Les guerriers chinois envahissent Bangkok !

Ailleurs en Thaïlande. C’est l’une des découvertes archéologiques majeures de ces dernières décennies : les soldats en terre cuite de Qin Shi Huang. Pour les admirer, vous devrez vous rendre à Xi’an, capitale du Shaanxi, en Chine donc. Mais la mansuétude des autorités chinoises vous permet de profiter d’une partie de cette extraordinaire richesse historique : une exposition est organisée du 15 septembre au 15 décembre 2019 à Bangkok. Qin Shi Huang, premier empereur de Chine et les guerriers de terre cuite, tel est son nom. Elle se déroule au Musée National de Bangkok, trois mois durant. On vous la présente aujourd’hui.


Une première en Thaïlande

© Facebook – กลุ่มเผยแพร่ฯ กรมศิลปากร

Au même titre que la diplomatie du panda ou que l’essaimage des instituts Confucius, le prêt de pièces archéologiques – d’une valeur inestimable – fait partie des pratiques de soft power de la Chine, une nation qui s’impose de plus en plus dans le monde. Plusieurs pays ont déjà exposé ces soldats mais c’est la première fois que la Thaïlande les accueille pour une exposition de trois mois. On aurait tort de se priver face au caractère exceptionnel de cette exposition – le site original fait d’ailleurs partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Une exposition où vous pourrez admirer non seulement ces guerriers, sculptures funéraires grandeur nature représentant les armées de l’empereur Qin Shi Huang, vieilles de plus de 2 000 ans. Selon Qian Jikui, directeur adjoint de l’administration du patrimoine culturel du Shaanxi, qui s’est exprimé lors de la cérémonie d’ouverture, l’exposition présente 86 objets provenant de 14 musées de cette province. Un événement organisé conjointement par le département des Beaux-Arts de Thaïlande, le ministère de la Culture et donc l’administration du patrimoine culturel de la province chinoise du Shaanxi,

Ce n’est bien entendu pas l’armée entière qui est exposée puisque le site chinois ne compte pas moins de huit mille statues de soldats et chevaux en terre cuite. Mais les seules quatre statues en faïence exposées suffiront à ravir les amateurs d’histoire et autres archéologues en herbe. Des pièces déplacées avec beaucoup de précautions par les archéologues chinois. Une exposition qui comprend également des objets anciens de Chine : armes et autres armures, magnifique char en bronze, poterie, jade et talismans d’or, inscriptions (cf. la vidéo ci-dessous)… Des pièces qui démontrent le niveau extraordinaire de compétence des artisans polyvalents qui ont créé les soldats – tous différents – et leur milliers d’armes en bronze. Tout cela donne un aperçu de la vie et de l’œuvre de Qin Shi Huang, premier empereur, considéré comme l’unificateur de la Chine.

La fosse où ont été retrouvés les milliers de soldats et leur chevaux n’est qu’une partie du mausolée de l’empereur Qin. Selon l’historien chinois Sima Qian, la construction ce ce mausolée massif a commencé peu après l’accession au trône de Qin Shi Huang en 246 av. J.-C. Le projet, qui s’est étalé sur plusieurs décennies, a nécessité une main-d’œuvre de 700 000 hommes pour construire une nécropole souterraine massive semblable à celle de Xianyang, la capitale de la dynastie Qin.


Visiter l’exposition

L’exposition Qin Shi Huang, premier empereur de Chine et les guerriers de terre cuite comprend quatre zones :

  • Avant les Qin
  • L’Empire Qin : unification et naissance de la Chine
  • Armées en terre cuite : sa découverte et son mystère
  • L’empire prospère des Han

Une exposition organisée au Musée National de Bangkok, dans la salle du trône Siwamokkhaphiman, du 15 septembre au 15 décembre 2019. Le musée est ouvert du mercredi au dimanche, de 9h à 16h. Il vous en coûtera THB 200.- (à moins que vous êtes Thaïlandais, pour qui le prix chute à THB 30.- seulement). Vous pouvez visionner la cérémonie d’ouverture filmée par la chaîne NBT2. Ou vous contenter de cette brève bande-annonce :

Musée National de Bangkok (Phranakorn, พิธภัณฑสถานแห่งชาติ พระนคร)
Site web (dont l’accès peut être problématique)
Page Facebook
Museum Thailand vous donne toutes les indications pratiques pour s’y rendre
Emplacement


Une « re-découverte » exceptionnelle1

L’armée de terre cuite est découverte le 29 mars 1974 à l’est de Xi’an, capitale de la province du Shaanxi, par des fermiers en train de creuser un puits à 1,6 km à l’est de la tombe de Qin Shi Huang, dans une zone connue pour être riche en sources et rivières souterraines. Durant les siècles précédents, les autorités locales et divers érudits avaient déjà signalé à plusieurs reprises la découverte de fragments de statues de terre cuite et de divers éléments provenant de la nécropole de l’empereur, tels que des tuiles, des briques et des morceaux de maçonnerie. Lorsque les autorités comprennent l’importance de la découverte, des archéologues chinois sont envoyés sur place pour fouiller le site, ce qui leur permet de découvrir la plus grande concentration de statues en terre cuite jamais trouvée en Chine. Cette armée n’est qu’un des éléments d’une immense nécropole, bâtie à la gloire de Qin Shi Huang.


