Archives des étiquettes : végétarisme

Festival Végétarien (sino-thaï) 2018

Cette année, du mardi 9 au dimanche 17 octobre, toute la Thaïlande voit se dérouler le Festival Végétarien 2018 (วันกินเจ). De nombreuses activités sont organisées autour du végétarisme à cette occasion. On vous résume ici l’origine de ces festivités et la pratique du végétarisme en Thaïlande avant de vous dévoiler quelques programmes, notamment à Phuket, Bangkok et Chiang Mai. En fin d’article, quelques conseils utiles sur le végétarisme prôné durant cette période de 9 jours.

Les Thaïlandais sont très majoritairement bouddhistes. On pourrait croire qu’ils sont donc végétariens. Il n’en est rien (et de loin). En fait, le festival végétarien, célébré annuellement, nous vient de Chine : le Festival Végétarien des Neuf Dieux-Empereurs est une célébration taoïste¹ de neuf jours fixée selon le calendrier lunaire (il en existe plusieurs).  Ce sont les membres influents de la communauté sino-thaïlandaise qui le fête, auxquels se joignent nombre de Thaïlandais. Le festival est populaire dans toute la Thaïlande et en particulier dans les régions à forte population d’immigrants chinois, comme Bangkok, Chiang Mai et Phuket.

VegetarianFestival2017

La pratique du végétarisme en Thaïlande

Pendant ce festival, le peuple thaïlandais pratique เจ (que les anglo-saxons écrivent jay et qui se prononce plus ou moins djè, raison pour laquelle vous verrez parfois le terme de « J Festival » utilisé pour cette fête). Ce mot provient du bouddhisme chinois mahayana qui préconise l’observance de huit préceptes. L’un des huit préceptes est d’éviter de manger de la viande animale pendant la fête végétarienne. Lorsqu’un Thaïlandais pratique le jay, il tâche d’appliquer un comportement vertueux à travers ses actions, ses paroles et ses pensées. Durant ces 9 jours, les personnes pratiquant le jay doivent avoir une hygiène corporelle rigoureuse, garder leurs ustensiles propres et s’assurer de ne pas les partagent avec des personnes qui n’observent pas ces préceptes. Elles doivent également porter des vêtements blancs aussi souvent que possible, éviter de tuer ou de blesser des animaux et être conscientes de leurs actions et de leurs pensées. Pendant la durée du festival, les fidèles s’abstiennent de toute relation sexuelle et évite de consommer de l’alcool. Tant les personnes en deuil que les femmes enceintes ou menstruées ne devrait pas assister aux cérémonies.

La nourriture jay va au-delà d’un régime végétarien occidental, excluant certains légumes et épices. Il s’agit notamment de légumes piquants comme l’ail ou les oignons, car on croit qu’ils enflamment les passions et conduisent les gens à la colère ou à la luxure. Ces légumes procurent trop d’énergie et augmente la transpiration. De plus, contrairement à la cuisine thaïlandaise qui utilise beaucoup de piments forts et d’épices, la cuisine végétarienne chinoise vise un meilleur équilibre entre les saveurs amères, salées, acides, sucrées et piquantes. Par ailleurs, la nourriture végétarienne jay évite le lait et les œufs.

L’abstinence de 9 jours ne se limite pas seulement à l’absence de viande mais aussi d’alcool et de relations sexuelles !

Le festival végétarien est célébré dans tout le royaume, en particulier dans les grandes villes où la population d’immigrants chinois est plus importante. Elle est célébrée dans le quartier chinois de Bangkok, connu sous le nom de Yaowarat, et de Chiang Mai, connu sous le nom de Warorot. Les Thaïlandais apportent des sanctuaires ou des divinités de leurs maisons aux temples chinois pour recevoir l’énergie spirituelle. Ils accrochent des lanternes aux temples chinois et allument des bougies à l’extérieur. Des tambours bruyants à l’intérieur et à l’extérieur des temples font fuir les mauvais esprits. Les opéras chinois se produisent et les vendeurs écoulent jouets, feux d’artifice et, bien sûr, de délicieux plats et collations végétariens. Il s’agit globalement d’un acte purificateur, spirituel et physique, afin d’accumuler des mérites et de générer un sentiment de paix intérieure.

En vous promenant dans les rues et centres commerciaux, vous verrez plus de panneaux du signe végétarien que d’habitude (il s’agit d’un symbole chinois rouge sur fond jaune). Bien que la viande soit présente dans beaucoup de plats thaïlandais, la plupart des restaurants peuvent préparer des plats végétariens sur demande en remplaçant la viande par des protéines de soja comme le tofu et en éliminant la sauce de poisson et celle aux huîtres. D’autres ingrédients savoureux que l’on trouve couramment dans la cuisine végétarienne thaïlandaise sont la sauce soja, la pâte de soja, le chili et la poudre de chili, la citronnelle, le lait de coco, la racine de galangal, le gingembre, la coriandre, les feuilles de kaffir et le basilic doux thaï. On vous indique plus bas où trouver facilement des restaurants végétariens.


