Archives des étiquettes : cérémonie

Wat Ton Kwen à Chiang Mai. Offrande de riz et feu en l’honneur du Bouddha

Cérémonie religieuse authentique que voilà ! Vous nous savez amoureux des traditions du Lanna, du nom de l’ancien royaume ici au nord de la Thaïlande. Double évocation aujourd’hui avec, d’une part, l’un des témoins exceptionnels de l’architecture Lanna et, d’autre part, une cérémonie agreste que vous ne trouverez que dans la région.

tankhaomai2019photochatchawanthongdeelert

Vue aérienne du Wat Intharawat ou Wat Ton Kwen © Facebook – Chatchawan Thongdeelert

Le Wat Ton Kwen, une perle cachée dans la verdure

Bucolique. Voilà le mot qui nous vient à l’esprit lorsque l’on pénètre dans ce site hébergeant un édifice religieux, témoin inestimable de l’architecture du Lanna. Actuellement nommé Wat Intharawat, du nom de l’abbé l’ayant construit (In), ce temple est communément appelé Wat Ton Kwen, correspondant au type d’un arbre qui se trouve sur le site (appelé en langue du nord ‘ma kwen‘). C’est l’un des plus beaux exemples d’architecture classique de style Lanna dans le nord de la Thaïlande; un modèle utilisé dans d’autres temples (et accessoirement lieu de tournage de séries TV). Le complexe se compose d’un viharn, d’un pavillon ouvert et d’un grand mondop, ouvert lui aussi. Aucun moine ne séjournant dans le temple même (un second temple les abritant est attenant), c’est le Département des Beaux-Arts thaïlandais qui est responsable du site. Le tout a fait l’objet de plusieurs rénovations, indispensables, la dernière au début des années 2000 (à défaut de rénovations, un pavillon en bois se détériore rapidement comme ici dans la province voisine de Lampang).

tankhaomai2019photovisutsuwanmongkol

Grand mondop ouvert du Wat Ton Kwen © Facebook – Visut Suwanmongkol

Datant du milieu du XIXe siècle, ce n’est donc pas un temple très ancien (construit en 1858 sous le règne du roi Kawilorot Suriyawong, grand défenseur du bouddhisme). Au centre, le viharn en bois du Wat Inthrawat, simple et petit mais très élégant, a été construit dans le style Lanna (sous influence Thaï Lü, minorité provenant du sud de la Chine). Son entrée est gardée par deux naga, serpents mythologiques. Le viharn est entouré sur trois côtés par un pavillon ouvert, nommé sala bat, qui lui donne cette singulière apparence. À l’origine, le plancher, aujourd’hui en béton, était en bois. Vous verrez encore un mondop qui a été construit comme abri temporaire à la relique du Bouddha Phra Boromathat Chom Thong, qui est maintenant enchâssée dans le temple Wat Phra That Si Chom Thong, près du Doi Inthanon. Si vous désirez en savoir plus sur ce temple, lisez donc le témoignage d’un voyageur qui a eu beaucoup de plaisir à découvrir ce temple insolite.

C’est une ambiance ô combien paisible qui vous attend (la vidéo ci-dessous en témoigne). Un endroit à l’écart du temps… et aussi des transports publics. Il n’y a en effet aucun arrêt à proximité. Mais il est cependant possible de prendre un song thaew jaune (les minibus locaux) qui vous laissera sur la route principale à partir de laquelle vous devrez marcher 20 minutes (itou au retour). Les minibus jaunes partent toutes les 10 minutes avec un service de 6h à 18h du terminal 1 de la gare routière, soit à Chang Phueak (สถานีขนส่งช้างเผือก). Il ne vous en coûtera que THB 30.-. Le mieux est encore d’y aller avec vos propres moyens (privatisation d’un song thaew, location d’un véhicule, que ce soit une voiture, une moto ou un scooter, ou encore utiliser Grab).

Ouvert tous les jours de 6h à 17h, l’entrée est gratuite. Le Wat Intharawat (วัดอินทราวาส) ou Wat Ton Kwen (วัดต้นเกว๋น) sur Facebook. Emplacement (à Ban Ton Kwen dans le district de Hang Dong) et avis TripAdvisor.


Une cérémonie qui mêle riz et feu

Voilà un événement annuel qui vous permettra de découvrir une nouvelle facette des riches traditions du Lanna. Une cérémonie qui mêle la ruralité et la religion. Composée de deux parties distinctes, elle se déroule durant « l’hiver » thaïlandais, et s’intitule tan khao mai (ตานข้าวใหม่) et tan lua ping fai prachao (ผิงไฟพระเจ้า). Si vous avez quelques notions de la langue thaï, vous aurez compris que khao signifie riz et fai fait référence au feu. Et c’est bien de cela qu’il s’agit, à savoir une offrande de riz (et autre nourriture), avec un feu de joie¹ en l’honneur du Bouddha.

tankhaomai2019covermontage

Programme de l’édition 2019 (voir ci-dessous)

Un rituel qu’on ne retrouve que dans les provinces de Chiang Mai et Phrae. Il s’agit d’une ancienne cérémonie du Lanna qui s’inscrit dans une tradition chère aux bouddhistes thaïlandais : ทำบุญ (tham bun), soit accumuler des mérites pour bénéficier d’une meilleure renaissance dans leurs vies futures.

