Archives des étiquettes : éléphant

Pikanet, le culte du dieu-éléphant à la sauce siamoise

Ganesh¹ est à la fête cette semaine ! La Fête de Ganesh (Ganesh Chaturthiest une célébration indienne au cours de laquelle le Seigneur Ganesh, fils de Shiva et de Pârvatî, est vénéré. Mais que vient faire un dieu hindou en pays bouddhiste ? Il se trouve que la Thaïlande – de même Chiang Mai – abrite plusieurs sanctuaires dédiés au dieu-éléphant et les statues de Ganesh sont présentes dans bien des temples. C’est donc tout naturellement que ces adresses organisent des cérémonies lors de cette fête annuelle. Et l’on ne peut que vous inviter à y participer car dites cérémonies, mélangeant allègrement les figures religieuses, sont hautes en couleur. C’est bien simple, la Fête de Ganesh célébrée au musée Ganesh Himal – le samedi 15 septembre cette année 2018 – est l’une des plus belles fêtes que vous puissiez vivre ici à Chiang Mai ! À ne pas rater donc.

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumPhotoMontage4

© Chiang Mai Deci-Delà

Ce ne sont pas moins de six sanctuaires où fête il y aura ici dans la Rose du Nord durant cette seconde semaine du mois de septembre 2018 ! Précisons encore que les lieux indiqués peuvent se visiter à l’année ! Mais comme ils prennent une couleur festive lors de ces diverses célébrations, le plaisir de la visite n’en sera que démultiplié.

On vous livre ci-dessous le programme des festivités à Chiang Mai en vous donnant au préalable quelques éléments de compréhension. Et l’on termine avec les autres endroits en Thaïlande où Ganesh sera roi.


Qui est donc Pikanet³ ?

L’Asie du Sud-Est est un carrefour fascinant du bouddhisme et de l’hindouisme qui révèle  des perspectives intéressantes sur la façon dont les cultures migrent et évoluent². Ainsi, l’hindouisme (ou plus précisément le védisme) est arrivé avant le bouddhisme en Thaïlande où Ganesh, le dieu hindou à tête d’éléphant, est appelé Phra Pikanet³ (พระพิฆเนศ, ou Phra Pikanesuan³, พระพิฆเนศวร). Il ne doit pas être confondu avec Erawan, l’éléphant à trois têtes ! Phra Pikanet jouit d’un véritable culte. Vous le retrouverez souvent dans des centres commerciaux ou encore dans de nombreux temples bouddhistes – que ce soit sous la forme de statues ou de peintures murales; beaucoup de Thaïlandais le portent en pendentif.

La popularité de Ganesh en Thaïlande se déploie également sur le web ! Ainsi du site Siam Ganesh et de la page Facebook du même nom (évidemment, tout est en langue thaï).

Ganesh apparaît également dans le bouddhisme, non seulement sous la forme du dieu bouddhiste Vināyaka – souvent montré dansant – mais aussi sous celle d’une divinité hindoue éponyme. Symbole de la puissance mentale, on le retrouve à travers des sculptures bouddhistes. Faites donc plus connaissance avec les divinités du riche panthéon hindou en lisant l’ouvrage Dieux et déesses de l’Inde écrit par Stéphane Guillerme.

GaneshaFestival2018PikanetCNXCover0aAu royaume de Thaïlande, Ganesh est vénéré principalement par les milieux artistiques et les commerçants. Il est donc associé aux arts, à l’éducation et au commerce. Divinité connue comme éliminatrice d’obstacles, il est courant pour les bouddhistes thaïlandais de faire une offrande à un sanctuaire de Ganesh lorsque quelque chose de nouveau est entrepris comme lancer une affaire, effectuer un voyage à l’étranger, construire une nouvelle maison ou se marier. La dévotion à Ganesh est également populaire auprès des étudiants universitaires avant les examens. Connu pour son amour des beaux-arts, il encourage la créativité, d’où sa popularité auprès des artistes qui le nomment Por Kru (Père Guru). Pour la même raison, une image du dieu à tête d’éléphant est incorporée dans le logo du Département des Beaux-Arts de Thaïlande. Les grandes chaînes de télévision et les maisons de production ont des sanctuaires en son honneur devant leurs locaux. D’autres attributs associés à Ganesh en Thaïlande sont le succès, l’accomplissement, la sagesse et la richesse; il n’est donc pas surprenant que cette divinité hindoue soit si populaire auprès des Siamois. Ce culte est cependant un phénomène récent.

Autrefois, les Thaïlandais ordinaires n’étaient confrontés aux dieux hindous que dans l’étude de la littérature classique. Mais à mesure que le pays s’enrichissait, les nouvelles classes moyennes recherchaient un dieu qu’elles pouvaient vénérer pour attirer fortune et succès. C’est alors que Ganesh est devenu populaire. L’influence de la religion hindoue est encore plus forte à la Cour royale de Thaïlande (ainsi de la cérémonie annuelle du Labour Royal sur la place Sanam Luang, à Bangkok). La royauté thaïlandaise est basée sur l’idéal hindou du roi Rama, l’avatar de Vishnu, le souverain d’Ayodhaya. En fait, les rois thaïlandais ont toujours été appelés « Rama » et l’ancienne capitale de la Thaïlande (le Siam) était Ayutthaya. La capitale actuelle, Bangkok (Krungthep) n’est qu’une reconstruction d’Ayutthaya. Le vrai nom de Bangkok est « Krung Thep Thawarawadi Si Ayutthaya ». Beaucoup de Thaïlandais considèrent encore leur roi comme l’avatar d’un dieu. Parce que la royauté thaïlandaise est basée étroitement sur la mythologie hindoue, le culte des divinités païennes hindoues survit ainsi à des fins cérémonielles. Ne vous étonnez donc point du syncrétisme de bon aloi que représente l’adoration de Ganesh dans les temples bouddhistes. Une adoration que jamais le Bouddha historique n’a préconisée…


Festivités à Chiang Mai

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumPhotoMarcoRugo

© Chiang Mai Deci-Delà

À Chiang Mai, l’éléphant n’est pas qu’une figure mythologique puisque l’on peut facilement rencontrer de vrais pachydermes dans la jungle environnante (les anciens se souviennent qu’en s’installant dans la région, les éléphants étaient nombreux). Pléthore sont les temples abritant les effigies de Ganesh. Qui sait si vous arriverez à trouver la petite statue de couleur turquoise représentant Ganesh en roi nichée au Wat Phra That Doi Suthep, temple le plus vénéré de la Rose du Nord… Autre sanctuaire, plus récent, celui sur la place du centre commercial MAYA, non loin de la fontaine. L’Université de Chiang Mai (CMU) en abrite elle aussi un.