Festival Végétarien 2018 - Phuket Vegetarian Festival

Le Festival végétarien de Phuket – Étrange et sanglant

C’est sur l’île de Phuket, au sud du royaume, que l’expression la plus extrême du festival est célébrée. Âmes sensibles s’abstenir ! Destination Siam – Le blog de Rainier vous dévoile les origines de ce spectaculaire festival. Comme chaque année, les médias du monde entier relaient les photos de ces mutilations expiatoires où végétarisme et pratiques extrêmes de piercing sont réunis (Vice, HuffPost). Pour un regard plus personnel, vous lirez avec intérêt le blog Phuket 101 et celui de Bidouze, tous deux animés par des photographes d’exception. Adoptant un angle culinaire, le site Le Manger apporte un éclairage anthropologique toujours éclairant sur ces festivités.

FESTIVAL VÉGÉTARIEN 2018 DE PHUKET
Programme complet en français et en anglais.
Page Facebook
Site web (en thaï)
Prospectus de la TAT (l’Office du tourisme)


Festival Végétarien 2018 à Chiang Mai…

Festival Végétarien 2018 - Cover Pung Tao Kong 1Ici au nord, pas de sang visible durant le festival végétarien ! La sympathique parade des écoliers au temple Upakut avec distribution gratuite de nourriture végétarienne n’est hélas plus organisée depuis trois ans maintenant. L’événement marquait l’ouverture du festival. A Chiang Mai, l’épicentre du festival se situe dans le quartier du marché Warorot, autour du temple chinois Pung Tao Kong (เชียงใหม่, 清邁老本頭古廟). Une distribution gratuite de nourriture végétarienne est ainsi organisée tous les jours de 11h à 13h et de 16h à 17h. En savoir plus (en langue thaï). On vous invite également à faire un tour du côté des autres lieux de culte chinois, plus animés qu’à l’accoutumée, où des stands de nourriture végétarienne vous attendent, notamment : la pagode chinoise presque en face du Hard Rock Cafe sur la route Loy Kroh (มูลนิธิเชียงใหม่สามัคคีการกุศล). C’est celle de la Fondation de charité Samakkee dans le quartier du Night Bazaar où là aussi est distribuée de la nourriture végétarienne gratuite de 11h à 13 puis de 16h à 17h. Ces deux événements sont une belle occasion de se fondre dans la population locale. Et encore ailleurs dans la ville : la pagode accolée au restaurant Krua Chanthabur (ครัวจันทบูร) ou encore le temple chinois de la fondation Ariyasathan Haeng Panya (reconnaissable à sa grande statue de Guan Yin, มูลนิธิอริยสถานธรรมแห่งปัญญา), à l’extérieur de la ville.

Festival Végétarien 2018 - Cover FB Central Plaza

Le groupe Central qui gère d’immenses centres commerciaux ne manque jamais l’occasion de marquer l’événement. Ainsi cette année le Central Festival, navire amiral du groupe ici à Chiang Mai, organise sa Foire Végétarienne 2018. La collaboration de l’année dernière avec la Fondation du Projet Royal n’a pas été reconduite mais vous pourrez y acheter et y manger de délicieux mets végétariens concoctés par les meilleurs restaurants de la ville (de 8h30 à 20h30 au rez-de-chaussée, G floor). Et du 12 au 15 octobre y officiera un chef renommé d’un fameux restaurant thaïlandais. En savoir plus (toujours en thaï, obvie; quelques photos d’ambiance). Festival végétarien également dans les deux autres centres commerciaux gérés par le groupe. Le Central Plaza Chiangmai Airport (du 9 au 18 octobre au rez-de-chaussée, G floor) avec des menus spéciaux provenant de 24 restaurants différents (en savoir plus; photos d’ambiance). Et la Fête Végétarienne au Central Kad Suan Kaew, premier grand centre commercial moderne de la ville (du 8 au 18 octobre dans la zone « Tasty Factory » (étage B1). En savoir plus.

Festival Végétarien 2018 - Cover Montage

Autre centre commercial qu’on apprécie pour son architecture originale, le One Nimman organise son marché One Street Food Market avec des menus spéciaux végétariens. Une cuisine que l’on nous promet saine, fraîche, élégante et propre. Au sud de la ville, en allant vers Hang Dong (et le village de Ban Tawai où œuvrent des artisans), le nouveau centre commercial Kad Farang Village n’oublie pas de fêter l’événement du 9 au 17 octobre, de 8h30 à 20h30. Les photos nous montrent un sympathique marché. In fine, à notre connaissance, rien de particulier n’est organisé dans les deux autres centres commerciaux d’importance, le Maya du côté de Nimman et le Promenada (quoique dans ce dernier centre, quelques restaurants proposent des menus spéciaux, à l’image du Fuji, du Black Canyon ou encore de l’Amazon Coffee).

VegetarianFestival2017TVALogoToutes ces manifestations ne sont pas pour déplaire à l’Association végétarienne de Chiang Mai (TVA – Thai Vegetarian Association, สมาคมมังสวิรัติไทย สาขาเชียงใหม่).