La notion de mérite²
Notion très importante dans le bouddhisme ! Ce sont des actes bénéfiques, positifs, qui permettent au disciple d’édifier les fondations nécessaires indispensables qui l’aide à progresser sur la voie tant du point de vue moral que spirituel.
Les rituels d’offrandes pour l’acquisition de mérites permettent de se purifier, de s’améliorer. Mais c’est aussi pour essayer d’entrer sur le chemin, le « noble octuple sentier », un chemin de progression spirituelle et il faut s’entraîner à cela. Il faut donc acquérir des mérites par des actes bienfaisants qui vont progressivement aider à se libérer des attachements, des dépendances aux plaisirs.
Dans le theravāda, la doctrine des anciens ou petit véhicule – le bouddhisme vécu en Thaïlande – le mérite le plus important s’acquiert en devenant moine. Les moines ont une vie d’enseignement, une vie de méditation qui leur apporte beaucoup de mérite car ils progressent plus vite sur ce cheminement spirituel et donc ils accèdent également plus vite à des meilleures renaissances… et dès cette vie présente à une meilleure sérénité. Ici, la relation moine – laïc est essentielle. Par exemple, la ville de Chiang Mai compte 20’000 moines et 400 monastères. Il y a une symbiose très grande entre la communauté des moines et la communauté des laïcs, des échanges continus entre les deux communautés. Les dévots, en faisant des dons aux moines, des dons de nourriture, d’argent, etc., vont acquérir des mérites. Il n’y aura pas un transfert des mérites des moines sur les laïcs mais une possibilité pour les laïcs de gagner des mérites grâce aux dons qu’ils ont fait. Ainsi, dans les monastères, les moines vont pouvoir travailler pour le bien de la communauté. Les laïcs vont remercier les moines de leur permettre de leur faire ces dons.

Odon Vallet

Au froid – tout relatif – de l’hiver thaïlandais, s’oppose la chaleur de la foi du bouddhisme Lanna. Historiquement, les gens du Lanna gravissaient les montagnes à la recherche d’un bois spécifique, très odorant, qui doit être séché au soleil entre 4 et 5 jours. C’est le nombre de membres de la cellule familiale qui déterminait l’importance du bois à fournir au temple. Il est ensuite attaché à l’aide d’un fil de coton. Une fois le bois amené au temple, c’est le moine responsable du temple qui y mettait le feu, un feu qui éclaire symboliquement les Trois Joyaux du bouddhisme : le Bouddha historique, le Dharma, qui est son enseignement et la Sangha, la communauté bouddhiste. Et la chaleur du feu réchauffe les corps, encourageant ainsi les membres de la communauté³.

Ce rituel fait référence à une histoire vécue par le Bouddha que vous retrouverez résumée dans la vidéo ci-dessous (mais en langue thaï). Pour les touristes – ou les curieux – de passage, la cérémonie permet surtout d’être au contact des habitants du village de Ton Kwen dans une bien sympathique ambiance. Il y a là un cortège matinale avec danses traditionnelles, la cérémonie d’offrande du riz en tant que telle et des représentations folkloriques (danses et tambours traditionnels du Lanna). Nouvelle animation le soir avec un spectacle traditionnel et la mise à feu du bois par un moine (vous vous rendrez alors compte qu’il est très odoriférant). Le tout agrémenté d’un marché à l’ancienne. Le magnifique site du Wat Ton Kwen se prête à merveille à cet événement.


La date et l’heure de ce rituel  varient d’année en année, définies par un savant calcul basé sur le calendrier lunaire que seul les érudits Lanna maîtrisent. C’est censé être le jour le plus froid de l’année. Cette année, la cérémonie a été fixée au dimanche 20 janvier 2019. Alors que l’année dernière, le feu suivait de peu les offrandes de riz, cette année, une partie se déroule tôt le matin et une autre en soirée.

tankhaomai2019photoworalunboonyasurat

© Facebook – Woralun Boonyasurat

Programme officiel :
▸ 7h00 : cortège
▸ 7h30 : spectacle traditionnel Lanna (kwan khao)
▸ 8h00 : rituel tan khao mai (offrande de riz et de nourriture aux moines) avec culte pour la Déesse du riz

Puis en soirée :
▸ 18h00 : marché traditionnel à l’ancienne (Kad Mua) avec de la musique populaire Lanna
▸ 19h00 : cérémonie d’ouverture comprenant un spectacle traditionnel Lanna
▸ 20h00 : cérémonie nocturne tan lua ping fai prachao (qui a pour but de réchauffer le Bouddha durant la saison d’hiver)

