Les apparitions nocturnes de Phra Upakut

Celles et ceux qui traîneront dans les rues de Chiang Mai ce soir après 22h risquent d’être quelque peu surpris : une cérémonie d’offrandes nocturnes aux moines réunira des centaines de pratiquants bouddhistes en l’honneur de Phra Upakut (พระอุปคุต en thaïlandais). Les dévots seront tout de blanc vêtus face aux moines et leur robe orange. Phra Upakut est souvent représenté dans les temples du nord de la Thaïlande, assis en position méditative, les mains sur son bol d’aumônes, coiffé de sa feuille de lotus, le visage souriant, légèrement renversé. Mais qui donc était ce saint homme ?

IMG_2500

Son existence relève plus de la légende que de l’histoire. Mais histoire et légende se confondent bien souvent en Asie. Phra Upakut (en sanskrit, Upagupta Thera) était un sarvāstivādin, un moine bouddhiste de la forêt (un courant dont nous vous parlerons un jour). Il vécut au nord de l’Inde au IIIe siècle avant J.-C. sous le règne de l’empereur Aśokas, grand protecteur du bouddhisme. Notez qu’Upagupta Thera n’est jamais mentionné dans le canon pāḷi. Ici en Thaïlande, sa légende est incluse dans le Phra Paṭhamasambodhikathā, un récit populaire jātaka (mot sanscrit qui décrit les histoires des naissances antérieures du Bouddha). On le retrouve également dans d’autres manuscrits du Lanna – le nord de la Thaïlande et au-delà.

Un moine né du liquide séminal du Bouddha

Histoire et légende

PhraUpakut201801WatUpakutPhotoRetenons deux légendes à son sujet. La première, la plus troublante, a trait à sa naissance miraculeuse : il serait ainsi le fils du Bouddha historique et d’une sirène. Connu sous le nom de Bua Khem, nom signifiant aiguille tranchante en référence à la tige de la feuille de lotus qui recouvre sa tête sur toutes les statues qui le représente. Selon cette légende, il a été conçu quand une sirène a ingurgité accidentellement du liquide séminal du Bouddha qui s’est détaché pendant qu’elle lavait ses robes dans une rivière.

Autre légende sanskrite ayant trait à ses vies passées, il aurait été le fils d’un parfumeur et l’un des premiers adeptes du Bouddha. Un arhat – un saint – doté de grands pouvoirs magiques. Avant que le Bouddha n’entre dans le nirvana, il demanda à Phra Upakut de rester en vie jusqu’à ce que l’Eveillé devienne Maitreya, la seconde venue historique du Bouddha. Ayant pour mission de protéger le sangha – la communauté bouddhiste – et le dharma – l’enseignement du Bouddha. Aussi, les Thaïlandais croient que Phra Upakut est toujours vivant, résidant dans un palais en crystal du Grand Océan (ce qu’un chrétien appellerait le Paradis), flanqué de sa coiffe de Lotus.

Et c’est précisément cette seconde légende qui explique la cérémonie de ce soir, semblable à l’angélophanie chrétienne. Ainsi, Phra Upakut, à la neuvième pleine lune de l’année, arpenterait les rues de Chiang Mai en tant que moine cherchant l’aumône. Le premier dévot à faire une offrande sera béni de sa bonne fortune.

Cérémonie religieuse nocturne

En cette nuit de pleine lune du mardi 30 au mercredi 31 janvier 2018 sont organisées des cérémonies bouddhistes en divers lieux de la ville. Chants, sermons et autres prières débuteront à 22h et les offrandes de nourriture à des dizaines de moines à même la rue se font après minuit (il y avait pas moins de 300 moines lors de la cérémonie de novembre 2015, appelé Tak Bat Peng Pud ou Tak Bat Thiang Kuen). C’est là une tradition typique du Lanna que l’on vous invite vivement à découvrir.

Le lieu emblématique où se rendre est bien entendu le temple bouddhiste éponyme, soit le Wat Upakut, qui se trouve sur Tha Phae Road, après le pont Nawarat, à gauche en allant vers la Cité Historique (« le carré »), et donc au nord du fameux Night Bazaar. Ce temple, fondé au XIVe siècle, accueillera la cérémonie la plus importante (emplacement et page Facebook).
Parmi d’autres temples, le Wat Suan Do, là où sont érigés les tombeaux royaux du Lanna, organise lui aussi cette cérémonie nocturne. Attention ! Ici ls cérémonie débutera à 20h et les offrandes aux moines se font à minuit une (emplacement et page Facebook).

Si vous deviez manquer ce rituel nocturne, sachez encore que deux autres dates vous permettront de le revivre : mardi 26 juin 2018 et mardi 23 octobre 2018.

Un moine très vénéré dans tout le Lanna

Phra Upakut est une figure importante en Birmanie, au nord de la Thaïlande et au Laos, soit la région de ce qui était jadis le royaume du Lanna. Divinité bienveillante possédant de grands pouvoirs magiques, il protège contre tous les maux et les dommages physiques; ses auspices sont censés attirer la richesse.

La Thaïlande étant le pays des amulettes, vous comprendrez dès lors que Phra Upakut est souvent représenté sur celles-ci, objets sacrés à qui la population attribue des pouvoirs magiques. Le bouddhisme siamois, qui s’inscrit dans l’école du bouddhisme Theravāda, s’accommode de cette particularité… hérétique s’il en est !

Qui sait, peut-être qu’en plus de voir les nombreuses représentations de Phra Upakut dans les temples du nord de la Thaïlande, vous rencontrerez ce saint homme ce soir, transformé en moine mendiant…

Sources bibliographiques : Thai Buddhist Amulets et The not so innocents abroad.

Publicités