13 mars. Journée Nationale de l’Eléphant en Thaïlande. Bombance éléphantesque

Chaque année depuis 1998, la Thaïlande célèbre la Journée Nationale de l’Eléphant le 13 mars, wan chang en langue thaïlandaise (วันช้างไทย), «chang» signifiant l’éléphant. Notez qu’elle ne coïncide pas avec le World Elephant Day, soit la Journée Mondiale de l’Eléphant célébrée le 12 août, plus récente et pratiquement ignorée en Thaïlande. Ce jour a été choisi parce que c’est le 13 mars 1963 que le Département Royal des Forêts a désigné l’éléphant blanc (ช้างเผือก, chang phueak) comme animal national du royaume. Ces derniers sont considérés comme sacrés et représentent un symbole du pouvoir royal. Malheureusement, la superstition entretient le commerce de l’ivoire; certains riches Thaïlandais continuent de croire que les défenses sont le signe d’un grand pouvoir… On vous dévoile encore quelques éléments historiques avant de vous donner le programme des diverses festivités à Chiang Mai.

Depuis l’Antiquité, les Thaïlandais entretiennent des relations étroites avec les éléphants, ceux-ci jouant un rôle important dans le transport, le travail et la guerre. De nombreuses légendes y font référence. Hélas, trois fois hélas, leur existence-même est menacée en raison de la raréfaction de leur habitat naturel, grignoté peu à peu par l’invasion humaine, du changement climatique et également du braconnage, entre autres raisons. En un siècle, malgré la protection dont ils sont l’objet, ils sont ainsi passés de plus de 100’000 individus à moins de 3’000 éléphants sauvages et environ 2’700 éléphants domestiques.

Eléphant et bouddhisme. Les représentations d’éléphants sont nombreuses dans les temples thaïlandais. Selon une légende, Mayadévi, la propre mère du Bouddha historique, rêva qu’un éléphant blanc venu du paradis entrait dans son ventre, signe de la prochaine venue d’un être pur et puissant. Aussi, l’éléphant blanc est considéré comme très favorable et jouit d’un statut royal en Thaïlande. Le bouddhisme thaïlandais incorpore des éléments de croyances hindoues; il est courant de voir des sanctuaires dédiés aux dieux et divinités hindous : Ganesh, dieu hindou à tête d’éléphant, et Erawan, mont des éléphants d’Indra, sont souvent représentés dans les sanctuaires et temples siamois.

ThaiElephantDay2018FlagL’éléphant en tant que symbole national. Les visiteurs arrivant en Thaïlande, et plus encore à Chiang Mai, ne manqueront pas de remarquer que les représentations d’éléphants apparaissent sur une gamme infinie d’objets du quotidien allant des réverbères aux souvenirs, en passant par les serviettes des hôtels pliées en forme d’éléphants ou encore les tasses où la trompe sert d’anse.

ThaiElephantDay2018CheismElephantMap

© cheism

Pendant près de 100 ans*, le drapeau national du Siam a intégré un éléphant blanc. Eléphant qui fait toujours partie du blason de la Marine Royale thaïlandaise.
Coïncidence ou non, si vous regardez le contour d’une carte de la Thaïlande, vous pouvez voir la ressemblance avec un éléphant : les «oreilles» au nord et au nord-est et le «tronc» se baissant vers le sud de Bangkok et s’étendant vers la Malaisie.

Quelques mots de thaïlandais :
ช้าง (cháang) : l’éléphant
ช้างเผือก (cháang phueak) : l’éléphant blanc
งา (ngaa) : l’ivoire
งวง (nguang) : la trompe
หาง (hăang) : la queue

Vous l’aurez compris, l’éléphant fait partie du patrimoine thaïlandais. Et c’est peut-être cette intimité qui empêche le peuple siamois d’apporter un regard critique sur la façon dont il a traité et traite encore ce majestueux mammifère. Prenez l’exemple de la King’s Cup, récemment organisée à Bangkok : des joueurs de polo à dos d’éléphants ! Un vil asservissement embaumé sous le couvert d’un événement de charité. Lorsqu’un des organisateurs affirment par exemple «Notre but c’est de les emmener ici pour une semaine de vacances. Nous avons nos vétérinaires, ils sont bien nourris et passent un très bon moment», précisant que chaque animal ne joue que 35 minutes par jour, on se rend compte du chemin à parcourir pour éveiller les consciences. La condamnation est facile mais la problématique de la coexistence des éléphants et des humains est complexe. Et les réponses que l’on peut apporter ne sont jamais faciles à mettre en oeuvre.