On termine en vous incitant à vous rendre auprès des très nombreux restaurants végétariens de la Rose du Nord. Le site Luxurious Chiang Mai nous dévoile bien à propos quelques adresses où vous pourrez manger végétarien (bien que les restaurants cités ne soient bien souvent pas exclusivement végétariens). La liste date de l’année dernière mais les adresses restent d’actualité. Happy Cow répertorie quant à lui plus de 100 adresses. Même travail de bénédictin pour Chiang Mai Vegetarian et sa carte interactive Google. Ajoutons à cela le guide ô combien complet d’une blogueuse nommée Dee et habitant Chiang Mai, Vegan and Vegetarian in Chiang Mai. Les mordus pourront s’abonner au groupe Facebook Vegetarian & Vegan Chiang Mai.

Laissez-nous mettre en avant quatre adresses ici à Chiang Mai. La première Fuang Vegetarian, est un coup de cœur que nous avons eu il y a déjà 5 ans. Il s’agit d’un restaurant végétarien fort apprécié et aux prix modérés (transféré maintenant dans le centre historique), géré par un couple charmant. Ouvert de 10h30 à 19h, il ferme le dimanche. Le Moreganic évolue, lui, dans un autre registre, celui de la gastronomie, ici végétarienne et végétalienne. C’est donc le restaurant gastronomique d’un nouveau complexe au centre-ville qui se définit comme une « retraite végétarienne », l’Away Thapae. Away est une petite chaîne d’hôtels de qualité (site web et page Facebook); vous pouvez le réserver sans autres directement sur Booking.com. Et une mention particulière pour les restaurants Oh Ka Jhu (สวนผัก โอ้กะจู๋ en thaï), eux qui affirment ne servir que de la nourriture biologique (bio se dit organic en anglais) : des menus spéciaux sont proposés du 4 au 31 octobre. Et ils sont appétissants (comme leurs plats sont consistants). De quoi garder le plus beau des souvenirs de votre séjour dans la Rose du Nord.

Shojin Cuisine Four Seasons CoverLe Four Seasons Chiang Mai est une des perles hôtelières de la région; il faut cependant y mettre le prix ! Il organise régulièrement des événements de qualité. Et ce sera le cas cette année durant la période du festival végétarien : rejoignez Maître Toshio Tanahashi, l’un des plus grands experts japonais du shôjin ryôri – la « cuisine de la dévotion » – l’art végétarien de la cuisine des temples bouddhistes. Cours de cuisine avec le maître les 10 et 11 octobre, repas de 5 plats les 12 et 13 octobre, cuisine shôjin durant le brunch dominical du 14 octobre. Empruntez le chemin du bien-être à travers cette cuisine japonaise méditative. En savoir plus.

Et enfin si vous recherchez des produits végétariens et vegan, la nouvelle boutique Vego, sise à Chang Phuak, au nord du « carré », saura vous satisfaire.

… et en Thaïlande

L’agence de voyage The Expique nous livre le programme des festivités à Bangkok, en nous distillant ses conseils utiles (tout est en anglais).

Quant à la TAT – l’Office du tourisme thaïlandais, elle nous donne quelques intéressantes explications que nous reproduisons ci-dessous :

Tradition surtout suivie par les communautés sino-thaïes, le festival végétarien est destiné à purifier le corps et l’esprit. Il dure 9 jours, les premiers jours du neuvième mois lunaire, durant lesquels les pratiquants doivent s’habiller de blanc, méditer, ne manger aucune nourriture d’origine animale et s’astreindre à un comportement exemplaire (pas d’alcool, de sexe, de tabac et de mauvaises pensées). Les visiteurs sont les bienvenus et l’ambiance est généralement très chaleureuse dans les Saljao (temples chinois). Si les célébrations et festivités sont très marquées à Bangkok (Yaowarat Road), Samut Sakhon, Chon Buri (Sawang Boriboon Foundation, Na Klua district), Nakhon Ratchasima (Korat), Chumphon, Hat Yai (Tong Sia Siang Tueng Park), Krabi, Trang et Phang Nga, c’est à Phuket, où il est né, qu’elles sont les plus spectaculaires. Des rituels sacrés sont accomplis lors de défilés impressionnants : insertion d’objets tranchants et pointus sur différentes parties du corps et du visage, marches pieds nus sur des charbons ardents… Ames sensibles s’abstenir. Le premier festival s’est déroulé en 1825 lorsque, d’après la légende, les membres d’une troupe d’opéra originaire de Chine, alors en tournée sur l’île, tombèrent gravement malades et furent guéris après avoir suivi un régime spécial.

Si vous vous trouvez en Thaïlande durant le festival, profitez-en pour vous plonger dans l’ambiance unique qu’offrent les quartiers chinois. Les guides Evaneos nous livre quelques conseils pour manger végétarien en Thaïlande. Et pourquoi ne pas appliquer l’un des huit préceptes, au minimum de s’abstenir de consommer de la viande ? N’hésitez pas à accepter le repas végétarien qui vous sera offert par la communauté. Vous pouvez également profiter des joies de la cuisine thaïlandaise en suivant un cours de cuisine thaïe et optant pour des menus végétariens (il y a même un cours en français ici à Chiang Mai !) ou en apprenant à sculpter fruits et légumes !

