de la maladie et de plus de 80% pour diminuer le besoin d’hospitalisation. Mais un an plus tard seulement, des études ont confirmé que le vaccin contre la dengue pouvait se retourner contre la personne vaccinée. Il a été rapporté que l’injection n’était idéale que pour les personnes ayant déjà été infectées. Les personnes qui n’ont jamais eu la dengue et qui sont vaccinées puis infectées par la suite peuvent présenter une forme beaucoup plus grave de la maladie !

In fine, d’éminents spécialistes médicaux se sont élevés contre le traitement homéopathique préconisé par le Département de la médecine traditionnelle et alternative thaïlandaise (une formule appelée eupatorium perfoliatum 200C). Le quotidien The Nation vous en parle.

Malaria Consortium est active en Thaïlande depuis 2008, ayant ouvert un bureau qui lui sert de siège régional pour la région Asie. C’est l’une des plus grandes organisations internationales à but non lucratif, spécialisée dans la prévention, le contrôle et le traitement du paludisme et d’autres maladies transmissibles, notamment la dengue, parmi les populations vulnérables. Leur site web et leur page Facebook vous fera connaître leurs actions.

Organisation administrative. En Thaïlande, c’est naturellement le ministère thaïlandais de la Santé Publique (กระทรวงสาธารณสุข) qui a la haute main sur la santé du pays (site web et page Facebook). De lui dépend le Département du contrôle des maladies, DDC – Department of Disease Control en anglais (site web, avec une version anglaise minimaliste). Un département dont dépendent plusieurs bureaux spécialisés au niveau épidémiologique. À cela s’ajoute l’Institut national de la Santé qui applique une devise propre à la santé publique : « La santé du peuple ».

En savoir plus sur la médecine moderne en Thaïlande


Insidieuse maladie que la dengue

Une maladie virale transmise par les moustiques, de jour. La dengue est transmise à l’homme par les piqûres de moustiques femelles, principalement Aedes aegypti (régions tropicales et subtropicales) et, dans une moindre mesure, Aedes albopictus (régions tempérées). Les moustiques Aedes sont identifiés par les rayures noires et blanches sur leur corps. Selon l’OMS, ces moustiques sont également des vecteurs du chikungunya, de la fièvre jaune et des virus Zika. La dengue grave peut provoquer des hémorragies qui entraînent une altération des organes ou des fuites de plasma, voire la mort. Le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (US CDC) a déclaré que 40 % de la population mondiale vit dans des zones à risque de dengue, dont les pays de l’ASEAN. Un centre qui suit l’évolution tant au niveau mondial que sur le territoire américain (il alimente régulièrement sa page Facebook). Une vue d’ensemble de la dengue dans le monde proposée également par le Centre européen pour le contrôle et la prévention des maladies (EU CDC que l’on retrouve sur Facebook). L’ASEAN Post a d’ailleurs publié le classement des pays les plus risqués en matière de dengue. Hélas, la Thaïlande arrive en 11e position déjà, devant l’Australie, 12e. Le trio de tête est composé des Philippines, des Maldives et de l’Indonésie.

La première pandémie reconnue de dengue est signalée à la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle aux Amériques. D’origine africaine, elle serait liée au commerce du sucre, du rhum et des esclaves.

Wikipédia

De son côté, l’OMS – Organisation Mondiale de la Santé a défini une Stratégie mondiale de prévention et de lutte contre la dengue, 2012-2020. Une page de son site web nous dit tout sur la dengue. Alors que Wikipédia en dresse un instructif historique.

World Dengue Day – Journée mondiale contre la Dengue. Cette journée n’existe point encore ! Vous pouvez cependant signer une pétition afin de la rendre tangible et accentuer ainsi le combat contre cette maladie délaissée. Deux organisations s’y attèlent : la plate-forme Break Dengue, qui a son siège en Belgique, et la Société Internationale pour les Maladies Tropicales Négligées (ISNTD). L’un et l’autre vous donnent moult informations sur la dengue. Signez donc cette pétition !

