Archives des étiquettes : Samoeng

Festival de la Fraise à Chiang Mai. C’est en février que Samoeng fête la fraise !

🍓 Des fraises en Thaïlande ? En venant ici au nord durant « l’hiver » (décembre et janvier), apercevoir des fraises au marché ne sera pas le moindre de vos étonnements. Un double plaisir pour vous : d’abord aller les cueillir dans un champ avant de croquer ce fruit succulent. Et ça tombe bien car la fraise a son festival et il se déroule chaque année dans la province de Chiang Mai. On vous dit tout de la Fête de la Fraise (avec nos conseils d’hébergement) et de la production de ce faux-fruit au royaume de Thaïlande (un éclairant travail académique clôt notre article). Qui sait si une nouvelle expression ne naîtra pas : aller aux fraises… à Samoeng ! Mais au fait, comment se dit fraise en langue thaï ?

SamoengStrawberryFair2017CoverFBancienne

© Facebook

La Fête de la Fraise à Samoeng

Ici à Chiang Mai, vous ne pourrez manquer de voir des fraises en y venant en hiver (décembre et janvier, mois qui correspondent au pic de production). Que vous alliez dans la touristique vallée de Mae Sa (au nord de la ville), vers Mae Kampong (à l’est) ou encore au Doi Inthanon (au sud-ouest), vous verrez quantité de champs de fraises où les amateurs sont attendus afin qu’ils cueillent ce fruit exquis. Un arrêt gourmand qui vous permet de vous mêler à la population locale qui apprécie de plus en plus la fraise.

Les voyageurs aimant à parcourir les routes du nord du royaume en scooter ou moto connaissent Samoeng pour la magnifique boucle qui part de Chiang Mai et y revient en passant justement par ce bourg montagneux, à l’ouest, s’arrêtant à son marché central qui draine moult minorités ethniques peuplant les montagnes alentour. Mais Samoeng est beaucoup plus connu par les Thaïlandais pour sa production… de fraises ! Ce sont près de 700 agriculteurs qui vivent de cette production, étalée sur 3’900 rai et produisant en tout 10’000 tonnes de délicieuses fraises¹Chaque année, la 2e semaine du mois de février, est célébré ce fruit qui représente, aux yeux des locaux, le fruit de l’amour.

SamoengStrawberryFair2019Cover

Ainsi, cette année, du mercredi 6 au dimanche 10 février 2019, Samoeng organise la Fête de la Fraise, 18e édition. Pour y être allé à plusieurs reprises depuis six ans maintenant, c’est un festival qui prend de l’ampleur – passant d’une durée de 3 à 5 jours – et l’ambiance qui y règne, à l’écart des routes touristiques du royaume, est à nulle autre pareille. C’est dire que nous ne pouvons que vous conseiller d’y participer. Sur les 5 jours du festival, le samedi en représente son point d’orgue avec la parade matinale et la cérémonie d’ouverture. Vous y verrez des danses traditionnelles effectuées par des membres des diverses ethnies minoritaires vêtues de leurs habits traditionnels. De Chiang Mai, Samoeng (สะเมิง) se rejoint en 1h30 d’une magnifique route de montagne. Ses lacets raviront les scootéristes et plus encore les motards. Ne manquez donc pas la parade du samedi matin (tôt, très tôt, mais cela en vaut la peine et cet album-photo de l’édition 2016 vous le prouve), suivie par une cérémonie d’ouverture et ses spectacles folkloriques !

A NE PAS MANQUER !
Samedi 9 février 2019
⇾ à 7h30 : cortège fleuri avec animations folkloriques
⇾ à 9h09 : cérémonie d’ouverture
● Et durant les 5 jours du festival, kad mua, marché typique du Lanna, avec expositions d’agriculture et produits locaux, dont les fameux produits OTOP.