C’est cependant ailleurs que la Fête de Ganesh (Ganesh Chaturthi) est célébrée ici à Chiang Mai. Elle est souvent appelée Ganpati Festival, un des divers noms du dieu Ganesh¹. On vous dévoile pas moins de six adresses, à commencer par celle qu’il faut absolument visiter le samedi 15 septembre  : le musée Ganesh Himal, qui sera donc en fête ce jour-là. Rappellons – si besoin est – que la Fête de Ganesh célébrée au musée Ganesh Himal est une des plus belles fêtes que vous puissiez vivre ici à Chiang Mai. À ne pas rater donc !

Ganesha Himal Museum le samedi 15 septembre 2018

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumPhotoMontage1

© Chiang Mai Deci-Delà

Le site vaut à lui seul le détour, fête ou pas fête ! Il se trouve dans le district de Doi Lo, après la ville de Hang Dong, au sud-ouest de Chiang Mai. Pour y arriver, la petite route campagnarde no 3018 traverse de splendides rizières (ça tombe bien puisque nous sommes en saison verte). Depuis Chiang Mai, on vous conseille d’ailleurs d’emprunter au préalable la route du canal (route no 3035 et non la 108, plus directe); comptez une heure de route depuis Chiang Mai (un peu plus de 40 km). Revenez en rejoignant la rivière Ping à l’est, puis « remontant » par la très jolie route 4032 longeant la rive est. Une balade agreste que vous saurez apprécier si vous êtes en scooter. Bien qu’il soit dénommé musée, c’est bien plus un lieu de dévotion au dieu-éléphant qu’un seul site muséal. Mais il est vrai que quelques belles pièces y sont exposées. L’endroit, des plus paisibles, ravit la majorité des visiteurs qui font l’effort du déplacement. Évidemment, le jour de la fête, l’affluence est grande et ne correspond en rien au calme habituel des lieux. Un banquet gratuit est organisé; c’est dire que les dons sont les bienvenus.

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumPhotoMontage2

Le programme est divisé en deux jours. Le premier jour, jeudi 13 septembre 2018, de 9h à midi, une cérémonie du wai kru est organisée; c’est un rituel où les dévots rendent hommage à leur maître. Il est demandé de s’habiller en blanc. De notre point de vue, en tant que touriste, ce n’est pas ce jour-là qu’il faut y venir !

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumPhotoMontage3

© Chiang Mai Deci-Delà

Le second jour, soit samedi 15 septembre 2018, de 9h à 16h, correspond à la Fête de Ganesh à proprement parler (Ganesh Chaturthi ou Ganpati Festival). C’est ce jour-là qu’il vous faut venir au musée Ganesha Himal ! Vous ne regretterez en rien le déplacement, croyez-nous. Riche est le programme, avec un défilé, des danses, de la musique rituelle, de nombreux adeptes rendant hommage au dieu Ganesh (sur la grande place, à l’arrière). Suivez la foule et noyez-vous dans cette ambiance religieuse unique. Entre les diverses cérémonies, vous aurez tout loisir de visiter les espaces du musée. Il est demandé de vous habiller de couleurs chatoyantes, à défaut d’un sari indien (on parle ici de la gent féminine).

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumCoverMontage1

Programme du samedi 15.09.2018 :
• 9h : défilé
• 9h30 : danses et show « La légende de l’Éléphant Blanc »
• 11h : cérémonie religieuse
• 14h30 :  bénédiction du dieu Ganesh exposé sur la place
• 15h : parade (soit le retour de la statue de Ganesh dans son écrin protecteur)
• 15h30 : cérémonie Ganga Aarti

Ganesha Himal Museum (พิพิธภัณฑ์พระพิฆเนศ)
Date : jeudi 13, de 9h à midi, mais surtout samedi 15.09.2018, de 9h à 16h (ou 17h)
Emplacement : Google Maps (ouvert de 9h à 17h)
Adresse : 277 กิ่ง,  Moo 10, borne des 35km de la route Chiang Mai-Hod, sous-district (tambon) de Yang Kram, district (amphoe) de Doi Lo, Chiang Mai 50160. En thaï : 277 กิ่ง ตำบล ยางคราม อำเภอ ดอยหล่อ เชียงใหม่ 50160
✆ +66 53 269 011 (ou +66 53 269 101), +66 53 024 287, +66 89 430 4050
Site web (qui n’est qu’en langue thaï) / Page FacebookÉvénement FB

Roitawarabarn Baandhewalai le dimanche 9 septembre 2018

GaneshaFestival2018RoitawarabarnBaandhewalaiPhotoMichelBochet7

© Facebook – Michel Bochet

C’est là l’un des joyaux cachés de Chiang Mai; peu de touristes s’y aventurent. Et pourtant, l’endroit est situé aux pieds du Doi Suthep, au bout de la route éponyme (qui ne conduit plus à la montagne depuis la construction de la nouvelle route plus au nord). Un professeur en économie de l’université dédie sa fortune à la création d’un musée qui contient de très belles œuvres classiques (ce sont là des copies dont il demande la création à des artistes). Et c’est justement ce qui fait tout l’intérêt du lieu : en y venant (et revenant), vous pouvez voir évoluer une œuvre (et surtout vous rendre compte du temps nécessaire aux artistes pour terminer leur chef-d’œuvre in vivo). Vous verrez ici non seulement de très belles peintures classiques (des reproductions du Palais Royal de Bangkok) mais également d’imposantes sculptures sur bois (un grand Ganesh noir y trône) et également des motifs sculptés dans du verre. L’entrée est libre mais rien ne vous empêche d’acheter une offrande que vous pourrez déposer aux pieds de Ganesh. Durant la fête de Ganesh du dimanche 9 septembre, qui est la première des 5 fêtes programmées à Chiang Mai, il est demandé de s’habiller de blanc.

Jean de la Mainate, animateur du blog Merveilleuse Chiang Maï, un monument d’érudition, vous parle mieux que nous de ce lieu qu’il vous faut impérativement visiter. Il l’a joliment surnommé : la propriété des dieux et des déesses.