Et pour vous faire une idée de quoi il en retourne, voici un montage-photo de la cérémonie célébrée en 2018 à laquelle nous avons eu le plaisir de participer (d’autres photos ici):

Bandeau 1


De l’importance du riz

Nul n’est besoin de vous faire prendre conscience de l’importance – vitale – du riz en Thaïlande. En commandant des mets thaïlandais, vous en mangerez forcément ! Et suivant la saison de votre venue au royaume, vous verrez de nombreuses rizières (du moins durant la saison des pluies). Nous pourrions remplir des pages sur ce thème mais c’est là déborder du sujet.

tankhaomai2019rpstphoto3

Offrande de riz au Bouddha © Facebook – RPST

Contentons-nous d’évoquer ici le concours récemment mis sur pied par la Société Royale de Photographie de Thaïlande. Deux thèmes étaient imposés, tous deux ayant trait au riz. Et les 30 finalistes ont été primés. Leurs photos sont superbes. Jugez-en par vous-même :

La Société Royale de Photographie de Thaïlande (RPST) sur Facebook et sur le web.

tankhaomai2019rpstphotomontage

Finalistes du concours photo de la RPST © Facebook


Autres événements organisés au temple

tankhaomai2018cover

Affiche de la cérémonie de 2018

Le Wat Ton Kwen est chéri des habitants du coin (il figure même sur des t-shirts). Les locaux organisent régulièrement des événements et autres activités religieuses (l’école est toute proche). Une communauté active (voyez ici les préparatifs de la cérémonie de cette année). Preuve de l’importance de ce temple, il avait été l’un des arrêts d’une procession royale de reliques du Bouddha en 2016. L’année suivante, peu avant le Nouvel An thaïlandais, le Songkran, c’est une manifestation réunissant l’artisanat et l’art qui avait animée les lieux. Avec comme toujours un marché et des spectacles folkloriques (quelques photos ici et ).

Quoi qu’il en soit, lorsque vous le visiterez, il y a une grande probabilité que vous soyez seul(e) ou presque sur le site. À moins bien entendu que vous ne vous y rendiez lors d’une des manifestations dont nous ne manquons pas de signaler sur notre page Facebook. Quelle que soit l’option choisie, c’est un peu de l’âme du Lanna que vous aurez rencontré en visitant le Wat Ton Kwen.

tankhaomai2019coverart&handicraftshow2wattonkwenrecadrée

© Facebook


¹ Une joie toute contenue selon la cérémonie à laquelle nous avons participé l’année dernière
² La notion de mérite par Odon Vallet (émission TV Voix Bouddhistes). Si vous désirez un éclairage chrétien sur cette notion bouddhiste, lisez donc l’Essai sur la notion de mérite dans le bouddhisme et le christianisme, par l’Abbé Philippe-Marie Airaud.
³ Celles et ceux lisant le thaï prendront connaissance avec intérêt de ces explications.

Sources rédactionnelles : Goodlife update et Renown Travel.
Image à la Une © Chiang Mai Deci-Delà. Mise à jour le 21.01.2019

12GoAsia - Général 1

Publicités

Cérémonie ‘Tak Bat Thewo’ 2018 à Chiang Mai et alentour

Les moines bouddhistes sont gâtés en cette période de l’année ! Après les offrandes nocturnes Tak Bat Peng Pud de hier à minuit en l’honneur du retour espéré de Phra Upakut, une cérémonie bouddhiste typique du nord de la Thaïlande, après les offrandes d’aujourd’hui liées à la sortie à proprement dite de la retraite monacale (Ok Pansa), voilà que les dévots se réunissent à nouveau demain matin, mercredi 25 octobre donc, aux aurores ! C’est une occasion de réjouissance où les laïcs vont nombreux au temple offrir leur repas aux moines. Ce ne sont pas moins de 12 adresses que nous vous dévoilons afin de participer à cette fête religieuse matutinale.


La légende

Il s’agit d’une spectaculaire cérémonie bouddhiste dénommée Tak Bat Thewo (ตักบาตรเทโว en thaï). Tak Bat (ตักบาตร) signifie « présenter de la nourriture à un moine » (le Bat (บาตร) étant le bol à aumône où il reçoit les offrandes). Thewo quant à lui (ou Devo, en thaï : เทโว) est dérivé du mot Theworona (เทโวโรหนะ) qui signifie « La descente du Bouddha du monde céleste ». Dite cérémonie comprend des prières et des offrandes matutinales à des centaines de moines qui descendent des marches. Cette coutume se rapporte à un épisode de la vie de Siddharta Gautama, le Bouddha historique. En l’occurrence, il s’agit de son retour en gloire du ciel Tavatimsa où il avait passé sa septième vassa (une retraite monastique) à prêcher l’Abhidhamma – la dernière partie des textes canoniques – à sa mère et aux devas. D’autres sources racontent que le Bouddha a livré un démon à sa mère morte au ciel. Quoi qu’il en soit, cette fête commémore donc cette histoire légendaire où le Seigneur Bouddha, après trois mois passés à prêcher dans le monde des dévatas, redescend sur Terre, dans la ville de Sangkassa, par le triple escalier d’or, d’argent et de diamant (ou cristal, c’est d’ailleurs ce dernier qu’est censé avoir emprunté le Bouddha).