En vous promenant dans les marchés de Chiang Mai ou dans la campagne alentour, vous aurez sans doute constaté en ce début d’année que les fraises sont partout ou presque. C’est de saison ! Et Samoeng fête donc ce fruit venu d’ailleurs (mais qui s’est très bien acclimaté). La Fête de la Fraise, à Samoeng, est un événement qui se déroule au cœur du bourg et offre moult activités : divers concours culinaires, une parade fleurie, un marché typique du Lanna (kad mua) avec des stands proposant… des fraises, obvie, mais aussi d’autres produits agricoles régionaux et de délicieux produits locaux, dont des produits estampillés OTOP. Au programme également : des jeux et des compétitions sportives. C’est aussi une magnifique occasion de côtoyer des membres des nombreuses minorités ethniques qui descendent des montagnes de la province, Hmong, Karen et autres Lisu. Et cette année, on nous promet la présence des Taï Lüe, une des minorités ethniques venues du sud de la Chine que nous apprécions particulièrement (un village ethnique se trouve non loin de Samoeng).

SamoengStrawberryFair2019PhotoEventsWeeklyNewsMontage

Miss Fraise entourée d’une charmante Karen et d’une non moins charmante Hmong © Facebook – Events Weekly News

En soirée, y règne une ambiance campagnarde avec animation musicale locale, danses, des combats de muay thai, la fameuse boxe thaïlandaise, des concours vocaux… Sans oublier l’incontournable concours de beauté : ici c’est Miss Strawberry qui sera élue, autrement dit, Miss Fraise. Une ambiance de kermesse qu’on apprécie.

Vous pourrez bien entendu acheter de succulentes fraises à emporter. À moins que votre intérêt ne se porte sur la liqueur qui en est tirée, vendue elle aussi sur place… Vous êtes également encouragé à visiter les plantations de fraises autour de Samoeng, une région connue pour abriter les plus grandes plantations de fraises en Thaïlande. C’est dire qu’il vaut mieux y venir avec votre propre moyen de transport et rayonner.


PROGRAMME OFFICIEL

Durant les 5 jours du festival, du 6 au 10 février 2019, en journée :

  • Diverses expositions agricoles, dont celle de la fondation du Projet Royal
  • Marché des fraises et de produits locaux, notamment OTOP
  • Concours des plus belles fraises

Mercredi 06.02.2019 : animation en soirée avec musique, danse et boxe thaïlandaise.

Jeudi 07.02.2019 : animation en soirée avec musique, danse et boxe thaïlandaise, concert de musique traditionnelle par les élèves de l’école de Samoeng.

Vendredi 08.02.2019 : animation en soirée avec musique, danse et boxe thaïlandaise, kermesse, élection de Miss Minorités Ethniques (tribus montagnardes).

Samedi 09.02.2019. En journée :

  • Dès 7h30 : grand cortège fleuri avec animations folkloriques
  • À 9h09 : cérémonie d’ouverture
  • Spectacle des élèves de l’école de Samoeng
  • Concours du plus beau costume (thème : la fraise, obvie)
  • Remise du prix au meilleur participant de la parade
  • Discours officiels

Animation en soirée avec musique, danse et boxe thaïlandaise, kermesse, concours de beauté des enfants.

Dimanche 10.02.2019 : animation en soirée avec musique, danse et boxe thaïlandaise, kermesse, élection de Miss Fraise.

La Fête de la Fraise sur internet
Evénement Facebook (เทศกาล สตรอว์เบอร์รี่ 2019)
Programme complet (mais en langue thaï)
● En savoir plus sur la page Facebook At Samoeng (ที่นี่ สะเมิง)
Conférence de presse à la campagne (par le département d’agriculture du district)
Emplacement des festivités, au cœur du village (carte)


Samoeng Center Photo Montage.jpeg

Il y a hébergement de qualité à Samoeng, comme ici le Samoeng Center

Dormir à Samoeng

Dans la mesure où le clou de la fête est la parade du samedi matin commençant avant 8h, nous vous recommandons vivement de dormir sur place le vendredi soir. C’est aussi une occasion de vous imprégner de l’ambiance à nulle autre pareille de ce festival attachant. Prenez garde : les nuits durant l’hiver thaïlandais peuvent être fraîches là-haut.