GaneshaFestival2018RoitawarabarnBaandhewalaiCoverProgramme du dimanche 09.09.2018 :
• 9h : prière au dieu Ganesh
• 10h45 : bénédiction du dieu Ganesh
• 11h : danses indiennes (vidéo)
• 12h : buffet végétarien
• 13h : visite de l’exposition permanente

GaneshaFestival2018RoitawarabarnBaandhewalaiPhotoMichelBochetMontage2

© Facebook – Michel Bochet

Roitawarabarn Baandhewalai (ร้อยทวารบาล บ้านเทวาลัย)
Date : dimanche 09.09.2018, de 8h à 13h
Emplacement : Google Maps (ouvert de 9h à 19h)
Adresse en thaï : 79/7 ม .1 ซ .2 ถ สุ เทพ สุเทพ เมือง Chiang Mai 50200
✆ +66 86 192 9699
Site web (qui n’est plus fonctionnel) / Page Facebook / Pas d’événement FB

Pikane(t) Suan Devalai le jeudi 13 septembre 2018

GaneshaFestival2018PikaneSuanDevaLogoFBC’est un nouveau lieu de culte dédié à Ganesh, celui qui nous est le moins familier. Et pourtant, il se trouve au centre-ville, à l’intérieur de la cité fortifiée, remparts sud, non loin de la porte Chiang Mai. L’étroit sanctuaire est coincé entre deux commerces (à gauche le représentant des appareils ménagers LG, à droite un point de vente d’objets bouddhistes destinés aux temples). L’entrée est surmontée d’un grand logo Ganesh doré.

Nous n’avons encore jamais assisté à aucune cérémonie en ce lieu « saint » et ce sera là sans doute une belle occasion de le faire.  La Fête de Ganesh (Ganesh Chaturthi) est organisée le jeudi 13 septembre. Hors cérémonies spéciales, le personnel vous invitera à vous déchausser, vous offrira une bougie et de l’encens et vous demandera de faire sonner la cloche avant d’entrer. Vous pourrez ensuite vous adonner à des prières à l’intérieur. Et ne pas oublier de faire sonner une seconde fois la cloche avant de quitter les lieux.

GaneshaFestival2018PikaneSuanDevaCoverFBevent

Programme du jeudi 13 septembre 2018 :
• 18h30 : début de la cérémonie avec la réception des hôtes
• 19h00 : sacrifice à Ganesh
• 20h30 : cérémonie religieuse
• 21h00 : cérémonie Ganga Aarti

Pikane(t) Suan Devalai (พิฆเนศวรเทวาลัย)
Date : jeudi 13.09.2018, de 18h30 à 21h30
Emplacement : Google Maps (ouvert de 8h à 21h)
Adresse en thaï: 39/1 ถนนบำรุงบุรี พระสิงห์ เมืองเชียงใหม่ เชียงใหม่ 50200
✆ +66 95 692 4262
Site web (en langue thaï) / Page FacebookÉvénement FB
Twitter / Instagram / YouTube


Pikanet Chiang Mai le vendredi 14 mars 2018

GaneshaFestival2018PikanetCNXCoverMontage

Vous êtes fort probablement passé à côté de ce lieu de culte aux statues spectaculaires sans même vous en rendre compte ! Il est en effet accolé au terminal 2 de la gare routière Arcade ! Maintenant que vous le savez, vous n’aurez plus d’excuse pour ne pas le visiter, à votre arrivée (ou à votre départ) de Chiang Mai en bus. Ganesh est au centre de ce sanctuaire qui lui est dédié – et dont il porte le nom thaïlandais – mais d’autres statues du panthéon hindou sont érigées là. Ici, pas de Bouddha !

GaneshaFestival2018PikanetCNXCover2OffrandesMontage

Le lieu est souvent animé et nous relatons régulièrement sur notre page Facebook les fêtes qui y sont organisées (et même bien organisées, fêtes qui donnent à voir de belles danses du Lanna). En l’occurrence, la Fête de Ganesh (Ganesh Chaturthi, คเณศจตุรถี) se déroulera vendredi 14 septembre, en soirée. Notez que le site est souvent en fête (l’on peut commander des cérémonies spécifiques contre monnaie sonnante et trébuchante; après tout, Ganesh est censé attirer la fortune 😏). Habituellement, les cérémonies au Pikanet voient affluer des dévots habillés de blanc. Mais ce jour-là, s’agissant de la Fête de Ganesh, le code vestimentaire demande aux invités de s’habiller de couleurs chatoyantes; les dames en profiteront pour se vêtir de leur plus beau sari de couleur.

GaneshaFestival2018PikanetCNXCoverFBevent

Programme du vendredi 14 septembre 2018 :
• 19h00 : danses cérémonielles
• 19h30 : enregistrement des invités
• 20h00 : cérémonie religieuse Ganesh Chaturthi
• 21h10 : cérémonie religieuse Aarti

Pikanet Chiang Mai (ศาลพระพิฆเนศ อาเขตเชียงใหม่)
Date : vendredi 14.09.2018, de 18h à 22h (en journée dès 9h)
Emplacement : Google Maps (ouvert 24 heures sur 24)
Adresse en thaï : 207 ซอย5 ถนน แก้วนวรัฐ ตำบลวัดเกต อำเภอเมือง เชียงใหม่ 50000
✆ +66 95 639 8881
Site web (version anglaise indigente) / Page FacebookÉvénement FB / Twitter


Ashram Guru Deva le dimanche 16 septembre 2018

La communauté de cet ashram discret situé entre Doi Saket et le lac Mae Kuang Dam, à l’est de Chiang Mai (précisément ici), organise elle aussi une fête à Ganesh. Elle n’a ni la magnificence de celle du musée Himal Ganesh ni la ferveur du Pikanet Chiang Mai . Néanmoins, cette cérémonie est originale puisqu’elle verra son guru mettre à l’eau une statue de Ganesh comme cela se fait en Inde. Ça se passe au bord de la rivière Ping dans le parc près du pont Nawarat. De quoi agrémenter joliment votre dimanche après-midi.

GaneshaFestival2018AshramGuruDevaCover

La cérémonie durera tout au plus deux heures. Elle débute le dimanche 16 septembre, à 14h, avec une procession qui démarre au marché Warorot pour rallier les bords de la rivière Ping, juste en face de la First Church (une grande église évangélique).