Trois objectifs ont été assignés à cette journée de commémoration :

  • Montrer à quel point les éléphants sont importants en Thaïlande.
  • Rappeler l’importance de l’éléphant dans la culture siamoise.
  • Sensibiliser la population à leur protection et leur conservation dans leur habitat naturel.

Vous avez là en vidéo quelques exemples des festivités, dans le camp de Mae Sa, au nord de Chiang Mai, à Surin, dans l’Isan, avec une grande parade (où le religieux n’est jamais loin) permettant d’admirer, par exemple, un impressionnant éléphant blanc. Espérons que cette célébration annuelle participera du lent changement de mentalité afin que le sort des éléphants s’améliore et leur existence à plus long terme soit garantie.


Festivités à Chiang Mai. Buffet pour plus de 80 éléphants

Les principaux camps d’éléphants de la région marquent l’événement en octroyant généralement l’entrée gratuite. Des festivités sont organisées, notamment avec des parades et des danses traditionnelles. Le point d’orgue est constitué par un buffet gigantesque offert aux pachydermes, le satoke.
ThaiElephantDay2018MaeSaCover1Depuis quelques années maintenant, la cérémonie la plus spectaculaire a lieu au camp d’éléphants de Mae Sa, au nord, dans le district de Mae Rim, le plus proche de la ville de Chiang Mai. Un camp qui se vante de préserver l’espèce (sa nurserie est populaire). Nous n’apprécions pas vraiment les attractions proposées généralement par cet endroit, assimilable à un camp de torture animalière, toujours est-il que c’est là que se déroule le fameux satoke officiel réunissant plus de 80 éléphants ! L’entrée est gratuite (don apprécié) et la fête sera spectaculaire, à défaut d’être belle. Au programme en ce mardi 13 mars :
  • 12h00 : ouverture
  • 12h30 : bai sri su kwun, une cérémonie religieuse
  • 13h00 : arrivée des invités d’honneur, dont le gouverneur de la province, suivi du spectacle « Le peuple de Thaïlande et l’éléphant blanc »
  • 13h45 : satoke, soit le khantoke des éléphants (impressionnant buffet qui réunira plus de 80 pachydermes: PS : les personnes sur place en ont compté moins de 60)
  • 14h30 : spectacle folklorique par les minorités ethniques de la région
  • 15h00 : fin de l’événement.

Camp d’éléphants de Mae Sa (ปางช้างแม่สา) : site web, page Facebook, emplacement.
Mise à jour : le magazine Events Weekly en a fait un reportage avec photos.

Encore plus au nord, le camp d’éléphants de Mae Taeng organise lui aussi son satoke. Ce ne sont pas moins de 60 éléphants qui profiteront de cette bombance dès 15h. Ici, vous pourrez revêtir l’habit typique des mahouts, souvent karens, une des minorités ethniques du nord, et nourrir les pachydermes. Avec diverses animations, dont un concours de photos. Vous y trouverez également des stands de nourriture locale; l’entrée est gratuite.

Camp d’éléphants de Mae Taeng (ปางช้างแม่แตง คลับ) : site web, page Facebook, emplacement.

ThaiElephantDay2018MaeTaengCover


Aux portes de la ville, le zoo de Chiang Mai organise lui aussi sa Journée Nationale de l’Eléphant le 13 Mars 2018. Une exposition vous fera mieux connaître les éléphantidés.  Les activités se destinent plus particulièrement aux enfants, avec notamment un atelier de dessin et de peinture. Là aussi un satoke, buffet dont les éléphants raffolent (d’autant que le quotidien des éléphants enfermés dans de minuscules parcs n’est pas rose). Ouvert de 8h à 17h (prix d’entrée habituel).

Zoo de Chiang Mai (สวนสัตว์เชียงใหม่) : site web, page Facebook, emplacement.

ThaiElephantDay2018ChiangMaiZoo.Cover


Enfin, signalons l’exposition-photo organisée au centre commercial Central Festival depuis le 7 mars dernier (étage 3, zone éducative). Intitulée Les éléphants thaïlandais à travers la lentille – Les gens et les éléphants, elle prendra fin ce 13 mars, Journée Nationale de l’Eléphant. Diverses animations sont proposées.

Thai Elephants through the Lens –  People and Elephants, au Central Festival : page Facebook, événement FB, emplacement, quelques photos.