Voici donc nos recommandations hôtelières, sachant qu’il existe quantité d’autres hébergements, à Samoeng-même ou aux alentours. En cliquant sur le lien, vous serez dirigé vers le site Booking.com (avec qui nous sommes partenaires), où vous est présenté l’hôtel et où vous pourrez directement le réserver :
Sometime @ Samoeng, c’est l’adresse qu’on préfère, un peu en retrait. Privilégiez les bungalows au bord de la rivière Samoeng (petit canal) avec vue sur les rizières et les collines alentour. THB 1’500.-/nuit (hélas, pas de rabais sans utilisation de la climatisation, bien inutile en saison fraîche). Un resort au milieu des cultures (fruits de la passion et raisins qui vous seront servis au petit-déjeuner).
Lhongkhao Samoeng est l’adresse la plus prisée, non loin de la fête; elle ne devrait pas vous décevoir.
Samoeng Center. Il s’agit de l’établissement le plus luxueux en ville, là-même où vous pouvez profiter du spa (onsen accessible aux invités). Faites-vous donc plaisir ! Nous, on adore.
Li-su Camp @ Samoeng. Il peut être original de dormir sous tente ! Pour ceux qui veulent vivre une expérience authentique, au contact d’une des minorités de la région, en l’occurrence les Lisu.
► Et enfin notre petite adresse de derrière les fagots. Baan Khao (White House en anglais, บ้านขาวสะเมิง โฮสเทล แอนด์ คาเฟ่ en thaï), une petite maison en bois tout de blanc peinte, en ville. Ce n’est évidemment pas le confort qui est visé en dormant ici (le prix est de THB 400.-/personne). Ici, vous aurez vraiment l’impression de vivre comme des locaux. Trois chambre avec salle d’eau commune. Une maison qui nous a envoûtés et qui ravira les amateurs d’authenticité. Vous pouvez essayer d’appeler (089 701 0417) mais le mieux est de passer pour réserver (et ainsi de voir si l’offre est en adéquation avec vos exigences).

Hôtel

Booking.com

Avis TripAdvisor

Sometime @ Samoeng

Infos

Avis

Lhongkhao Samoeng

Infos

Avis

Samoeng Center

Infos

Li-su Camp @ Samoeng

Infos

Avis

Baan Khao (White House)

Booking - Samoeng


La production de fraises en Thaïlande²

On vous renvoie à la contribution académique closant cet article pour ce qui est de la production des fraises en Thaïlande. Mais sachez que la fraise fait l’objet de recherches universitaires afin de l’acclimater au pays. Ainsi de la fondation du Projet Royal, très présente dans la province de Chiang Mai (lire ci-dessous). Ou encore d’une ferme de recherche sur les fraises gérée par l’Université Naresuan, à Phetchabun. C’est là qu’un projet prometteur vise à mettre au point une nouvelle variété de fraises qui, en plus d’offrir un goût fort, présente des avantages pour la santé.

« Nous sommes en train de stimuler l’anthocynanine dans nos fraises. Les perspectives sont excellentes « , a déclaré Narongchai Pipattanawong, directeur du marketing de la fondation du Projet Royal. L’anthocyanine a des propriétés antioxydantes et anti-cancérigènes. « Nous attendons des résultats satisfaisants au cours des deux prochaines années « , a-t-il dit. Il a déclaré que certaines variétés italiennes de fraises contiennent une quantité importante d’anthocynanine, mais qu’elles ne poussent pas bien dans les conditions climatiques de la Thaïlande.

En conséquence, la fondation du Projet Royal et le Fonds de recherche thaïlandais (TRF) ont financé conjointement le projet de recherche, qui est mené par l’un des doctorants de l’Université Naresuan, pour développer une variété de fraise qui contiendra une quantité relativement élevée d’anthocynanine et qui fleurira également bien en Thaïlande. Peerasak Chaiprasart, qui dirige le Centre d’excellence en technologie post-récolte de l’université, est le conseiller du chercheur. « Nous avons déjà trouvé la variété de fraise qui contient les qualités désirables, mais nous l’expérimentons encore et nous ne pouvons pas encore divulguer les détails « , dit-il. Pourtant, il est fier de dire que cette variété peut fournir 100 milligrammes d’anthocyanine par fraise. « Avec une telle quantité, notre fraise sera en mesure de combattre les cancers « , a dit M. Peerasak. Prasert Pavasant, directeur du programme de recherche et de chercheurs pour les industries de la fondation, a déclaré que les recherches en cours sont très fructueuses.