Ashram Guru Deva (กูรูเดวาอาชรัม(อีโคไลฟ์))
Date : dimanche 16.09.2018, de 14h à 16h
Emplacement de la cérémonie : Google Maps
Pas d’adresse précise s’agissant d’un parc au bord de la rivière Ping
À notre connaissance, aucun site web ni page Facebook n’est géré par cet ashram. Page Facebook du guru.


Wat Sri Suphan (le Temple d’Argent) le mercredi 19 septembre 2018

On clot la liste des animations dédiées au dieu Ganesh par le dernier événement, en journée, organisé dans un endroit plutôt insolite puisqu’il s’agit d’un temple tout ce qu’il y a de plus bouddhiste, le Wat Sri Suphan, plus connu comme le Temple d’Argent (Silver Temple en anglais), sur Wualai Road, au cœur du fameux marché piétonnier du samedi soir. C’est un temple qui organise une cérémonie prisée des touristes, le samedi soir justement, avec une veillée aux chandelles autour du temple d’argent, illuminé à cette occasion des seules bougies des dévots. L’épicentre est interdit aux femmes… Mais la fête dont il est question ici, dédiée à Ganesh donc, aura lieu le mercredi 19 septembre 2018, dès 9h39. Ne manquez pas le défilé programmé à 15h39 (on sait être précis en Thaïlande, du moins dans les programmes 😏). Code vestimentaire : couleurs chatoyantes à défaut d’un sari indien.

Programme du mercredi 19.09.2018 :
• 9h39 : bain rituel de Ganesh
• midi : repas en commun
• 15h39 : défilé

Wat Sri Suphan (le Temple d’Argent, วัดศรีสุพรรณ ในพระอุปถัมภ์ พระเจ้าหลานเธอพระองค์เจ้าทีปังกรรัศมีโชติ)
Date : mercredi 19.09.2018, de 9h39 à 16h
Emplacement : Google Maps (ouvert de 5h39 à 21h30)
Adresse en thaï : 100 ถนนวัวลาย ตำบล หายยา อำเภอเมืองเชียงใหม่ เชียงใหม่ 50100
✆ +66 61 403 2581 et +66 97 215 5397
Site web, page Facebook (qui n’est pas la page officielle), pas d’événement FB à notre connaissance

Comme cela fait beaucoup de cérémonies en des lieux fort dispersés, on publie ci-dessous la carte des divers emplacements (ne nous remerciez pas, c’est tout naturel) :


Ailleurs en Thaïlande

Vous trouverez des sanctuaires et des statues de Ganesh – souvent immenses – dans toute la Thaïlande. L’un des plus célèbres est situé dans le quartier commerçant de Ratchaprasong à Bangkok, précisément au Central World, à l’extérieur, en face du magasin Isetan, sur Ratchadamri Road (ouvert 24 heures sur 24, arrêt BTS Chidlom). Les habitants y déposent des statuettes d’éléphants, des guirlandes de calendula frais, des bonbons, des bananes et de la canne à sucre.

Autre sanctuaire des plus vénérés, celui du temple royal des brahmanes au centre de Bangkok, près de la balançoire géante (Giant Swing). Le temple hindou Wat Phra Si Maha Utama Devi (วัดพระศรีมหาอุมาเทวี), à Silom, abrite lui aussi une statue de Ganesh qui a été transportée d’Inde à la fin du XIXe siècle. Une statue de bronze du Xe siècle a, elle, été retrouvée à Phang-Na avec des inscriptions tamoules. Enfin, la province Chachoengsao, à l’est de Bangkok, abrite pas moins de trois parcs exposant des statues géantes de Ganesh, dont celle qui est considérée comme la plus grande statue de Ganesh au monde (site web et page Facebook).

Dans tous ces lieux de culte, la Fête de Ganesh (Ganesh Chaturthi) sera bien évidemment célébrée cette semaine (à des dates diverses). Deux des plus grands événements ont lieu au temple Shiva (ตำหนักพระแม่กวนอิมมหาโพธิ์สัตว์อวโลกิเตศวร โชคชัย 4 สาขารามอินทรา), à l’extérieur de Bangkok, et au temple Utthayan Ganesh à Nakhon Nayok, dans la province éponyme, à l’est de la capitale (Ganesha Park, อุทยานพระพิฆเนศ). Généralement, les bouddhistes thaïlandais participent également aux célébrations aux côtés des hindous.

Vous savez maintenant que Chiang Mai Deci-Delà vous invite à vivre pleinement toutes les fêtes et festivals au contact de la population locale. C’est sans nul doute là la plus belle des manière de se frotter à la culture siamoise. Et cette Fête de Ganesh, bien que venue d’ailleurs, en fait bien évidemment partie. Si vous faites l’acquisition d’une statuette de Ganesh afin de vous remémorer votre voyage en Thaïlande – et pourquoi pas attirer fortune et succès, tenez compte de ces 10 règles pour la placer correctement ! Joyeuse fête à tous et que la fortune et le succès vous accompagnent.


Mise à jour après l’édition 2018

Peu sont les touristes et expatriés ayant vécu l’événement en direct, sur place au musée Ganesha Himal. Il n’empêche, belle fut la fête !

GaneshaFestival2018GanheshaMuseumPhoto2018Montage1

Édition 2018 – Crédit photo : Narin Srikhamlure – Source : พิพิธภัณฑ์พระพิฆเนศ – © Facebook

Vidéos de l’édition 2018 : cortège initialcélébrationfin de la célébration et cortège final
Photos de l’édition 2018 : set 1set 2set 3set 4

Vous pouvez également voir ou revoir la cérémonie organisée au Pikanet Chiang Mai, le sanctuaire accolé à la gare routière Arcade : vidéo. Pour les danses, il nous faut nous contenter de photographies.

De même pour la cérémonie au Pikane(t) Suan Devalai : premier montage-photo suivi d’un second montage. Et là aussi, quelques photos.

Enfin, l’immersion du Ganesh dans la rivière Ping lors de la cérémonie de l’ashram Guru Deva avec également quelques photos.