La cérémonie

Vous verrez donc cet épisode reproduit dans les temples qui disposent d’escaliers (dont les rampes sont généralement en forme de nâgas). Les représentations les plus spectaculaires réunissent des centaines de moine. Le Bouddha quant à lui est représenté par une statue. Les moines se mettent ensuite en fil indienne pour recevoir les offrandes de nourriture matutinales.


En Thaïlande

C’est en Thaïlande que ce festival perdure. Il participe du fameux Tham Bun (ทำบุญ), l’acquisition des mérites, une notion chère aux Thaïlandais. Tham (ทำ) signifie faire et Bun (บุญ), dérivé du sanskrit Punya, peut se traduire par mérite. Dans le bouddhisme, les sources pali décrivent trois sortes de causes produisant du mérite : la générosité (dāna), la moralité (shila) et la méditation (bhavana). Les offrandes de nourriture aux moines sont gage de générosité (dāna), permettant aux moines de méditer (bhavana) au sortir de cette période où ils sont censés avoir fait preuve de plus de moralité (shila). C’est dire la popularité de ce rite-ci chez les dévots.

TakBatThewo2018Montage1

La cérémonie la plus spectaculaire, et donc celle qui attire le plus de monde, est organisée à Uthai Mai, dans le district d’Uthai Thani, au Wat Sangkat Rattanakhiri, érigé sur la colline de Sakaekrang, où 500 moines descendent les 449 marches de l’escalier pour recevoir l’aumône des habitants et des touristes. Jetez un œil sur le reportage de Richard Barrow in Thailand. Autres célébrations fameuses à Chon Buri et à Buri Ram où environ deux mille personnes se joignent à 199 moines afin d’acquérir des mérites.

Le site thaïlandais Kapook répertorie 7 endroits en Thaïlande parmi les plus populaires où est fêté Tak Bat Thewo (article). On vous résume les endroits dont il est question (en cliquant sur le nom du temple (Wat en thaï), vous connaîtrez sa position sur Google Maps :

  1. Le Wat Sangkat Rattana Khiri, à Uthai Thani, dont il est question ci-dessus.
  2. Le Wat Phraphutthachai, à Saraburi.
  3. Le Wat Phutthawat Phu Sing, à Kalasin.
  4. L’Office municipal de Nakhon Songkhla.
  5. Le Wat Fai Hin, à Chiang Mai (on vous en reparle ci-dessous).
  6. Le Wat Phra Bat Phu Pan Kham, à Khon Kaen.
  7. Et enfin le Wat Phra That Cho Hae, Phrae.

TakBatThewo2018Montage2

Et à Chiang Mai (il faut vous lever tôt)

À Chiang Mai et alentour, vous aurez le choix car plusieurs cérémonies hautes en couleur s’y déroulent (peu ou prou aux mêmes heures). Attention, à 8h tout sera déjà fini ou presque ! On vous recommande particulièrement quatre endroits :

  • l’un des plus proches et celui qui accueillera le plus de moines, 666 pour être précis, le Wat Fai Hin, dans le campus universitaire au pied du Doi Suthep (no 1 dans l’énumération ci-dessous) !
  • le plus beau site, le parc royal Rajapruek, dans un magnifique écrin au sud-ouest de la ville (no 2 ci-dessous);
  • le plus original, le temple de Doi Saket, facile à reconnaître sur sa colline : les moines descendent le grand escalier accompagnant une statue de Bouddha étincelante (no 5 ci-dessous; la vidéo en début d’article représente justement ce festival).
  • un des plus authentiques (localement parlant et de notre point de vue), le Wat Chetawan ou Wat Nong Mu (no 11 ci-dessous) ou alors le Wat Phra Phut Tha Bat Tak Pha (no 12 ci-dessous), tous deux à Lamphun, la province voisine.

La probabilité est forte que vous soyez les seuls touristes présents à ces trois derniers événements.

Bandeau 1


Voici donc les meilleures adresses pour participer à cette fête religieuse à Chiang Mai et alentour, jeudi matin, 25 octobre 2018



1
. À 6h30 au Wat Fai Hin (วัดฝายหิน), au sein du campus de l’Université de Chiang Mai (CMU), ce ne sont pas moins de 666 moines qui participeront aux célébrations. Grandioses donc. En savoir plus.