Yuttana Bamrungkhiri, une agricultrice Hmong du district de Khao Kho à Phetchabun, a développé le Phrarachatan 80 pour attirer les touristes au cours des cinq dernières années. « Elle génère des profits de THB 350’000 sur les cinq mois de la période de floraison des fraisiers » dit-elle. Cela permet aux touristes de se promener dans sa plantation de fraises et de cueillir des fruits frais. « Beaucoup d’autres habitants de la région ont également ouvert leur ferme de fraises aux touristes », déclare l’agricultrice de 56 ans. Yuttana est reconnaissante au regretté roi de se soucier du bien-être de la population des tribus montagnardes. « Grâce à lui, nous n’avons pas à nous en tenir à la culture de l’opium, qui est illégale « , a dit Mme Yuttana. « Nous lui en sommes particulièrement reconnaissants parce qu’il aimait son peuple, y compris nous, les tribus montagnardes. »


Et comment dit-on fraise en thaï ?

SamoengStrawberryFair2019PhotoIAmSeason

© Facebook – Crédit : IAmSeason

La fraise étant un produit étranger à la Thaïlande, c’est le mot anglais qui a été repris tel quel mais avec une prononciation à la thaïlandaise. Aussi, en thaï, la fraise s’écrit สตรอเบอร์รี (satroboeri), strawberry en anglais. Comme ce mot peut aussi désigner la plante, on ajoutera ผล (phon) pour parler du fruit, ce qui donne au final ผลสตรอเบอร์รี (phon satroboeri). Attention ! La jeunesse thaïlandaise utilise ce même terme pour désigner un menteur (สตรอ, satro).

Aux yeux des Thaïlandais, la fraise est le fruit de l’amour (สตรอเบอรี่ : ผลไม้แห่งความรัก). Un fruit qui est nouveau (et encore exotique) pour eux. Peu d’entre eux apprécient manger des fraises agrémentées de jus de citron (manao) et d’un peu de sucre (et ne parlons pas des fraises à la crème de Gruyère, chère au cœur des Fribourgeois). Non ! Les Thaïlandais aiment à manger les fraises peu mûres (c’est un euphémisme car ils les mangent carrément vertes), avec un peu de… piment, comme souvent avec les fruits. Les mauvaises langues – qui hélas ont raison en la matière – rappelleront que la Thaïlande est un pays où une bonne partie de sa production de fruits et légumes est infestée de pesticides. Mais il est tout de même des producteurs offrant des fraises biologiques (on dit organic ici en Thaïlande). Le Projet Royal initié par feu Bhumibol le Grand, en est un des fers de lance (lire l’aparté en fin d’article). En dehors de Samoeng, c’est dans la région de Fang, plus au nord, que la production de fraises est importante. De même, vous pourrez en voir – et surtout en manger – à la Station Royale d’Agriculture du Doi Angkhang.

« Comme la fraise a goût de fraise, la vie a goût de bonheur. »   Alain


La région de Samoeng

La région de Samoeng mérite une visite au-delà de la seule Fête de la Fraise. Nous vous avons déjà parlé des champs de chrysanthèmes plus à l’ouest du village (dont la floraison a lieu de mi-octobre à mi-novembre), vous proposant d’autres visites alentour. Et Samoeng est la région où notre ami Loolu, un jeune Karen pétillant, organise des treks et reçoit ses hôtes dans sa famille au village, avec possibilité d’y dormir (ici, pas d’autres touristes que vous). Consultez tous les treks proposés par Loolu (c’est Toto, la manager du Swiss-Lanna Lodge, qui gère toutes ses réservations en langue française). Nous consacrerons bientôt un article plus fouillé sur les attractions de cette verte région.