¹ ou Ganesha, mot sanskrit. Ganesh porte un grand nombre d’autres noms (Autres noms de Ganesh, Wikipédia): Ganapati (le chef des Ganas), Vinâyaka (le meilleur des guides), Gajânana (face d’éléphant), Gajâdhipa (le roi des éléphants), Vighneshvara (le maître des obstacles), Vighnahartā (celui qui évite et écarte les obstacles). Les 12 noms en sanskrit les plus souvent utilisés pour les prières courtes sont : Sumukha (Celui qui a un beau visage), Ekadanta (Celui qui n’a qu’une seule défense), Kapila (Celui qui est rouge foncé), Gajakarnaka (Celui qui a des oreilles d’éléphant), Lambodara (Celui qui a un ventre proéminent), Vikata (Celui qui est imposant), Vighnanasha (le destructeur des obstacles), Ganadhipa (le maître des Ganas, serviteurs de Shiva), Dhumraketu (Celui dont la bannière est grise), Ganadhyaksha (le chef des Ganas), Bhalachandra (Celui qui porte la lune sur son front), Gajânana (Celui qui a une tête d’éléphant).
² Lire à cet effet l’ouvrage India-Thailand Cultural Interactions: Glimpses from the Past to Present, sous la direction de Lipi Ghosh.

Entre autres sources rédactionnelles : Wikipédia (Ganesha in world religions).
Source de l’image à la Une. Mise à jour le 18.09.2018

Publicités

Pourquoi la Thaïlande ne fête pas l’Éléphant le 12 août, Journée Internationale de l’Éléphant ?

C’est le 12 août qu’est célébrée la Journée Internationale de l’Éléphant. Un événement annuel qui a pour but la conservation et la protection des éléphants du monde entier. Mais pourquoi diable la Thaïlande, où les éléphants sont pourtant bien présents, qu’ils soient sauvages ou domestiques, ne célèbre-t-elle pas cet événement mondial ?

Deux éléments expliquent cette léthargie nationale :

WorldElephantDay2018MontagePhoto

C’est donc ce qui explique que le royaume de Thaïlande n’organise rien ou pas grand-chose le 12 août ! Chiang Mai abrite des dizaines de camps d’éléphants dans sa jungle environnante. Les principaux ne font qu’évoquer cette journée de commémoration sans organiser un événement spécial – contrairement au 13 mars. Ainsi du meilleur,  l’ENP – Elephant Nature Park (voyez ici un magnifique reportage photo du travail bénévole des volontaires), au pire, le camp d’éléphants de Mae Sae, sinistre endroit où se pratique l’exploitation animale à outrance ! Le Centre de conservation des éléphants, sis à Lampang, met sur pied lui aussi ce 12 août une journée spéciale; mais elle ne concerne en rien la Journée Internationale de l’Eléphant ! Il s’agit en fait d’activités au sein du centre où les mamans thaïlandaises sont à l’honneur. Notez que la Patara Elephant Farm organise annuellement un ancien cérémonial de vénération d’éléphants, avec une parade dans la jungle haute en couleurs; il a lieu début juillet.

Rappelons ici qu’en matière de maltraitance animale, se balader à dos d’éléphants fait partie des dix attractions touristiques les plus cruelles. Il faut en finir avec ces ignobles jeux de cirque !


Journée Internationale de l’Éléphant

WorldElephantDay2018PhotoWorldElephantDayrecadrée

© Facebook

En dehors des zoos, les éléphants vivent sur deux continents : l’Afrique et l’Asie. Ce ne sont d’ailleurs pas les mêmes espèces (différences entre l’éléphant d’Asie et l’éléphant d’Afrique). La principale menace de leur existence en Afrique est le commerce illégal de l’ivoire des défenses d‘éléphants (son interdiction n’empêche nullement le braconnage qui reste un problème important; 96 ! oui 96 éléphants sont abattus chaque jour en Afrique !). En Asie, la problématique est autre (les femelles de l’éléphant d’Asie sont dépourvues de défenses) : ici, c’est la perte de l’habitat qui menace l’espèce. Un habitat naturel qui se restreint d’année en année en raison de la population humaine croissante, de l’expansion des plantations agricoles (telle la production d’huile de palme), de la déforestation à grande échelle…

Relevons ici l’excellence du parc d’éléphants Kaeng Krachan, point fort du zoo de Zurich, en Suisse. Les gardiens (humains) n’interagissent plus qu’à travers une méthode inédite de contacts indirects. C’est là une réalisation que même la PSA – Protection suisse des animaux qualifie de remarquable. Le nom du parc (de détention) helvétique correspond en fait à un parc national thaïlandais. Les bénéfices générés par le premier permettent de soutenir les éléphants que l’on retrouve dans le second, ici en Thaïlande.

Parmi les éléphants d’Asie, il faut clairement distinguer les éléphants sauvages (que vous pouvez observer dans quelques parcs nationaux thaïlandais) des éléphants domestiques (qui sont en majorité exploités touristiquement depuis que le travail forestier leur a été interdit en Thaïlande). Heureusement, la législation dans ce pays a contribué à améliorer la situation. Cependant, l’éléphant d’Asie reste inscrit sur la liste rouge des espèces en danger d’extinction de l’UICN – Union Internationale pour la Conservation de la Nature. EuroNews vous en dit plus sur cette Journée internationale de l’Eléphant. En bon archiviste qu’il est, l’INA nous offre quelques intéressantes vidéos sur le sujet. A cette occasion, le National Geographic nous fait découvrir une très belle galerie photo, une galerie que tout un chacun peut contribuer à alimenter (YourShot). Ou encore celle du journal The Telegraph (il vous suffit de cliquer sur le cliché pour visionner le suivant). Vous remarquerez enfin l’étonnante dextérité de la trompe du plus grand mammifère terrestre :

Beaucoup d’organisations de défense des animaux se battent pour la survie des éléphants en Afrique et en Asie. Au rang desquelles l’IFAW – Fonds international pour la protection des animaux, qui mène notamment le combat mondial pour que cesse le commerce de l’ivoire. Retrouvez ici toutes leurs informations sur les majestueux pachydermes. Signalons enfin une action annuelle qui concerne également les éléphants, la Marche Mondiale pour les éléphants, rhinocéros et tigres qui, en 2016, a été élargie à l’ensemble des animaux sauvages menacés d’extinction (une liste qui s’allonge de par les méfaits de l’être humain). La prochaine marche mondiale aura lieu le 13 avril 2019.

🐘  LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE L’ÉLÉPHANT SUR INTERNET  

Site web (en anglais) et page Facebook (@WorldElephantDay, toujours en anglais).