Festival Végétarien 2018 - Livre 1On ne résiste pas à partager  10 recettes de plats végétariens que vous trouverez dans ces divers endroits (bien que le tout soit en langue thaïlandaise, merci Wongnai). Comprenant votre frustration à ne pas pouvoir réaliser ces recettes en version originale, on vous aide un brin car qui dit végétarien pense cuisine. Et qui pense cuisine tombe immanquablement sur la cuisine thaïlandaise !  Or, le plat emblématique de la Thaïlande – ou du moins ce que les touristes pensent être le plat emblématique de la Thaïlande – peut sans autres être apprêté à la sauce végétarienne. On parle bien entendu du fameux pad thaï. Du pad thaï végétarien ? Fanny nous le prouve en nous dévoilant la recette du pad thaï végétarien selon la chef thaïlandaise An.

Chef Simon qui milite pour une cuisine engagée, savoureuse et libre, a depuis longtemps décidé de quitter les chemins du formalisme culinaire. Découvrez ses originales recettes de cuisine thaï. Autres recettes végétariennes thaïlandaises proposées par Délices du Monde.

Festival Végétarien 2018 - Livre 2LIVRES. Il en va de la cuisine comme des religions : il y a plusieurs bibles ! Qui de l’Encyclopédie de la cuisine végétarienne ou du Petit Larousse Végétarien professe la parole de la divine cuisine végétarienne ? On vous laisse juger ! Les Nuls, quant à eux, choisiront l’ouvrage Être végétarien. Notez que nous n’avons pas trouvé de livre en français axé sur la cuisine thaïlandaise spécifiquement végétarienne. Qu’à cela ne tienne ! Vous aurez plaisir à cuisiner avec les 1001 recettes éditées par Solar. On vous rassure, la cuisine végétarienne, c’est Super facile, voire simplissime, même au quotidien. Et les recettes peuvent être gourmandes, la preuve avec Super Légumes. Et parce que les végétariens aussi ont le droit d’être gourmands, retrouvez la sélection des meilleurs recettes 100% veggie du 1er site de cuisine en France, Marmiton – Végétarien et gourmand ! À vos popotes 😄

N’oublions cependant pas que la reine des cuisines végétariennes est la Cuisine indienne, quoique celle du Moyen-Orient se défende ! Plus radicale que la cuisine végétarienne, il y a la Cuisine vegan super facile. Et si comme nous vous aspirez au végétarisme sans l’appliquer au quotidien, voilà un livre de recettes qui aborde le sujet avec pragmatisme : Presque végétarien: Moins de viande, plus de légumes. Un livre de cuisine familiale signé Marabout.


Végétarisme à la thaïlandaise

Grâce aux infographies du site Chiang Mai News (เชียงใหม่นิวส์ que nous remercions ici), apprenez-en plus sur le végétarisme appliqué durant les 9 jours du Festival Végétarien.

Festival Végétarien 2018 - Chiangmai News Line Montage 1

On vous souhaite de profiter d’un excellent Festival Végétarien qui aura lieu du 9 au 17 octobre 2018 cette année. Pourquoi donc manger végétarien ?

  1. C’est meilleur pour votre santé.
  2. Cela améliore votre tranquillité d’esprit, votre quiétude.
  3. Vos mérites n’en sont qu’augmentés.

Les interdits durant ces 9 jours : évitez la consommation de viande, de lait et de beurre (d’origine animale), de nourriture épicée, d’ail, d’oignon et d’épices, d’alcool.

Il est demandé de ne pas utiliser des ustensiles touchés par des personnes ne respectant pas les principes de cette fête, de faire des mérites (au temple), de s’habiller en blanc et de méditer. Ce n’est pas précisé ici mais l’abstinence en matière sexuelle est également prônée.

Festival Végétarien 2018 - Chiangmai News Line Montage 2

Le premier tableau récapitule 10 menus végétariens parmi les plus appréciés : 1. Lab Jay (un émincé de légume, avec du tofu), 2. Tue Ka Ko (des galettes de taro ou haricots noirs), 3. Tao Hu Thod (du tofu frit), 4. Pad Prik King Prothin Krob Jay  (des protéines végétales croustillantes trempées dans une sauce au gingembre), 5. Moo Sa Tay Jay (des brochettes végétarienne « de porc »), 6. Tom Jap Chai (soupe végétarienne chinoise), 7. Kra Prao Pla Jay (« poisson » végétarien braisé dans une soupe brune), 8. Pad Mee Jay (nouilles de riz chinoises sautées), 9. Pad Krapow Jay (du tofu sauté au basilic) et 10. Rad Na Jay (vermicelles de riz à la sauce épaisse).

Vous avez ensuite la liste de 9 produits contenant beaucoup de protéines : 1. Le soja et le tofu, 2. Le lait de soja, 3. Les protéines végétales texturées, 4. Les noix et autres fruits à coque, de même que le beurre qu’on en tire, 5. Le sésame, 6. Les pois et petits pois, 7. Les haricot, 8. Les edamames (qui sont une préparation de fèves immatures de soja) et enfin 9. Les légumes verts.