De peur de trop ramener notre fraise, on clôt là notre article 😏

La production de fraises et la Fondation du Projet Royal³

Le Projet Royal est une fondation créée en 1969 par Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej. A sa création, elle visait deux objectifs :

  • développer et améliorer les conditions économiques et le niveau de vie des minorités ethniques peuplant le nord thaïlandais en utilisant les cultures de rente pour remplacer la culture du pavot;
  • préserver les forêts et l’environnement.

La recherche sur les fraises comme culture de remplacement a débuté en 1974, en collaboration avec l’Université Kasetsart, à Bangkok. Les résultats de cette recherche ont permis aux tribus montagnardes et aux populations locales de tirer des revenus de la production de fraises et de plantes-filles. Les fraises, entre autres cultures, offrent maintenant à ces populations une source d’investissement rapide et à rendement élevé.

C’est en 1934 qu’un cultivar inconnu a été introduit par les Britanniques dans la province de Chiang Mai. Malgré sa chair très molle, sa petite taille, sa couleur peu avenante et son faible rendement, cette fraise a suscité un grand intérêt comme fruit dans les jardins thaïlandais. Les fraises sont cependant devenues économiquement importantes à partir du début des années 1980.

Les premiers cultivars provenaient des Etats-Unis. Après plusieurs tests, et de nombreux échecs, d’autres cultivars ont été introduits, cette fois du Japon. Les nouvelles variétés issues de la recherche siamoise sont connues sous le nom de Phrarachatan; aussi, de nombreuses variétés de fraises en Thaïlande font partie de cette lignée. La première variété de la lignée est connue sous le nom de Phrarachatan 16. La dernière variété de fraise nommée par Rama IX, décédé le 13 octobre 2016, est le Phrarachatan 88¹.

En gros, la production de fraises se limite aux provinces de Chiang Mai (principalement dans les districts de Fang et de Samoeng, de même que sur les pentes du Doi Inthanon, plus haut sommet de Thaïlande) et de Chiang Rai (principalement dans le district de Mae Sai), dans le nord de la Thaïlande donc, où le climat frais de décembre à mars en permet la production. La plupart des exploitations de fraises de ces deux provinces sont des petites et moyennes exploitations familiales d’une taille moyenne comprise 0,5 à 5 hectares. Des fraises sont également cultivées dans les montagnes de quelques provinces du nord-est de la Thaïlande, mais la production est relativement peu importante.

Les fraises constituent une culture annuelle en Thaïlande. Dans les régions montagneuses (plus de 1000 m d’altitude), la période optimale de plantation se situe à la fin du mois d’août, permettant ainsi d’obtenir un rendement élevé. Les fruits sont récoltés de début novembre à mai. C’est en janvier et février que la production atteint son maximum. Après la période de récolte, les stolons se développent pour la propagation de nouvelles plantes.

Ce sont les normes américaines qui sont appliquées pour définir la maturité du fruit sur la base de sa couleur, ce qui détermine le moment de sa récolte. Grosso modo, la production totale se répartit comme suit : 50% est destinée à l’expédition fraîche vers Bangkok, 30% à la transformation (par exemple pour de la confiture ou des colorants) et 20% pour des ventes à la ferme ou localement.

En 2013, la production de fraises a généré des ventes d’environ 500 millions de bahts (soit 17 millions de US dollars). Une production en continuelle augmentation. Le Japon est maintenant le plus important marché d’exportation.

De quelques problèmes rencontrés.

  1. En raison du manque de sélection de bonnes plantes mères pour la production de plants de stolons, de la mauvaise gestion des champs avant la plantation et de la non-utilisation de plantes exemptes de virus, la vigueur des plantes est faible, les rendements ne sont pas optimaux et la qualité des fruits n’est pas idéale. La recherche vise à résoudre ces problèmes afin d’améliorer et la qualité et la rentabilité.
  2. Les fraises immatures ont une saveur médiocre et les fruits plus mûrs deviennent rapidement invendables, surtout par temps chaud. Il convient de déterminer le moment idéal de la récolte.
  3. La prévalence de plusieurs champignons réduit la production (en 1994-95, c’est 50% de la production qui a ont été perdus dans le district de Mae Sai, par exemple). D’autres maladies contribuent à cette perte de production.
  4. Le prix élevé des fraises posent également un problème commercial non négligeable.