Et encore : TumblrPinterestInstagram et Twitter.

WorldElephantDay2018CoverFBWorldElephantDay


Rencontrer des éléphants à Chiang Mai

Idéalement, il faudrait observer les troupeaux d’éléphants sauvages dans leur élément naturel, la jungle. Il existe plusieurs parcs nationaux où cela est possible (mais jamais garanti); aucun hélas ne se trouve dans la province de Chiang Mai. Cependant, force est de constater qu’au final bien peu de touristes font l’effort de s’y rendre. Difficile en effet de consacrer plusieurs jours pour réussir à observer – sans garantie aucune – des éléphants sauvages d’Asie dans leur environnement naturel. C’est pourquoi la plupart des touristes rencontrent ces pachydermes dans des camps sis dans la jungle. Et Chiang Mai est l’épicentre de cette activité touristique, florissante, avec tous les excès que cela engendre. Nous consacrerons un jour un article plus poussé sur ces camps…

L’ENP – Elephant Nature Park est sans nul doute le centre qui, ayant mis le bien-être des éléphants au centre de ses préoccupations, est le moins nuisible. Mais, succès oblige, il faut s’y prendre bien à l’avance pour être certain de pouvoir le visiter (les échanges se font en anglais). Nous pouvons également vous recommander de visiter un camp d’éléphants avec Loolu, un jeune Karen pétillant. Ici, pas d’exploitation à outrance, pas de cirque avec ces animaux fort intelligents, et pas non plus de balade sur leur dos ! Le petit camp est géré par une famille karenne. Nul doute que la rencontre des pachydermes, émouvante, sera l’un des moments les plus mémorables de votre séjour dans la Rose du Nord (d’autant si vous y allez durant la saison des pluies, de juillet à octobre, où étincelantes sont les vertes rizières). Découvrez (en français) les formules proposées par Loolu Tour pour rencontrer des éléphants dans la jungle.

ElephantParade2016Elephant04

© Facebook

Chiang Mai abrite également – et tout naturellement – l’Elephant Parade. Une entreprise sociale qui dispose de plusieurs points de vente à Chiang Mai et à Bangkok. Vous pourrez y acquérir de jolies reproductions artistiques d’éléphants. Ou participer à des ateliers à l’Elephant Parade Land où vous peindrez vous-même votre éléphant; une activité manuelle très appréciée des enfants. Cette société organise régulièrement à travers les grandes villes du monde des parades d’éléphants – conçus par des artistes réputés ou non – dont le but est de sensibiliser la population à la disparition de l’espèce et de récolter des fonds qui viennent en aide à un hôpital  où sont soignés gratuitement les éléphants à Lampang. Les touristes et les habitants de Chiang Mai gardent encore un beau souvenirs des 89 éléphants exposés dans plusieurs points de la ville en décembre 2016. Nous consacrerons là aussi un article plus approfondi sur les activités de cette entreprise sociale.

Que vous ayez rencontré ou non des éléphants dans un parc national ou dans un camp, peut-être aurez envie d’en voir ou d’en revoir. Les livres permettent de le faire à bon compte. On vous propose cette brève sélection.

Dernier des beaux livres édités, Mémoires d’éléphant, du photographe franco-grec Kyriakos Kaziras, vous propose une approche très picturale de la photographie, l’auteur maniant ses  appareils photo comme des pinceaux. Comme l’indique son titre, Eléphants d’Asie – Un géant menacé, cet autre ouvrage est axé sur l’espèce que vous rencontrerez notamment en Thaïlande. On peut également faire confiance à l’éditeur Gründ qui réalise de bien beaux libres; L’Art d’être éléphant ne fait pas exception. Pour vous-même ou pour en faire cadeau, vous pouvez d’ores et déjà commander le calendrier Elephants 2019 (la langue anglaise n’empêchera nullement d’admirer les superbes images au fil des mois qui passent).

Livres Montage.jpeg

Si aux belles photographies vous désirez ajouter les connaissances de spécialistes, optez pour l’ouvrage Incroyable éléphants des photographes animaliers Denis et Christine Huot. Ce ne sont pas eux qui nieront la vie émotionnelle des animaux ! Et c’est précisément le thème d’un ancien livre sorti au moment où l’étologie devenait populaire : Quand les éléphants pleurent risque de vous bouleverser. Ajoutons pour terminer les récits de personnes sur le terrain. Une histoire d’amour africaine relate la vie de Daphné Sheldrick au Kenya, surnommée  « la mère des éléphants ». L’homme qui murmurait à l’oreille des éléphants, en Afrique du Sud, c’est Anthony Lawrence. On reste en Afrique avec Le Dernier des éléphants, où il est question du combat de Stéphanie Vergniault et son association SOS Éléphants du Tchad pour sauver les derniers spécimens de l’espèce. Et enfin le récit de Tarquin Hall qui touche, lui, à l’éléphant d’Asie : Vers le cimetière des éléphants relate une expédition entreprise avec un chasseur professionnel engagé par l’État indien pour abattre un éléphant qui a déjà tué trente-huit personnes ! Ce sont là les ouvrages encore disponibles les plus appréciés sur les éléphants.

Qu’il soit célébré le 12 août lors de cette Journée Internationale de l’Éléphant ou le 13 mars durant la Journée Nationale de l’Eléphant, on souhaite aux pachydermes de Thaïlande, et au-delà du monde entier, un meilleur avenir que l’hécatombe vécue durant le siècle passé !

#WorldElephantDay #JournéeMondialeElephant #JournéeElephant #éléphant #éléphants


Source de l’image à la Une : inconnue. Mise à jour le 17.08.2018

13 mars. Journée Nationale de l’Eléphant en Thaïlande. Bombance éléphantesque

Chaque année depuis 1998, la Thaïlande célèbre la Journée Nationale de l’Eléphant le 13 mars, wan chang en langue thaïlandaise (วันช้างไทย), «chang» signifiant l’éléphant. Notez qu’elle ne coïncide pas avec le World Elephant Day, soit la Journée Mondiale de l’Eléphant célébrée le 12 août, plus récente et pratiquement ignorée en Thaïlande. Ce jour a été choisi parce que c’est le 13 mars 1963 que le Département Royal des Forêts a désigné l’éléphant blanc (ช้างเผือก, chang phueak) comme animal national du royaume. Ces derniers sont considérés comme sacrés et représentent un symbole du pouvoir royal. Malheureusement, la superstition entretient le commerce de l’ivoire; certains riches Thaïlandais continuent de croire que les défenses sont le signe d’un grand pouvoir… On vous dévoile encore quelques éléments historiques avant de vous donner le programme des diverses festivités à Chiang Mai.