Et l’on termine par quelques conseils (qui sont de nature à maintenir votre ligne) :

  1. Privilégiez les légumes à feuilles vertes et bannissez les légumes-racines.
  2. Optez pour le riz brun.
  3. Diminuez votre consommation de sucre.
  4. Evitez la malbouffe après avoir consommé de la nourriture végétarienne !
  5. Préférez une cuisson à la vapeur, bouillie ou à l’étouffée.

Voilà, vous avez toutes les armes pour bien réussir votre période végétarienne, qu’elle dure 9 jours, 9 ans ou toute votre vie.


Et l’on se quitte avec la vidéo du journal thaïlandais Kapook en lien avec cet événement. Non sans vous rappeler que nous nous trouvons en ce moment-même dans le Khao Pansa (ou Phansa; en thaïlandais เข้าพรรษา), une période qu’on appellera, par facilité, le carême bouddhiste (mais qui n’en est pas un). Saison de retrait pour les moines, qui doivent rester aux abords de leur temple, se consacrant davantage à l’étude, la méditation et l’éducation des novices (cf. notre article sur Khao Pansa). On en sort bientôt et nous ne manquerons pas de vous parler des festivités qui y sont liées.

 Bon appétit à vous tous, sans viande évidemment, au moins jusqu’au 17 octobre !

#ChiangMai #VegetarianFestival #végétarien #veggie #Warorot #JFestival #JayFestival #Phuket #Bangkok #FestivalVégétarien


¹ Celles et ceux qui s’intéressent à la religion taoïste liront avec intérêt l’article de Vincent Goossaert et Fang Ling paru dans la revue Perspectives Chinoises, Temples et taoïstes en Chine urbaine depuis 1980. Un article qui explore les rapports complexes entre les divers types de temples, les groupes dévots qui les visitent et le clergé taoïste.

Source de l’image à la Une : เชียงใหม่นิวส์ Chiang Mai News. Source rédactionnelle : Chiang Mai Best (traduction libre). Mise à jour le 13.10.2018.

Publicités

Festival Pu Sae Ya Sae – Mise à mort d’un buffle pour concilier les esprits

On raconte qu’ils voulaient manger le Bouddha…

PuSaeYaSaeFestivalMarco11Âmes sensibles, s’abstenir ! Chaque année ici à Chiang Mai, dès les premières lueurs du jour, durant la pleine lune du 7e mois lunaire*, se déroule un spectaculaire festival animiste, le Pu Sae Ya Sae (สืบสานประเพณีเลี้ยงดง). Un rituel, autrefois parrainé par le roi du Lanna, qui implique le sacrifice d’un buffle de couleur sombre, effectué par un chaman local, qui doit en manger la chair crue et boire son sang – ce qu’il fait généralement après qu’il ait émis un cri strident. Cette cérémonie a lieu dans une clairière boisée aux pieds du Doi Kham, une colline d’environ 15 km au sud-ouest de la ville, à Mae Hia (Canal Rd, non loin de Hang Dong). Mieux vaut s’y rendre tôt pour s’imprégner de l’ambiance locale, avant l’arrivée de quelques groupes de touristes ! Cette année, la cérémonie a lieu le lundi 28 mai 2018, dès 7h du matin. Il vous faudra par conséquent venir avec votre propre moyen de transport (en louant un scooter ou négociant un song thaew par exemple).

NB : il ne nous appartient pas de porter un jugement sur des pratiques locales séculaires; nous tenons cependant à vous préciser que la mise à mort du buffle a lieu durant la nuit, avant l’événement public, une fête qui n’en reste pas moins spectaculaire. La voici résumée en vidéo :

Citylife a réalisé une autre vidéo résumant le rituel (basée sur la cérémonie de 2017).


De l’importance des esprits protecteurs…

Le rituel animiste dont il est question aujourd’hui, peu connu et archaïque, provient du peuple Luas (ou Lawas), une des ethnies régionales jadis au coeur du royaume du Lanna. Les Luas sont les premiers habitants connus de Chiang Mai, avant même la colonisation siamoise de la région, et même mon, soit une période antérieure à l’introduction du bouddhisme dans le nord de la Thaïlande. Nous vous avons déjà parlé du Festival annuel de l’Inthakin qui découle lui aussi d’anciennes croyances de ce même peuple premier. Trois esprits sont ici impliqués, de même que six esprits inférieurs : grand-père Pu Sae, gardien du Doi Suthep, son épouse grand-mère Ya Sae, gardienne du Doi Kham, et leur fils Sudeva Rishi. Ogres cannibales à l’appétit insatiable pour la chair humaine et le sang, ils hantaient jadis la région. On sait peu de choses des Luas, bien que l’on pense qu’ils fussent des chasseurs de têtes comme les Wa de l’État Shan, auxquels ils sont liés. Leur anthropophagie est étroitement liée au rituel Pu Sae – Ya Sae tel qu’il est encore pratiqué aujourd’hui.