Un site alimentant les controverses

La « re-découverte » de ce site archéologique s’est déroulée à un moment charnière de l’histoire récente de la Chine, opportunément gonflée pour les besoins de la propagande communiste chinoise. Ils sont plusieurs – non archéologues – à remettre en question l’authenticité de cette découverte. C’est l’exemple le plus parlant de cet « empire de la poudre aux yeux » que décrit le journaliste français Jean Leclerc du Sablon, correspondant en Chine durant 30 ans, dans son livre éponyme. Le quotidien suisse Le Temps en a parlé.

Des controverses que des recherches récentes ont relancées : l’armée de terre cuite de l’empereur Qin ne serait pas l’œuvre d’artistes chinois ! Des découvertes dans le célèbre mausolée de l’empereur Qin suggèrent des influences étrangères et une passation de pouvoir sanglante suite à la mort du premier empereur de Chine… La suite dans le passionnant article du National Geographic.

Si cette exposition devait vous avoir titillé, pourquoi ne pas visiter le site original chinois de l’armée en terre cuite du mausolée de l’empereur Qin Shi Huang ? Le site archéologique est situé à 35 kilomètres au nord-est de Xi’an. Des vols aériens directs sont assurés depuis Bangkok – et même depuis Chiang Mai – notamment par des compagnies low cost.
Terres de Chine ou encore China Roads vous donnent les indications pratiques pour vous rendre sur place.

Les mordus liront avec intérêt Les soldats en terre cuite de Qin Shi Huang, un blog créé par quatre étudiantes françaises en archéologie. Il rassemble les ressources internet les plus pertinentes sur les soldats en terre cuite de l’empereur chinois Qin Shi Huang (259 av. J.-C.- 210 av. J.-C.). Un empereur obsédé par son immortalité et l’influence durable de son règne sur la culture chinoise.


D’autres soldats à Pattaya2

Affirmer que les soldats d’argile de Xi’an font leur première apparition au royaume de Thaïlande n’est pas tout à fait exact. Un endroit méconnu recèle une collection unique d’artefacts et d’antiquités chinoises d’une valeur inestimable. Il s’agit du Viharn Sien (Anek Kusala Sala en thaï), proche de Pattaya, la sulfureuse station balnéaire siamoise.

Le Viharn Sien – signifiant la Maison des Dieux – a été construit en 1987 pour le 60e anniversaire de feu le roi Bhumibol Adulyadej le Grand (ou Rama IX), père du roi régnant, Rama X. Le site, faisant partie du complexe du Wat Yansangwararam (un temple donc) est à la fois un musée et un lieu de culte chinois. Il s’agit d’un magnifique temple chinois au sud de Pattaya qui abrite une collection unique en son genre.

La véritable attraction se trouve donc à l’intérieur du Viharn Sien, bâtiment construit dans un élégant style chinois, affublé de plusieurs pavillons, à côté d’un beau lac. C’est l’un des meilleurs endroits d’Asie, en dehors de la Chine elle-même, pour admirer des antiquités et d’autres objets chinois, rares et inestimables. Vous avez là des figures mythologiques chinoises, deux énormes lions de Pékin en pierre, des poteries de plusieurs dynasties chinoises, dont la dynastie Shang, qui datent d’au moins 3 000 ans, des statues de 18 moines shaolin, monastère connu pour son art martial, des statues de 8 arhats en terre cuite (ce sont des disciples du Bouddha ayant eux aussi atteint l’illumination), de même qu’un grand nombre d’antiquités, de peintures, de statues et d’autres œuvres d’art précieuses.

Et parmi ces trésors, vous pourrez donc y admirer des guerriers en terre cuite avec leurs chevaux, des chars, ainsi qu’un trône d’or. Le tout provenant du mausolée de l’empereur Qin Shi. C’est l’un des rares endroits au monde où l’on peut voir cette armée en terre cuite de manière permanente (en dehors de la Chine, s’entend).

Si vous désirez vous rendre en cet endroit – et cela en vaut vraiment la peine – le site RenownTravel vous livre tous les détails. C’est ouvert tous les jours, de 8h à 17h. Attention : il est requis de vous habiller convenablement.


Et puisque l’on parle de Bangkok, on vous renvoie à nos autres articles évoquant la capitale siamoise :


1 Extrait de l’encyclopédie Wikipédia
2 On remercie ici Jean-Luc Barbier qui nous a signalé la présence de ces antiquités. Les informations proviennent du site RenownTravel.

Source de l’image à la une © ECNS
Sources éditoriales : China Internet Information Center, Time Out. et RenownTravel
Article mis à jour le 20.11.2019


Vous avez aimé cet article ? Produire du contenu original demande du temps, des compétences et des connaissances. Utilisez nos liens d’affiliation tant pour vos hébergements, vos déplacements que les achats multimédias. Votre soutien ne vous coûtera rien de plus et nous aidera à continuer à vous offrir les informations que vous appréciez. Un grand merci à vous 🙏


Publicités

Laisser un commentaire