⦿ Break Dengue sur le web et sur Facebook
⦿ ISNTD sur le web et sur Facebook


Le maître-mot : la prophylaxie !

En médecine, ce terme savant désigne « l’ensemble des moyens destinés à prévenir l’apparition, la propagation ou l’aggravation d’une maladie ». Il s’agit donc de prendre des précautions. Et, en la matière, nous n’en prendrons jamais assez !

S’il nous fallait résumer les gestes essentiels pour se protéger des piqûres de moustique, nous dirions alors :

  • de porter des vêtements longs (et légers, tenant compte des températures ici en Thaïlande);
  • d’imprégner régulièrement de répulsif antimoustiques, tant la peau que les vêtements (privilégiez les produits contenant du DEET);
  • de dormir protégé par une moustiquaire, à défaut de climatisation;
  • si possible, d’utiliser des spirales antimoustiques lorsque vous êtes attablé. 

Les Conseils aux voyageurs de France Diplomatie parlent spécifiquement de la dengue. Les voici : les autorités sanitaires locales attirent l’attention de la population en raison de la multiplication des cas de dengue en Thaïlande. La transmission s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques. Le ministère des Affaires Étrangères renvoie au surplus à la page informative sur la dengue du ministère de la Santé.

SafeTravel.ch, son pendant helvétique, ne dit rien spécifiquement quant à la dengue en Thaïlande, rappelant tout de même la flambée épidémique actuelle. Il vous donne cependant de très bons conseils sur la dengue, des conseils provenant de son Comité d’experts en médecine des voyages.

Les experts différent sur un point, essentiel : les Suisses affirment qu’il n’existe actuellement pas de vaccin efficace contre la dengue alors que les Français mettent en avant le Dengvaxia, du laboratoire Sanofi Pasteur, précisant que ce vaccin n’est pas recommandé pour les voyageurs d’une zone non endémique vers une zone endémique. Rappelons que la Suisse dispose, depuis 1943, d’un Institut tropical et de santé publique de renommée mondiale, un institut associé à l’Université de Bâle (Swiss TPH, site web et page Facebook). On lira donc avec intérêt les éléments fournis par l’Institut Pasteur qui donne quelques précisions supplémentaires sur la recherche en matière de vaccins.

Indépendamment des conseils officiels cités ci-avant, nous ne saurions que trop vous conseiller la lecture du site Guide Thaïlande, animé par un médecin qui a beaucoup bourlingué et qui s’est établi, au final, en Thaïlande. C’est dire l’utilité de ses conseils. Il les a publiés sur deux pages : celle consacrée à la Dengue, la grippe locale et celle, plus générale, à la Lutte antimoustiques.

Pour conclure, on ne le répétera jamais assez : PROTÉGEZ-VOUS ! 🦟

#ASEANDengueDay #ASEAN #ANASE #dengue #maladie #Thaïlande


1 L’ASEAN – Association des Nations d’Asie du Sud-Est (dont l’acronyme français, moins usité, est ANASE) regroupe 10 États membres. Créée par l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et les Philippines en 1967, elle a été rejointe par le Brunei (1984), le Vietnam (1995), le Laos et la Birmanie (1997) et enfin le Cambodge (1999).
2 Certaines estimations parlent même de 390 millions de personnes infectées chaque année !

Source éditoriale non citée dans l’article : The silent assassin, un fort intéressant article publié dans le quotidien Bangkok Post le 11 juin 2019.

Source de l’image à la une © Facebook – New18
Article composé le 15.06.2020 et mis à jour le 16.06.2020

Vous appréciez notre travail ? Produire du contenu original demande du temps, des compétences et des connaissances. Utilisez nos liens d’affiliation tant pour vos hébergements, vos déplacements que les achats multimédias. Votre soutien ne vous coûtera rien de plus et nous aidera à continuer à vous offrir les informations que vous appréciez. Un grand merci à vous 🙏

Laisser un commentaire