Selon une légende locale, le Bouddha, arrivé ici par une vision lors d’un de ses rêves, remarqua un silence inhabituel, comme si le village était inhabité; il en demanda la raison. Les villageois lui apprirent alors que deux géants, mari et femme habitant la montagne, viennent souvent au village et en attrapent ses habitants pour se nourrir. Ce qui expliquait le calme apparent du village. Le Bouddha, compatissant face à ces villageois sans défense, partit à la rencontre des deux géants. Cupides, Pu Sae et son épouse Ya Sae, de même que leur fils Sudeva Rishi, voulurent dévorer le Bouddha. Celui-ci, ayant pris conscience de leur plan, leur fit d’abord peur en posant son pied sur un rocher – où se trouve aujourd’hui le Wat Phra Buddha Bat Si Roi dans le district de Mae Rim. Puis le Bouddha leur adressa un sermon et prédit qu’il y aura bientôt beaucoup de moines dans cette région, les exhortant à ne plus manger la chair des êtres vivants. Sudeva Rishi, le fils du couple, touché par la grâce du Bouddha, se convertit et devint moine, s’abstenant à jamais de consommer de la viande de toute sorte. Plus tard, il se déshabilla pour mener la vie d’un ermite, passant son temps en méditation dans une grotte au sommet de la montagne qui prit ainsi son nom : Doi Suthep. Pu Sae et Ya Sae, de mauvaises grâces, acceptèrent eux aussi de ne plus manger de chair humaine mais demandèrent au Bouddha la permission de manger seulement deux buffles par an, un chacun, en compensation. Le Bouddha fut réticent à cette requête; il les bénit tout de même, leur dévoilant cinq préceptes, puis les quitta.

Et c’est depuis lors que les habitants vivant autour du Doi Kham pensent qu’ils doivent se concilier les deux esprits, considérés comme les gardiens de la montagne, et donc protecteurs de la forêt, en sacrifiant chaque année deux buffles. Une seconde cérémonie, tombée dans l’oubli, se déroulait dans la forêt aux pieds du Doi Suthep. Il s’agit ici d’apaiser ces deux esprits car, malgré leur promesse, la crainte d’un retour à leur vieilles habitudes cannibales est toujours présente. Le buffle sélectionné est abattu avant l’aube. Si l’animal, qui est tué avec un gros couteau par un boucher musulman, tombe parallèlement au ruisseau Mae Hiya, la pluie sera abondante. La tête, les os, la viande, les entrailles et le sang sont séparés et déposés sur une natte, sous le regard bienveillant d’une illustration du Bouddha suspendue à un arbre. Le chaman – qui peut être une femme, exalté par le lao khao (une liqueur blanche), est soudainement et violemment possédé par les deux esprits et se met à manger la chair crue extraite des entrailles du buffle et à boire son sang. Après un moment, le chaman s’effondre sur le sol. Les esprits le quittent, satisfaits. Ce qui permet aux gens qui vivent autour de la montagne d’être rassurés une année de plus. A travers ce rituel effectué au début de la saison des pluies, les habitants espèrent également des pluies abondantes permettant de bonnes récoltes, de même qu’une bonne santé durant l’année (une nouvelle année, Songkran, qui a commencé à mi-avril selon le calendrier thaïlandais).

PuSaeYaSaeFestival2018CoverMontage3

Déroulement de la cérémonie

Selon la légende, le vieux couple anthropophage, Pu Sae et Ya Sae, vivait donc sur les deux montagnes toutes proches, le Doi Suthep et le Doi Kham. Sachant que le Bouddha allait un jour y venir pour se reposer, les dieux védiques Brahma et Indra ont béni le village en apportant une pluie d’or et d’argent. Comme il pleuvait de l’or au village, le Bouddha a prédit que cet endroit s’appellera Doi Kham, ce qui signifie « Montagne d’or ». Et comme il pleuvait de l’argent plus au nord, la montagne a été appelée Doi Ngoen, ce qui signifie « Montagne d’argent » (renommée plus tard Doi Suthep).

PuSaeYaSaeFestivalMarco3

Le terrain rituel, aux abords de la forêt, est déjà prêt dès 6h du matin : le buffle abattu se trouve dans un espace sacré devant douze maisons des esprits. La cérémonie en tant que telle commence généralement peu après 8 heures avec une procession, agrémentée de musique et de danses. Les femmes du village déposent les offrandes prescrites aux esprits : bananes, maïs soufflé, peau de porc, riz gluant, canne à sucre, tabac et aussi de l’eau, de même que des bougies argentées et dorées. Il y a là six plateaux pour l’esprit de la terre et 23 énormes plateaux de feuilles de banane pour les maisons des esprits, chacun contenant des cigares et des noix de bétel. Au sud de la zone rituelle se trouve un sala destiné aux visiteurs qui peuvent voir le médium à l’œuvre, un villageois de la région qui sera bientôt possédé par l’esprit de Ya Sae. PuSaeYaSaeFestivalMarco10A 8h20, Ajarn Phromma, le maître rituel, arrive pour lire les textes sacrés qui appellent les esprits à résider dans les différentes maisons pendant que la musique traditionnelle agrémente la fête. Vers 9h, la bannière Phra Bot, amenée dans un cercueil noir, est hissée – c’est une représentation du Bouddha, flanqué de ses disciples, Sariputra et Moggallana. Neuf moines, reliés au Bouddha par une ficelle de coton blanc, récitent des incantations saintes en langue pali. Vers 9h30, le médium, possédé par l’esprit, se dirige vers le buffle pour se régaler de sa chair crue et de son sang. Vers 10h15, le médium va rendre hommage au Phra Bot.