TakBatThewo2018WatFaiHinCover


2. Le Pavillon Royal du Royal Flora se prête à merveille pour une telle cérémonie. Elle se déroule donc à 6h au pavillon Ho Kham Luang du Parc Royal Rajapruek (อุทยานหลวงราชพฤกษ์), au sud-ouest de la ville. En savoir plus.

À noter que le Wat Phra That Doi Kham tout proche (วัดพระธาตุดอยคำ) se joint à la cérémonie du Royal Flora. Il n’y aura donc pas de célébration spécifique sur les marches de ce temple érigé sur la petite colline, des marches qui pourtant s’y prêteraient à merveille. Nul doute cependant que ce temple sera fort animé durant cette journée.


3. On prend des pincettes pour vous signaler la cérémonie qu’organise à 6h du matin le Lanna Dhutanka (ธุดงคสถานล้านนา) à Mae Jo, au nord de Chiang Mai. Il s’agit en fait de la branche locale d’un mouvement sectaire décrié, le Dhammakaya. La cérémonie a été rebaptisée Jao Tak Bak Devo, Jao étant un terme de la langue Lanna qui remplace le kha/khap siamois. 100 moines seront là. Et bien entendu, tout le monde y est cordialement invité… En savoir plus.

TakBatThewo2018LannaDhutankaMontage


4. Le temple le plus vénéré du nord de la Thaïlande marque aussi le coup. On parle bien sûr du Wat Phra That Doi Suthep (วัดพระธาตุดอยสุเทพ), sis sur la montagne tutélaire éponyme de Chiang Mai. D’habitude, il n’y a que quelques pèlerins, se comptant le plus souvent sur les doigts d’une main, qui sont présents à 7h du matin pour la cérémonie d’aumônes matutinales. Et c’est justement à 7h que débutera la cérémonie du Tak Bat Thewo. Il est fait mention de la présence de 50 moines ce jour-là. Ce ne sera évidemment pas l’affluence de la spectaculaire ascension par les étudiants de l’université CMU mais il est toujours intéressant d’être là-haut au lever du soleil pour en humer la fraîcheur tout en embrassant la ville du regard.


5. Pour y avoir participé alors que nous n’étions que deux touristes présents – une Chinoise et un occidental – nous vous recommandons fortement la cérémonie qui se déroule dès 6h30 au Wat Phra That Doi Saket (soit le temple sur la colline, au Doi Saket, เชิงบันไดนาควัดพระธาตุดอยสะเก็ด). 59 moines accompagneront la statut du Bouddha de cette cérémonie pétaradante. En savoir plus (événement FB).

TakBatThewo2018Doi SaketMontage


6. L’original Wat Umong Suan Phutthatham (วัดอุโมงค์ สวนพุทธธรรม), au pied du Doi Suthep, connu pour ses galeries jadis peintes, met également sur pied une cérémonie Tak Bat Thewo. Nous n’avons pas d’autres informations que l’heure de celle-ci : 6h du matin.


7. Au cœur de la ville, le joli Wat Inthakhin Sadue Muang (วัดอินทขีลสะดือเมือง), accolé à la place des Trois Rois, promet la présence de 79 moines. Nul doute que les nombreux moinillons du temple y participeront. Cérémonie agendée à 7h.


8. Mais Chiang Mai c’est aussi une ville sur la rive gauche de la rivière Ping, là où se trouve sa gare ferroviaire. Le très important Wat Ket Karam (วัดเกตการาม) y célèbre le Tak Bat Thewo avec 29 moines à 6h du matin. Wat Ket est le nom du quartier. D’ailleurs, le Wat Sikong (วัดศรีโขง) tout proche se joint au Wat Ket Karam pour fêter le retour du Bouddha sur la Terre.


9. Dernier temple de la ville que nous mentionnons, le charmant Wat Lok Moli (วัดโลกโมฬี) au nord de la cité fortifiée (« le carré »). Ici le bois est roi; son ancien chedi restauré vous impressionnera. Cérémonie prévue à 7h.

TakBatThewo2018WatLokMoliPhoto


10. Au sud-ouest de Chiang Mai, sur la route du Doi Inthanon, plus haut sommet de Thaïlande, se trouve une ville dont peu ont entendu parler : Chom Thong. Le temple de cette ville, très beau au demeurant, accueille régulièrement des méditants occidentaux. Si l’on vous en parle, c’est bien entendu parce que ce temple, le Wat Chom Thong (วัดจอมทอง เชียงใหม่) organise lui aussi son Tak Bat Thewo à 6h30 du matin. En savoir plus (événement FB).

TakBatThewo2018WatChomThongCoverMontage

C’est un temple très actif sur Facebook. C’est dire qu’il y a de fortes chances que dite cérémonie soit retransmise en direct sur leur page Facebook… Si tel devait être le cas, vous verrez alors 180 moines recevoir les offrandes des fidèles bouddhistes.