En conclusion, afin de répondre aux besoins de l’industrie, de nouveaux cultivars précoces et plus résistant produiront des fraises de haute qualité adaptés au marché frais et à la transformation. De meilleures techniques de culture, de détection et de contrôle des maladies, de stockage temporaire, d’emballage, de manutention après récolte, de transport et de sélection doivent être encouragées. L’expansion de la culture de la fraise en Thaïlande s’accompagne d’une augmentation de la demande, ce qui représente un certain potentiel d’expansion dans les hautes terres ici au nord. Une saison de récolte plus longue sera primordiale pour augmenter les exportations. Plusieurs pistes sont envisagées afin de trouver des solutions. Aussi, les recherches de la fondation du Projet Royal sont importantes car la plupart des producteurs de fraises en dépendent pour résoudre leurs problèmes. La combinaison d’un bon climat, de meilleures ressources et de recherches plus poussées fera progresser l’industrie thaïlandaise de la fraise.


¹ Source : ตามใจไทยแลนด์ Taam-Jai Thailand
² Source : New strawberry will be pick of the crop for flavour and health benefits, un article paru dans le quotidien anglophone The Nation
³ Le présent texte est un résumé librement traduit du travail académique de M. Narongchai Pipattanawong, directeur du marketing de la fondation du Projet Royal, et intitulé Strawberry Production and the Royal Project Foundation, Thailand. Il a été publié dans le Journal of Developments in Sustainable Agriculture 10: 15-18 ( 2015). Nous remercions l’auteur de cet intéressant éclairage qui démontre à l’envi le rôle non négligeable de la fondation du Projet Royal. Hélas, il ne pipe mot des pesticides (bien trop répandus en Thaïlande, hélas, trois fois hélas). Bien qu’on puisse lire dans la source no 1 que l’utilisation des pesticides est réduite dans le district de Samoeng…

Source de l’image à la Une : Naruthai Thunpradit © Facebook. Mise à jour le 10.02.2019

12GoAsia - Général 1

Publicités

Féerie de chrysanthèmes à Samoeng

C’est à une bucolique virée florale que l’on vous convie. Une contrée ignorée du tourisme de masse où les seuls visiteurs sont locaux. Un endroit qui vous permettra de respirer le bon air de la montagne car Samoeng est une région montueuse aux multiples vallées encaissées. Mais avant de vous dévoiler où se trouvent précisément ces champs de chrysanthèmes qui attirent Thaïlandaises et Thaïlandais, un peu d’histoire et de géographie vous sont imposées.

Photo Toto 4 light

© Chiang Mai De-ci De-là

De la Chine au Japon – Une plante asiatique

S’intéresser au chrysanthème – un nom de genre qui vient du grec et signifie «fleur d’or» – c’est voyager en Chine, d’où la plante est originaire, et au Japon, où les fleurs sont considérées propices à la longévité et à la jeunesse éternelle. En Chine, le chrysanthème vivace fait partie des Quatre nobles plantes, associées au Quatre gentilshommes du confucianisme – qui en symbolisent des vertus – de même qu’aux quatre saisons. Au Japon, le Festival du chrysanthème est l’un des cinq festivals anciens et sacrés de l’empire. On doit la première description botanique du chrysanthème au botaniste provençal Thomas d’Audibert de Ramatuelle. En 1792, il a pu analyser une plante ramenée de Chine par le navigateur marseillais Blancard, sous le nom de « camomille à grandes fleurs ».

Au chrysanthème   题菊花 

Au vent d’ouest glacial, vous êtes florissant dans mon jardin   飒飒西风满院栽
Votre parfum n’attire nul papillon frileux 蕊寒香冷蝶难来。
Si je deviens un jour maître du printemps   他年我若为青帝,
Je vous inviterai à vous épanouir avec la fleur du pêcher   报与桃花一处开。

Ode au chrysanthème, célèbre poème chinois à la gloire du chrysanthème, œuvre de Huang Chao (黄巢), farouche chef d’une jacquerie paysanne contre la dynastie Tang

Le Chrysanthème des fleuristes – Chrysanthemum ×grandiflorum ou Chrysanthemum ×morifolium – est une plante ornementale appelée également Chrysanthème d’automne. Et c’est justement à la fin de la saison des pluies, vers mi-octobre ici au nord de la Thaïlande, que cette plante vivace offre sa floraison aux yeux émerveillés. Au fil des siècles, à force d’hybridations, ce sont des milliers de cultivars différents qui existent maintenant de par le monde. Inutile de regarder la fleur pour savoir à quoi l’on a à faire car c’est principalement en regardant les feuilles, caduques, que l’on saura s’il s’agit d’un chrysanthème !