Ajarn Kraisri Nimmanhaeminda, dont le récit de Pu Sae – Ya Sae a été publié dans le Journal of the Siam Society en 1967, soutient de manière convaincante que la présence de moines bouddhistes et du Phra Bot au sacrifice de buffle est destinée à convaincre les esprits des anciens cannibales que le Bouddha est toujours vivant et qu’ils devraient donc adhérer à leur vœu d’abstinence de chair humaine. Pour les apaiser davantage, on leur accorde leur dernier souhait – de la viande de buffle fraîche avec l’approbation du propriétaire de ce dernier.

PuSaeYaSaeFestivalMarco12

Plusieurs pèlerins demandent à l’homme possédé d’attacher une ficelle blanche autour de leur poignet afin de s’attirer chance et santé. D’autres participants à la fête profitent du passage du médium dans l’assistance pour lui demander les numéros gagnants de la loterie ! C’est vers 11h que prend fin la cérémonie (édition 2016 en vidéo).

Des rites ancestraux

PuSaeYaSaeFestivalMarco21Vous l’aurez compris, il s’agit là de rites ancestraux antérieurs au bouddhisme, ce dernier n’ayant aucune peine à intégrer les croyances animistes. Au même titre que le Festival de l’Inthakin, lui aussi découlant des croyances du peuple Lua, ou encore les rites visant à faire tomber la pluie à l’aide de fusées (fêtes que l’on retrouve au Xishuangbanna, au sud de la Chine, patrie des Dais), l’ensemble de ces fêtes font partie des rites de fertilité, les pluies assurant des récoltes abondantes (principalement de riz).

L’imbrication de rites chamaniques issus du peuple Lua avec des rites bouddhiste du peuple thaïlandais démontre à l’envi l’amalgame qui constitue le Nord thaïlandais, comprenant de nombreuses minorités ethniques. Les Luas et les Thaïlandais vivent ensemble depuis des siècles, partageant des terres et des traditions culturelles. Lorsque les Thaïs sont devenus dominants, ils n’ont pas cherché à éradiquer les rituels luas mais ont participé (en tant que bouddhistes) au rite (très non bouddhiste) du sacrifice de buffles pour adjurer les esprits :

Que le riz des Luas ne meure pas dans leur rizières
Que le riz des Thaïlandais ne se dessèche pas et ne meure pas dans leur rizières
Invocation du Festival Pu Sae Ya Sae

De toute évidence, la symbiose entre Lua et le nord de la Thaïlande est ancienne, étroite et fructueuse. Ainsi, les Luas sont toujours considérés et rappelés comme les ancêtres des Thaïlandais du Nord.

PuSaeYaSaeFestivalMarco22

Celles et ceux désirant approfondir le sujet liront avec intérêt le texte complet de la conférence qu’a donnée Reinhard Hohler le 13 septembre 2011 dans le cadre des réunions de l’INTG – Informal Northern Thai Group. Son titre en est Pu Sae -Ya Sae Spirit Worship: Highlighting the two sacred mountains of Chiang Mai. Ou encore l’article d’Andrew Forbes publié par CPA media, Pu Sae – Ya Sae – Guardian Spirits of Doi Suthep, agrémenté de quelques photos du rituel.

Nos lecteurs qui prendront la peine de participer à cette fête pourront, au retour, faire un détour par le Wat Doi Kham voisin, un charmant temple bouddhiste érigé sur la colline éponyme, qui abrite le grand Bouddha que vous aurez sans nul doute aperçu, un temple connu pour avoir fait gagner plusieurs dévots – ou crédules – à la loterie nationale (ce qui explique les offrandes fleuries qui affluent par milliers). Belle est la vue de là-haut. Ou encore passer l’après-midi au Royal Flora, un parc non dénué de charme (les plus jeunes voudront bien sûr faire trempette au Grand Canyon). On vous conseille également l’indispensable visite du temple tout proche Wat Intharawat (ou Wat Ton Kwen), témoin inestimable de l’architecture du Lanna. Et tout le monde de se retrouver au Brandnew Field Good, un café-restaurant en pleines rizières.

PuSaeYaSaeFestivalMontageFernFengFeng+Rugo

© Bai Fern Feng Feng + Marco Rugo


* à noter qu’il existe plusieurs calendriers lunaires, ce qui explique la différence des mois si vous les comparez à nos autres publications

Nous remercions les Guides Kohlidays pour le crédit de la photo à la Une.
Sources éditoriales (traduction libre avec adaptation) : Chiang Mai Best, Reinhard Hohler (Chiangmai Mail et INTG – Informal Northern Thai Group) et Andrew Forbes (CPA media – The Asia Experts).
Mise à jour le 31.05.2018.

Festival Végétarien (sino-thaï) 2017


ATTENTION

L’on vous renvoie à la version 2018 de cet article mis à jour et plus complète, soit le

FESTIVAL VÉGÉTARIEN (sinon-thaï) 2018


 

Du vendredi 20 octobre au samedi 28 octobre, toute la Thaïlande voit se dérouler le Festival Végétarien 2017 (วันกินเจ).