Nos deux dernières adresses se situent dans la province voisine de Lamphun, à moins d’une heure de route au sud de Chiang Mai, une ville et une province campagnarde dont on apprécie l’ambiance typique du Lanna (après tout, Haripunchai, l’ancien nom de Lamphun, n’est-elle pas la plus ancienne ville du Lanna, nom de l’ancien royaume du Nord).

11. La municipalité d’Umong, dans la province de Lamphun, organise elle aussi son Tak Bat Devo au temple Chetawan (วัดเชตวัน ou Wat Nong Mu, วัดหนองหมู) où sont attendus 59 moines à 7h du matin. Le site a son charme, jugez-en :

 


12. Lieu de pèlerinage, le Wat Phra Phut Tha Bat Tak Pha (วัดพระพุทธบาตรตากผ้า จังหวัดลำพูน) a même vu feu Sa Majesté le roi Bhumibol le Grand le visiter. Érigé sur une colline, c’est un endroit idéal pour organiser le Tak Bat Thewo. La cérémonie a lieu à 6h du matin où 159 moines descendront les 469 marches de l’escalier « naga » depuis le chedi érigé au sommet. En savoir plus.

TakBatThewo2018WatPhraPhutThaBatTakPhaCover


In fine, pas d’information quant à l’organisation du Tak Bat Thewo dans un des grands centres commerciaux de la ville. L’année dernière, le Central Festival avec mis sur pied une telle cérémonie en présence de 99 moines. Comme quoi les affaires peuvent bien se marier au bouddhisme !

Si vous n’étiez pas à Chiang Mai ce jeudi 25 octobre aux aurores, vous aurez tout de même la possibilité de participer aux aumônes matutinales. Elles sont en effet quotidiennes, comme partout en Thaïlande. Il suffit de vous promener aux abords du temple le plus proche, généralement avant 7h du matin. Beaucoup de dévots se rendent au pied du Doi Suthep, là où a été construit un sanctuaire en hommage au moine le plus vénéré du nord de la Thaïlande, Kuba Srivichai (nous vous reparlerons bientôt de ce saint homme au caractère bien trempé). Autres endroits pour observer de telles offrandes aux moines : les marchés. Notre partenaire, le Swiss-Lanna Lodge, organise avant l’aube un circuit hors des sentiers battus, que peu de touristes effectuent : vous serez là au contact du bouddhisme vécu par les Thaïlandais. C’est accompagné d’un ancien moine bouddhiste, Khun Wet, que vous assisterez à la cérémonie d’offrandes matutinales au haut du très vénéré Doi Suthep. En savoir plus.

TakBatThewo2017RajapruekPhoto2

© Facebook – Royal Flora

Voilà. Notre énumération n’est bien entendu point exhaustive. Elle a pour seul but de vous donner les clefs pour participer à l’une des célébrations évoquées. Vous serez là au cœur du bouddhisme, en l’espèce le bouddhisme theravāda du Nord, avec les dévots qui seront tout heureux de vous voir parmi eux aux aurores.


Mise à jour après la cérémonie

On vous livre ci-dessous les photos de la cérémonie de cette année 2018 sise au Royal Flora (d’autres photos ici).

Et la même cérémonie matutinale en vidéo, emprunte de dévotion, mais cette fois-ci au Wat Chom Thong :


Entre autres sources rédactionnelles, Wikipédia. Source de l’image à la Une. Mise à jour le 30.10.2018.

Bandeau 1

Ok Pansa, la fin de la retraite monastique

Aujourd’hui en Thaïlande¹. Ok Pansa² (ออกพรรษา), importante fête marquant la fin de la retraite monastique bouddhique qui dure trois mois lunaires. Elle est fixée à la pleine lune du 8ᶱ mois du calendrier lunaire, coïncidant avec la fin de la saison des pluies (la mousson en Inde). Vous entendrez peut-être le terme thaï Wan Ok Pansa (วันออกพรรษา), wan (วัน) signifiant jour. Le terme thaïlandais Ok (ออก) quant à lui se traduit par sortir, quitteraller dehors. Et Pansa (พรรษา) signifie période, ici la saison des pluies. On vous explique en quoi consiste cette tradition, les cérémonies qui y sont liées, plus particulièrement à Chiang Mai, et l’on termine en vous expliquant pourquoi il ne faut pas parler de « carême ».


Vassa, la retraite monastique de trois mois

Il s’agit donc de sortir de la période correspondant à Vassa, la retraite monastique de la saison des pluies, une période plus favorable à la méditation, à l’étude auprès du maître, ou encore à la formation des jeunes moines. Cette période est aussi une occasion de rapprochement avec les laïcs, qui viennent dans les temples écouter des prêches et manifestent leur soutien aux moines tout en s’acquérant du mérite par des offrandes. Certains laïcs font vœu d’observer durant la période de Vassa une ou plusieurs règles qu’ils pensent favorables à leur évolution spirituelle, comme manger plus sobrement, s’abstenir de fumer ou de boire de l’alcool, s’abstenir de distractions vaines, faire une offrande quotidienne aux moines, etc. C’est durant cette période que les hommes thaïlandais, le plus souvent de jeunes célibataires, prennent l’habit temporairement pour la saison des pluies.