Et en Thaïlande

Photo Toto 5 light

© Chiang Mai De-ci De-là

Dans la région de Samoeng, c’est une variété à fleurs simples qui est cultivée – généralement jaunes ou blanches; elles ont une allure de marguerites. Vous savez déjà que dok (ดอก en thaï) signifie fleur; la fleur de chrysanthème est appelée dok kek huai (ดอกเก๊กฮวย).

Le chrysanthème a longtemps été utilisé comme plante médicinale pour traiter les maladies respiratoires, la fièvre, les règles difficiles et les flatulences. Il est également comestible, les jeunes pousses et les pétales étant consommés frais dans des salades ou cuits dans des gâteaux alors que les fleurs séchées servent à produire tisanes et liqueurs. Attention, de nombreuses personnes réagissent négativement à la sève du chrysanthème, développant une dermatite de contact après une exposition prolongée à la plante. Les chrysanthèmes sont d’ailleurs considérés comme toxiques pour de nombreux animaux.

Une fleur aux nombreuses vertus cependant. Ainsi de ce site médical thaïlandais qui ne lui en trouve pas moins de 26 ! Les Thaïlandais apprécient la fleur de chrysanthème pour deux raisons principales : une fois séchée, elle se conserve longtemps. Qui plus est, elle permet de composer un breuvage qui se boit chaud ou froid, le thé de chrysanthème, une boisson rafraîchissante lorsque l’on a soif.

Photo Toto Montage

© Chiang Mai De-ci De-là

Les champs de chrysanthèmes de Samoeng

Dans une petite vallée perdue du district de Samoeng, à l’ouest de Chiang Mai, ce sont des centaines d’arbrisseaux qui ont été plantés sur les collines. Ainsi, le village de Baan Om Long (บ้านอมลอง, dans le sous-district de Mae Sap) attire de nombreux admirateurs. Les jeunes (et moins jeunes) Thaïlandaises adorent se faire photographier au milieu des cultures, simulant la cueillette. Des blogueurs régionaux ont popularisé l’endroit, en le photographiant sous ses meilleurs atours : @TheiywLaewHlaw, @IAmSeason9, คนขี้เล่า เหงาก็เที่ยว ou encore หมีบรื้น : The Wanderer Bear. C’est notamment grâce à ces photos que Baan Om Long est devenu très récemment populaire. Les couples y posent maintenant pour leurs photos de mariage. Le romantisme à la sauce thaïlandaise.

Sur place, durant la saison de la cueillette, les journaliers œuvrent sous une chaleur accablante, protégés par des parasols. Vous pourrez bien entendu déguster la boisson et acheter une galette de fleurs séchées (elle est vendue THB 100.-). À défaut, vous en trouverez au marché Warorot, à Chiang Mai donc, où les propriétaires agricoles écoulent principalement leur production.


Y aller

Difficile, voire impossible, d’emprunter un moyen de transport public pour visiter les diverses plantations. Vous devrez impérativement y aller avec votre propre véhicule (ou un véhicule loué), idéalement depuis Chiang Mai. Un deux-roues vous procurera plus de plaisir, obvie. Le site se trouve après la ville-même de Samoeng, à près d’une heure de route en direction de Wat Chan (donc à plus de 2 heures en partant de la Rose du Nord).