De nombreuses activités sont organisées autour du végétarisme. Vous en saurez plus sur ce festival organisé par la communauté sino-thaïlandais grâce à Chiang Mai Best (en anglais).

VegetarianFestival2017

Découvrez ici (toujours en anglais) 9 sanctuaires où est célébré le festival (Bangkok, Samutsakorn et Phuket); cela date de l’année dernière mais reste toujours d’actualité.

Son expression la plus extrême est célébrée à Phuket (programme complet). Destination Siam nous en dit plus sur les origines de ce festival (et c’est en français). On termine avec des photos-choc publiées par le Huffington Post.
L’abstinence de 9 jours ne se limite pas seulement à l’absence de viande mais aussi d’alcool et de sexe !

VegetarianFestival2017PungTaoKongMontage.jpeg

Festival Végétarien 2017 à Chiang Mai…

Cette année comme l’année dernière, aucune parade au temple Upakut ne sera organisée en raison du deuil en mémoire de feu Sa Majesté le Roi Bhumibol le Grand, Rama IX, qui sera incinéré le 26 octobre prochain. A Chiang Mai, l’épicentre du festival se situe dans le quartier du marché Warorot, autour du temple chinois Pung Tao Kong (เชียงใหม่, 清邁老本頭古廟). Une distribution gratuite de nourriture végétarienne est ainsi organisée tous les jours de 11h à 13h et de 16h à 17h. On vous invite également à faire un tour du côté des autres lieux de culte chinois, plus animés qu’à l’accoutumée, où des stands de nourriture végétarienne vous attendent, notamment : la pagode chinoise presque en face du Hard Rock Cafe sur la route Loy Kroh (มูลนิธิเชียงใหม่สามัคคีการกุศล), la pagode accolée au restaurant Krua Chanthabur (ครัวจันทบูร), ou encore le temple chinois de la fondation Ariyasathan Haeng Panya (reconaissable à sa grande statue de Guan Yin, มูลนิธิอริยสถานธรรมแห่งปัญญา), à l’extérieur de la ville.

VegetarianFestival2017CentralCoverCarréLe groupe Central ne manque jamais l’occasion de marquer l’événement. Ainsi cette année le Central Festival (étage G) vous propose 10 menus végétariens élaborés par la Fondation Royal Project.

VegetarianFestival2017TVALogoToutes ces manifestations ne sont pas pour déplaire à l’Association végétarienne de Chiang Mai (TVA – Thai Vegetarian Association, สมาคมมังสวิรัติไทย สาขาเชียงใหม่) : page Facebook et événement Facebook.

On termine en vous incitant à vous rendre auprès des très nombreux restaurants végétariens de la Rose du Nord. Le site Luxurious Chiang Mai nous dévoile bien à propos quelques adresses où vous pourrez manger végétarien (bien que les restaurants cités ne soient bien souvent pas exclusivement végétariens). Happy Cow répertorie quant à lui plus de 100 adresses. Même travail de bénédictin pour Chiang Mai Vegetarian. Ajoutons à cela le guide ô combien complet d’une blogueuse nommée Dee et habitant Chiang Mai, Vegan and Vegetarian in Chiang Mai. Les mordus pourront s’abonner au groupe Facebook Vegetarian & Vegan Chiang Mai.

… et en Thaïlande

L’Office du Tourisme Thaïlandais (ONT/TAT) nous donne quelques précisions sur les divers événements à travers toute la Thaïlande. In fine, d’intéressantes explications de cet office (que nous remercions ici) :
Tradition surtout suivie par les communautés sino-thaïes, le festival végétarien est destiné à purifier le corps et l’esprit. Il dure 9 jours, les premiers jours du neuvième mois lunaire, durant lesquels les pratiquants doivent s’habiller de blanc, méditer, ne manger aucune nourriture d’origine animale et s’astreindre à un comportement exemplaire (pas d’alcool, de sexe, de tabac et de mauvaises pensées). Les visiteurs sont les bienvenus et l’ambiance est généralement très chaleureuse dans les Saljao (temples chinois). Si les célébrations et festivités sont très marquées à Bangkok (Yaowarat Road), Samut Sakhon, Chon Buri (Sawang Boriboon Foundation, Na Klua district), Nakhon Ratchasima (Korat), Chumphon, Hat Yai (Tong Sia Siang Tueng Park), Krabi, Trang et Phang Nga, c’est à Phuket, où il est né, qu’elles sont les plus spectaculaires. Des rituels sacrés sont accomplis lors de défilés impressionnants : insertion d’objets tranchants et pointus sur différentes parties du corps et du visage, marches pieds nus sur des charbons ardents… Ames sensibles s’abstenir. Le premier festival s’est déroulé en 1825 lorsque, d’après la légende, les membres d’une troupe d’opéra originaire de Chine, alors en tournée sur l’île, tombèrent gravement malades et furent guéris après avoir suivi un régime spécial.
Pour conclure, on ne résiste pas à partager  10 recettes de plats végétariens que vous trouverez dans ces divers endroits (bien que le tout soit en langue thaïlandaise, merci Wongnai).
La vidéo du journal Kapook en lien avec cet événement.

Mise à jour le 10.10.2018