C’est le Bouddha historique qui a proposé à ses disciples de profiter de cette période, où ils pouvaient difficilement se déplacer du fait des conditions météorologiques, pour faire une « retraite des pluies » : se poser, recentrer la pratique et prendre une « résolution », dans le sens d’un effort particulier pour accélérer l’avancée sur la voie de la libération de la souffrance et de l’ouverture du cœur.

À l’issue des trois mois, a lieu le rite d’invitation (à discuter des fautes) ou Pavarana. Il débute par un rituel où la récitation des règles monastiques (Patimokkha) est généralement écourtée pour laisser plus de temps à l’examen par les moines de la pureté de leur conduite (Purisuddhi). Une coutume expliquée par le besoin de résoudre les frictions consécutives à trois mois de vie communautaire.

Pour celles et ceux qui pratiquent (ou qui sont attiré(e)s par la pratique bouddhique), on vous livre ici les suggestions de pratique du Dhamma de la Forêt, soit le bouddhisme Theravâda dans la Tradition de la Forêt, une tradition bouddhique née en Thaïlande dont un des derniers grands maîtres fut le Vénérable Ajahn Chah Subhatto : suggestion de pratique en 2018, 2017 et 2016 (profitez-en, tout est en français).


Cérémonies en lien avec Ok Pansa

En Isan, le nord-est thaïlandais, grenier à riz du royaume, cette journée est marquée par des défilés de bateaux illuminés remplis d’offrandes. Un moyen de faire plaisir aux esprits Nāga. Occasion également de lâcher des lanternes célestes. La mise à l’eau des bateaux et le lâcher des lanternes symbolisent l’élimination des sentiments négatifs inutiles et l’espoir d’une réalisation des souhaits.


Et à Chiang Mai ?

Photoวีรวัฒน์ พรหมเมือง

© Facebook – XXX

Rien de toute cela à Chiang Mai et sa région. Cependant, les temples ce jour-là sont plus animés qu’à l’accoutumée. Ainsi, en vous rendant dans les temples bouddhistes en matinée (tôt), vous pourrez alors y voir des prières et autres cérémonies religieuses spécifiques. Comme ici au Wat Doi Kham, au sud-ouest de la ville.

Ok Pansa est cependant un « jour du Bouddha », soit un jour de pleine lune, où la vente d’alcool est prohibée (ce qui explique que de nombreux bars ferment ce soir-là). Contrairement à Khao Pansal’entrée dans la retraite monastique de trois mois,  Ok Pansa – sa sortie – n’est pas un jour officiellement férié. Ici au nord de la Thaïlande, ce jour d’Ok Pansa est suivi, le lendemain aux aurores, d’offrandes spectaculaires aux moines, Tak Bat Thewo. Débute ensuite Thod Kathin (ou Kathina), un mois où les dévots offrent aux moines bouddhistes leurs nouvelles « robes » (on vous tient bien entendu informé des diverses célébrations dans la région de Chiang Mai, que ce soit sur le présent site web ou notre page Facebook).

Bandeau 1

Pourquoi parler (erronément) de Carême bouddhique ?

La plupart des blogueurs – qui ne s’intéresse manifestement pas à la théologie – et avec eux l’Office du tourisme thaïlandais, se réfèrent à des sites anglophones qui, pour cette fête, parle de Buddhist Lent (Lent provient du vieil anglais lencten signifiant printemps). Le problème est que le terme français carême retenu en guise de traduction provient du latin vulgaire quaresima et signifie une période de quarante jours (sans compter les dimanches) située entre le mardi gras et le jour de Pâques, événement central du christianisme, alors qu’Ok Pansa est une période de 3 mois lunaires. La durée du Carême fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Qui plus est, Ok Pansa ne concerne que les moines bouddhistes (bien que certains pratiquants bouddhistes s’engagent à certaines privations) alors que le carême touche, lui, toute la communauté chrétienne, laïques comme membres du clergé.

Que ce soit par extension (période de jeûne), par métonymie (privation de nourriture, de plaisirs) ou par analogie (période d’abstinence, de privations), le terme de carême ne recouvre qu’imparfaitement la période de retraite monastique dont il est question ! Évitons par conséquent de l’utiliser pour traduire la fête de Ok Pansa³. Si le Père P. Jean-Paul Sagadou précise que le ramadan n’est pas le carême des musulmans et le carême n’est pas le ramadan des chrétiens, nous ajouterons alors que Ok Pansa n’est pas le carême des bouddhistes.

Ceci dit, BuddhaChannel nous rappelle que le jeûne est une tradition de toutes les religions (juive, chrétienne, musulman comme bouddhiste).