L’on peut combiner la visite avec la fameuse boucle de Chiang Mai – Samoeng – Mae Rim – Chiang Mai. Mais le faire en une journée est périple harassant ! Quoi qu’il en soit, vous emprunterez la magnifique route en lacets 1349, de très bonne qualité depuis Samoeng. Une route appréciée des bovidés qui s’y prélassent ! Attention à ne pas rater l’embranchement à droite, là où dite route se dédouble (vous y verrez plusieurs panneaux d’indication publicitaires). À partir de là, la route se détériore (nids de poules et gravier) mais reste sans autres praticable. Une fois arrivé, les premières plantations s’offrent à vous. N’hésitez cependant pas à suivre la route de campagne qui longe la petite rivière Om Long car la plus belle d’entre les plantations se trouve plus loin encore, après que la route asphaltée se transforme en piste (attention car s’il a plu ce sera alors fort glissant). Un habitant du lieu nous a dit que la piste rejoignait la route 4021; elle devrait donc être asphaltée dans le futur mais nous ne l’avons point empruntée jusqu’au bout (elle n’est point encore cartographiée).

Selon les indications des travailleurs agricoles recueillies sur place – qui sont dans leur écrasante majorité des travailleuses – la floraison ici à Samoeng a généralement lieu de mi-octobre à mi-novembre. Une fenêtre relativement étroite pour programmer votre visite dans la région.

On vous donne l’emplacement Google Maps (ทุ่งดอกเก็กฮวย อ.สะเมิง จ.เชียงใหม่) et la page Facebook d’une plantation (ไร่วังธาร-ดอกเก๊กฮวย, la dernière… et la plus belle). De notre point de vue, le site ne vaut pas un déplacement à lui tout seul depuis Chiang Mai ! Mais si vous le combinez avec d’autres attractions dans la région, votre journée en sera alors arc-en-ciélisée.

Photo Toto 7 light

© Chiang Mai De-ci De-là

Nous consacrerons prochainement un article plus complet à Samoeng, charmant district montagneux au pied du Doi Suthep, à l’ouest, où il fait bon dormir. Mais si vous deviez vous rendre à Baan Om Long pour profiter de cette féérie florale – et accessoirement jouir de routes montagneuses procurant moult plaisir en deux roues – ne manquez pas dans ce cas deux arrêts indispensables. Un tout petit peu plus loin, en continuation de la route 1349, des rizières en terrasse où est également cultivée de la stevia, exactement ici. Et sur la route en y venant, le Wat Phra That Doi Nok (พระธาตุดอยนก), que vous n’aurez pas manqué de voir sur votre droite, érigé sur une colline (le Mont Oiseau en traduction littérale, Doi Nok). Son sommet vous procurera une magnifique vue sur toute la vallée, dans un lieu forcément paisible s’agissant d’un temple. A toutes fins utiles, vous pouvez consulter l’offre hôtelière de Booking (attention, les établissements ne se trouvent pas toujours proches de Samoeng-même !) et lire les bons conseils de TripAdvisor en lien avec Samoeng.

SAMOENG SUR BOOKING ET SUR TRIPADVISOR

Montage-photo.jpeg

Rizières en terrasse et vue depuis le Doi Nok (© Chiang Mai De-ci De-là et Facebook – จิรัฏฐ์ รถแดง เที่ยวเชียงใหม่)

Si vous êtes arrivé(e) en fin d’article, c’est que vous êtes passionné(e) par les fleurs ! Et Chiang Mai en ce domaine vous offre le meilleur : sa fameuse Fête des Fleurs (qui a lieu chaque année le premier week-end du mois de février). Et s’il vous est impossible de vous rendre sur place, Amazon vous livrera des fleurs de chrysanthème bio (elles proviennent cependant de Chine). Et si l’envie de cultiver cette plante devait naître en vous, vous pouvez acquérir des graines. La prochaine fois que vous boirez un thé de chrysanthème, vous saurez alors à quoi ressemble et l’arbrisseau et sa fleur. Que la santé, la longévité et la jeunesse éternelle vous accompagnent.

#ChampsChrysanthèmes #chrysanthème #Samoeng #MaeSap #BaanOmLong


Sources rédactionnelles : Wikipédia et Jardinier Paresseux. Source de l’image à la Une : © Facebook – The Wanderer Bear. Mise à jour le 02.02.2019