Depuis l’Antiquité, les Thaïlandais entretiennent des relations étroites avec les éléphants, ceux-ci jouant un rôle important dans le transport, le travail et la guerre. De nombreuses légendes y font référence. Hélas, trois fois hélas, leur existence-même est menacée en raison de la raréfaction de leur habitat naturel, grignoté peu à peu par l’invasion humaine, du changement climatique et également du braconnage, entre autres raisons. En un siècle, malgré la protection dont ils sont l’objet, ils sont ainsi passés de plus de 100’000 individus à moins de 3’000 éléphants sauvages et environ 2’700 éléphants domestiques.

Eléphant et bouddhisme. Les représentations d’éléphants sont nombreuses dans les temples thaïlandais. Selon une légende, Mayadévi, la propre mère du Bouddha historique, rêva qu’un éléphant blanc venu du paradis entrait dans son ventre, signe de la prochaine venue d’un être pur et puissant. Aussi, l’éléphant blanc est considéré comme très favorable et jouit d’un statut royal en Thaïlande. Le bouddhisme thaïlandais incorpore des éléments de croyances hindoues; il est courant de voir des sanctuaires dédiés aux dieux et divinités hindous : Ganesh, dieu hindou à tête d’éléphant, et Erawan, mont des éléphants d’Indra, sont souvent représentés dans les sanctuaires et temples siamois.

ThaiElephantDay2018FlagL’éléphant en tant que symbole national. Les visiteurs arrivant en Thaïlande, et plus encore à Chiang Mai, ne manqueront pas de remarquer que les représentations d’éléphants apparaissent sur une gamme infinie d’objets du quotidien allant des réverbères aux souvenirs, en passant par les serviettes des hôtels pliées en forme d’éléphants ou encore les tasses où la trompe sert d’anse.

ThaiElephantDay2018CheismElephantMap

© cheism

Pendant près de 100 ans*, le drapeau national du Siam a intégré un éléphant blanc. Eléphant qui fait toujours partie du blason de la Marine Royale thaïlandaise.
Coïncidence ou non, si vous regardez le contour d’une carte de la Thaïlande, vous pouvez voir la ressemblance avec un éléphant : les «oreilles» au nord et au nord-est et le «tronc» se baissant vers le sud de Bangkok et s’étendant vers la Malaisie.

Quelques mots de thaïlandais :
ช้าง (cháang) : l’éléphant
ช้างเผือก (cháang phueak) : l’éléphant blanc
งา (ngaa) : l’ivoire
งวง (nguang) : la trompe
หาง (hăang) : la queue

Vous l’aurez compris, l’éléphant fait partie du patrimoine thaïlandais. Et c’est peut-être cette intimité qui empêche le peuple siamois d’apporter un regard critique sur la façon dont il a traité et traite encore ce majestueux mammifère. Prenez l’exemple de la King’s Cup, récemment organisée à Bangkok : des joueurs de polo à dos d’éléphants ! Un vil asservissement embaumé sous le couvert d’un événement de charité. Lorsqu’un des organisateurs affirment par exemple «Notre but c’est de les emmener ici pour une semaine de vacances. Nous avons nos vétérinaires, ils sont bien nourris et passent un très bon moment», précisant que chaque animal ne joue que 35 minutes par jour, on se rend compte du chemin à parcourir pour éveiller les consciences. La condamnation est facile mais la problématique de la coexistence des éléphants et des humains est complexe. Et les réponses que l’on peut apporter ne sont jamais faciles à mettre en oeuvre.

Trois objectifs ont été assignés à cette journée de commémoration :

  • Montrer à quel point les éléphants sont importants en Thaïlande.
  • Rappeler l’importance de l’éléphant dans la culture siamoise.
  • Sensibiliser la population à leur protection et leur conservation dans leur habitat naturel.

Vous avez là en vidéo quelques exemples des festivités, dans le camp de Mae Sa, au nord de Chiang Mai, à Surin, dans l’Isan, avec une grande parade (où le religieux n’est jamais loin) permettant d’admirer, par exemple, un impressionnant éléphant blanc. Espérons que cette célébration annuelle participera du lent changement de mentalité afin que le sort des éléphants s’améliore et leur existence à plus long terme soit garantie.


Festivités à Chiang Mai. Buffet pour plus de 80 éléphants

Les principaux camps d’éléphants de la région marquent l’événement en octroyant généralement l’entrée gratuite. Des festivités sont organisées, notamment avec des parades et des danses traditionnelles. Le point d’orgue est constitué par un buffet gigantesque offert aux pachydermes, le satoke.
ThaiElephantDay2018MaeSaCover1Depuis quelques années maintenant, la cérémonie la plus spectaculaire a lieu au camp d’éléphants de Mae Sa, au nord, dans le district de Mae Rim, le plus proche de la ville de Chiang Mai. Un camp qui se vante de préserver l’espèce (sa nurserie est populaire). Nous n’apprécions pas vraiment les attractions proposées généralement par cet endroit, assimilable à un camp de torture animalière, toujours est-il que c’est là que se déroule le fameux satoke officiel réunissant plus de 80 éléphants ! L’entrée est gratuite (don apprécié) et la fête sera spectaculaire, à défaut d’être belle. Au programme en ce mardi 13 mars :
  • 12h00 : ouverture
  • 12h30 : bai sri su kwun, une cérémonie religieuse
  • 13h00 : arrivée des invités d’honneur, dont le gouverneur de la province, suivi du spectacle « Le peuple de Thaïlande et l’éléphant blanc »
  • 13h45 : satoke, soit le khantoke des éléphants (impressionnant buffet qui réunira plus de 80 pachydermes: PS : les personnes sur place en ont compté moins de 60)
  • 14h30 : spectacle folklorique par les minorités ethniques de la région
  • 15h00 : fin de l’événement.

Camp d’éléphants de Mae Sa (ปางช้างแม่สา) : site web, page Facebook, emplacement.
Mise à jour : le magazine Events Weekly en a fait un reportage avec photos.