ThaiElephantDay2018ThaiElephantsThroughTheLensCover

ThaiElephantDay2018ElephantParadeLandLogoFB


Cette journée de célébration peut aussi être l’occasion de visiter l’Elephant Parade Land, une adresse prisée des familles avec enfants. Vous pourrez en apprendre beaucoup sur l’éléphant d’Asie, admirer à l’extérieur les superbes sculptures des artistes ayant créé des oeuvres pour soutenir la fondation et peindre vous-même votre propre exemplaire. Nous vous reparlerons de cet endroit admirable.

Elephant Parade Land : site web, page Facebook, emplacement.

ThaiElephantDay2018MaeTaengPhoto

© Facebook – Maetaeng Elephant Park

Et à Lampang, siège du Centre national de conservation des éléphants

ThaiElephantDay2018LampangCoverAutre très belle cérémonie (si l’on fait fi de l’exploitation qu’est faite des pachydermes impliqués), à Lampang, à seulement 1h30 de route de Chiang Mai. Le Centre de Conservation des Eléphants de Lampang (ศูนย์อนุรักษ์ช้างไทย จ.ลำปาง) organise une cérémonie similaire sur deux jours, les 12 et 13 mars 2018. Les moines bouddhistes y participent et elle commence généralement à 8h09 (difficile de mettre la main sur le programme précis). Les activités habituelles du centre sont remplacées par les activités spéciales en l’honneur de l’éléphant (et en souvenir de Sa Majesté feu le roi Bhumibol Adulyadej le Grand, Rama IX, qui soutint de son vivant ce centre). A cette occasion, une impressionnante parade d’éléphants est organisée. Ces deux jours sont également des jours de repos semi-officiels des éléphants (et ils le méritent bien).
Centre de Conservation des Eléphants, à Lampang (ศูนย์อนุรักษ์ช้างไทย จ.ลำปาง) : site web, page Facebook, emplacement.
Bien évidemment, ces célébrations ne sont pas l’apanage du seul nord thaïlandais. C’est tout le royaume qui célèbre les éléphants, notamment la région de Surin, dans l’Isan, ou encore cette cérémonie qui a eu lieu chaque année dans la province de Tak, aux frontières de la Birmanie, non loin de Sukhothai (le reportage concerne celle de 2017).

Défense et préservation des pachydermes

On vous laisse encore prendre connaissance d’un ancien et du dernier message de Lek Chailert, l’iconique fondatrice de l’ENP – Elephant Nature Park ici à Chiang Mai (les festivités ne concernent que les visiteurs du jour, payants donc). Depuis des décennies, elle ne cesse de dénoncer les souffrances qu’endurent les éléphants exploités dans l’industrie touristique. Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur le côté sombre qu’induit l’existence des camps d’éléphants destinés au tourisme.
Et l’on termine avec le superbe reportage que l’émission Faut Pas Rêver avait consacré à Lek, Thaïlande, la route des rois – pour l’amour des éléphants :

ElephantsAsie

Que ce soit le 13 mars ou non, les éléphants sont une des attractions touristiques-phares pour toute personne venant à Chiang Mai. A défaut de vous rendre dans un parc national pour observer ces majestueux pachydermes, vous pouvez visiter un sanctuaire ou un camp d’éléphants sis dans la jungle autour de Chiang Mai. Préparez votre visite en connaissant mieux ce mammifère géant à travers la lecture. On vous conseille le beau livre Éléphant d’Asie. Un géant menacé, recueil d’images captivantes, intrigantes et parfois provocantes de Palani Mohan qui a consacré de nombreuses années à étudier cet animal. Sinon, vos enfants apprécieront L’histoire vraie de Siam l’éléphant (dès 6 ans) ou encore Savais-tu ? Les éléphants, tiré de la série documentaire humoristique sur les animaux servis à la manière d’une BD (à partir de 9 ans).
Ces achats peuvent aussi se faire ensuite de votre rencontre avec les éléphants et permettront ainsi de vous remémorer l’émouvant souvenir que laisse une telle rencontre. Chose que fera sans difficulté aucune ce magnifique calendrier 2018 de photos noir-blanc Des Eléphants et des Hommes 2018 (qui capte brillamment la relation entre les éléphants et les êtres humains en Asie du sud-est).


*de 1820 à 1917, sous trois aspects différents

Sources rédactionnelles : programmes des divers camps d’éléphants évoqués, Wikipedia, Thaizer, Learn Thai with Mod, EREC – Centre de recherche de la Faculté vétérinaire de l’Université de Chiang Mai (CMU)
Source photographique de l’image à la une : © Facebook
Mise à jour le 21.03.2018

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s