Pour aller plus loin – Conseils de lecture

Peut-être que la pratique du bouddhisme vous attire. Si tel devait être le cas, le mieux est d’entamer une retraite dans un temple (celle de 10 jours a les faveurs de nombreux adeptes). Nous consacrerons un jour un article à cette pratique. À défaut, commencez donc par lire des ouvrages en lien avec le bouddhisme, une religion qui, sans être prosélyte, attire beaucoup de sympathisants occidentaux. On vous conseille ici quelques lectures introductives, omettant volontairement les ouvrages faisant référence à d’autres écoles du bouddhisme, telle le Véhicule du Diamant cher aux Tibétains ou le zen que pratiquent les Japonais.

Bouddhisme - Livres Montage 1.jpeg

Tout d’abord l’Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratique de Michel Henri Dufour, un auteur affilié à la tradition Theravâda de la forêt propre à la Thaïlande. Vous touchez là à l’enseignement de l’École des Anciens, l’essence du bouddhisme. Beaucoup de personnes sont venues au bouddhisme par la lecture de L’Enseignement du Bouddha – D’après les textes les plus anciens, best-seller de Walpola Rahula. Si vous optez pour une vision d’ensemble non dénuée d’humour, Le Bouddhisme Pour les Nuls est fait pour vous (version poche). Édition plus récente fort appréciée elle aussi, 50 notions clés sur le Bouddhisme pour les Nuls est l’œuvre de Marine Manouvrier, professeur au riche bagage académique. Un ouvrage clair et concis.

Il nous semble intéressant de savoir comment se vit le bouddhisme au quotidien. Et qui mieux que Fabrice Vidal sait transmettre et son expérience et ses connaissances ? Comment être bouddhiste ? C’est là le titre d’un livre que nous vous recommandons. Vous pourrez ensuite poursuivre avec le coffret Pratique de la méditation (il contient un livre, un CD audio et un DVD). Dans le 3e ouvrage présenté ici, Fabrice Midal nous parle de son expérience – ce que vingt-cinq ans de méditation lui ont appris. Un livre au très beau titre : Frappe le ciel, écoute le bruit.

Bouddhisme - Livres Montage 2

Ce sont là des références destinées aux personnes désirant s’initier au bouddhisme (et non pas à celles déjà versées dans la pratique). On se permet tout de même de vous rappeler que le propre du bouddhisme est la méditation. Vous pouvez lire tous les livres que vous voulez, votre connaissance du bouddhisme ne sera qu’intellectuelle. Or, l’essence-même du bouddhisme est d’oublier tout savoir et de pratiquer la méditation. Ceci afin d’atteindre l’Éveil.

Amazon Livre 12 - DvaravatiOn termine par un beau-livre, Dvaravati : Aux sources du bouddhisme en Thaïlande. Il s’agit du catalogue d’une ancienne et splendide exposition au musée Guimet, qui vous donne à admirer, en vous donnant quelques clefs explicatives, les œuvres bouddhistes de l’art Dvâravatî, une civilisation qui a perduré au nord de l’actuelle Thaïlande jusqu’à la conquête de Haripunchai par le roi Mengrai, fondateur de la ville de Chiang Mai, à la fin du XIIIe siècle.


Vous l’aurez compris, avec l’entrée des bonzes dans la retraite monastique de trois mois, Asaraha Bucha et Khao Pansa, cette sortie, Ok pansa, fait partie des plus importantes célébrations bouddhistes de l’année ici en Thaïlande, où le courant largement majoritaire est le bouddhisme Theravāda. Sans oublier la cérémonie des offrandes de nouvelles robes aux moines, Thod Khatin, de même que Makha Bucha, commémorant deux événements de la vie du Bouddha historique.

Quel que soit votre statut, n’hésitez pas à vous rendre dans les temples bouddhistes de Chiang Mai et d’ailleurs. Fête ou pas fête, il y règne toujours une ambiance particulière, certains temples étant porteurs d’une indéniable énergie tellurique.

Photo Saran Wiki - Groupe FB ‎ธรรมะของพระอรหันต์ สายหลวงปู่มั่น ภูริทัตโต

© Facebook – Saran Wiki


¹ En 2018, mercredi 24 octobre (en 2017, il s’agissait du 5 octobre).
² Nous avon adopté la transcription Ok Pansa pour le terme thaï ออกพรรษา et Wan Ok Pansa pour วันออกพรรษา. Cela nous semble correspondre à la meilleure solution pour les locuteurs francophones. Sur le web, vous trouverez moult variables, en fonction de la langue du site (généralement anglaise) : Ok, Ork ou Awk pour ออก et Phansa ou Pansa pour พรรษา. Quoi qu’il en soit, le Système général royal de transcription du thaï (RTGS) transcrit ออกพรรษา par aawk phan saa.
³ Feu Maître Capello vous en sera reconnaissant 😏

La source de la photo à la Une nous est malheureusement inconnue. Mise à jour le 25.10.2018