Encore plus au nord, le camp d’éléphants de Mae Taeng organise lui aussi son satoke. Ce ne sont pas moins de 60 éléphants qui profiteront de cette bombance dès 15h. Ici, vous pourrez revêtir l’habit typique des mahouts, souvent karens, une des minorités ethniques du nord, et nourrir les pachydermes. Avec diverses animations, dont un concours de photos. Vous y trouverez également des stands de nourriture locale; l’entrée est gratuite.

Camp d’éléphants de Mae Taeng (ปางช้างแม่แตง คลับ) : site web, page Facebook, emplacement.

ThaiElephantDay2018MaeTaengCover


Aux portes de la ville, le zoo de Chiang Mai organise lui aussi sa Journée Nationale de l’Eléphant le 13 Mars 2018. Une exposition vous fera mieux connaître les éléphantidés.  Les activités se destinent plus particulièrement aux enfants, avec notamment un atelier de dessin et de peinture. Là aussi un satoke, buffet dont les éléphants raffolent (d’autant que le quotidien des éléphants enfermés dans de minuscules parcs n’est pas rose). Ouvert de 8h à 17h (prix d’entrée habituel).

Zoo de Chiang Mai (สวนสัตว์เชียงใหม่) : site web, page Facebook, emplacement.

ThaiElephantDay2018ChiangMaiZoo.Cover


Enfin, signalons l’exposition-photo organisée au centre commercial Central Festival depuis le 7 mars dernier (étage 3, zone éducative). Intitulée Les éléphants thaïlandais à travers la lentille – Les gens et les éléphants, elle prendra fin ce 13 mars, Journée Nationale de l’Eléphant. Diverses animations sont proposées.

Thai Elephants through the Lens –  People and Elephants, au Central Festival : page Facebook, événement FB, emplacement, quelques photos.

ThaiElephantDay2018ThaiElephantsThroughTheLensCover

ThaiElephantDay2018ElephantParadeLandLogoFB


Cette journée de célébration peut aussi être l’occasion de visiter l’Elephant Parade Land, une adresse prisée des familles avec enfants. Vous pourrez en apprendre beaucoup sur l’éléphant d’Asie, admirer à l’extérieur les superbes sculptures des artistes ayant créé des oeuvres pour soutenir la fondation et peindre vous-même votre propre exemplaire. Nous vous reparlerons de cet endroit admirable.

Elephant Parade Land : site web, page Facebook, emplacement.

ThaiElephantDay2018MaeTaengPhoto

© Facebook – Maetaeng Elephant Park

Et à Lampang, siège du Centre national de conservation des éléphants

ThaiElephantDay2018LampangCoverAutre très belle cérémonie (si l’on fait fi de l’exploitation qu’est faite des pachydermes impliqués), à Lampang, à seulement 1h30 de route de Chiang Mai. Le Centre de Conservation des Eléphants de Lampang (ศูนย์อนุรักษ์ช้างไทย จ.ลำปาง) organise une cérémonie similaire sur deux jours, les 12 et 13 mars 2018. Les moines bouddhistes y participent et elle commence généralement à 8h09 (difficile de mettre la main sur le programme précis). Les activités habituelles du centre sont remplacées par les activités spéciales en l’honneur de l’éléphant (et en souvenir de Sa Majesté feu le roi Bhumibol Adulyadej le Grand, Rama IX, qui soutint de son vivant ce centre). A cette occasion, une impressionnante parade d’éléphants est organisée. Ces deux jours sont également des jours de repos semi-officiels des éléphants (et ils le méritent bien).
Centre de Conservation des Eléphants, à Lampang (ศูนย์อนุรักษ์ช้างไทย จ.ลำปาง) : site web, page Facebook, emplacement.
Bien évidemment, ces célébrations ne sont pas l’apanage du seul nord thaïlandais. C’est tout le royaume qui célèbre les éléphants, notamment la région de Surin, dans l’Isan, ou encore cette cérémonie qui a eu lieu chaque année dans la province de Tak, aux frontières de la Birmanie, non loin de Sukhothai (le reportage concerne celle de 2017).

Défense et préservation des pachydermes

On vous laisse encore prendre connaissance d’un ancien et du dernier message de Lek Chailert, l’iconique fondatrice de l’ENP – Elephant Nature Park ici à Chiang Mai (les festivités ne concernent que les visiteurs du jour, payants donc). Depuis des décennies, elle ne cesse de dénoncer les souffrances qu’endurent les éléphants exploités dans l’industrie touristique. Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur le côté sombre qu’induit l’existence des camps d’éléphants destinés au tourisme.
Et l’on termine avec le superbe reportage que l’émission Faut Pas Rêver avait consacré à Lek, Thaïlande, la route des rois – pour l’amour des éléphants :

ElephantsAsie

Que ce soit le 13 mars ou non, les éléphants sont une des attractions touristiques-phares pour toute personne venant à Chiang Mai. A défaut de vous rendre dans un parc national pour observer ces majestueux pachydermes, vous pouvez visiter un sanctuaire ou un camp d’éléphants sis dans la jungle autour de Chiang Mai. Préparez votre visite en connaissant mieux ce mammifère géant à travers la lecture. On vous conseille le beau livre Éléphant d’Asie. Un géant menacé, recueil d’images captivantes, intrigantes et parfois provocantes de Palani Mohan qui a consacré de nombreuses années à étudier cet animal. Sinon, vos enfants apprécieront L’histoire vraie de Siam l’éléphant (dès 6 ans) ou encore Savais-tu ? Les éléphants, tiré de la série documentaire humoristique sur les animaux servis à la manière d’une BD (à partir de 9 ans).
Ces achats peuvent aussi se faire ensuite de votre rencontre avec les éléphants et permettront ainsi de vous remémorer l’émouvant souvenir que laisse une telle rencontre. Chose que fera sans difficulté aucune ce magnifique calendrier 2018 de photos noir-blanc Des Eléphants et des Hommes 2018 (qui capte brillamment la relation entre les éléphants et les êtres humains en Asie du sud-est).


*de 1820 à 1917, sous trois aspects différents

Sources rédactionnelles : programmes des divers camps d’éléphants évoqués, Wikipedia, Thaizer, Learn Thai with Mod, EREC – Centre de recherche de la Faculté vétérinaire de l’Université de Chiang Mai (CMU)
Source photographique de l’image à la une : © Facebook
Mise à jour le 21.03.2018